PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    Transformation digitale au Maroc: une nouvelle stratégie sera prochainement lancée    Allocations familiales: ce que prévoit le gouvernement en 2023    PLF 2023: priorité donnée à l'emploi, les détails    Un sardinier marocain avec 23 marins à bord en difficulté au large de Casablanca    Champions League (tours préliminaires): voici les adversaires du Wydad et du Raja    Mercato : Yassine Labhiri choque le WAC et le Raja en signant à ... Berkane (PHOTO)    Maroc/Covid-19: 191 nouveaux cas et 1 décès ces dernières 24h    Réforme de la Santé: ce que prévoit le gouvernement Akhannouch en 2023    Tanger: un camionneur marocain de 37 ans pris la main dans le sac    Le Marocain Bilal Sahli remporte la médaille d'argent    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule "dans de bonnes conditions", un pic attendu fin août    Taïwan organise des exercices militaires, accuse Pékin de préparer une invasion    Le Groupe arabe à l'ONU salue les efforts soutenus de SM le Roi, Président du Comité Al-Qods    Algérie-arnaque d'étudiants : prison ferme pour deux personnes    Le CCME célèbre les Marocains du Monde et leurs régions    #Dégage_Akhannouch : «le patron d'Afriquia est accusé d'augmenter les prix à la pompe pour s'enrichir»    La France et l'Europe doivent mettre en place une alliance rénovée avec le Maroc (politologue)    Finances publiques: regain de forme des économies    Jeux de la solidarité islamique : Noura Ennadi offre l'or pour le Maroc au 400m haies    Jeux de la solidarité islamique/400 m haies: Noura Ennadi remporte la médaille d'or    Jeux de la solidarité islamique : Laaraj offre l'or au Maroc, El Bouchti en argent au taekwondo    Football : Le championnat marocain, destination préférée des joueurs algériens    Bourse de Casablanca: Clôture en bonne mine    L'endettement financier des ENF à près de 821 MMDH en 2021    Juillet 2022, l'un des plus chauds mois jamais enregistrés dans le monde    Compteur coronavirus: 191 nouveaux cas, plus de 6,7 millions de personnes ont reçu trois doses du vaccin    La Marine royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Les murales forcent l'admiration par leur esthétique    Maroc : La SNRT ouvre ses portes aux associations des Marocains du monde    Célébration de « Baba Achour »    Le moussem de Moulay Abdellah Amghar revient après deux ans de suspension    Les Casques bleus en Afrique, entre consentement et crise de légitimité    Une nouvelle étude révèle que 58% des maladies infectieuses seraient liées aux menaces climatiques    Frontière turco-syrienne : Erdogan déterminé à mettre en place un corridor de sécurité    L'UE annonce une aide de 261 millions d'euros à l'UNRWA    Les Etats-Unis et les pays africains, des « partenaires égaux » face aux nouveaux défis    Accord de paix au Tchad: l'ONU salue une « étape importante » dans l'histoire du pays    La culture autre levier de la diplomatie marocaine    Le «Pavillon Bleu» hissé pour la 11è fois consécutive sur la plage d'Aglou à Tiznit    Clôture à Ain Leuh du 21ème Festival national d'Ahidous    Beyonce au sommet des ventes aux Etats-Unis, une première depuis près de 15 ans    Interview avec Ahmed Taoufik Moulnakhla : « Nous voulons contribuer au développement du partenariat Sud-Sud »    Najat Aâtabou danse et chante à l'occasion d'Achoura (VIDEO)    Météo. Voici le temps qu'il fera ce mardi 09 août au Maroc    Le Conseil de sécurité de l'ONU se penche sur la situation à Gaza    Le «Parlement itinérant» fait escale à Tanger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Magazine : Meriam Benkirane, déconstruire c'est construire
Publié dans L'opinion le 12 - 06 - 2022

L'artiste multidisciplinaire expose « Reflect » jusqu'au 3 juillet à Casablanca à la Galerie d'art 38. Un ensemble de toiles à géométrie mécanique, aux teintes captivantes et une approche urbaine intense. Elle y titille une modernisation sans garde-fous. Entre autres.
L'aveuglement par la couleur est-il possible ? Oui, et on en redemande. L'aveuglement ici est multiple, pluriel. Scruter une oeuvre de Meriam Benkirane c'est donner la deuxième joue avec un déconcertant consentement. Elle parle de nous, de ce que nous sommes ou pas, de notre douceur, de notre rigidité, de notre environnement, des cris de nos villes que nous refusons de considérer.
Nos vies sont ainsi décortiquées dans un élan de désolation enveloppée d'espoir, une sorte de rappel à l'ordre, un constat fait de fééries ravalées. Qu'attendons-nous d'un monde qui chatouille nos entrailles, nos libertés, l'air que nous respirons? Qu'il soit mieux appréhendé, plus gardé à distance puisque c'est en s'éloignant que nous voyons mieux ce qui nous entoure. Cet entourage est finalement en nous et ne souhaite pas prendre congé de notre quotidien. Il est là, féroce, fruit d'acharnements d'humains accros à une technologie galopante. Où ira cette folie de la démesure ? Là où on ne l'attend pas, là où elle s'évertue à nous expliquer qu'avant ce n'était pas mieux. Un « nous » global où l'arroseur est également arrosé.
Eclaircissement, démystification
Le travail de Meriam Benkirane chatoie, tutoie. Quittant ses préoccupations d'architecte d'intérieur, l'artiste prend dans ses bras l'urbain, étreigne son interminable évolution. L'approche n'est pas innocente, le résultat édifiant. S'armant de formes joyeusement géométriques qu'elle imbrique à l'infini, elle rajoute le questionnement à la perplexité ambiante. Un chromatisme à haute intensité s'occupe d'éblouir.
En fait, Meriam est dans l'éclaircissement, la démystification. Et pour démystifier, il faut bien s'engouffrer dans la faille qui engendre l'analyse. Sa relation avec l'art ressemble aux rapports d'un couple qui donne pour surprendre. Humaine à outrance, elle constate, rend compte et donne à réfléchir.
Elle convoque le mécanique pour ensuite l'adoucir, se jette à bras-le-corps dans des décompositions vertigineuses, pose son empreinte sur des surfaces qui ont du mal à s'aplatir. Partageons ce fragment d'un poème que l'artiste choisit de ne pas titrer : « Et moi je rêve de silence / Pendant que je me transforme en bruit / Mon essentiel est habité par des envies qui ne sont pas miennes / Je les traine comme des chaines. » C'est que ça bouillonne dans l'esprit de cette grande fille qui sait de quoi elle cause : dessinatrice, peintre, sculpteure et installatrice, elle n'oublie pas de fouiner dans l'univers du digital. Un « plusieurs en un » qui la rapproche du multilinguisme plastique qu'elle compte continuer à déclamer. Avec l'exposition « Reflect », Benkirane transmet aussi des sons, musicalité douce-amère d'une urbanité qui frôle le kitsch, s'en éloigne avant de lui réclamer un droit de suite. Elle use du présent narratif que seuls les esprits au passé simple voient en parfait conditionnel.
Elle se raconte, nous conte, clame l'immédiat qui la fait avancer. Mohammed Kacimi disait : « Je suis un peintre qui cesse de parler au nom des ancêtres. Je suis plus intéressé par la mutation, le questionnement. L'interrogation d'une pensée envoûtante, sorcière, magique, déroutante, souvent en anachronisme avec mes préoccupations temporelles. » Alors, les oeuvres de Meriam s'identifient-elles à une quelconque mutation et spécifiquement à l'art contemporain ? Si le contemporain est fraîcheur, elle y a contemplativement sa place.
S'il est générique, elle l'accompagne tout au plus. La contemporanéité des toiles de « Reflect» est dans ce discours fragmenté qui s'ajuste tel un puzzle aux pièces pas encore usinées. Aucune comparaison avec d'autres artistes qui nagent dans pareilles eaux n'est à conseiller face à ce qui ressort de la fluidité hachée et agréablement soutenue du langage de Meriam Benkirane. Subjectivité et continuel mouvement prennent à la gorge cette agitatrice qui sait respirer du nez.
Anis HAJJAM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.