Maroc/Conseil de gouvernement : Voici l'ordre du jour de la réunion du 15 avril    L'Europe doit être pragmatique et ouvrir son propre bureau de représentation dans les provinces du Sud du Maroc    AXA Crédit: résilience avérée dans un contexte de crise sanitaire    Meeting Fédéral d'Athlétisme: Deux nouveaux records nationaux battus par Siba et Koussi    Violence subie par les hommes: les constats de l'enquête du HCP    Fusillade devant un hôpital à Paris: un mort et un blessé grave    L'élevage avicole algérien affecté par la fragilité économique et les faiblesses technologiques    Football / Ligue du Gharb : L'équipe «Al Achbal » remporte le tournoi des U12    Contrôles pendant Ramadan: l'ONSSA se mobilise    FRMF : Zakaria Aboub, seul rescapé de la restructuration de la DTN    Ligue des Champions : l'Afrique du nord en force en quarts de finale    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Coronavirus : les déclarations chinoises sur une faible efficacité des vaccins sont un «malentendu»    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    Football : mort d'un joueur après s'être effondré lors d'un match de championnat amateur    MM. Bourita et Le Drian réaffirment l'excellence des relations bilatérales    L'Arabie saoudite annonce le début du mois de Ramadan    La Chine approvisionnera le Maroc de 10 millions de doses de vaccins courant avril et mai    DMG : de fortes averses orageuses et rafales de vent attendues mercredi et jeudi    Les clés de la solidarité pour ouvrir les portes du Ramadan.    Le président de la commune de Louta visé par une enquête    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour lundi 12 avril    Raja: ce qu'a dit El Bekkari après la victoire contre Pyramids (CAF)    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    L'Ouganda et la Tanzanie se lient pour la construction d'un oléoduc    Tanger: localisation de deux mineurs objets d'un avis de recherche dans l'intérêt des familles    Ramadan 2021: voici les horaires de travail dans les administrations au Maroc    Le Sahara marocain plombe la diplomatie algérienne et envenime les relations entre Alger et Paris    Nadir Yata incarnait une formidable force militante    Pyramids-Raja: les buts du match (VIDEO)    Liga : Bounou, En-Nesyri et Munir attendus face au Celta Vigo    Droits des sociétés : Les principales nouveautés    Météo au Maroc: le temps qu'il fera ce lundi    France: stupeur et condamnation après des actes ciblant les musulmans à l'approche du Ramadan    Lois électorales : Feu vert de la Cour constitutionnelle    Selon le FMI, le Maroc sur une bonne trajectoire    Tijara 2020 : La formation du capital humain, un véritable levier de développement    Edito : Débat clos    Salé : Voici les lauréats du concours de sculpture métallique monumentale récompensés    Regain de tension dans le Donbass    Nora Iffa, une voyageuse engagée    Melehi et Chebaa à l'affiche    L'écriture poétique et l'esprit de l'amour… !    "L'Oiseau bleu " de Mouha Ouhdidou, Grand Prix du Festival national du court-métrage d'Oujda    Classement Forbes : deux Marocains parmi les milliardaires africains en 2021    Agence Bayt Mal Alqods : les lauréats du concours "Les couleurs d'Al Aqsa" primés    Le Maroc à l'OMC: La révolution contre les déchets plastiques aura-t-elle lieu ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fouad Douiri: “Le Maroc pour la réforme de la gouvernance internationale de l'environnement"
Publié dans L'opinion le 22 - 02 - 2013

Le Maroc soutient le processus de réforme de la gouvernance environnementale au sein du système des Nations Unies, a affirmé, mercredi à Nairobi, le ministre de l'Energie, des mines, de l'eau et de l'environnement, Fouad Douiri.
Dans un entretien à la MAP en marge de la 27è session du Conseil d'administration du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), le ministre a souligné que le Royaume, au sein du Groupe Africain et du G77+Chine, appuie ce processus de réformes.
Un PNUE renforcé donnera plus de force politique à l'action environnementale internationale, a-t-il estimé, notant que la réforme de la gouvernance environnementale permettra de consolider la cohérence et la synergie avec les autres institutions internationales et d'apporter l'appui aux pays en développement pour améliorer et mettre en œuvre leurs politiques nationales dans ce domaine.
Pour le ministre, le renforcement du PNUE doit être accompagné d'une augmentation de ses ressources financières et de sa capacité à répondre aux besoins des pays en développement.
Concernant les Objectifs de Développement Durable (ODD), le Maroc se félicite de la décision adoptée à Rio pour lancer un processus au sein des Nations Unies sur ces objectifs, a-t-il affirmé, estimant toutefois que la définition des ODD doit se baser sur le principe de responsabilités communes mais différenciées, sur les capacités respectives des pays et le principe d'équité.
Les ODD doivent prendre en considération les trois piliers (économique, social et environnemental) du développement durable d'une manière équilibrée, a-t-il relevé, soulignant l'importance des moyens de mise en œuvre notamment en matière de financement et de transfert de technologie.
Selon lui, les ODD doivent s'appuyer sur les résultats des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), établis en 2000, et qui ont réaffirmé le lien entre environnement et développement en faisant de la durabilité écologique une condition du développement socio-économique.
Abordant la 27è session du CA du PNUE, qu'abrite Nairobi du 18 au 22 février, le ministre l'a qualifiée d'étape clé dans l'histoire du Programme onusien créé il y a 40 ans à Stockholm en tant que principale autorité chargée de promouvoir l'environnement au sein du système des Nations Unies.
Cette première session universelle du Conseil s'inscrit, selon le ministre, dans le processus de mise en œuvre des décisions du dernier Sommet de Rio+20 notamment en ce qui concerne le renforcement du PNUE et la consolidation du pilier environnement du développement durable afin d'assurer un meilleur équilibre avec les deux autres piliers social et économique.
M. Douiri a indiqué que l'ordre du jour de la session prévoit également l'examen de deux autres thèmes importants issus des décisions du dernier Sommet de Rio, notamment les ODD et la mise en œuvre du Plan d'action sur les modes de consommation et de production durables, notant que les autres décisions du CA du PNUE concerneront le suivi de l'état de l'environnement mondial, la gestion des produits chimiques et des déchets, le budget et le programme de travail pour l'exercice biennal 2014-2015.
Au sujet des actions du Maroc en faveur de l'environnement et du développement durable, le ministre a rappelé que depuis la Conférence de Rio en 1992, le Royaume s'est engagé dans un processus de mise à niveau environnementale visant à concilier le développement socio-économique avec la préservation de l'environnement.
Dans le cadre de ce processus, des efforts importants ont été déployés pour la mise en place d'un cadre juridique et institutionnel adéquat en matière d'environnement, s'est félicité le ministre, rappelant l'adoption d'une série de législations telles la loi sur les études d'impact sur l'environnement, et les lois sur l'eau, la lutte contre la pollution de l'air, les déchets, les énergies renouvelables, l'efficacité énergétique, les aires protégées, et le projet de loi cadre sur l'environnement).
Le ministre a aussi rappelé la mise en place de stratégies sectorielles ambitieuses intégrant la dimension environnementale et les principes du développement durable, outre les programmes de mise à niveau environnementale pour résorber le déficit en matière de gestion des déchets et d'assainissement liquide.
Selon lui, ces programmes vont être accompagnés par un processus de développement des filières de valorisation des déchets prioritaires notamment les huiles usagées, les pneus usés, les batteries usées et les emballages plastiques, l'objectif étant de promouvoir l'éco-conception, le recyclage et la gestion efficace des ressources.
Dans le secteur de l'énergie, M. Douiri a expliqué, chiffres à l'appui, que la nouvelle stratégie devrait permettre d'économiser 12 pc de la consommation énergétique à l'horizon 2020 et 15 pc à 2030 par la promotion de l'efficacité énergétique dans la majorité des secteurs économiques tels le bâtiment, l'industrie et le transport.
Cette stratégie, a-t-il soutenu, vise à développer les énergies renouvelables qui devront atteindre 12 pc de la part de l'énergie primaire en 2020 et 20 pc en 2030, notant qu'elle a été consolidée récemment par le lancement de deux programmes ambitieux sur l'énergie solaire et éolienne dont la mise en œuvre permettrait, d'ici 2020, d'augmenter de 26 à 42 pc la part des énergies renouvelables dans le bilan électrique national.
Dans le domaine de l'eau, le ministre a indiqué que la stratégie nationale a institué une nouvelle politique de gestion de l'eau basée sur l'économie de cette ressource vitale notamment dans l'agriculture, la réutilisation des eaux usées épurées et le dessalement de l'eau de mer.
Au niveau industriel, il a indiqué que le lancement du programme national de prévention de la pollution industrielle devra servir en tant qu'instrument de référence et d'orientation pour la planification des actions de prévention de la pollution industrielle et de promotion d'un développement industriel durable, rappelant la création d'un Centre marocain de production propre avec pour objectifs d'assister les opérateurs économiques à acquérir et intégrer les principes de développement et d'en faire un facteur d'amélioration de la compétitivité et de l'image de marque de l'entreprise.
Le ministre a, en outre, rappelé la mise en place par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) d'une charte de la Responsabilité sociale de l'entreprise et d'une procédure de labellisation des entreprises.
Dans les autres secteurs, plusieurs stratégies de développement intégrant la dimension environnementale ont été lancées, a-t-il poursuivi, citant entre autres le Plan Maroc Vert (PMV), la stratégie logistique, le programme Halieutis et la stratégie du tourisme.
Pour accompagner ces stratégies, des mécanismes d'incitation ont été mis en place à travers la création d'un Fonds de dépollution industrielle (FODEP), un Fonds national de l'environnement (FNE) et la promotion du Mécanisme de développement propre (MDP), a ajouté M. Douiri, rappelant la décision d'instaurer "une écotaxe sur les emballages plastiques" à partir de 2014, dont les ressources seront versées dans le FNE et serviront par la suite pour le développement des filières de recyclage.
Eu égard au rôle d'exemplarité que doivent jouer les pouvoirs publics en matière de promotion des modes de production et de consommation durables, le ministre a rappelé l'élaboration d'un nouveau Code des marchés publics intégrant les critères de durabilité dans la passation des marchés publics, notant qu'un projet a été initié avec le PNUE pour renforcer les capacités nationales en matière de développement d'outils de mise en œuvre, et permettre à terme l'élaboration d'un Plan national d'achats durables.
M. Douiri a souligné qu'en matière de sensibilisation et d'éducation, des programmes ciblant tous les acteurs de la société ont été lancés, relevant que ces stratégies visent, entre autres, la mobilisation, la conscientisation et le changement de comportement en vue d'encourager la consommation responsable.
Ces programmes, a dit le ministre, sont mis en œuvre dans le cadre d'une approche partenariale impliquant la société civile notamment avec la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement "qui mène des actions exemplaires particulièrement en matière d'éducation des jeunes à l'environnement et au développement durable".
Cette volonté politique, a affirmé le ministre, se trouve maintenant consacrée par l'élaboration du projet de loi portant Charte nationale sur l'environnement et le développement durable qui guidera les actions de tous les acteurs de la société en vue de réaliser un développement intégrant parfaitement les considérations économiques, sociales et environnementales.
Propos recueillis par Mohamed NASSIRI à Nairobi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.