Prix à la consommation : L'inflation grimpe à 5,9% en avril 2022    Le Directeur Général de l'ONEE reçoit l'Ambassadrice de Suède au Maroc    Transfert : Mbappé entre le marteau et l'enclume, décision dimanche à 11h00 sur la chaîne Téléfoot Endirect    Compteur Coronavirus : 153 nouveaux cas, plus de 6,36 millions de personnes ont reçu trois doses du vaccin    Insertion des détenus extrémistes : les autorités pénitentiaires détaillent leur nouvelle approche    Terrorisme : Washington retire cinq groupes étrangers de sa liste noire, dont l'ETA    Les U17 s'inclinent    Paris : Spectacle solidaire de D'jal le 29 mai au profit de l'association keepSmiling    Rehhou : La loi relative à la liberté des prix et de la concurrence vise à protéger l'investisseur et le consommateur    Affaire de Younes Blal : ATIM saisit le juge populaire pour confirmer le caractère raciste du meurtre    Vidéo. Sofac rend hommage à l'athlète Aziz Yachou, arrivé 3e au Marathon des Sables    France: Voici la composition du nouveau gouvernement    Pays-Bas : Les partis contre un projet européen sur la migration régulière depuis le Maghreb    La politique « zéro COVID dynamique » : un choix correspondant aux réalités chinoises    WhatsApp révèle un nouveau service pour les propriétaires d'entreprise    Plages sans plastique. La    Al Qods : Une passe d'arme en perspective au Caire entre le Maroc et l'Algérie    Décès de l'acteur égyptien Samir Sabry à l'âge de 85 ans    La Russie compte créer de nouvelles bases militaires en réplique à l'élargissement de l'Otan    Maroc-AFD : les programmes de coopération ont dépassé les objectifs soit plus de 2 Mds d'euros    Quand un journaliste de la BBC dénonce le non-respect du RGPD au Maroc    Casablanca: l'essentiel des projets adoptés par le conseil communal    Un eurodéputé espagnol s'inquiète du « problème croissant » de l'immigration clandestine d'origine algérienne    Secousse tellurique ce vendredi dans une province du Maroc    Festival de Cannes: Manal Benchlikha foule le tapis rouge (PHOTOS)    Saad Lamjarred entre dans le Guinness des Records ! (PHOTO)    Djamel Kehal Medjdoub dans la pétaudière du renseignement extérieur algérien    L'icône de Jil Jilala, Hajja Sakina Safadi, n'est plus    Transfert : Mbappé mettra fin au suspense sur son avenir avec le PSG ce week-end (médias)    Finale de la Coupe de la CAF : 1,25 million de dollars au vainqueur, 700 000 dollars au '' malheureux '' finaliste !    Jumelage réactivé entre les institutions judiciaires au Maroc et en Belgique    Tamendawt Taqvaylit. La république kabyle avance    Monkeypox, une maladie virale pas encore inquiétante pour le Maroc, assure un expert    Le temps qu'il fera ce vendredi 20 mai 2022    L'ONMT clôt le «Light Tour» à New York    Maroc : La Cour constitutionnelle invalide l'élection de quatre députés d'Al Hoceima    Appel public à l'épargne: L'AMMC rappelle les nouvelles règles de gouvernance    Belgique : Tarik Tissoudali remporte le Soulier d'Ebène    La RS Berkane décidée à rééditer l'exploit de 2020    Gnaoua Festival Tour dévoile sa programmation    Madrid : Présentation du 26e Festival de Fès des musiques sacrées du monde    Migration : Antony Blinken considère que le pacte de Marrakech servira de base à une approche commune    Justice: nouveaux rebondissements dans l'affaire Omar Raddad    Nouveau protocole sanitaire pour entrer au Maroc : qu'en pensent les opérateurs ?    Industrie : Le Maroc, un des pays les plus compétitifs au monde    La culture, un outil de développement durable    Le projet de loi n° 66.19 sur le droit d'auteur adopté à la Chambre des conseillers    Espagne : Le Sénat rejette une proposition de Vox réclamant des sanctions contre le Maroc et l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Education : La gratuité en question
Publié dans L'opinion le 05 - 01 - 2018

Selon plusieurs sources, le premier conseil de gouvernement de l'année 2018 s'apprête à adopter une loi cadre relative à la réforme du système éducatif marocain dont certaines dispositions qui mettraient fin à la gratuité de l'enseignement public qualifiant et supérieur.
Consciente que le sujet est clivant, surtout qu'une polémique commence à émerger dans le débat public, on a pris soin de choisir, avec beaucoup de précautions, les termes utilisés : l'Etat garantit la gratuité dans l'enseignement primaire et collège, mais au lycée et à l'université, les familles devront payer des frais «symboliques». Les responsables du ministère de l'éducation ont tenu à préciser que ce seraient des frais d'inscription et que la gratuité n'est aucunement remise en cause, surtout pour la scolarisation obligatoire (4-15 ans).
Et pour atténuer davantage l'intensité du lever du bouclier suscitée par cette mesure, au sein même du Conseil supérieur de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique lors de sa session de novembre, l'avis émis par le conseil précise que le paiement de frais de scolarité doit prendre en compte l'exemption « automatique » des familles nécessiteuses dans le cadre de la mise en œuvre de la solidarité sociale .
Le président du Conseil, M .Omar Azziman avait souligné lors de la tenue de l'assemblée générale de cette institution, que la loi-cadre a gardé l'esprit de la vision stratégique de l'éducation 2015-2030. D'ailleurs le texte approuvé par le Conseil a statué sur les langues d'enseignement, les manuels scolaires, la formation professionnelle et bien sûr le financement du système dont la gratuité de l'enseignement. Mais force est de constater que c'est le dernier sujet qui a cristallisé les débats lors de l'assemblée.
Le sujet a suscité une polémique au-delà même du conseil pour sa charge historique et symbolique.
Historique d'abord parce qu'au lendemain de l'indépendance. L'enseignement et la scolarisation des marocains sont devenus une problématique importante et urgente. En 1957, quatre principes émergent des travaux d'une commission Royale instituant la marocanisation, l'arabisation, la généralisation et l'unification de l'enseignement avec son corolaire, la gratuité. Depuis toute évaluation du système éducatif était basée sur l'atteinte ou non de ces objectifs. Si la marocanisation a été atteinte, l'arabisation est plus que problématique actuellement, la généralisation est plutôt assez satisfaisante pour les tranches d'âges du primaire même si elle est mise à mal par la déperdition et le décrochage à l'entrée du collégial. Quant à l'unification, force est de constater que par exemple l'enseignement supérieur est pluriel : Payant pour les plus aisés comme Al Akhawaine, sélectif et à accès limité pour les enfants ayant réussi le qualifiant comme les ENCG et l'ESCAE et gratuit, ouvert et fondamental, pour le reste.
La gratuité a été conçue pour permettre au système de jouer son rôle d'ascenseur social et de favoriser la cohésion sociale autour de valeurs partagées par tous les citoyens depuis l'enfance.
La gratuité porte toujours une charge symbolique confirmée par l'article 31 de la Constitution qui stipule que l'Etat doit, ainsi que les institutions publiques et les collectivités locales, mettre en place des mécanismes pour garantir l'égalité d'accès à une éducation moderne, accessible et de qualité . On comprend donc qu'aucun élève ou étudiant ne doit être privé de la poursuite de ses études pour des raisons purement financières, s'il remplit les conditions requises. C'est donc sur l'égalité des chances, l'atténuation des inégalités que repose l'argumentaire des contestataires de la mise en jeu de la gratuité.
Et pourtant la gratuité absolue est vraiment un leurre. Les parents de toute catégorie sociale prennent déjà en charge la scolarisation de leurs progénitures dans le préscolaire. Le ministère de l'éducation s'est complètement désengagé de ce niveau. La scolarisation au primaire, collégial et qualifiant et est assujettie à des frais d'inscription (Assurance, association sportive, association des parents d'élèves...) et plusieurs parents ont préféré, surtout dans les villes, à orienter leurs enfants vers le privé pour un enseignement de « qualité ». Les étudiants s'acquittent de frais d'inscriptions dans le supérieur.
Ce qui serait nouveau en cas d'adoption de cette loi cadre, c'est le montant des frais d'inscription et les modalités de leur mise œuvre. Ce qui est problématique, c'est comme toujours les critères du choix pour l'exonération.
Comme toujours, les principes sont cohérents et parfois justifiés, mais c'est la mise en œuvre réelle et pratique qui risque de décevoir. Le diable est dans les détails.
Hassan BENMAHMOUD


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.