Covid-19 : le Maroc dément avoir fermé l'accès à quelques villes du pays    Maroc: report des festivités de la fête du Trône    BTP/Maroc: Les ventes de ciment progressent de 24,4% à fin juin (DEPF)    La Bourse de Casablanca dans le vert du 19 au 23 juillet    Aéroport d'Essaouira: forte chute du trafic aérien à fin juin    Covid-19 au Maroc: la vaccination élargie aux 25-29 ans    DGSN : Attaque à l'arme blanche dans un café, trois multirécidivistes interpellés    VIDEO// Paris - Cap Vert à vélo, l'incroyable challenge climatique de Nordine Fayek    Covid-19: les centres de vaccination ouverts tous les jours jusqu'à 20 heures    Casablanca-Settat : Les entreprises du secteur privé appelées à privilégier le télétravail    L'ICESCO apporte un fort soutien au système éducatif au Maroc    JO-2020 : Le programme de dimanche    JO Tokyo : Le programme des Lions de l'Atlas    JO-2020 (taekwondo/-58 kg) : Médaille d'argent pour le Tunisien Khelil Jendoubi    Une délégation américaine de haut rang en visite au Maroc dans les prochains jours    Pegasus : selon Me Olivier Baratelli, l'objet de la procédure lancée est de faire tomber les masques    La DGM se dote du supercalculateur le plus puissant des centres météorologiques africains    Pluies de mousson en Inde: au moins 76 morts et des dizaines de disparus    Maghreb-Afrique subsaharienne. Les hypothèses injustifiées de certains think tanks allemands [Par Lahcen Haddad]    Compteur Coronavirus : Explosion des contaminations, 5.494 nouveaux cas en 24H !    JO / Foot féminin : Deux joueuses ont marqué 7 buts lors du match Zambie-Chine (4-4)    La 4ème édition du festival du film éducatif pour les enfants des centres d'estivage du 28 au 31 juillet    Le marché monétaire retrouve légèrement son souffle (AGR)    Port d'Essaouira : Les débarquements de la pêche côtière et artisanale en baisse de 55% à fin juin    Décès de l'ancien dirigeant sportif Mohamed Moufid, à l'âge de 80 ans    Hakim Ziyech vers un prêt au Milan AC ?    JO-2020: le programme des épreuves olympiques perturbé par un typhon    368 migrants secourus en Méditerranée par la Marine royale    Un élan de développement tous azimuts, grâce au programme « Al Hoceima, Manarat Al Moutawassit »    La moyenne des délais de paiement à 40,4 jours à fin juin 2021 (DEPP)    ONU : la réunion de haut niveau de l'Assemblée générale en septembre, en présentiel à New York    Tunisie: prolongation de l'état d'urgence de six mois    France : les députés adoptent le projet de loi controversé visant l'islamisme    Fête du Trône 2021: les festivités et cérémonies reportées    Noyades : L'OMS appelle à l'action pour prévenir une cause majeure des décès    Fête du Trône: Report des festivités    Parlement: Présentation du PLF-2022, mercredi prochain    En Allemagne, 180 morts dans les inondations, selon un nouveau bilan    Maroc/Météo: Temps chaud, ce samedi 24 juillet    Israël rejoint l'Union africaine en tant qu'observateur    Le message du roi Mohammed VI au président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi    Pegasus. Les pseudos révélations ne valent rien    Une première, Rhita, chanteuse marocaine sur le billboard du Times Square    Magazine : Khadija Alami, fée et gestes    Festival : Khouribga accueille son premier navet    [Interview avec Sonia Noor, chanteuse, guitariste et compositrice] Le patrimoine marocain, un trésor à préserver et à transmettre    Une cérémonie en présence de sa veuve Hélène : Le legs de Abderrahmane Youssoufi pour les générations futures    Le monde de la culture en deuil : Le penseur et écrivain Mohamed Sabila n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Journée Internationale de la Biodiversité
« Vision commune pour la gestion de la biodiversité côtière : cas de l'embouchure de la Moulouya »
Publié dans L'opinion le 29 - 05 - 2012

Le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD) a organisé une journée d'étude sur la biodiversité estuarienne de l'embouchure de Moulouya, le 22 Mai 2012 à Saidia
A l'instar de la communauté internationale, le Maroc commémore la Journée Internationale de la Biodiversité, placée cette année sous le thème « Biodiversité marine et côtière ». A cette occasion, le Haut Commissariataux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD) a organisé une journée d'étude sur la biodiversité estuarienne de l'embouchure de Moulouya, le 22 Mai 2012 à Saidia sous le thème sous le thème « Vision commune pour la gestion de la biodiversité côtière : cas de l'embouchure de la Moulouya ».
Le choix du site trouve sa justification dans le fait que l'embouchure de l'oued Moulouya est le plus grand estuaire du Royaume, d'une superficie de plus de 2.000 ha, avec cinq systèmes : marin, estuarien, lacustre, riverain et palustre, en plus des dunes côtières. Les fonctions écologiques de l'embouchure sont multiples : absorption des inondations, intérêt mondial pour la nidification ou l'hivernage des oiseaux…
L'objectif de cette journée était celui de mettre en exergue les valeurs biologiques et patrimoniales du site, de souligner l'intérêt des différentes formes de la vie en tant qu'indicateurs biologiques de l'état de santé des écosystèmes qui sont menacéspar l'activité humaine accrue conjuguées aux perturbations climatiques actuelles.
A l'ordre du jour, des présentations sur les potentialités biologiques de l'embouchure, un tableau général sera brossé sur les efforts consentis en matière de prise en charge de la protection de la biodiversitépar le HCEFLCD, des interventions d'universitaires et de différentes ONG actives dans la région.
Les participants se sont penchés aussi sur les caractéristiques physiques du bassin de Moulouya, sur les valeurs biologiques et écologiques du site et sur les méthodologies de travail en synergie avec les différents intervenants.
Il faut rappeler que le Royaume du Maroc est l'un des premiers signataires de la Convention sur la Diversité Biologique en 1992. A partir de cette date le HCEFLCD a mis en place et en œuvre un certain nombre d'actionsdont : i)mise en œuvre du plan directeur des aires protégées par la création de plus de 154 Sites d'Intérêt Biologique et Ecologique (SIBE), ii)une dizaine de parcs nationaux, iii) l'inscription de 24 zones humides d'importance mondiale dans la liste Ramsar, iv)mise en œuvre des programmes de repeuplement et de réhabilitation d'espèces disparues comme la gazelle mohr, l'autruche à cou rouge ; l'addax…v)l'élaboration de plans d'aménagement et de gestion de dix parcs nationaux et certains SIBE, vi)le renforcement du cadre législatif par la promulgation et l'élaboration de la loi sur les aires protégées et la loi sur la commercialisation des espèces de faune sauvage menacées d'extinction et inscrites sur la liste CITES.Les intervenants auront l'occasion d'échanger leurs points de vue sur les acquis et les attentes en matière de protection et de valorisation du patrimoine naturel de l'embouchure ainsi que sur les approches multisectorielles etdisciplinaires qu'impose un tel objectif.
Des débats divergents mais complémentaires seront lancés, au regard de la multiplicité des acteurs et des spécificités géographique, naturelle, biologique etculturelle du site.
Le nord-est du Maroc renferme
dans ses zones dites humides des trésors naturels d'importance mondiale
Au niveau euro-méditerranéen, le principal outil de coopération pour la préservation et l'exploitation rationnelle des zones humides, c'est le projet dit MedWet Coasts. Supervisé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le projet avait été mis en œuvre par le ministère de l'Aménagement du Territoire, de l'Eau et de l'Environnement (MATEE), en étroite collaboration avec le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD). Il intéresse 5 sites marocains, tous situés dans le Nord-Est: l'estuaire de la Moulouya; le massif de Beni Snassene; la lagune de Nador; le massif de Gourougou; et le Cap des Trois Fourches.
Les cinq sites se caractérisent par leur climat méditerranéen semi-aride qui en fait l'habitat le plus proche pour les oiseaux migrateurs fuyant provisoirement le rigoureux hiver européen. Leur pluviométrie, inégale selon les saisons, varie entre 200 et 600 mm. De par la pauvreté et la marginalisation de la région , les habitants dépendaient largement de l'exploitation, des ressources naturelles de ces sites. Prenant en compte la composante humaine du projet, les responsables du MedWet ne visent nullement à cloisonner ces sites. Ils envisagent, au contraire, de les préserver en y associant les populations dans une démarche de développement durable, notamment par l'écotourisme.
Dans ce cadre, l'embouchure de la Moulouya, si elle est épargnée par le bétonnage actuellement en cours sur la plage de Saïdia, est un excellent créneau. Plus grand bassin hydrique du Maghreb méditerranéen (54,500 km2), cette zone est drainée par la rivière Moulouya, longue de 560 kilomètres, qui prend sa source dans le Moyen-Atlas. Mélange de systèmes marin, riverain, lacustre et marécageux, ce site abrite une centaine d'espèces d'oiseaux plus ou moins menacées. On y trouve notamment la rubiette de Moussier, (localement appelée zenzouk ou houmira kehla), la sarcelle marbrée (ch'hiba), ou encore le goéland d'Audoin (awwa). Le site renferme aussi des espèces de poissons rares, dont les Barbus moulouyensis, endémique de la Moulouya et Barbus nasus.
En plus des trésors fauniques qu'il renferme, le site a une fonction de régulation écologique, car il retient des eaux douces qui diminuent de la salinité de la nappe phréatique, de même qu'il prévient les inondations en “épongeant” les eaux de pluie.
Au Sud de l'estuaire du Moulouya, le massif des Béni Snassene culmine à 1532 m. Il comprend les plus hauts sommets du Nord-Est du Maroc et domine la plaine de Triffa. Il est jalonné de cours d'eau qui y ont tracé des gorges spectaculaires. Le principal cours d'eau, Oued Zegzel, est très fréquenté par les randonneurs, européens surtout. Les grottes du Chameau et du Pigeon, sont très peu connues du grand public, malgré leur grande beauté.
Des fouilles entreprises dans les grottes du Pigeon ont découvert des restes humains et animaux préhistoriques.
Quoique toujours doté d'une forêt, de chênes notamment, s'étendant sur plus de plus 7000 ha, le massif n'est plus le havre de verdeur qu'il était il y a à peine 30 ans. Autrefois parcouru par une faune des plus prospères et diversifiée, le Béni Snassene héberge encore une population faunistique remarquable, comme l'Alyte, la Salamandre, le Pic de Levaillant, la Fauvette Orphée ou le Chat ganté. En outre, des opérations sont programmées ou en cours pour la réintroduction d'espèces comme le Mouflon, le lynx, la gazelle de cuvier ou le vautour.
À l'Est des Beni Snassene, le massif de Gourougou, avec sa forêt, est plus célèbre pour être le repaire provisoire des candidats sub-africains à l'émigration clandestine. D'origine volcanique récente, il est caractérisée par des sommets qui dominent la mer méditerranée. Par temps clair, ils permettent une superbe vision panoramique à plusieurs kilomètres à la ronde.
Planté d'eucalyptus et de pins, le Gourougou accueille relativement peu d'espèces d'oiseaux, mais d'intérêt mondial, tel que l'aigle botté. À l'inverse, certaines espèces de vertébrés tels que les singes magots ou les sangliers y pullulent, ainsi que des espèces de reptiles-amphibiens, dont certaines menacées ou rares.
Au nord du Gourougou, le Cap des Trois Fourches, situé à côté de Nador, est un promontoire montagneux de 25 kms formé de falaises à pic flanquées de grottes. Difficilement accessible, il est d'une beauté féerique sauvage et revêt une valeur biologique d'intérêt mondial. En effet, il constituait un refuge idéal pour l'unique espèce de pinnipède qui vit dans les mers chaudes, le phoque moine. Le dernier individu, parmi les quelque 300 encore présents sur toute la planète, a été vu pour la dernière fois sur le site en 2003. On envisage sa réintroduction.
Il abrite des dizaines d'espèces de reptiles comme la Vipère de Lataste. ou la Couleuvre de Schokar. La végétation du Cap des Trois Fourches est aussi exceptionnelle par la très forte présence d'espèces rares médicinales ou d'intérêt économique.
À l'Ouest du Cap des Trois Fourches, la lagune de Nador, avec son plan d'eau Bou Areg, s'étend sur 24 kms. Étant très proche des villes de Nador et Bani Ansar, elle connaît des activités humaines intenses, avec toutes les nuisances que cela suppose.
Outre les riches peuplements d'invertébrés marins et de poissons, on trouve dans et aux abords de la lagune de Nador des populations exceptionnelles d'oiseaux et des espèces de reptiles extrêmement rares et menacés, tels que les chalcides, les tortues et les caméléons. La lagune de Nador est également un site d'hivernage et de migration pour plus de 150 espèces d'oiseaux, et de nidification pour une petite quarantaine. Parmi ces espèces, certaines sont rares et menacées, comme le Flamant rose.
On le voit, le Maroc recèle des richesses jusque-là insoupçonnées qu'il convient non seulement de préserver mais de régénérer. D'où l'importance vitale du projet MedWet Coasts, qui a déjà à son actif plusieurs réalisations. Après un diagnostic exhaustif des cinq sites intéressés, des actions urgentes ont été prises pour la préservation de la biodiversité et d'élimination des menaces directes contre les sites. Au cours de l'année 2006, les responsables du projet (www.medwet.org) veilleront au développement d'une stratégie nationale zones humides pour se conformer aux engagements prises dans le cadre de la Convention Ramsar pour la protection des zones humides, qui concerne, elle pas moins de 25 SIBE (sites d'importance biologique) et écologique marocains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.