Destinées aux non-Ramédistes opérant dans le secteur informel : Les déclarations démarrent dès vendredi à 8h du matin    Lire, voir, écouter…méditer    45.000 points de vente contrôlés entre les 1er mars et 8 avril : 1057 infractions constatées sur les prix et la qualité des produits alimentaires    Mettre de côté les différends et faire prévaloir les intérêts suprêmes de la Nation    L'ambassadeur Hilale nommé facilitateur du processus de renforcement    L'Inter Milan sérieux prétendant pour recruter Messi?    Fureur de vaincre!    Un démenti catégorique de son ambassade à Rabat : L'Espagne n'a pas réquisitionné des médicaments exportés vers le Maroc    La CGEM et l'IFC s'allient en faveur des startups marocaines    Coronavirus : 1.346 cas de contaminations, l'inquiétude grandit    Confinement : La Radio en vedette    Frais de scolarité : le bras de fer écoles privées/parents d'élèves    Pétrole: conférence décisive des pays producteurs    «Guelsso f Dar»: nouveau single de Bouchra    Le bilan s'alourdit, le monde à la recherche de réponses concertées    L'ancien président Rafael Correa condamné pour corruption…    HCP: Décélération de la demande intérieure au premier trimestre 2020    Outre les dons de ses membres, la FMSAR contribue au Fonds Covid-19    Le groupe Avis Locafinance apporte son soutien aux professionnels de la santé    Mini-remaniement en plein état d'urgence sanitaire    Les universités diffusent des cours à la radio    Rentrée parlementaire: Les textes prioritaires    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Lancement à Al Hoceima du Festival de la créativité à distance    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    Lévinas, le visage, l'humanité    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La cigarette électronique : une alternative au tabagisme
Publié dans Le Soir Echos le 26 - 08 - 2013

Vous êtes ici : Actualités / A La Une / La cigarette électronique : une alternative au tabagisme
Le système de l'e-cigarette transforme sans combustion l'e-liquide en vapeur et simule visuellement la fumée produite par la combustion du tabac d'une cigarette traditionnelle. Ce produit est aujourd'hui présenté comme une alternative au tabagisme et offre aux fumeurs toutes les sensations de la cigarette sans ses méfaits. La cigarette électronique est non toxique et non cancérigène. «Je pense qu'elle représente une bonne alternative à la cigarette ordinaire. Elle est moins nocive et moins cher», estime Hatim ayant comme espoir d'arrêter de fumer. Yassir gérant du site web ecigarette.ma qui est également le nom du magasin basé à Casablanca nous parle de son expérience et des enjeux du marché au Maroc. Yassir et son personnel sont actifs dans le domaine de la cigarette électronique depuis 2008.
Un marché à peine balbutiant
«Je pense que la cigarette électronique ne va pas faire le buzz au Maroc comme en France. En fait, en France, il est formellement interdit de fumer dans les espaces publics ce qui a poussé les gens à opter pour la cigarette électronique», analyse Yassir. Même s'il enregistre une croissance importante un peu partout dans le monde grâce à la hausse du prix des cigarettes et au durcissement des législations anti-tabac, au Maroc, le marché de la cigarette électronique est à peine balbutiant. «En fait jusqu'à présent, il y a une poignée de franchises au Maroc. Mais d'ici 3 ou 5 mois on verra un nombre pléthorique de franchises étrangères s'implanter au Maroc.» La concurrence va être acharnée avec l'arrivée de nouvelles marques de cigarettes électronique et de nouveaux distributeurs en sachant que les entreprises étrangères ont de grands moyens pour faire du e-marketing afin de commercialiser l'e-cigarette. Au Maroc, les distributeurs n'ont pas de moyens astronomiques. « Nous travaillons encore beaucoup par le bouche à oreille.», regrette Yassir K. Au Maroc ce sont les personnes curieuses qui viennent acheter la cigarette électronique. Elles veulent essayer cette nouveauté. «Mais d'ici un an, le nombre des consommateurs de la cigarette électronique va augmenter. On verra une catégorie de personnes qui vont vapoter pour arrêter de fumer.», prévoit Yassir.
Le prix d'une cigarette électronique est dans une fourchette de 350 à 800 DH. Tout dépend de la qualité de la cigarette. Il y a des cigarettes jetables, ce n'est pas coûteux. Mais pour une cigarette professionnelle dont la durée de vie est de 2 ans et dont la batterie dure 48 heures au minimum, il faut payer un peu plus cher. La recharge d'e-liquide persiste de 5 à 12 jours en fonction de la consommation quotidienne de cigarettes. Pour une personne qui consomme un paquet et demi, elle dure 5 jours. Quant à celle qui fume moins d'un paquet, un flacon peut durer de 10 à 12 jours. La cigarette électronique, alternative au tabagisme, permet aux fumeurs de faire des économies estimées. « J'ai acheté une cigarette électronique à 480 DH, elle dure 3 mois tandis que je gaspillais 700 DH le mois en consommant la cigarette traditionnelle, donc, j'économise à peu près 200 DH par mois.» lance Haitam d'un ton satisfait.
« Pour remplacer le tic de tenir une cigarette »
La cigarette électronique est un substitut pour l'arrêt du tabagisme. Selon Yassir l'acte de fumer est une question de psychique. « La cigarette électronique peut remplacer le tic de tenir une cigarette à la main et de sortir une bouffée à chaque inhalation.», ajoute Yassir. Parfois, on peut mettre une toute petite dose de nicotine dans la cigarette électronique, c'est uniquement pour les fumeurs qui utilise la cigarette électronique pour la première fois. Par la suite, on essaye de réduire la quantité de façon dégressive jusqu'à ce qu'on arrive à sortir de la dépendance de la cigarette ordinaire. «Il est préférable d'utiliser la cigarette électronique pour mettre fin à son addiction à la nicotine», constate Yassir. Quand certains voient dans la cigarette électronique un marché qui en est à ses balbutiements au Maroc, la question qu'on se pose est : est-ce que ce nouveau produit est aussi inoffensif qu'on le présente? Tout en sachant que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'a pas toujours démontré scientifiquement les risques potentiels sur la santé des consommateurs. L'OMS conseille de ne pas vapoter en attendant une étude affirmant que la cigarette électronique n'est pas nocive pour la santé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.