Covid-19 : réélu, le chef de l'ONU veut «un monde qui tire des leçons»    Un espagnol sur 5 que pense le Maroc récupèrera Sebta et Melilia    L'«Algérie nouvelle», une illusion d'optique à l'issue des législatives    Hélène Le Gal : "L'ouverture d'un consulat au Sahara est liée au nombre de Français qui y vivent"    Une consécration de l'épopée de la lutte nationale    Avec l'arrivée des MRE, les hôtels baissent leurs prix    Inauguration en grande pompe du DS Store Massira Al khadra (VIDEO)    Global Capital Bonds Awards 2021: Le Maroc décroche 3 distinctions    Royal Air Maroc : la route touristique Paris Orly-Dakhla opérationnelle    Développement durable, le Maroc trace sa voie    Finlande : le Maroc, tête de pont de la nouvelle stratégie africaine    15 aéroports marocains labellisés «Airport Health Accreditation»    Maroc-Espagne : l'opposition creuse la tombe du gouvernement Sanchez    Matteo Salvini : Le Maroc, pays le plus stable de toute la région méditerranéenne et nord-africaine    Jeune Afrique : « Paris dénonce la «captation de pouvoir» de Moscou en Centrafrique »    Nigeria : l'explosion d'un camion-citerne fait cinq morts et 13 blessés    Frontex déployée non loin des côtes marocaines ?    Ligue des champions d'Afrique : le WAC affûte ses armes avant le match retour    Premier contrat pro avec le PSG pour Kaïs Najeh    Coupe arabe U20 : Maroc – Tadjikistan ce dimanche    Reprise à Schalke avec Mendyl et Boujellab, Amine Harit absent    Football : La CAN aura bel et bien lieu au Cameroun en janvier 2022    Championnats du monde de bridge : Le Maroc qualifié    FOUZI LEKJAÂ ELU AU CONSEIL DE L'UAFA    Sonarges : le site, l'application mobile… un vent de renouveau souffle    Evolution du coronavirus au Maroc : 481 nouveaux cas, 525.924 au total, vendredi 18 juin 2021 à 16 heures    Ressources humaines dans la santé : Le Maroc peut-il gagner la bataille ? [Dossier]    Dakhla: arrivée du premier vol direct en provenance de Paris    Aïd al-Adha 1442 : 5,8 millions de têtes d'ovins et caprins identifiées    Vaccins: Israël va transférer aux Palestiniens un million de doses avant péremption    Santé privée : Akdital pose pied à El Jadida    Voici pourquoi un bon nombre de stars de la chanson française sont à Marrakech    [Interview avec Nabil Ayouch] «Haut et fort», de Casablanca à Cannes    Rabat : La joie au coeur de l'exposition « Joy »    Bientôt un prix national des meilleures publications dans les encyclopédies digitales    «Le Feu qui forge» : Une exposition collective à L'Atelier 21    La Douane met en service une nouvelle version de la plateforme digitale [email protected]    Six projets de loi d'aspect socio-économique adoptés    Pollution: 86,3% des déchets marins au niveau national sont en plastique    USA: Un mort et 12 blessés dans une série de fusillades en Arizona    « Le cinéma arabe : Expériences, visions, enjeux », nouvel ouvrage de Mohamed Chouika    Marhaba 2021 : arrivée du premier navire au port Tanger Med [Vidéos]    Concours national de langue russe    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    Tifinagh...et le football    Prévisions météorologiques pour le vendredi 18 juin 2021    Le Maroc, premier pays arabe et africain à devenir «Membre Associé»    Après Biden-Poutine, Moscou salue le « bon sens » américain sur le dialogue stratégique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Journée mondiale de la faune sauvage
Impliquer les générations futures dans la lutte contre le braconnage et la contrebande des animaux sauvages
Publié dans L'opinion le 10 - 03 - 2017

En célébration de la Journée mondiale de la vie sauvage, placée cette année sous le thème « Ecoutons la voix des jeunes » dans l'objectif d'impliquer les générations futures dans la lutte contre le braconnage et la contrebande des animaux sauvages, le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD), en partenariat avec le Département de l'Intérieur Américain (DOI), a organisé, vendredi 3 mars 2017 dernier, un atelier sur le plan d'action national de mise en œuvre de la loi 29.05, relative à la mise en œuvre de la convention CITES qui réglemente le commerce international de près de 35.000 espèces de plantes et d'animaux, y compris leurs parties et produits, assurant leur survie dans la nature à la salle des conférences du jardin zoologique national.
Après une présentation introductive du plan d'action national de mise en œuvre de la loi 29.05 qui concerne : les conditions d'importation, de transit, d'exportation et réexportation des espèces sauvages, les conditions d'élevage, de détention et de transport de ces spécimens et les mesures particulières applicables aux prélèvements et aux réintroductions de spécimens dans le milieu naturel. Les organisateurs ont présenté les résultats de l'enquête sur le commerce des espèces menacées qui a concerné quatre villes du Maroc : Tanger, Rabat, Casa et Marrakech.
Pour rappel, un plan d'action pour la mise en œuvre de la loi 29-05 a été élaboré et mis en œuvre et concerne le renforcement des capacités des gestionnaires du HCEFLCD et de l'Administration des Douanes, l'éradication du marché des espèces sauvages et des produits dérivés, la réglementation de la détention de la faune sauvage, notamment pour les activités liées à la conservation du patrimoine culturel marocain et le développement d'un programme de sensibilisation à la lutte contre le commerce illégal des espèces sauvages.
Par ailleurs, le HCEFLCD a mis en œuvre des plans d'actions nationaux pour les espèces en danger, faisant partie des annexes de la Convention sur les espèces migratrices (CMS), de la Convention Internationale sur le commerce des espèces de faune et de flore (CITES) ou de la liste rouge de l'UICN tels que : l'ibis chauve, le faucon d'Eléonore, l'outarde houbara, le turnix d'Andalousie, le balbuzard pêcheur, le gypaète barbu, le phoque moine, le singe magot... ainsi que le plan d'action national des ongulés sauvages couvrant les sept espèces (gazelle dorcas, gazelle dama mhorr, gazelle de cuvier, addax, oryx algazelle, cerf de berberie et le mouflon à manchette).
A rappeler notamment que le Royaume du Maroc est l'un des premiers signataires de la Convention sur la Diversité Biologique en 1992 et qu'à partir de cette date le HCEFLCD a mis en place et en œuvre un certain nombre d'actions dont notamment et surtout : la mise en œuvre du plan directeur des aires protégées par la création de plus de 154 Sites d'Intérêt Biologique et Ecologique (SIBE), une dizaine de parcs nationaux,
L'inscription de 24 zones humides d'importance mondiale (dans la liste Ramsar) la mise en œuvre des programmes de repeuplement et de réhabilitation d'espèces disparues comme la gazelle mohr, l'autruche à cou rouge ; l'addax... l'élaboration de plans d'aménagement et de gestion de dix parcs nationaux et certains SIBE, le renforcement du cadre législatif par la promulgation et l'élaboration de la loi sur les aires protégées et la loi sur la commercialisation des espèces de faune sauvage menacées d'extinction et inscrites sur la liste CITES. Rappelons à cette occasion que la soixante-huitième session de l'Assemblée générale des Nations Unies a décidé en 2013 de proclamer le 3 Mars, le jour de l'adoption de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), Journée mondiale de la vie sauvage afin de célébrer la faune et la flore sauvages et de sensibiliser le public à leur importance.
Dans ce sens, l'Assemblée générale a réaffirmé dans sa résolution la valeur intrinsèque des espèces sauvages et leurs diverses contributions au développement durable et au bien-être des populations, notamment sur les plans environnemental, génétique, social, économique, scientifique, éducatif, culturel, récréatif et esthétique, et reconnaît le rôle important de la CITES en garantissant que le commerce international ne menace pas la survie des espèces.
On signale ainsi que certaines d'espèces des plus emblématiques et menacées de la faune, y compris les gorilles de montagne, les pandas, les tigres et les différentes espèces de rhinocéros, vivent dans des réserves de biosphère. Le Programme sur l'homme et la biosphère et son Réseau mondial de réserves de biosphère jouent un rôle clé dans la conservation de la faune à travers différents projets et initiatives, comme le Partenariat pour la survie des grands singes (GRASP), l'une des initiatives les plus remarquables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.