Voici le temps qu'il fera ce lundi    Pour les joueurs, un été intense avant une année dense    Idiotorial : L'ovalie a son virus    "Jemâa El Fna en live" Quand les artistes de la place subjuguent le public par des spectacles virtuels à distance    L'Oriental fashion show, une édition digitale inédite    Les Instituts Cervantès au Maroc lancent la seconde partie du cycle du cinéma en ligne "Clásicos contigo"    L'ambassadeur de Chine à Rabat salue l'initiative Royale en faveur des pays africains    La responsabilité de l'Algérie dans les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf établie à l'ONU    Le WAC et le Raja pas du tout tentés pas des matches au stade Père Jégo    Les marchands non financiers anticipent une diminution de leur activité    Rapatriement de 290 Marocains bloqués au Canada    Le Maroc accueillera le premier Canopy by Hilton en Afrique du Nord    Le Parlement et le HCP renforcent leur coopération    L'Algérie veut que se tienne des élections en Libye    Safi en quarantaine : Le spectre du reconfinement plane sur d'autres cités    Coronavirus dans le monde : zones reconfinées en Espagne, le Maroc enregistre son bilan le plus lourd depuis mars    Macron s'exprimera à l'occasion du 14 juillet, une première    Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil dans le meilleur des PJD    Fraude aux cotisations sociales : la scandaleuse vidéo d'Amekraz qui aggrave son cas    Chelsea, Manchester United et Arsenal victorieux    Rapatriement des Marocains bloqués en Turquie : 2 nouveaux vols et 230 citoyens transportés samedi    Castex et Macron mettent les «bouchées doubles»    Hong Kong: c entre Londres et Pékin    NordinAmrabat testé positif au Coronavirus !    Raja Jeddaoui, la star du 7e art arabe n'est plus    Phraséologie humaniste, Horreur impérialiste    Grosse chaleur du dimanche à mardi dans plusieurs provinces du Royaume    Coronavirus : la région de Marrakech-Safi est la plus touchée ce dimanche    Serie A: large succès de la Juventus et de l'AC Milan    Tarik Haddi, nouveau président de l'AMIC    Des ministres gaffeurs!    Nabil Benabdallah: «Se départir des velléités colonialistes»    L'ANP et l'AFD pour un développement durable et compétitif des ports    Casablanca: placé en garde à vue, il meurt après un malaise    La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    Radouane Amine : « Nous défendons la thèse mettant l'humain au centre de tout modèle de développement »    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    PJD: le communiqué de la honte    Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Fête de l'indépendance des USA: Le Roi Mohammed VI félicite le président Trump    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Indice de complexité du recouvrement des impayés
Classé 12ème, le Maroc toujours à la traîne
Publié dans L'opinion le 05 - 02 - 2018

Sur une liste de 50 pays, le Maroc est classé 12ème en matière d'indice de complexité du recouvrement, fraîchement publié par le spécialiste de l'assurance-crédit Euler Hermes.
Avec un score global obtenu de 60, le Royaume figure ainsi dans le rang des pays où le type de complexité de recouvrement des impayées par les entreprises est très élevé. C'est dire que le recouvrement reste un véritable parcours du combattant pour les entreprises marocaines.
Pour l'élaboration de cet indice, qui vise à aiguiller les entreprises dans le choix de leurs destinations d'export, Euler Hermes procédé á l'analyse de trois facteurs : les pratiques locales de paiement, l'efficacité des procédures de recouvrement avant insolvabilité du débiteur, et l'existence d'un dispositif efficace de procédures collectives.
En résulte une note, comprise entre 0 et 100, qui donne une vision des modalités de recouvrement pour un pays donné.
Au Moyen-Orient et en Asie, le recouvrement des impayés est également un véritable parcours du combattant pour les entreprises.
C'est le cas, entre autres, á l'Arabie Saoudite et aux Emirats Arabes Unis obtiennent ainsi les moins bons scores, avec respectivement 94 et 81.
En revanche, l'Europe Occidentale figure de bon élève puisqu'elle simplifie la vie des entreprises souhaitant récupérer les sommes qui leur sont dues. Sur les 16 pays européens cités par l'étude, 14 figurent parmi les pays où le recouvrement est le moins complexe à l'échelle mondiale. La Suède (30), l'Allemagne (30) et l'Irlande (31) occupent le podium des pays où le recouvrement est le moins complexe. « En matière de délais de paiement, le comportement des entreprises suédoises, allemandes et irlandaises est très bon. En 2016, ces dernières payaient en moyenne leurs fournisseurs respectivement sous 54, 53 et 50 jours, alors que la moyenne mondiale était de 64 jours. Sans surprise, dans ces 3 pays, la résolution des impayés avant insolvabilité du débiteur est efficace : les tribunaux compétents résolvent les litiges dans des délais raisonnables. Ainsi, l'efficacité du système judiciaire influe directement sur le comportement de paiement des débiteurs », explique Eva Sebban, Responsable du département Procédures Collectives chez Euler Hermes France.
A l'inverse, la situation est compliquée en Asie-Pacifique, qui compte pas moins de 4 représentants parmi les 10 plus mauvais élèves avec la Malaisie (78), la Chine (73), l'Indonésie (67) et la Thaïlande (60).
Complexité du recouvrement à l'international, un sujet d'intérêt général
L'étude d'Euler Hermes montre ainsi que même les économies les plus développées, les marchés les plus dynamiques ou les pays les moins vulnérables connaissent des difficultés en matière d'efficacité du recouvrement. Les poches de complexité existent dans le monde entier, même en Suède. Pour un créancier isolé, la première difficulté consiste à bien cerner le système local pour décider des actions à entreprendre. A l'échelle Européenne, de vrais efforts ont été réalisés pour créer un système harmonisé et simplifié de recouvrement des créances dans les pays de l'UE (sauf le Danemark) mais l'application de ces règles reste aléatoire en fonction notamment des tribunaux compétents.
A l'échelle mondiale, il apparait que le plus gros problème réside dans la protection des droits du créancier après l'ouverture d'une procédure d'insolvabilité. Quel que soit le pays, les formalités à respecter par les créanciers sont très disparates et souvent complexes. Les chances de recouvrer une créance due auprès d'un débiteur en procédure collective sont quasiment nulles pour un créancier isolé. L'accompagnement par un tiers expert devient alors primordial pour limiter la casse.
A. CHANNAJE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.