Les dépouilles des deux camionneurs marocains tués au Mali rapatriées au Maroc    Politique de vaccination : Le pragmatisme marocain    Covid-19: 2.432 nouveaux cas, plus de 17,2 millions de personnes complètement vaccinées    Technologie. Une nouvelle gomme increvable signée Michelin    Evolution du coronavirus au Maroc. 2432 nouveaux cas, 913.423 au total, jeudi 16 septembre 2021 à 16 heures    Elections du 8 septembre: la stratégie digitale des partis politiques disséquée    Transport aérien: Emirates lance une campagne de recrutement mondiale incluant le Maroc    Les provinces du Sud connaissent un essor remarquable sur tous les plans    Attente...    ONDA : Plus de 3,56 millions de passagers internationaux entre le 15 juin et le 31 août    Technologie : Des fenêtres qui fournissent de l'énergie    L'économie mondiale va rebondir mais de manière inégale selon les régions    Initié par l'Ambassade des Pays-Bas au Maroc, un Demo Day pour couronner les 3ème Orange Corners Morocco    M. Babou Sène, nommé Consul général de la République du Sénégal à Dakhla    Libye : l'Egypte, le Maroc et la communauté internationale appellent les autorités à tenir les élections comme prévu    Israël : Vers le lancement d'un projet de fabrication de drones au Maroc    La CDG intègre le programme DATA TIKA de la CNDP    Régulation des plateformes numériques : Mme Akharbach appelle à une coopération internationale impliquant l'Afrique    PJD : après la déroute électorale, la dure thérapie de groupe    Contrôles continus: le ministère fait une annonce    Le Maroc se dote d'une série de drones autonomes    Cinéma : L'Institut Français du Maroc rouvre ses salles de projection    Festival : la 14ème édition du Festival national du Zajal se donne à voir en digital    Défense : Défis et ambitions de la future industrie marocaine de l'armement    Hamdi Ould Errachid reconduit à la tête du conseil de Laâyoune-Sakia El Hamra    Sécurité : AUKUS, un pacte qui souffle à la France un marché de 50 milliards d'Euros    Fathallah Sijilmassi nommé Directeur général de la Commission de l'Union Africaine    Covid-19 : plus de 70% de la population chinoise entièrement vaccinée    Le Maroc reçoit 5 millions de doses du vaccin Sinopharm    Covid-19 au Maroc : où en est la situation nationale ?    La reconnaissance du pass vaccinal marocain par l'UE n'impacte pas les conditions d'accès aux pays européens    Le changement climatique pourrait pousser 1,9 million de Marocains à migrer d'ici 2050    Classement FIFA: Les Lions de l'Atlas au 33ème rang    Botola Pro D1 / FAR-JSS (0-3) : Victoire méritée de Chabab Soualem    Interview avec Neta Elkayam : «Je m'intéresse à beaucoup de musiciens marocains contemporains»    Xander Pratt dévoile son nouveau titre en hommage à Casablanca    La France a éliminé Abou Walid Al-Sahraoui, ancien membre du Polisario et chef de l'EI au Grand Sahara    Tokyo 2020: les athlètes médaillés célébrés par la Fondation Mohammed VI    Radisson Hotel Group : Une expansion record au Maroc et en Afrique du Nord    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Match nul pour Séville, En Nesyri voit rouge    Abdelkader Bourhim: "Le sport, parent pauvre des programmes électoraux"    Le plus haut gradé américain craignait que Trump n'attaque la Chine    Cinéma : L'IF du Maroc rouvre ses salles de projection    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    Arts plastiques : Samira Ait El Maalam expose sous le thème «Vortex»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pour un code de conduite morale
Nouveau code de la route
Publié dans L'opinion le 03 - 02 - 2010

Une gestation souffreteuse, une délivrance au forceps, des premiers pas que certains tentent d'entraver. Le nouveau code la route est né dans la douleur. Même si sa mise en application n'est prévue qu'à l'automne prochain, il n'en est que temps.
Car il est vrai que les accidents sur les routes marocaines ne se comptent plus. Et le nombre des victimes de la circulation se chiffre par dizaines de milliers entre morts, estropiés à vie, et autres blessés. Les veuves et orphelins de cette hécatombe sont des dommages collatéraux (excusez le cynisme).
Il nous fallait donc ce nouveau code coûte que coûte. On l'a. Mais pourrait-il être suffisant pour changer la situation? Saura-t-il nous rendre plus sûres nos routes? Pourrait-on, après son entrée en vigueur, réapprendre à faire confiance aux professionnels de l'asphalte et même aux conducteurs particuliers? Nous ne pouvons que l'espérer, tant que c'est une question qui implique tout un chacun.
Car si le nouveau code de la route est là, on a aussi besoin d'un code de conduite morale. La loi à elle seule ne peut changer les mœurs, encore moins le comportement. Du moins pas du jour au lendemain.
De mémoire de Marocain (législateur soit-il ou citoyen) jamais projet de loi n'a remué cieux et terre autant que l'a fait le nouveau code de la route.
Et paradoxalement, tout le monde a focalisé un seul aspect du texte, à savoir le côté sanctions, amendes et permis à point, occultant du débat tous les autres points de la loi.
La grogne est venue surtout des routiers professionnels. Et Dieu sait qu'ils sont nombreux.
Et force est de reconnaître que pour certains de leurs arguments, ils ont raison. A titre d'exemple, un chauffeur d'autocar ou de camion risquait de perdre tous les points de son permis dans un simple aller-retour Casablanca-Agadir. Justement ou injustement, là est la question.
Car nul n'ignore que certains comportements régissent ou sévissent sur les routes plus que la réglementation.
L'idée est de ne jeter l'opprobre sur personne. Tant que nous sommes tous responsables. Des conducteurs qui préfèrent «s'arranger» plutôt que de payer l'amende et des agents d'autorité (police et gendarmerie) qui préfèrent «êtres tolérants» plutôt que de verbaliser. Et chacun y trouve son compte.
Ce n'est là qu'une incitation au non respect du code de la route et un encouragement, voire une incitation à l'infraction. Avec tout ce que cela peut drainer en conséquences dramatiques.
D'où l'impérieuse nécessité d'un code de conduite morale en parallèle avec le nouveau code de la route.
Car le nouveau code de la route était vraiment nécessaire. Et quand bien même présenterait-il quelques lacunes, hiatus, quitte à rectifier le tir au fur et à mesure de sa mise en application.
L'essentiel: le nouveau code est là, même si son accouchement a été des plus douloureux.
Imaginez des négociations avec 60 syndicats représentant les différents segments du secteur! Et arriver au bout à un consensus sur le texte relève du miracle plus que d'une prouesse. Sans oublier les va-et-viens entre les commissions et les plénières des deux Chambres parlementaires.
L'essentiel, le texte est là, et il n'en est que temps, même si on lui reconnaît un caractère d'intransigeance et de sévérité. Il ne reste qu'à se conformer à la loi et aux agents de la sécurité routière qu'à faire respecter la loi sans complaisance ni marchandage.
Cela ne se fera pas facilement ni du premier coup. Mais gageons que tout le monde s'adaptera avec le temps.
Et pour conclure, il y a lieu de noter qu'on oublie que le nouveau code ne contient pas que des sanctions.
Il y a aussi, pour ne citer que ces points, la réforme des auto-écoles et des centres de visite technique et les avantages sociaux, autrefois inexistants, et dont bénéficieront les professionnels. Et on aimerait bien que le département de M. Ghallab soit plus prolixe en communication sur l'ensemble des volets du nouveau texte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.