Vie privée: Le Parquet général veut renforcer la protection    Le projet de loi de finances au Parlement    Brexit: Les principaux points du nouvel accord    Un Monde Fou    Le groupe Lamatem inaugure la première usine de textile médical au Maroc    Dans un message adressé aux participants à la deuxième Conférence internationale de Marrakech sur la justice    Divers Economie    L'Espagne, berceau des précieux faucons du Moyen-Orient    La digitalisation joue un rôle prépondérant en matière d'impulsion de la croissance économique    Madrid de nouveau sur la sellette    Les Editions de la Gazette en deuil, Nadia Sefraoui nous a quittés    Premier League : Manchester met fin à la série victorieuse de Liverpool    Calcio : L'Inter reste aux trousses de la Juve    Amine Harit convoité par le Barça    Les supporters du WAC interdits de déplacement à Safi    L'urgence d'investir dans l'éducation numérique en Afrique    Des chercheurs ont filmé la fourmi la plus rapide du monde    Mobilisation sociale contre la déperdition scolaire à Essaouira    L'UE et l'ONUDC en ordre de bataille à Rabat    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Sauvages" imagine un président français issu de l'immigration maghrébine    Participation marocaine à la Foire internationale du livre de Belgrade    Mohammed Abdennabaoui : Le ministère public veille à préserver l'activité de l'entreprise    Casablanca : Un pédophile viole plus de 40 fillettes    Bank Al-Maghrib et la Banque Centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Hariri : «Le gouvernement a entamé ses réformes grâce aux manifestants»    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres    Hong Kong : Premières excuses officielles de la police    La Chine affiche son ambition de « grande puissance » de l'internet    Martil: Avortement d'une tentative de trafic de près de 600 kg de chira    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Faouzi Skali : «Nous sommes dans l'exploration de la culture soufie en tant que telle»    Les fantaisies d'un président!    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Etablissements et entreprises publics : Un investissement prévisionnel de plus de 101 milliards de dirhams en 2020    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Le groupe Maroc Télécom consolide ses résultats en septembre    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La cigarette électronique : une alternative au tabagisme
Publié dans Le Soir Echos le 26 - 08 - 2013

Vous êtes ici : Actualités / A La Une / La cigarette électronique : une alternative au tabagisme
Le système de l'e-cigarette transforme sans combustion l'e-liquide en vapeur et simule visuellement la fumée produite par la combustion du tabac d'une cigarette traditionnelle. Ce produit est aujourd'hui présenté comme une alternative au tabagisme et offre aux fumeurs toutes les sensations de la cigarette sans ses méfaits. La cigarette électronique est non toxique et non cancérigène. «Je pense qu'elle représente une bonne alternative à la cigarette ordinaire. Elle est moins nocive et moins cher», estime Hatim ayant comme espoir d'arrêter de fumer. Yassir gérant du site web ecigarette.ma qui est également le nom du magasin basé à Casablanca nous parle de son expérience et des enjeux du marché au Maroc. Yassir et son personnel sont actifs dans le domaine de la cigarette électronique depuis 2008.
Un marché à peine balbutiant
«Je pense que la cigarette électronique ne va pas faire le buzz au Maroc comme en France. En fait, en France, il est formellement interdit de fumer dans les espaces publics ce qui a poussé les gens à opter pour la cigarette électronique», analyse Yassir. Même s'il enregistre une croissance importante un peu partout dans le monde grâce à la hausse du prix des cigarettes et au durcissement des législations anti-tabac, au Maroc, le marché de la cigarette électronique est à peine balbutiant. «En fait jusqu'à présent, il y a une poignée de franchises au Maroc. Mais d'ici 3 ou 5 mois on verra un nombre pléthorique de franchises étrangères s'implanter au Maroc.» La concurrence va être acharnée avec l'arrivée de nouvelles marques de cigarettes électronique et de nouveaux distributeurs en sachant que les entreprises étrangères ont de grands moyens pour faire du e-marketing afin de commercialiser l'e-cigarette. Au Maroc, les distributeurs n'ont pas de moyens astronomiques. « Nous travaillons encore beaucoup par le bouche à oreille.», regrette Yassir K. Au Maroc ce sont les personnes curieuses qui viennent acheter la cigarette électronique. Elles veulent essayer cette nouveauté. «Mais d'ici un an, le nombre des consommateurs de la cigarette électronique va augmenter. On verra une catégorie de personnes qui vont vapoter pour arrêter de fumer.», prévoit Yassir.
Le prix d'une cigarette électronique est dans une fourchette de 350 à 800 DH. Tout dépend de la qualité de la cigarette. Il y a des cigarettes jetables, ce n'est pas coûteux. Mais pour une cigarette professionnelle dont la durée de vie est de 2 ans et dont la batterie dure 48 heures au minimum, il faut payer un peu plus cher. La recharge d'e-liquide persiste de 5 à 12 jours en fonction de la consommation quotidienne de cigarettes. Pour une personne qui consomme un paquet et demi, elle dure 5 jours. Quant à celle qui fume moins d'un paquet, un flacon peut durer de 10 à 12 jours. La cigarette électronique, alternative au tabagisme, permet aux fumeurs de faire des économies estimées. « J'ai acheté une cigarette électronique à 480 DH, elle dure 3 mois tandis que je gaspillais 700 DH le mois en consommant la cigarette traditionnelle, donc, j'économise à peu près 200 DH par mois.» lance Haitam d'un ton satisfait.
« Pour remplacer le tic de tenir une cigarette »
La cigarette électronique est un substitut pour l'arrêt du tabagisme. Selon Yassir l'acte de fumer est une question de psychique. « La cigarette électronique peut remplacer le tic de tenir une cigarette à la main et de sortir une bouffée à chaque inhalation.», ajoute Yassir. Parfois, on peut mettre une toute petite dose de nicotine dans la cigarette électronique, c'est uniquement pour les fumeurs qui utilise la cigarette électronique pour la première fois. Par la suite, on essaye de réduire la quantité de façon dégressive jusqu'à ce qu'on arrive à sortir de la dépendance de la cigarette ordinaire. «Il est préférable d'utiliser la cigarette électronique pour mettre fin à son addiction à la nicotine», constate Yassir. Quand certains voient dans la cigarette électronique un marché qui en est à ses balbutiements au Maroc, la question qu'on se pose est : est-ce que ce nouveau produit est aussi inoffensif qu'on le présente? Tout en sachant que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'a pas toujours démontré scientifiquement les risques potentiels sur la santé des consommateurs. L'OMS conseille de ne pas vapoter en attendant une étude affirmant que la cigarette électronique n'est pas nocive pour la santé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.