L'offensive de charme allemande pour accélérer le dégel des relations avec le Maroc    Lutte contre la corruption : où en sommes nous ?    Rabat : Lancement de « MoroccoTech »    Le festival d'Angoulême en mars    Les NFT ou comment révolutionner le monde de l'art dans son ensemble !    Chine : La croissance du PIB atteint 8,1% en 2021    Après l'affaire Djokovic, Roland-Garros planche sur l'accueil des non vaccinés    CAN 2021 : Satisfait de son choix de joueurs, Vahid ne regrette pas l'absence de Ziyech    Salah relance l'Egypte qui s'impose contre la Guinée-Bissau    Le Real Madrid remporte sa 12ème couronne d'Espagne    CAN 2021 : La voiture de service de Samuel Eto'o impliquée dans un accident mortel    Casablanca-Settat : La formation des cadres statutaires de l'AREF est officiellement lancée    Allemagne : Le corps d'un MRE incinéré, le consulat marocain réagit    Mounia Aram remporte le prix de l'innovation culturelle    Les meilleurs films français et internationaux à l'affiche    Jeudi cinéma de Khouribga: Projection du film "The Dream Of Shahrazad"    Cybersécurité. Le Niger s'allie à l'UA    Maroc : Après le syndicat, Chabat se prépare à mettre la main sur la présidence du FFD    Les ventes mondiales de Renault Group en baisse de 4,5% en 2021    عبد الإله بنكيران يصاب بفيروس كورونا    Agroalimentaire. Un centre d'innovation en la matière lancé à Meknès    Les Lions de l'Atlas en 8e de finale !    Alaa Squalli nommé directeur général du Sofitel Casablanca Tour Blanche    Dimistura reçu par des enfants soldats du Polisario    Les restrictions bientôt renforcées au Maroc ?    Hausse des cas au Maroc: affluence toujours en baisse vers les centres de vaccination    Agression mortelle d'une ressortissante française : Les habitants de Tiznit sous le choc après le drame (vidéo)    Chasse aux profils pour l'éducation nationale    Nouveau coup dur pour Credit Suisse avec la démission surprise de son président    Mali. Décès de l'ancien président IBK à Bamako    L'Espagne expulse une Marocaine pour son appartenance à une cellule djihadiste    La série phare «Salamat Abu Al Banat» revient pour une 4ème saison    Espagne : Albares très prudent sur le retour de l'ambassadrice du Maroc    Chine : à trois semaines des JO, les cas quotidiens de Covid-19 explosent    Banques: Le besoin en liquidité s'atténue à 64,8 MMDH en décembre 2021 (BAM)    Maroc/Météo : Températures du jour en baisse sensible ce lundi 17 janvier    Djokovic reviendra-t-il un jour en Australie ?    Une tempête hivernale « majeure » frappe l'est des Etats-Unis    Eruption et tsunami: gros dégâts aux Tonga, sans internet pour encore « deux semaines »    Poutine veut construire une liaison ferroviaire vers l'Arctique    CAN : la Tunisie se rassure face à la Mauritanie (VIDEO)    Les lois d'urgence sanitaire, deux ans de tempêtes au Parlement français    José Manuel Albares satisfait de la coopération avec le Maroc en matière de canalisation des flux migratoires irréguliers    L'Observatoire du travail gouvernemental dresse le bilan des 100 premiers jours de l'Exécutif    Bonne feuille : Jibril, il y a 42 ans...    L'Humeur : Le raï n'est pas non-algérien    Los Angeles: Des cambrioleurs dérobent un million $ en bijoux de la maison d'une actrice américaine    Magazine : Mohamed Jibril, la plume du perpétuel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Billet : La CPI et nous
Publié dans L'opinion le 09 - 10 - 2014

Fait historique. Un tabou est tombé. A qui le tour ? Les commentaires vont bon train au sujet du procès qui a débuté hier mercredi à la Hay. Dans le box, le président kényan Uhuru Kenyatta-pardon le citoyen Uhuru Kenyatta puisqu'il a laissé son pouvoir à son vice président, le temps que cette audition termine- et qui devient ainsi dans l'histoire le premier chef d'Etat à comparaître devant la Cour pénale internationale.
Motifs ? M. Kenyatta est poursuivi pour son rôle présumé dans les violences qui ont déchiré le Kenya en 2007 et 2008, ayant fait plus de 1.000 morts et 600.000 déplacés. Mais pour cette comparution, le procureur Fatou Bensouda l'a convoqué pour évoquer les difficultés de l'enquête dans son procès pour crimes contre l'humanité. Et tenez-vous bien, la Gambienne le dit aisément : « cette affaire est arrivée à un stade crucial, c'est pour cela que j'ai estimé judicieux d'être présente en personne ». Aveu d'impuissance face à l'innocence du prévenu.
En fait, le procureur accuse Nairobi de ne pas coopérer avec la CPI en refusant notamment de lui transmettre des relevés bancaires ou téléphoniques. Ces derniers pourraient prouver, selon elle, que M. Kenyatta a orchestré une partie des violences de 2007-2008. Autres faits saillants de ce dossier, les témoins se sont tous rétractés rendant l'accusation infondée et, du coup, les avocats de M. Kenyatta demandent purement et simplement l'abandon des charges.
Mais au-delà des questions juridiques ou des rebondissements que pourraient connaître ce procès, c'est une victoire de la démocratie sur la dictature, l'impunité et sur la mal gouvernance qu'il faut saluer à travers la présence du Président kényan à la CPI. En effet, la plupart des chefs d'Etat africains continuent encore de croire que les pays qu'ils gouvernent sont des officines privées, des legs qu'ils peuvent gérer comme ils veulent (dans le bain de sang, la violence, la répression, l'emprisonnement des opposants, le tripatouillage de la constitution etc.) et cela jusqu'à la fin de leur vie. D'ailleurs, la cour africaine de justice des droits de l'homme, taillée sur mesure pour les Présidents africains, atteste cette réalité. Une cour qui ne peut poursuivre un chef d'Etat africain au pouvoir ou à la retraite. Triste trouvaille.
C'est encore triste quand Barak Obama dit que l'Afrique a besoin d'institutions fortes, nos gouvernants rétorquent : l'Afrique a besoin d'hommes forts, entendez des dictateurs et des tyrans car la démocratie, les élections libres et transparentes, l'alternance au pouvoir ne sont pas pour les Africains. Cette Afrique qui est le berceau de l'humanité. Décidément, dans le pays des hommes intègres le ridicule ne tue pas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.