Deux jalons de taille pour marquer la réunion du Conseil de sécurité    Driss Lachguar, hôte de la Fondation Lafqui Titouani    Le Polisario recherche désespérément son chef    Aïd Al Adha: 8 millions de têtes d'ovins et de caprins seront identifiées (Akhannouch)    Maroc : Adoption en commission d'un projet de loi relatif au blanchiment des capitaux    La généralisation de la protection sociale, un levier d'intégration de l'informel    Tchad : le président Idriss Déby Itno tué au front    Famine : des ONG demandent 5,5 milliards de dollars pour sauver 34 millions de personnes    La main tendue du Maroc au Liban    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec le rival saoudien    Mourinho démis de ses fonctions d'entraîneur à Tottenham    Botola Pro D1: Les rencontres dominicales sanctionnées par des marques de parité    En-Nesyri donne la victoire au FC Séville    Les services de la sûreté d'Errachidia à pied d'oeuvre dans la lutte contre le trafic de drogue    L'examen national unifié du baccalauréat entre les 8 et 12 juin    Le passeport vaccinal prend son envol    « Ch'hiwa Bel Khef »: le « Batbout » (VIDEO)    "Annette" de Leos Carax, film d' ouverture du 74ème Festival de Cannes    Le journaliste et critique d'art Jamal Boushaba n'est plus    Journée internationale des monuments et des sites: Un riche programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Décès de l'ancien vice-président américain Walter Mondale à l'âge de 93 ans    La cour constitutionnelle statue sur le nouveau quotient électoral    Chambre des représentants : un projet de loi relatif au blanchiment des capitaux adopté en commission    La France connaît une décroissance « fragile » de l'épidémie    Espagne: le « passeport sanitaire » bientôt lancé    La Super League va « sauver le football », selon Florentino Pérez    La BVC ouvre proche de l'équilibre    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour mardi 20 avril    Ukraine : Washington dénonce l'«escalade» de Moscou en mer Noire    Botola Pro D1 : la valse habituelle des entraîneurs continue    Khénifra/Service des urgences : une vidéo publiée sur internet fait réagir la Direction régionale de la Santé    Acteur majeur dans le secteur immobilier au Maroc, Sarouty place ses engagements sociétaux au cœur de sa stratégie    Avec un financement MCA : 11 millions de dollars pour la zone industrielle de Bouznika    Perspectives du secteur agricole sur le continent : La digitalisation technologique, facteur de productivité    Secousse tellurique de 3,8 degrés dans la province de Driouch    Météo: le temps prévu ce mardi 20 avril au Maroc    La COVID-19 ravage les camps de Tindouf et touche le personnel de l'ONU    La terre a tremblé dans cette province du Maroc    SM le Roi félicite M. Patrice Talon à l'occasion de sa réélection Président de la République du Bénin    Cette semaine en Liga...    "Jazirat Al Kanz": La saison 6 démarre ce mardi à 22h45 sur 2M    Open d'Espagne de Taekwondo:Achraf Mahboubi médaillé d'or    Le Maroc et le Danemark veulent élaborer un agenda post-pandémie    Arrivée à Beyrouth du 2è lot des aides alimentaires    Jubantouja est inspiré du Roi de la Mauritanie Juba II    Le 1er dictionnaire espagnol-arabe de football, présenté en ligne mardi prochain    Un riche programme de sensibilisation et de vulgarisation autour des valeurs historiques de Rabat    VIDEO// Le danseur et chorégraphe belgo-marocain Sidi Larbi Cherkaoui en direct sur Info Soir de 2M    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Points Sur les i
Publié dans L'opinion le 16 - 05 - 2013

Au lendemain de son titre de champion, le PSG a voulu fêter l'événement sous les ors et les éclats de la Ville Lumière.
Las... las... au lieu de la munificence, il a rencontré les éclaboussures d'un volcan mal éteint, comme des boues ardentes qui continuent d'être projetées après une éruption.
Il n'y a pas de fumée sans feu, tout ce qui arrive à une cause précise, une explication. Il est vrai qu'il est plus facile de justifier après coup ou de tirer des conclusions que de réussir des prévisions justes.
A Paris, tout le monde a eu tout faux, personne n'a rien vu venir et au lendemain des dérives, on se pressait sur les plateaux de télévision pour dénoncer avec un refrain bien connu, « c'est la faute à l'autre, quant à moi, je vous l'avais bien dit... ». Ainsi, après les vitrines cassées et les biens publics dévastés, voici le temps des débats bidons ou carrément biscornus.
On ne sait pas ce qu'il y a de pire pour le football : les ultras ou les scientifiques de la parlote.
Ils sont tout aussi nocifs les uns que les autres et on n'est pas près d'en voir le bout ou même le début d'un embryon de solution.
Le journal « Le Monde » est parti tout droit et n'a pas hésité à écrire que « derrière les incidents, la fronde des ultras contre les Qataris ».
On pourrait prendre cela au premier degré et voir là comme le rejet, bien connu, de... l'Arabe.
Or, ce n'est pas le cas, c'est plutôt la manière de gérer du président Nasser Al Khlaïfi qui a créé une cassure entre le PSG et une partie de ses supporters.
A la vérité, avant l'arrivée des Qataris, beaucoup de regrettables événements avaient déjà créé cette rupture, mais Nasser n'a rien fait pour arranger les choses. « En appliquant une hausse des tarifs de la billetterie et favorisé la constitution de tribunes familiales, (les Qataris) ont facilité une politique de fichage systématique. Il y a une absence totale de contre pouvoirs, l'oubli des valeurs et de l'âme du club. On est tombé dans l'élitisme avec un public consommateur de spectacles », écrit Rami Dupri dans « Le Monde ».
Le soir où les «élites » ont voulu aller rencontrer le « populo », ils en ont eu pour leur argent. Sans jeu de mots fâcheux.
Très cruel pour le PSG qui clame haut et fort son désir de devenir un grand club européen, alors que le même soir à Manchester ou Barcelone, les 2 villes fêtaient leurs champions dans le calme et le respect. Une vraie fête dont les images somptueuses tranchaient avec le chaos parisien.
Le Qatar a de quoi avoir le cafard.
La prochaine fois, il comprendra qu'il y a des choses à respecter et que l'argent, bien heureusement, ne règle pas tout.
Match de Coupe d'Afrique demain à Rabat avec un très attendu FUS-FAR qui va réallumer la flamme des grandes soirées foot de la capitale aux mille remparts. Cela fait longtemps que les deux clubs r'batis n'ont pas eu à relever un tel défi.
Qu'il soit relevé, In Chaâ Allah, dans les règles de l'art.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.