Message du président des EAU au roi Mohammed VI    Compteur Coronavirus : 684 cas testés positifs, 4.495.477 personnes vaccinées    Guinée : Une fausse annonce de suspension du Ramadan suscite la polémique    Casablanca : Inauguration de l'annexe du tribunal de commerce réservée au registre de commerce    Joe Biden retirera toutes les troupes américaines d'Afghanistan d'ici le 11 septembre    Evolution du coronavirus au Maroc : 684 nouveaux cas, 502.961 au total, mardi 13 avril 2021 à 18 heures    La FRMVB adopte ses rapports moral et financier lors de son AGO à Marrakech    Liverpool-Real, la magie évanouie d'Anfield face au sorcier Zidane    Front commun de Moscou et Téhéran face aux Occidentaux    La haute précision marocaine mondialement reconnue    David Govrin, représentant d'Israël au Maroc, nous ouvre son coeur (TEASER)    Meryem Aassid : «notre vision est d'explorer la chanson amazighe dans toute sa splendeur !»    Quand l'art fédère le Grand Maghreb    Votre livre de poche motivateur    Mariage des mineures : une plaie gangrenée    Couvre-feu à Casablanca: le tramway adapte ses horaires    Coronavirus : l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson suspendue par les autorités américaines    Ramadan: voici les nouveaux horaires des cours diffusés à la télévision    La loi 46.19, une occasion pour lutter efficacement contre la corruption    La France regrette les menaces d'Alger envers son ambassadeur    Interview avec l'Ambassadeur du Sénégal au Maroc : les dessous de l'initiative sénégalaise à Dakhla    PSG-Bayern: à quelle heure et sur quelles chaînes? (Ligue des champions)    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue omanais    Barça: le clan Messi dément une rumeur au sujet de Neymar    M. Benabdelkader : Bientôt un nouveau projet de loi régissant la fonction d'Adoul    SM le Roi lance l'opération de soutien alimentaire «Ramadan 1442»    Golf : Hideki Matsuyama, soleil levant à Augusta    Transport: la nouvelle flotte de bus fait le bonheur des Casablancais    Gaz Butane : Hausse de 9% de la moyenne de subvention unitaire par bouteille (12kg) à fin avril    Des chiffres alarmants de demandes de mariages des mineures (Président du ministère public)    Lutte anti-Covid: Le doute se pose sur l'efficacité des vaccins chinois    Les rebelles Houthis du Yémen affirment avoir lancé 17 drones et missiles sur l'Arabie saoudite    Diversité des genres : le groupe OCP s'associe à IFC    Raja / Lassaâd Chebbi : Une association de raison qui profite aux deux parties    Naima Lamcharki, meilleure actrice au Festival international du film arabe de Malmö    Sociétés cotées : Baisse de 34,4 % de la masse bénéficiaire    La Bourse de Casablanca débute en légère baisse    Financement anti-Covid : le plaidoyer de Benchâaboun    Le mois sacré de Ramadan débutera mercredi au Maroc    Formation : la Fondation Phosboucraâ opte pour le distanciel    Officiel: le Tunisien Lassaad Chabbi nouveau coach du Raja Casablanca    Casablanca : le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Real Madrid: Florentino Pérez réélu président    Journée internationale de la femme : ASEGUIM-Settat honore Mme Cissé Nantènin Kanté    Ramadan: Joe Biden adresse ses vœux aux musulmans    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand le poète Mohamed El Jerroudi prédit l'avenir dans « Mémoire des temps futurs»
Publié dans L'opinion le 01 - 02 - 2016

Le poète marocain d'expression française, Mohamed El Jerroudi est né à Béni Sidel (au Nord du Maroc) en 1950. Il réside actuellement, à Tétouan. Professeur de français, de 1972 à 2011, il se consacre, dès 1976, à la vie des arts plastiques et littéraire (conférences, écrits et poèmes dans la presse marocaine). Il publie son premier recueil, «Le silence décrit», Ed. La croisée des Chemins, Casablanca, 1998, « Cœurs absents », Ed. du Sygne, Paris, 2010, « Les yeux des autres », Paris, 2013. Poète autodidacte, il ne se veut d'aucune école. Esprit franc-tireur, il chante la liberté, la tolérance, la paix, l'amour et la fraternité humaine, l'art et l'ouverture culturelle, par-delà les frontières et les particularismes surannés qui déchirent le monde.
Son nouveau recueil «Mémoire des temps futurs », Préface de Jean Botquin, Ed. du Sygne, Paris, 2015, est une véritable prédication optimiste de l'avenir de l'actualité fauve des temps modernes à la fois amnésiques, conflictuels et aveugles. Poète qui se veut voyant de l'évidence, il a choisit comme boule de cristal la carte du Monde actuel, avec entête «la Méditerranée ». Cela rappelle à notre esprit cette judicieuse objection sur cette mer intérieure pleine de vie et de sagesse qu'est la Méditerranée intemporelle : «Or, c'est bien dans cette paisible annulation du temps que la mémoire méditerranéenne élabore sa jeunesse. C'est cela qui fait du Méditerranéen un homme qui connaît plus facilement la passion que l'étonnement. Cette mer intérieure est un espace mental. On a cru cet enclos réservé à l'esprit de mesure, comme s'il n'était pas bordé par les rivages de la foi. » - «CARNETS 1940/1973 : l'esprit frappeur », Ed. Encre, 1980.
D'ailleurs, le devin El Jerroudi clame à qui veut l'entendre dans ce recueil, du bord de la Méditerranée à Tanger, dans sa pièce 19 :
«Je vous appelle du nord de la Méditerranée
Pas loin de Tanger au détroit de Gibraltar
Je lance des poèmes au hasard
Couleurs tamisées tels des rêves
De simples bouteilles qu'on jette à la mer
J'espère qu'elles trouveront écho quelque part.»
Dans la pièce 31, le poète natif du bord de la Méditerranée, El Jerroudi, consulte l'oracle, sur un rocher millénaire, un pêcheur en guise de Pythie (grecque), en ces termes :
« Je suis né
Au bord de la méditerranée
Chez nous tout le monde est né ici
Quand je regarde les vagues
Je me demande comment étaient mes ancêtres
.............
De l'autre côté d'un rocher millénaire je suis allé voir
un vieux pêcheur
Lui qui sait comment parler aux vagues
Je l'ai salué à haute voix
Lui m'a répondu en se recueillant en silence
.............
Puis il a commencé à énumérer les noms de mes ancêtres
Tu es le fils d'Adam et Êve
Puis tu as voyagé dans l'arche de Noé
Tu as sans doute débarqué à Athènes ou au Liban
Peut-être es-tu phénicien car tu vis maintenant à Tanger
Tu as confessé à l'Islam et tu as vécu à Cordoue plus
De huit siècles
Aujourd'hui tu vis au début d'un siècle où chaque
mosquée a sa religion
Je sais que tu cherches ton dieu
N'écoutes jamais ce qu'en disent les savants marchands
de prières
Crois en ton dieu vis tes rêves sois toi-même
Regarde cette lumière qui te vient de partout
Et ne fais jamais marche arrière ».
Notons que l'inspiration poétique d'El Jerroudi trouve sa source permanente dans trois dimensions autobiographique de son égo profond : une transposition imagée en filigrane de sa langue maternelle, une métaphore filée du monde physique ou plastique (voire picto-poétique) de la vie quotidienne et une représentation poétique stylisée d'une vision humaniste quasi mystique de l'actualité géo-politique souveraine. C'est la continuité d'une quête d'un idéal poétique en perpétuelle transformation formelle et thématique d'une interrogation philosophique du réel de l'Homme, du monde, de son histoire et de son salut mystique, existentiel et interculturel futur.
En somme le dernier recueil «Mémoire des temps futurs », de M. El Jerroudi, troisième volet d'une trilogie tacite, composée de ses trois derniers recueils, résumant, de façon alarmante, l'état critique de notre temps humain actuel trouve curieusement son écho dans cette jugement cinglante de G. Heine : «On se plaît à qualifier notre temps d'apocalyptique. Ce mot a le mérite de flatter notre vanité. Nous nous posons, à travers lui en témoins et en agents de grandes catastrophes. De ce goût de cataclysme se dégage un premier enseignement (...) : la myopie mentale réclame des perspectives grandioses. Il y a dans la vie, un jeu de compensations trompeuses qui fait qu'une pensée atrophiée finit presque toujours par se rattacher à une forme quelconque de gigantisme idéologique. » - «CARNETS 1940/1973 : l'esprit frappeur »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.