Gravement malade, Brahim Ghali aurait été évacué à l'étranger    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule « dans de bonnes conditions », un pic attendu fin août    Cours des devises du mercredi 10 août 2022    USA: Comprendre la perquisition lundi au domicile de Donald Trump    Biden paraphe la ratification des adhésions de la Finlande et la Suède à l'Otan    L'Algérie et la Russie en exercices militaires près de la frontière avec le Maroc    Egypte : une nouvelle étudiante poignardée à mort par un camarade éconduit    Ukraine: La vente du cargo de céréales au Liban annulée    Alerte météo: Temps chaud vendredi et samedi dans plusieurs provinces du Royaume    Vidéo. Sebta: arrestation de 2 personnes à bord d'une embarcation avec 600 Kg de haschich    Réunion ce Mercredi pour Ziyech à Londres    Le détail des exportations marocaines au 1er semestre    Journée nationale du migrant: Le CCME soutient les initiatives des Marocains du monde envers leurs régions    Québec : La piste de meurtre privilégiée dans la mort d'un étudiant marocain    La deuxième vague Omicron, c'est fini !    La Russie lance un satellite iranien en orbite    Charte de l'investissement, réforme de la santé, PLF 2023 : Les dossiers chauds de la rentrée parlementaire    La Marine Royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Badr Banoun marque son premier but avec Qatar SC    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC et le Raja exemptés du premier tour préliminaire    Vahid : « J'y suis, je reste ! »    Hôpital: accord sur les rémunérations en retard des médecins    Budget 2022 : En l'absence de sortie à l'international, le Trésor poursuit le recours au marché intérieur    Dari Couspate s'implante en Europe    Le PLF-2023 fixe quatre grandes priorités    Lutte contre les incendies : Le Maroc se dote de trois nouvelles Canadair    Interview avec Rita Al Khayat : Pour créer, le cinéaste a besoin de la liberté intérieure    Histoire : Les archives des Cahiers d'El Jadida remises aux Archives du Maroc    La Zaouia Habria Derquaouia tient son 120ème moussem    Un film marocain sorti en 2016 continue de reçevoir des prix    Le monde a soif    Météo: les prévisions du mercredi 10 août    Accidents de la circulation: 12 morts et 2.210 blessés en une semaine    La revue de presse du mercredi 10 août    Ligue des Champions de la CAF: le Wydad et le Raja fixés sur leurs adversaires    PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    Le CCME célèbre les Marocains du Monde et leurs régions    COVID-19 : Fin de la deuxième vague Omicron au Maroc    Juillet 2022, l'un des plus chauds mois jamais enregistrés dans le monde    23 marins pêcheurs secourus par la Marine royale au large de Casablanca    Jeux de la solidarité islamique : Noura Ennadi offre l'or pour le Maroc au 400m haies    La France et l'Europe doivent mettre en place une alliance rénovée avec le Maroc (politologue)    Les murales forcent l'admiration par leur esthétique    Maroc : La SNRT ouvre ses portes aux associations des Marocains du monde    Célébration de « Baba Achour »    Le moussem de Moulay Abdellah Amghar revient après deux ans de suspension    Le Conseil de sécurité de l'ONU se penche sur la situation à Gaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Maroc-Espagne : le temps de la franchise et du pragmatisme
Publié dans L'opinion le 28 - 07 - 2021

Trois mois après le cataclysme de l'affaire Brahim Ghali, le silence froid entre le Maroc et l'Espagne persiste, le limogeage de l'ex-ministre des Affaires étrangères Arancha Gonzales Laya n'ayant visiblement pas suffi à désamorcer une crise où le Royaume a clairement signifié qu'il ne tolère plus le double discours du voisin ibérique sur la question du Sahara.
Rabat veut du concret et non plus que des paroles, aussi bienveillantes soientelles, comme celles du nouveau locataire du Palacio de Santa Cruz, José Manuel Albares. Bien que ce dernier ait tenté de rassurer le Royaume dès sa première prise de parole officielle, en le désignant, avec ferveur, comme « Grand Ami », le Maroc demeure impassible. Malgré tout, nous restons loin de la rupture totale.
La solution à atteindre, aussi complexe soit-elle, serait aujourd'hui négociée au Maroc, là où se trouve l'ambassadrice Karima Benayaïch, après son rappel de Madrid. Celle-ci serait, selon El Pais, en contact discret avec des officiels espagnols en vue de reprendre le dialogue. Très irrité par le coup de poignard de Madrid, Rabat ne veut plus de dialogue superficiel et exige de remédier aux causes du problème et non plus à ses symptômes. Ce qui appelle une position claire de Madrid sur le dossier du Sahara.
S'il est vrai que ce dossier ne constitue qu'un parmi beaucoup d'autres points d'achoppement des diverses crises qui opposent fréquemment les deux Royaumes, dont on citera le litige autour des villes et îlots marocains occupés par l'Espagne, sans oublier la récente délimitation des eaux territoriales du Sahara marocain, il n'en demeure pas moins que la reconnaissance américaine de la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara constitue le noeud gordien de l'actuelle brouille.
Par conséquent, tout retour de confiance demeure tributaire d'un dialogue franc sur ce sujet. Chose dont le gouvernement espagnol semble aujourd'hui conscient, à en croire les sources d'El Pais, selon lesquelles Madrid veut tout mettre sur la table, y compris la fermeture de Sebta et Mellilia.
Aussi résolu et bienveillant qu'il est ou qu'il semble vouloir le montrer, José Manuel Albares a donc du pain sur la planche et sa mission s'annonce des plus tortueuses. En témoigne le report de sa visite au Maroc qui était censée être sa première sortie officielle à l'international. Il n'empêche que l'espoir d'une réconciliation reste des plus plausibles, tant la fatalité géographique et les intérêts mutuels qu'elle sous-tend l'exigent.

Anass MACHLOUKH


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.