Ouverture mardi d'une session extraordinaire de la Chambre des représentants    Sept ans de prison ferme pour une figure du mouvement de protestation populaire en Algérie    Les autorités mauritaniennes s'opposent aux tribulations polisariennes    L'échappée de l'Inter et de Milan en tête du championnat    Le WAC déroule à Ouagadougou et atomise Kaizer Chiefs    Botola Pro D1: Le Raja co-leader provisoire    Des efforts intenses déployés par le Maroc en une année de lutte contre le coronavirus    Une toile de Winston Churchill représentant la mosquée Koutoubia présentée aux enchères à Londres    Décès du célèbre acteur égyptien Youssef Chaabane    Le Maroc annonce sa contribution financière au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Intempéries à Tétouan: les autorités donnent plus de précisions    Le Maroc suspend ses vols avec deux autres pays    Rabat: le Maroc suspend tout contact avec l'Ambassade d'Allemagne (DOCUMENT)    Présidence de la CAF : La FIFA serait-elle en train de baliser le chemin au candidat sud-africain ?    Non au nihilisme !    Football : Qui se chargera du règlement des dettes ?    Recherche et développement : la CGEM s'allie à l'UM6P    Officiel: le Maroc prolonge le couvre-feu    Marrakech: une villa transformée en casino perquisitionnée par la DGSN    Casanearshore Parc: des bâtiments éco-responsables signés Ewane Assets    FCA Morocco : ce que prévoit le MotorVillage pour accompagner sa croissance    Mohamed Bazoum, nouveau président du Niger    Chine : les trois actions efficaces pour éradiquer la pauvreté    Le nouveau clip de Saad Lamjarred fait un carton ! (VIDEO)    La Juve sans joker derrière l'Inter et Milan    Les Robots de l'apocalypse, de Gabriel Banon    Le régime algérien, auxiliaire coupable des séparatistes, adopte un discours aux relents antisémites    Covid-19 au Royaume-Uni : plus de 20 millions de personnes ont reçu leur première dose de vaccin    Samy Mmaee : Ma première sélection, le meilleur moment de ma carrière    Hicham Maidi présente une exposition mêlant l'âme et la matière    JO de Tokyo : France-Etats Unis dès le 25 juillet pour les basketteurs    Annonce des lauréates du programme «Pour les femmes et la science»    Le prisonnier (M.B) «n'a subi aucun traitement dégradant»    Risma: Fort repli du CA à fin décembre 2020    Léger recul de l'activité de Centrale Danone en 2020    Le Club des dirigeants Maroc prospecte les opportunités d'investissement    Entreprise : Yassine Kabbaj, nouveau DRH de JTI Italie    Des acteurs de la société civile latino-américains et africains soulignent l'importance de soutenir l'initiative d'autonomie    ‘'KISSARIYA'', nouvelle sitcom ramadanesque    «Pour moi, la musique est un don de Dieu»    Réunion sur l'accord nucléaire : l'Iran ne considère pas le moment comme «approprié»    Des bureaux de vote au Maroc pour les élections à la Knesset    Ce que l'on sait sur l'état de santé de Mustapha Ramid (PHOTO)    La Bourse de Casablanca démarre en baisse    Lois électorales : Place aux amendements    «Schizophrénies marocaines» de Abdelhak Najib    Troisième grand parti politique aux Etats-Unis? Trump met les choses au clair    Syrie : l'UNICEF appelle au renvoi chez eux des enfants déplacés dans le Nord-Est    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Afrique de l'Ouest : Difficile quête de paix dans un contexte de Covid-19
Publié dans L'opinion le 26 - 10 - 2020

« La paix n'est pas un mot mais un comportement », dixit feu Félix Houphoüet Boigny, premier président de la Côte d'Ivoire. Mais dans un contexte de terrorisme, aggravé par la Covid-19, l'Afrique de l'Ouest est à la croisée de chemin quant à l'instauration d'un climat de paix et de sécurité, en période électorale. Une quête qui nécessite l'implication de chacun et de tous. Les enjeux.
La crise sanitaire, liée à la Covid-19, est venue aggraver une situation économique déjà difficile en Afrique de l'Ouest. Si l'on ajoute à cela le terrorisme, les élections présidentielles, toujours sources d'inquiétudes et prévues dans cinq pays, les violences policières qui sévissent au Nigeria, on comprendra dès lors la multiplication des foyers de tensions qui couvent çà et là dans cette sous-région du continent.
Plantons le décor. Tous les regards sont désormais rivés sur la Guinée et la Côte d'Ivoire, deux des pays ouest-africains qui organisent des scrutins présidentiels au cours du second semestre 2020. Le premier a déjà tenu sa présidentielle le 18 octobre. Pour le second, le vote est prévu pour ce dimanche 31 du même mois. Pour les trois autres, il s'agit du Burkina Faso en novembre. Tandis que le Ghana et le Niger se préparent pour décembre.
Naturellement, les manifestations pro et anti-pouvoirs se multiplient et donnent parfois lieu à des confrontations qui font des morts. Pour la Guinée, le président sortant, Alpha Condé, a été réélu, selon les résultats provisoires proclamés par la CENI (Commission électorale nationale indépendante). Mais les contestations continuent. D'ailleurs, une mission de prévention des crises post-électorale de la CEDEAO devrait se rendre hier dimanche à Conakry.
Des conséquences imprévisibles
Pour la Côte d'Ivoire, on est encore incertain sur l'issue des consultations. Car les principaux partis d'opposition sont déterminés à empêcher l'élection présidentielle. Pour cela, ils vont jusqu'à appeler au boycott actif (désobéissance civile). Mais de nombreuses voix se lèvent pour appeler au calme et à la paix. Il reste à espérer que les protagonistes entendront de cette oreille.
Pour le Burkina Faso, la hantise des jihadistes plane déjà sur l'échéance électorale. En effet, au lendemain de la transition réussie avec le départ de Blaise Compaoré, la terre des hommes intègres a subi plusieurs attaques terroristes mettant à rude épreuve la consolidation de la paix et l'approfondissement du processus politique. Aujourd'hui, il est toujours confronté à ces mêmes défis sécuritaires, déterminant essentiel à considérer dans l'analyse relative à la mise en œuvre du processus politique, qui va au-delà du processus électoral au Burkina Faso. Il en est de même pour le Niger.
Mais à la réflexion générale, l'élection présidentielle, du fait de ses enjeux et de sa nature, comporte habituellement une charge émotionnelle très forte. Ces enjeux se décuplent en Afrique où l'accès au pouvoir donne accès aux ressources. D'où la convoitise et les clivages deviennent les caractéristiques fondamentales de ces consultations ainsi que les tensions avec son corollaire de morts.
Violences policières
De son côté, les pillages de masse ciblant les bâtiments publics et les entrepôts de nourriture se multiplient au Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique, après deux semaines de soulèvement populaire et de graves troubles sociaux qui semblent échapper aux autorités à cause des violences policières. Même si à Lagos, mégalopole économique de 20 millions d'habitants, la situation est devenue calme et le couvre-feu strict imposé depuis mardi soir, après une semaine de manifestations extrêmes, a été allégé.
Au Mali, devenu l'épicentre de l'islamisme radical, n'en finit pas avec les attaques terroristes. La dernière en date était les 3 000 habitants de Farabougou, coupés du monde. Les combattants jihadistes en interdisaient l'accès depuis 17 jours. Il a fallu attendre vendredi matin pour que l'armée malienne libère cette localité.
Mais pour les analystes, le dénominateur commun à ces violences, à ces attaques terroristes est la corruption qui gangrène le cercle administratif avec son lot de frustrés et de déçus. A ce sujet, il est bon de rappeler que la corruption est l'un des plus grands freins au développement du continent africain. Selon la BAD, elle cause, à elle seule, une perte annuelle estimée à 148 milliards de dollars, soit 25% du PIB du continent. Dans ce climat de tensions, il est difficile que la paix trouve sa place si rien n'est fait dans la lutte contre la corruption. Un combat de longue haleine.
Wolondouka SIDIBE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.