Le roi Mohammed VI a félicité Antonio Guterres    Russie: Une Américaine disparue mardi a été retrouvée morte, un suspect arrêté    Météo Maroc: les prévisions pour le dimanche 20 juin 2021    Le Maroc change de fusil d'épaule...    Clôture de l'exercice combiné maroco-américain « African Lion 2021 » au Cap Draâ [Vidéo]    Ligue des Champions : Le WAC s'incline à domicile face à Kaizer Chiefs    Les remises exceptionnelles dans les hôtels étendues à tous les Marocains    Covid-19: les Etats-Unis offrent 2,5 millions de doses de vaccins à Taïwan    Le rapport médical de Soulaimane Raissouni révèle qu'il se porte bien    Euro 2020 : La France tenue en échec par la Hongrie    Hillary Clinton ressort sa photo en caftan (PHOTO)    Raja: Chebbi dévoile le prix de Rahimi    Le Paris Saint-Germain fait une nouvelle proposition pour Hakimi    La terre a tremblé ce samedi dans cette province du Maroc    Fès: les exportations d'artisanat ont baissé en 2020    Officiel : Le huis clos pour les deux demi-finales africaines du Wydad et du Raja    Covid-19 au Maroc : 439 cas et 4 décès enregistrés en 24 heures    Le Maroc reçoit un million de doses du vaccin Sinopharm    Covid-19: le nombre de décès à la baisse en France    Amal Saqr fait des confidences sur sa vie privée (VIDEO)    Handball / Avant-dernière journée : La Rabita bat le KACM à Marrakech    Fin de la deuxième épidémie d'Ebola en Guinée    Casablanca: la gare Oulad Ziane rouvrira bientôt ses portes    Chine/Covid-19: l'aéroport de Shenzhen annule des vols après un cas positif    Le roi Mohammed VI, personnalité de la semaine selon le quotidien hollandais NRC Handelsblad    Commissions paritaires/ Ministère de la Jeunesse et Sports : L'UGTM remporte largement les élections dans les provinces du sud    Bourse de Casablanca: l'essentiel du résumé hebdomadaire    Aïd al-Adha 1442 (2021) : 5,8 millions de têtes d'ovins et caprins identifiées    Encore 3 000 migrants à Sebta, un mois après la marrée inédite    La titrisation est un formidable moyen pour libérer des capacités de financement    Copa America : L'Argentine bat l'Uruguay et se hisse en tête    Union Africaine: une pléiade d'experts africains appellent à exclure le polisario    Salé: un policier contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Clôture au Cap Draâ des manœuvres militaires maroco-américaines    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    Antonio Guterres officiellement reconduit pour un second mandat de Secrétaire général de l'ONU    Inde: mort du « Flying Sikh » Milkha Singh, l'un des sportifs les plus célèbres du pays    BBC News: Le ministre des Finances du Qatar arrêté dans le cadre d'une enquête pour corruption    Pérou: 27 morts dans un accident d'autocar    En Colombie, le blocage des routes ne sera plus considéré comme manifestation pacifique    Je suis venu travailler au Qatar pour poursuivre mes rêves, mais ma vie est un cauchemar    Etat civil : la nouvelle loi finalisée    Voici pourquoi un bon nombre de stars de la chanson française sont à Marrakech    [Interview avec Nabil Ayouch] «Haut et fort», de Casablanca à Cannes    Rabat : La joie au coeur de l'exposition « Joy »    Bientôt un prix national des meilleures publications dans les encyclopédies digitales    «Le Feu qui forge» : Une exposition collective à L'Atelier 21    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oxford Business Group évalue le secteur énergétique national
Le Maroc mise sur le gaz naturel liquéfié
Publié dans L'opinion le 20 - 04 - 2018

Identification des gisements de gaz commercialement viables 94 % des besoins en énergie primaire couverts par les importations de pétrole et de charbon
Le Maroc mise sur le Projet de Gaz Naturel Liquéfié (GNL) et les énergies renouvelables pour diversifier son mix énergétique et répondre à la demande croissante en électricité. C'est ce qu'estime Oxford Business Group (OBG), un cabinet d'intelligence économique, basé à Londres, dans une récente note d'information sur le Maroc.
« Projet de gaz naturel liquéfié (GNL) de plusieurs milliards de dollars, découvertes de gisements de gaz sur le territoire, et engagement continu en faveur des énergies renouvelables : c'est ainsi que le Maroc compte répondre aux besoins grandissants des consommateurs et de l'industrie en matière d'énergie, et diversifier son mix énergétique », souligne-t-on.
Pour le gaz, OBG cite le cas du projet « Gas to Power», un complexe gazier évalué à 4,6 milliards de dollars, que le Maroc s'apprête à lancer. Ce projet d'envergure, dont l'achèvement est prévu en 2025, sera réalisé dans le cadre d'un seul et même contrat. Les travaux consisteront en la construction de deux nouvelles centrales électriques à cycle combiné alimentées au gaz naturel, dotées d'une capacité respective de 1 200 MW, d'un terminal de GNL et d'une unité de regazéification à terre au Port de Jorf Lasfar sur la côte Atlantique, ainsi que des gazoducs qui raccorderont le terminal au pipeline Maghreb-Europe. Les consultants techniques et financiers de ce projet ont été recrutés en 2016, affirme OBG.
Les experts du cabinet d'intelligence économique londonien notent, par ailleurs, que le Maroc ambitionne également de miser sur l'augmentation de la part des énergies renouvelables de 32 % à 52 % d'ici à 2030, et sur la diversification de la composante combustibles fossiles en vue de réduire la dépendance au pétrole et au charbon. À l'heure actuelle, poursuit la même source, environ 94 % des besoins en énergie primaire sont couverts par les importations, principalement de pétrole et de charbon, mais également par certains transferts d'électricité directs.
GNL, une opportunité pour les fournisseurs internationaux
D'autre part, le GNL, grâce à des projets tels que la centrale électrique de Jorf Lasfar, devrait représenter au moins 13 % de la capacité totale d'ici à 2025. A titre de comparaison, le gaz naturel représentait 5,8 % de la consommation d'énergie primaire en 2015.
Dans le même ordre d'idées, OBG fait savoir que la volonté du Royaume de relancer le GNL représente même une opportunité pour les fournisseurs internationaux. Plusieurs producteurs en amont ont d'ailleurs d'ores et déjà manifesté leur intérêt pour l'approvisionnement en gaz de la future centrale. « A la suite de la signature en 2016 d'un accord de coopération bilatérale renforcée avec le Qatar pour le développement de l'énergie, une délégation américaine s'est rendue au Maroc, à la mi-octobre de l'année dernière, pour discuter de changements à l'actuel accord de libre-échange en vue d'éventuellement ajouter les Etats-Unis à la liste de sources potentielles de matières premières. Les Etats-Unis, jadis importateur net de gaz, sont ainsi en passe de devenir un acteur de premier rang sur le marché du GNL grâce au développement de ses capacités en gaz de schiste.
Le même mois, le Premier ministre russe Dmitri Medvedev avait déclaré que les deux fournisseurs de gaz naturel, Gazprom et Novatek, envisageaient également la possibilité d'approvisionner le pays en GNL et d'y construire des infrastructures d'énergie », indique OBG.
Identification des gisements de gaz commercialement viables
Autre point soulevé par les analystes d'OBG est l'identification des gisements de gaz commercialement viables par les spécialistes de l'exploration et production(E&P). Ils citent l'exemple ici de Sound Energy, entreprise britannique d'E&P, qui a recensé, en 2017, des gisements de gaz compris entre 9000 et 31 000 milliards de pieds cubes à sa concession de Tendrara dans l'est du Maroc. La production pourrait être lancée dès 2019.
Cette année, une autre société britannique d'E&P, SDX Energy, a découvert deux gisements supplémentaires dans le nord du pays.
Côté amont, poursuit la même source, les nouvelles perspectives locales annoncent une hausse des investissements en E&P. Selon les médias locaux, pas moins de 164 millions de dollars seront investis cette année, contre 130 millions de dollars en 2017.
En pariant sur une plus grande indépendance énergétique, souligne OBG, le Maroc devrait également réduire son déficit commercial qui en 2017 avait augmenté de 2,8 % en passant de 185 milliards de dirhams (16,3 milliards d'euros) à 190,2 milliards de dirhams (16,8 milliards d'euros), selon l'Office des Changes. Or les produits énergétiques pesaient le plus lourd dans cette augmentation ainsi que dans les dépenses globales en importations, avec un bond de 27,4 % en raison de la hausse des prix du baril de pétrole.
OBG évoque aussi, dans sa note d'information, le projet de pipeline de gaz naturel entre le Maroc et le Nigéria, actuellement en phase avancée d'études de faisabilité. Cette liaison de 4 000 km permettrait de transporter du gaz nigérian vers le Maroc, qui pourrait également faire fonction de point de départ aux exportations vers l'Europe et fournir un accès à d'autres pays tout au long du trajet.
Pour rappel, c'est en mai 2017 à Rabat que des accords supplémentaires ont été signés pour ce pipeline évalué à 25 milliards de dollars, qui permettrait, selon les responsables marocains, d'accélérer l'alimentation en électricité en Afrique de l'Ouest et servirait de tremplin à la création d'un marché régional de l'électricité compétitif.
A. CHANNAJE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.