Maroc-Japon : Huit étudiants marocains sélectionnés au programme «African Business Education» 2020    Plus de 3,13 MMDH pour la santé    Anass Benzaaboune, quand le talent passe de YouTube au grand écran    Ahmed Dgharni tire sa révérence    Sahara: l'Alliance du Pacifique réitère son appui à l'initiative marocaine d'autonomie    La rentrée décisive    Droits de l'Homme : La CRDH de Guelmim-Oued Noun tient sa première réunion ordinaire    Nouveau consul espagnol à Rabat    Un colloque dédié au secteur de la presse à l'initiative de l'ANME    PLF 2021, l'autre facette : Coupe budgétaire, annulation de crédits ouverts, emprunt extérieur…    Tourisme: l'ONMT passe à la vitesse supérieure    PLF 2021: plus de 20.000 postes budgétaires prévus    L'ONMT reprend les Fam Trips    Le PLF-2021, un projet réaliste qui tient compte des «capacités objectives»    Le HCP compte réaliser une nouvelle enquête nationale sur la famille    Smartphones : realme remporte 5 prix internationaux de design    Débat du siècle. Combattre l'économie turque mène en enfer    La FIFA lance son programme exécutif de lutte contre le dopage    La RSB qualifiée pour sa deuxième finale consécutive    Hakimi, l'ailier qui déborde d'ambition à l'Inter    L'Atletico Madrid privé de Diego Costa face au Bayern Munich    Un premier centre de campagne privé au quartier Derb Sultan à Casablanca    El Otmani: les mesures prises ont démontré leur efficacité    Agriculture sans glyphosate : Les Domaines agricoles avant-gardistes    Le fructose peut causer le trouble bipolaire    Coronavirus : des conseils pour passer le test PCR sans danger    De nouvelles annonces sur le renforcement du partenariat stratégique Maroc/Etats-Unis    Boujemaâ Lakhdar, le maître    Le Maroc récupère 25.500 pièces archéologiques rares    Cinemed. Les films marocains cartonnent au festival de Montpellier    "La lecture, acte de résistance": «Un élan de solidarité citoyenne pour sauver le livre»    Alerte météo : Fortes rafales de vent mardi dans plusieurs régions    Bolivie: Le dauphin d'Evo Morales vainqueur de l'élection présidentielle    Dakhla : Mise en échec d'une tentative d'émigration illégale    Bilan quotidien: 2.117 nouveaux cas, dont 651 à Casa-Settat    Colonisation de Mars – Elon Musk a déjà la date    Un Raja à bout de souffle surpris par le Zamalek    Coup dur pour Liverpool    Stage des U20 à Maâmoura    Luis Arce, vainqueur de la présidentielle en Bolivie    La campagne dans les Etats-clés se tend davantage    Coronavirus : Badr Hari testé positif    Kirghizistan: Démission du président Sooronbay Jeenbekov    Langages du Sud se penche sur le rôle du sport dans l'éducation et la citoyenneté    Scandale. Adil Rami va-t-il balancer les sextapes tournées avec Pamela Anderson ?    France: le gouvernement annonce un plan d'action contre la radicalisation    Saeb Erekat hospitalisé à Jérusalem    Google célèbre le 110ème anniversaire de Farid Al Atrach    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liban: 3 morts lors d'un attentat dans un fief du Hezbollah
Publié dans L'opinion le 17 - 01 - 2014

Trois personnes ont été tuées et 25 blessées jeudi par l'explosion d'une voiture piégée dans un fief du Hezbollah chiite dans l'est du Liban, a indiqué une source médicale.
Selon une source des services de sécurité, l'attentat a eu lieu «devant le bâtiment du siège local du gouvernement» sur la place centrale de Hermel, ville de la plaine de la Békaa située à une dizaine de km de la frontière avec la Syrie, où la guerre fait rage depuis trois ans.
C'est la première fois qu'un attentat à la voiture piégée frappe le Hermel depuis le début en mars 2011 du conflit en Syrie, où le Hezbollah combat les rebelles au côté du régime de Bachar al-Assad, a ajouté cette source.
Des attaques aux obus de mortier liées à la guerre en Syrie avaient auparavant visé le Hermel et des attaques armées avaient visé des positions du Hezbollah ailleurs dans l'est du Liban.
S'exprimant sur la télévision du Hezbollah, Al-Manar, le ministre libanais de l'Intérieur Marwan Charbel a déclaré qu'il s'agissait probablement d'un attentat suicide.
«L'attaque s'est produite à 08H55 locales (06H55 GMT), au moment où les gens se rendaient à leur lieu de travail», selon un responsable.
Les habitants ont été pris de panique dans les minutes ayant suivi la forte explosion, qui a aussi provoqué des dégâts dans plusieurs immeubles, selon les témoins. Les forces de sécurité ont été immédiatement déployées sur les lieux.
Selon une source médicale, 3 personnes ont été tuées et 25 blessées dans l'attentat, le cinquième à frapper en six mois un fief du Hezbollah depuis que ce mouvement a envoyé des hommes combattre les rebelles aux côtés des troupes du régime en Syrie.
Le dernier attentat en date à viser un bastion du Hezbollah au Liban remonte au 2 janvier. Une voiture piégée avait explosé dans la banlieue sud de Beyrouth faisant cinq morts.
Avant cette attaque, un attentat à la voiture piégée a tué le 27 décembre à Beyrouth Mohammad Chatah, un ex-ministre sunnite de la coalition libanaise hostile au Hezbollah et au régime Assad.
Depuis l'implication du Hezbollah dans la guerre en Syrie voisine, le Liban a été ébranlé par une vague d'attentats, et les détracteurs de cette formation l'accusent d'avoir ainsi entraîné le pays dans la violence.
Les attentats ont exacerbé la division déjà profonde au Liban entre pro et anti-Assad, mais aussi les tensions entre chiites menés par le Hezbollah et sunnites représentés par l'ex-Premier ministre Saad Hariri.
Le clan Hariri avait affirmé que les responsables de l'assassinat en 2005 de l'ancien dirigeant libanais Rafic Hariri, père de Saad, étaient également responsables de la mort de Mohammad Chatah.
Le procès de quatre membres du Hezbollah accusés de l'assassinat de Rafic Hariri s'ouvre ce jeudi devant le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) à La Haye. Le TSL devra néanmoins composer avec l'absence des accusés, toujours en fuite malgré des mandats d'arrêts internationaux.
Le Hezbollah a maintes fois dénoncé ce tribunal en l'accusant d'être un «outil israélien et américain».
Rafic Hariri, un ex-Premier ministre, avait péri le 14 février 2005 quand une camionnette piégée avait explosé sur le front de mer de Beyrouth alors qu'il se rendait à son domicile à bord d'un véhicule blindé. L'explosion avait été équivalente à celle de 2,5 tonnes de TNT.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.