Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Flambée des prix : Les Marocains montent au créneau, le gouvernement en mode « silencieux »
Publié dans L'opinion le 09 - 09 - 2021

Une fois de plus, les Marocains ont été pris de court par une flambée des prix de certains produits de première nécessité, sans qu'aucune explication ne soit donnée par qui que ce soit. Les associations réagissent, le gouvernement silence radio.
Depuis plus d'une semaine, une nouvelle grogne citoyenne a pris place dans les réseaux sociaux suite à la flambée brusque des prix de certains produits de première nécessité. Une hausse qui intervient dans une conjoncture où le pouvoir d'achat des Marocains est touché de plein fouet par la crise sanitaire au point qu'en 2020 quelque 33% des ménages ont dû s'endetter pour survivre.
« La hausse des prix se situe entre 25% et 50% sur des produits à forte demande. Comme les lentilles dont le kilogramme est passé de 7,5 à 13 DH ou encore la semoule dont le prix a augmenté de 3 dirhams », nous informe un grossiste, précisant qu'eux-mêmes ils subissent les effets ravageurs de cet état des lieux.
Le prix de l'huile, qui pour rappel avait causé une grande polémique en février dernier au point que les cybernautes ont lancé un appel au boycott, a également connu une montée vertigineuse, passant de 10 dirhams le litre à 16 dirhams.
« Cette augmentation trouve réponse dans le marché international », nous explique sous couvert d'anonymat le responsable des opérations d'une marque d'huile marocaine, notant que les produits utilisés pour la fabrication des huiles de table connaissent une flambée depuis l'année dernière : « Le cours du soja a augmenté de 80% et celui du tournesol de 90% ». Cela dit, l'opinion publique n'exclut pas la possibilité d'une entente anticoncurrentielle entre les différents opérateurs économiques appelant le gouvernement à intervenir.
Mutisme de l'Exécutif
En réaction à la polémique, la Fédération Nationale des Associations du Consommateur (FNAC) a dénoncé le manque de réactivité du gouvernement, appelant par la même occasion les professionnels « à ne pas profiter de la conjoncture pour tirer davantage de profits » et augmenter leurs bénéfices au détriment du consommateur, qui est le maillon faible du circuit.
Dans ce sens, Ouadie Madih, président de la Fédération, nous indique que « depuis que le Maroc a pris le choix en 2000 de promulguer la loi 06/99 sur la liberté des prix et la concurrence, il a laissé le champ libre aux opérateurs de jouer le jeu du marché et le gouvernement ne peut donc pas agir directement sur les prix des produits, du moins pas tous ».
En effet, avant 2000, le nombre de produits dont le prix est réglementé était de 172. Un chiffre qui a dégringolé à 15 groupes de produits et services. Toutefois, la FNAC indique que les appareils de l'Etat, notamment le Conseil de la Concurrence, doivent veiller au respect des bonnes pratiques dans le marché afin de préserver le pouvoir d'achat de la population faisant rupture avec certaines pratiques anti-concurrentielles, telle que la spéculation qui fait grimper les prix.
Ainsi, la Fédération appelle le régulateur à renforcer les audits auprès des entreprises et commerçants afin d'assurer le principe de la concurrence loyale en appliquant la loi relative à la protection du consommateur.

Saâd JAFRI
Repères

Une hausse qui ne date pas d'aujourd'hui
Les prix des produits et services au Maroc connaissent une hausse graduelle depuis plusieurs mois. L'indice des prix à la consommation (IPC) a enregistré une hausse de 2,2% en juillet 2021, comparativement au même mois de l'année précédente, selon le Haut- Commissariat au Plan (HCP). Cette évolution s'explique par la hausse de l'indice des produits alimentaires de 2,8% et de celui des produits non alimentaires de 1,8%, avait indiqué le HCP dans une note relative à l'IPC du mois de juillet 2021.

Le Conseil de la Concurrence s'engage à doubler les efforts
Dans son dernier rapport annuel, le Conseil de la Concurrence a indiqué que sa section chargée des ententes prévoit d'examiner en 2021 les potentielles pratiques anticoncurrentielles dans les secteurs stratégiques de l'économie nationale. A cette fin, la section travaillera en étroite collaboration avec les autres sections, principalement sur des sujets d'ordre commun. Elle entend, aussi, contribuer à l'animation des évènements nationaux et internationaux qu'organisera le Conseil en 2021 et poursuivre son travail de benchmark en s'ouvrant sur la doctrine et la jurisprudence en matière de lutte contre les ententes dans des pays étrangers.

« Au Maroc, le problème n'est pas dans les lois, mais dans leur application »

Nous avons contacté Ouadie Madih, Président de la Fédération Nationale des Associations du Consommateur (FNAC), pour nous donner sa lecture de la hausse des prix des produits de consommation.

- Plusieurs produits alimentaires ont connu une hausse soudaine, suscitant la grogne des consommateurs. Qu'en dit la loi ?

- Depuis l'année 2000, date de promulgation de la loi relative à la liberté des prix et la concurrence, les fournisseurs de produits et services sont devenus libres à la concurrence. Ce qui veut dire qu'ils peuvent vendre les produits aux prix qui leur conviennent, sauf pour les produits réglementés.
Bien sûr, lors de la mise en place de la loi, l'idée était de renforcer les conditions d'une concurrence saine et loyale par l'interdiction des pratiques anticoncurrentielles ou des comportements tendant à fausser le jeu. Néanmoins, pour que les règles du marché soient respectées, il faut que le régulateur applique la loi, afin de prohiber les ententes sur les prix ou sur la répartition des marchés, et les abus de position dominante qu'occupe un opérateur ou un groupe d'opérateurs sur un marché. Dans ce sens, le Maroc accuse toujours un retard.
- Le gouvernement peut-il intervenir pour remédier à la situation ?
- Le problème du gouvernement c'est qu'il ne s'est pas prononcé sur cette hausse des prix, ce qui pourrait mettre une certaine pression sur certaines instances, voire même les opérateurs. Toutefois, le vrai acteur qui devrait entrer en jeu c'est le Conseil de la Concurrence qui, pourtant, dispose de toutes les prérogatives pour jouer pleinement le rôle de gendarme de la concurrence. Celui-ci dispose de la possibilité de s'autosaisir des dossiers dont il devrait user quand les griefs des citoyens se font entendre. Au Maroc, on n'a pas un problème de lois, mais un problème d'application.
- Quels sont les autres problèmes rencontrés par les consommateurs marocains ?
- Il y a un grand manque de respect flagrant de la loi n° 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur et qui imposent à tout fournisseur d'informer le consommateur sur le prix de tout bien ou service qu'il propose, et ce, par voie de marquage, d'étiquetage, d'affichage ou par tout autre procédé approprié. Il faut donc plus d'engagement des ministères de tutelle pour obliger les opérateurs économiques à respecter la loi.

Recueillis par S. J.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.