Africa Investment Conference : Le Royaume-Uni post-Brexit cible des marchés clés en Afrique    Orange Maroc se prépare à la 5G    Précisions sur les conditions de détention de Maâti Mounjib    Compteur coronavirus : 925 cas testés positifs et 23 décès en 24 heures    MOROCCO MALL: Les soldes d'hiver de retour    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    ICESCO : Technologies intelligentes et agriculture en Afrique    Hamid Bouchikhi classé parmi les théoriciens du management les plus influents    C'est parti pour la campagne de vaccination    BAM: Le dirham se déprécie de 0,67% face à l'euro    Le Crédit Agricole du Maroc à l'écoute des professionnels de la filière céréalière    Origine du Covid-19: l'OMS estime qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions    COVID-19 : La Grèce prolonge le confinement jusqu'au 1er février    CHAN2021 : le Maroc cherche un schéma offensif plus efficace    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Coronavirus : le Maroc autorise le vaccin de Sinopharm    Vaccins Astrazeneca et SinoPharm au Maroc: ce que l'on sait    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Jean-Marie Heydt dévoile son livre « Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions »    Des experts internationaux plaident pour une approche coordonnée de la lutte contre la corruption    Vaccin AstraZeneca : les précisions de l'ambassade de l'Inde à Rabat    Quand l'Espagne nourrit l'ambiguïté envers le Maroc !    La contribution du Maroc au désarmement mise en exergue à Genève    L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !    Bouznika abrite un nouveau round du dialogue inter-libyen    Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire    La RDC s ' en tire à bon compte face à la Libye    Les dirigeants algériens isolés de la dynamique de l'histoire    Fusion Danse Morocco, un nouveau rendez-vous artistique pluriculturel    Sonia Bennis expose ses récentes œuvres à Marrakech    LF 2021 : voici les principales mesures fiscales [Document]    Entraînement en mer: Deux stagiaires commandos de la Marine Royale portés disparus    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    Hassan Baraka, le premier marocain à nager 1.600 mètres dans une eau à moins de 5 degrés    Maroc-Rwanda à 17h : qualification et confirmation en ligne de mire    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    «Le secret de la lettre», nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Irak : Des milices chiites proposent la trêve contre le retrait des forces US
Publié dans L'opinion le 12 - 10 - 2020

Des milices chiites conditionnent une cessation de leurs attaques contre les troupes US au retrait de ces dernières de l'Irak.
Les milices irakiennes soutenues par l'Iran ont accepté de suspendre temporairement les attaques visant la présence américaine en Irak, à la condition que les troupes de la coalition dirigée par les Etats-Unis se retirent du pays conformément à une résolution parlementaire, ont déclaré dimanche trois responsables de la milice.
Les responsables de la milice se sont entretenus avec l'Associated Press quelques heures à peine après qu'une bombe en bordure de route a ciblé un convoi qui transportait du matériel pour la coalition dirigée par les EtatsUnis, endommageant un véhicule, selon un communiqué de l'armée irakienne. L'attaque d'une autoroute au sud de Bagdad a soulevé des questions quant à savoir si une telle trêve pouvait s'appliquer à toutes les factions de la milice.
Les bombes en bordure de route et en particulier les attaques à la roquette contre l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad - située à l'intérieur de la zone verte fortement fortifiée - sont devenues fréquentes et provoquant des tensions dans les relations entre Washington et Bagdad.
Les factions de la milice ont offert une trêve et s'abstiendront de viser les Etats-Unis en Irak, y compris l'ambassade, à la condition que toutes les forces dirigées par les Etats-Unis se retirent dans un « délai acceptable », a déclaré Mohammed Mohie, un porte-parole du puissant Kataib Hezbollah soutenu par l'Iran.
« Si elle ne se retire pas, les factions de la résistance reprendront leurs activités militaires avec toutes les capacités dont elles disposent », a-t-il déclaré.
Deux autres factions de différents groupes soutenus par l'Iran ont fait écho aux commentaires de Mohie, sans préciser la durée de la trêve, et ont déclaré qu'elle était illimitée. Elles ont parlé sous couvert d'anonymat car elles n'étaient pas autorisées à faire des déclarations.
Les législateurs irakiens ont voté en janvier sur une résolution non contraignante visant à évincer les troupes de la coalition dirigée par les Etats-Unis du pays, à la suite d'une frappe de drone dirigée par Washington qui a tué le général iranien Qassim Soleimani et le commandant de la milice irakienne Abu Mahdi al-Muhandis devant l'aéroport international de Bagdad.
Une certaine désescalade
Les commentaires des factions de la milice indiquent une certaine désescalade après des semaines de tensions. L'administration Trump a averti les dirigeants irakiens qu'ils fermeraient l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad si les milices n'étaient pas contenues. Les responsables américains ont déclaré que s'il s'agissait d'une menace sérieuse, ce n'était pas un ultimatum imminent. En septembre, l'administration Trump a raccourci une dérogation cruciale aux sanctions nécessaires pour que l'Irak importe de l'énergie iranienne.
Les Etats-Unis ont blâmé les milices soutenues par l'Iran, en particulier Kataib Hezbollah, pour avoir perpétré des attaques contre la présence américaine en Irak.
Cessation des opérations contre les étrangers
Samedi, l'Organe de coordination de la résistance irakienne - supposé inclure un ensemble de milices soutenues par l'Iran tels que Kataib Hezbollah, Asaib Ahl al-Haq et Harakat al-Nujaba- a publié un communiqué annonçant « la cessation de ses opérations contre les étrangers, en particulier les forces et les intérêts américains en Irak ».
Mohie, le porte-parole de la milice, a déclaré: « La trêve est intervenue après l'intervention et la médiation de grandes personnalités afin de persuader ces factions d'arrêter les opérations de bombardement jusqu'à la fin des élections américaines. ... Ce sont des messages que ces personnalités véhiculaient ».
La semaine dernière, Jeanine Hennis-Plasschaert, l'envoyée des Nations Unies en Irak, a tenu une réunion avec Abdulaziz al-Muhammadawi, connu sous le nom d'Abu Fadak, chef adjoint des Forces de mobilisation populaire et commandant du Kataib Hezbollah. Le PMF est une institution sanctionnée par l'Etat englobant un éventail de milices, dont certaines sont soutenues par l'Iran.
Deux commandants de milice irakienne ont déclaré que c'était au cours de cette réunion avec Abu Fadak qu'un accord avait été conclu pour un cessez-le-feu pendant au moins deux mois, en échange d'un retrait américain prévu à une date ultérieure. Les commandants ont parlé sous couvert d'anonymat car ils n'étaient pas autorisés à informer les médias.
L'annonce de la trêve des milices a coïncidé avec un changement apparent dans la rhétorique américaine, après que des responsables irakiens ont déclaré que toute fermeture de l'ambassade américaine isolerait l'Irak du monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.