Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Irak : Des milices chiites proposent la trêve contre le retrait des forces US
Publié dans L'opinion le 12 - 10 - 2020

Des milices chiites conditionnent une cessation de leurs attaques contre les troupes US au retrait de ces dernières de l'Irak.
Les milices irakiennes soutenues par l'Iran ont accepté de suspendre temporairement les attaques visant la présence américaine en Irak, à la condition que les troupes de la coalition dirigée par les Etats-Unis se retirent du pays conformément à une résolution parlementaire, ont déclaré dimanche trois responsables de la milice.
Les responsables de la milice se sont entretenus avec l'Associated Press quelques heures à peine après qu'une bombe en bordure de route a ciblé un convoi qui transportait du matériel pour la coalition dirigée par les EtatsUnis, endommageant un véhicule, selon un communiqué de l'armée irakienne. L'attaque d'une autoroute au sud de Bagdad a soulevé des questions quant à savoir si une telle trêve pouvait s'appliquer à toutes les factions de la milice.
Les bombes en bordure de route et en particulier les attaques à la roquette contre l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad - située à l'intérieur de la zone verte fortement fortifiée - sont devenues fréquentes et provoquant des tensions dans les relations entre Washington et Bagdad.
Les factions de la milice ont offert une trêve et s'abstiendront de viser les Etats-Unis en Irak, y compris l'ambassade, à la condition que toutes les forces dirigées par les Etats-Unis se retirent dans un « délai acceptable », a déclaré Mohammed Mohie, un porte-parole du puissant Kataib Hezbollah soutenu par l'Iran.
« Si elle ne se retire pas, les factions de la résistance reprendront leurs activités militaires avec toutes les capacités dont elles disposent », a-t-il déclaré.
Deux autres factions de différents groupes soutenus par l'Iran ont fait écho aux commentaires de Mohie, sans préciser la durée de la trêve, et ont déclaré qu'elle était illimitée. Elles ont parlé sous couvert d'anonymat car elles n'étaient pas autorisées à faire des déclarations.
Les législateurs irakiens ont voté en janvier sur une résolution non contraignante visant à évincer les troupes de la coalition dirigée par les Etats-Unis du pays, à la suite d'une frappe de drone dirigée par Washington qui a tué le général iranien Qassim Soleimani et le commandant de la milice irakienne Abu Mahdi al-Muhandis devant l'aéroport international de Bagdad.
Une certaine désescalade
Les commentaires des factions de la milice indiquent une certaine désescalade après des semaines de tensions. L'administration Trump a averti les dirigeants irakiens qu'ils fermeraient l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad si les milices n'étaient pas contenues. Les responsables américains ont déclaré que s'il s'agissait d'une menace sérieuse, ce n'était pas un ultimatum imminent. En septembre, l'administration Trump a raccourci une dérogation cruciale aux sanctions nécessaires pour que l'Irak importe de l'énergie iranienne.
Les Etats-Unis ont blâmé les milices soutenues par l'Iran, en particulier Kataib Hezbollah, pour avoir perpétré des attaques contre la présence américaine en Irak.
Cessation des opérations contre les étrangers
Samedi, l'Organe de coordination de la résistance irakienne - supposé inclure un ensemble de milices soutenues par l'Iran tels que Kataib Hezbollah, Asaib Ahl al-Haq et Harakat al-Nujaba- a publié un communiqué annonçant « la cessation de ses opérations contre les étrangers, en particulier les forces et les intérêts américains en Irak ».
Mohie, le porte-parole de la milice, a déclaré: « La trêve est intervenue après l'intervention et la médiation de grandes personnalités afin de persuader ces factions d'arrêter les opérations de bombardement jusqu'à la fin des élections américaines. ... Ce sont des messages que ces personnalités véhiculaient ».
La semaine dernière, Jeanine Hennis-Plasschaert, l'envoyée des Nations Unies en Irak, a tenu une réunion avec Abdulaziz al-Muhammadawi, connu sous le nom d'Abu Fadak, chef adjoint des Forces de mobilisation populaire et commandant du Kataib Hezbollah. Le PMF est une institution sanctionnée par l'Etat englobant un éventail de milices, dont certaines sont soutenues par l'Iran.
Deux commandants de milice irakienne ont déclaré que c'était au cours de cette réunion avec Abu Fadak qu'un accord avait été conclu pour un cessez-le-feu pendant au moins deux mois, en échange d'un retrait américain prévu à une date ultérieure. Les commandants ont parlé sous couvert d'anonymat car ils n'étaient pas autorisés à informer les médias.
L'annonce de la trêve des milices a coïncidé avec un changement apparent dans la rhétorique américaine, après que des responsables irakiens ont déclaré que toute fermeture de l'ambassade américaine isolerait l'Irak du monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.