Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La cigarette électronique : une alternative au tabagisme
Publié dans Le Soir Echos le 26 - 08 - 2013

Vous êtes ici : Actualités / A La Une / La cigarette électronique : une alternative au tabagisme
Le système de l'e-cigarette transforme sans combustion l'e-liquide en vapeur et simule visuellement la fumée produite par la combustion du tabac d'une cigarette traditionnelle. Ce produit est aujourd'hui présenté comme une alternative au tabagisme et offre aux fumeurs toutes les sensations de la cigarette sans ses méfaits. La cigarette électronique est non toxique et non cancérigène. «Je pense qu'elle représente une bonne alternative à la cigarette ordinaire. Elle est moins nocive et moins cher», estime Hatim ayant comme espoir d'arrêter de fumer. Yassir gérant du site web ecigarette.ma qui est également le nom du magasin basé à Casablanca nous parle de son expérience et des enjeux du marché au Maroc. Yassir et son personnel sont actifs dans le domaine de la cigarette électronique depuis 2008.
Un marché à peine balbutiant
«Je pense que la cigarette électronique ne va pas faire le buzz au Maroc comme en France. En fait, en France, il est formellement interdit de fumer dans les espaces publics ce qui a poussé les gens à opter pour la cigarette électronique», analyse Yassir. Même s'il enregistre une croissance importante un peu partout dans le monde grâce à la hausse du prix des cigarettes et au durcissement des législations anti-tabac, au Maroc, le marché de la cigarette électronique est à peine balbutiant. «En fait jusqu'à présent, il y a une poignée de franchises au Maroc. Mais d'ici 3 ou 5 mois on verra un nombre pléthorique de franchises étrangères s'implanter au Maroc.» La concurrence va être acharnée avec l'arrivée de nouvelles marques de cigarettes électronique et de nouveaux distributeurs en sachant que les entreprises étrangères ont de grands moyens pour faire du e-marketing afin de commercialiser l'e-cigarette. Au Maroc, les distributeurs n'ont pas de moyens astronomiques. « Nous travaillons encore beaucoup par le bouche à oreille.», regrette Yassir K. Au Maroc ce sont les personnes curieuses qui viennent acheter la cigarette électronique. Elles veulent essayer cette nouveauté. «Mais d'ici un an, le nombre des consommateurs de la cigarette électronique va augmenter. On verra une catégorie de personnes qui vont vapoter pour arrêter de fumer.», prévoit Yassir.
Le prix d'une cigarette électronique est dans une fourchette de 350 à 800 DH. Tout dépend de la qualité de la cigarette. Il y a des cigarettes jetables, ce n'est pas coûteux. Mais pour une cigarette professionnelle dont la durée de vie est de 2 ans et dont la batterie dure 48 heures au minimum, il faut payer un peu plus cher. La recharge d'e-liquide persiste de 5 à 12 jours en fonction de la consommation quotidienne de cigarettes. Pour une personne qui consomme un paquet et demi, elle dure 5 jours. Quant à celle qui fume moins d'un paquet, un flacon peut durer de 10 à 12 jours. La cigarette électronique, alternative au tabagisme, permet aux fumeurs de faire des économies estimées. « J'ai acheté une cigarette électronique à 480 DH, elle dure 3 mois tandis que je gaspillais 700 DH le mois en consommant la cigarette traditionnelle, donc, j'économise à peu près 200 DH par mois.» lance Haitam d'un ton satisfait.
« Pour remplacer le tic de tenir une cigarette »
La cigarette électronique est un substitut pour l'arrêt du tabagisme. Selon Yassir l'acte de fumer est une question de psychique. « La cigarette électronique peut remplacer le tic de tenir une cigarette à la main et de sortir une bouffée à chaque inhalation.», ajoute Yassir. Parfois, on peut mettre une toute petite dose de nicotine dans la cigarette électronique, c'est uniquement pour les fumeurs qui utilise la cigarette électronique pour la première fois. Par la suite, on essaye de réduire la quantité de façon dégressive jusqu'à ce qu'on arrive à sortir de la dépendance de la cigarette ordinaire. «Il est préférable d'utiliser la cigarette électronique pour mettre fin à son addiction à la nicotine», constate Yassir. Quand certains voient dans la cigarette électronique un marché qui en est à ses balbutiements au Maroc, la question qu'on se pose est : est-ce que ce nouveau produit est aussi inoffensif qu'on le présente? Tout en sachant que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'a pas toujours démontré scientifiquement les risques potentiels sur la santé des consommateurs. L'OMS conseille de ne pas vapoter en attendant une étude affirmant que la cigarette électronique n'est pas nocive pour la santé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.