Liban: Michel Aoun promet des mesures concrètes    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Le gouvernement table sur une enveloppe de 198 milliards de DH en 2020    Conférence internationale sur la justice: Le texte intégral de la lettre royale    Les fantaisies d'un président!    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Journées musicales de Carthage. Un festival courageux !    Azrou promeut la culture coréenne    Diva Châbiaa à la voix sur le cœur    Label'Vie. "Une valeur de croissance au profil résilient"    PLF 2020: Les chiffres à retenir    Nabil Benabdallah: «Il faut redonner un sens à l'action politique»    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Une belle leçon des joueurs botolistes    Dernier tour qualificatif pour le CHAN-2020 : Le Maroc se qualifie haut la main    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Jouahri primé à Washington pour la troisième année consécutive    Akhannouch appelle à favoriser l'emploi des jeunes    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Top Performer RSE 2019. Attijariwafa bank distingué    Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Les Botolistes proches de la qualification    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tabagisme : La cigarette électronique, problème ou solution miracle
Publié dans L'opinion le 02 - 06 - 2014

La cigarette électronique, problème de santé publique ou solution miracle au tabagisme?
Jamais produit de consommation n'a suscité autant de controverse et de convoitise comme l'a fait la cigarette électronique. Entre ceux qui mettent en avant sa qualité de substitut tabagique et ceux qui y voient un produit assimilé au tabac qui doit être traité en tant que tel, les avis sont partagés au Maroc.


Les partisans du premier avis, dans leur plus grande part des vendeurs et des utilisateurs - dits vapoteurs, en référence à la vapeur émise par la cigarette électronique -, dénoncent une "diabolisation à tort" d'un dispositif beaucoup moins nocif que la cigarette à tabac de combustion, composée de 4.000 substances chimiques dont 50 sont confirmés cancérigènes.


En effet, s'il existe une diversité de cigarettes électroniques, le liquide utilisé contient généralement deux principaux composants : le propylène glycol et la glycérine végétale, deux matières à base végétale qui ne sont pas cancérigènes. S'y ajoute, parfois, de la nicotine, une substance non-cancérigène, contrairement aux idées reçues, mais qui est fortement addictive.


Les vapoteurs apprécient cette qualité de pouvoir diminuer à souhait les doses de la nicotine ou de la supprimer carrément. Cela correspond parfaitement à la démarche dégressive adoptée dans le sevrage tabagique, confie Amine, responsable RH dans un Centre d'appel à Rabat, converti exclusivement à la cigarette électronique après 17 ans de tabagisme et 2 paquets par jour et après avoir essayé sans succès diverses méthodes d'aide au sevrage : patchs, chewing-gums et même l'hypnose.


La forme, très proche de la cigarette classique, et la présence de la vapeur permettent de conserver "le plaisir" de la gestuelle associée à la cigarette classique, estime Karim, un autre vapoteur casablancais, qui continue de fumer, tout en réduisant considérablement la quantité du tabac.


Cela correspond aux besoins d'une part importante de fumeurs qui ne sont pas tant dépendants de la nicotine mais du geste de fumer (dépendants comportementaux).


Ces "vertus" vantés par les vapoteurs sont largement contestés par les détracteurs de la cigarette électronique, à leur tête le ministère de la Santé qui "déconseille formellement" l'utilisation de cet appareil électronique aussi bien par les fumeurs que les non-fumeurs, au point de le considérer comme une forme de tabagisme.


S'alignant sur les recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le ministère de la Santé considère, dans un communiqué publié fin avril, que "la cigarette électronique reste un produit contenant de la nicotine et est susceptible d'entraîner une dépendance", et soutient qu'il existe "un risque très élevé d'initiation au geste de fumer, surtout parmi les populations jeunes et les femmes, qui n'auraient pas autrement commencé à fumer".


Cette mise en garde intervient après l'apparition sur l'espace public de publicités vantant les bienfaits de ce produit, le ministère se considérant donc interpellé de réagir étant donné qu'il est le garant de la protection de la santé des citoyennes et des citoyens.

L'autorité gouvernementale reprend aussi les arguments de l'OMS qui "n'a jamais considéré les cigarettes électroniques comme moyen d'aide au sevrage tabagique, et ne dispose pas de preuves scientifiques permettant de confirmer l'innocuité et l'efficacité du produit", fermant ainsi la voie à toute tentative visant à considérer ces appareils comme des alternatives au tabac à combustion.

Comme le ministère de la santé, la communauté médicale reste vigilante à l'égard de ce nouveau produit face auquel elle ne dispose pas de recul, tout en minimisant l'ampleur du phénomène au Maroc, par rapport à l'Europe, par exemple.


Le Dr. Abdelali Boudlal, pneumologue à Salé, affirme déconseiller ce produit "commercial" à ses patients en sevrage tabagique et qui sont très peu à le réclamer. 

"Je préfère prescrire des produits validés par la pharmacopée et testés scientifiquement et cliniquement, dans le cadre de protocoles d'aide au sevrage qui ont démontré leur efficacité", souligne-t-il à la MAP. 




Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.