Entretien téléphonique entre le Roi Mohammed VI et le Roi du Bahreïn    Migration irrégulière : La Marine royale porte assistance à 50 Subsahariens au large de Nador    Rabat: nouvelles nominations à de hautes fonctions    Les provinces du Sud au centre de la séance de politique générale à la Chambre des représentants    Au-delà des bonnes intentions, Biden confronté à des défis internationaux complexes    Le Mexique veut en finir avec le " machisme qui tue "    La Royal Air Maroc annonce quatre nouvelles lignes    Diego Maradona Icône du football et de tous les excès    Football féminin national : Le Français Pedros Reynald pourrait remplacer l'Américaine Kelly Lindsey    Finale de la Ligue des Champions à huis clos : Les vraies raisons n'ont aucun lien avec la Covid-19 !    Evolution du coronavirus au Maroc : 4178 nouveaux cas, 340.684 au total, jeudi 26 novembre à 18 heures    La coronavirus n 'est pas une excuse, il faut bouger, somme l'OMS    Jamal Belkhadir : « Le risque de pénurie des médicaments antidiabètiques sera réel si l'épidémie se prolonge »    Le chanteur Mahmoud El Idrissi décède du Covid-19    « Fonds Mohammed VI pour l'Investissement »: Le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    UM6P : Lancement d'une grande école d'ingénieurs dans le numérique    Plusieurs eurodéputés soutiennent du Maroc    Violence à l'encontre des femmes. Un coût énorme pour la société    Covid-19, le vaccin est là !    Maradona. Les buts que l'Angleterre n'a jamais gobés !    Soutien constant et fort à la cause marocaine    Culture : Un Show solo de Mohamed Abouelouakar à L'Atelier 21    Holmarcom & A.P. Moller Capital s'allient pour l'Afrique    France: le gouvernement détaille sa stratégie d'allègement progressif du confinement    Affaire «Hamza mon bb»: Dounia Batma réagit à la condamnation de Madimi (PHOTO)    CIH Bank améliore son PNB de 13,2% à fin septembre    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    Surfacturation covid, trois cliniques privées sanctionnées    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    Le CIO disqualifie trois haltérophiles roumains, dont deux médaillés    NBA: Indianapolis renonce au All-Star Game 2021    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Alerte météo : Pluie, neige et grand froid    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    Le Roi, Amir Al Mouminine, se recueille sur la tombe de Feu le Roi Hassan II    La Plateforme Internationale de Défense et de Soutien au Sahara marocain saisit l'ONU et le HCDH pour condamner les actions du «polisario»    Agriculture : Crédit Agricole du Maroc au chevet des fédérations interprofessionnelles    Al-Ahly – Zamalek, une finale 100% endiablée    Nomination : Eric Fulcheri prend les commandes d'Arval Maroc    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    Neta Elkayam revisite avec brio les chansons judéo-marocaines    Ahmed Noureddine : «L'offensive de Guerguerat représente un tournant diplomatique de taille dans ce long combat que mène le Maroc»    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Journée mondiale de la faune sauvage
Impliquer les générations futures dans la lutte contre le braconnage et la contrebande des animaux sauvages
Publié dans L'opinion le 10 - 03 - 2017

En célébration de la Journée mondiale de la vie sauvage, placée cette année sous le thème « Ecoutons la voix des jeunes » dans l'objectif d'impliquer les générations futures dans la lutte contre le braconnage et la contrebande des animaux sauvages, le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD), en partenariat avec le Département de l'Intérieur Américain (DOI), a organisé, vendredi 3 mars 2017 dernier, un atelier sur le plan d'action national de mise en œuvre de la loi 29.05, relative à la mise en œuvre de la convention CITES qui réglemente le commerce international de près de 35.000 espèces de plantes et d'animaux, y compris leurs parties et produits, assurant leur survie dans la nature à la salle des conférences du jardin zoologique national.
Après une présentation introductive du plan d'action national de mise en œuvre de la loi 29.05 qui concerne : les conditions d'importation, de transit, d'exportation et réexportation des espèces sauvages, les conditions d'élevage, de détention et de transport de ces spécimens et les mesures particulières applicables aux prélèvements et aux réintroductions de spécimens dans le milieu naturel. Les organisateurs ont présenté les résultats de l'enquête sur le commerce des espèces menacées qui a concerné quatre villes du Maroc : Tanger, Rabat, Casa et Marrakech.
Pour rappel, un plan d'action pour la mise en œuvre de la loi 29-05 a été élaboré et mis en œuvre et concerne le renforcement des capacités des gestionnaires du HCEFLCD et de l'Administration des Douanes, l'éradication du marché des espèces sauvages et des produits dérivés, la réglementation de la détention de la faune sauvage, notamment pour les activités liées à la conservation du patrimoine culturel marocain et le développement d'un programme de sensibilisation à la lutte contre le commerce illégal des espèces sauvages.
Par ailleurs, le HCEFLCD a mis en œuvre des plans d'actions nationaux pour les espèces en danger, faisant partie des annexes de la Convention sur les espèces migratrices (CMS), de la Convention Internationale sur le commerce des espèces de faune et de flore (CITES) ou de la liste rouge de l'UICN tels que : l'ibis chauve, le faucon d'Eléonore, l'outarde houbara, le turnix d'Andalousie, le balbuzard pêcheur, le gypaète barbu, le phoque moine, le singe magot... ainsi que le plan d'action national des ongulés sauvages couvrant les sept espèces (gazelle dorcas, gazelle dama mhorr, gazelle de cuvier, addax, oryx algazelle, cerf de berberie et le mouflon à manchette).
A rappeler notamment que le Royaume du Maroc est l'un des premiers signataires de la Convention sur la Diversité Biologique en 1992 et qu'à partir de cette date le HCEFLCD a mis en place et en œuvre un certain nombre d'actions dont notamment et surtout : la mise en œuvre du plan directeur des aires protégées par la création de plus de 154 Sites d'Intérêt Biologique et Ecologique (SIBE), une dizaine de parcs nationaux,
L'inscription de 24 zones humides d'importance mondiale (dans la liste Ramsar) la mise en œuvre des programmes de repeuplement et de réhabilitation d'espèces disparues comme la gazelle mohr, l'autruche à cou rouge ; l'addax... l'élaboration de plans d'aménagement et de gestion de dix parcs nationaux et certains SIBE, le renforcement du cadre législatif par la promulgation et l'élaboration de la loi sur les aires protégées et la loi sur la commercialisation des espèces de faune sauvage menacées d'extinction et inscrites sur la liste CITES. Rappelons à cette occasion que la soixante-huitième session de l'Assemblée générale des Nations Unies a décidé en 2013 de proclamer le 3 Mars, le jour de l'adoption de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), Journée mondiale de la vie sauvage afin de célébrer la faune et la flore sauvages et de sensibiliser le public à leur importance.
Dans ce sens, l'Assemblée générale a réaffirmé dans sa résolution la valeur intrinsèque des espèces sauvages et leurs diverses contributions au développement durable et au bien-être des populations, notamment sur les plans environnemental, génétique, social, économique, scientifique, éducatif, culturel, récréatif et esthétique, et reconnaît le rôle important de la CITES en garantissant que le commerce international ne menace pas la survie des espèces.
On signale ainsi que certaines d'espèces des plus emblématiques et menacées de la faune, y compris les gorilles de montagne, les pandas, les tigres et les différentes espèces de rhinocéros, vivent dans des réserves de biosphère. Le Programme sur l'homme et la biosphère et son Réseau mondial de réserves de biosphère jouent un rôle clé dans la conservation de la faune à travers différents projets et initiatives, comme le Partenariat pour la survie des grands singes (GRASP), l'une des initiatives les plus remarquables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.