Système de protection sociale : Les lapalissades de M. El Othmani    1500 participants visés par Basket F'Douar    Météo : Chutes de neige au menu…    Guerre mondiale : Retour à Rabat sur le rôle des soldats marocains    Brexit : La perspective d'un accord en novembre toujours aussi incertaine    Presse électronique : La FMEJ dénonce les comportements irresponsables    Elalamy fait le point sur les nouvelles normes marocaines    L'armateur CMA CGM lance une caravane au profit des producteurs agricoles marocains    Education    Parlement. Le code de déontologie sera-t-il respecté ?    Flash hebdomadaire    Botola Maroc Telecom : La belle remontée du Youssoufia de Berrechid    Pétrole : Les grands producteurs veulent éviter une surproduction en 2019    C'est parti pour le cadastre solaire marocain    Le Maroc participe à «La Semaine de la cuisine italienne dans le monde»    Les œuvres de Morran Benlahcen au So Art Gallery    Galerie H : Trois designers à l'honneur    Hamid Baali, victime de la neige ou de la négligence?    Le Maroc participe au Forum de Paris sur la paix    Adoption en commission de la première partie du projet de loi de finances 2019    Nadia Larguet obtient gain de cause dans une affaire d'atteinte au droit d'auteur    Afrique/administration. Le Maroc élu président adjoint    Dakhla: Le Brésilien Carlos Mario remporte la 2è édition du Championnat mondial de kitesuf    Interview – Elad Levi : « La musique andalouse, c'est toute ma vie ! »    Nadia Larguet obtient gain de cause dans une dans une affaire d'atteinte au droit d'auteur    SM le Roi participe à la commémoration du centenaire de l'Armistice    Journée scientifique de partage de compétences : La maladie de Parkinson examinée par des experts marocains et français    Nexans Maroc et Envol Afrique lancent «Nexans Côte d'Ivoire»    SAR la Princesse Lalla Hasnaa inaugure le Parc Hassan II de Rabat    Le sens de l'image    Le ministère de la justice rend un vibrant hommage à Abdelwahed Radi    Les dernières cartes à jouer du programme de privatisations?    Farine subventionnée. Une rente d'un milliard de dirhams    Divers    Signature à Rabat du protocole d'accord conférant au Royaume l'organisation des Jeux africains 2019    La Californie toujours en proie aux flammes    Cure de jouvence promise pour les maisons de jeunes    Finalisation d'un projet relatif au droit des autistes à l'éducation inclusive    Divers    Premier League Des milliers de supporters rendent à nouveau hommage à l'ancien propriétaire de Leicester    Mohamed Benabdelkader appelle à une gouvernance publique efficace, performante et productive    Abderrahmane El Youssoufi : La main tendue de S.M le Roi, une initiative sincère pour une victoire collective des Algériens et des Marocains    divers    Sofia'' de Meriem Ben M'barek rafle trois prix    Nouvelle édition de la "Nuit des philosophes"    Cri de l'âme'' de Abdelilah El Jaouhari en avant-première à Casablanca    Midterms: Une forte présence des femmes au Congrès mais…    Arrivée du Souverain à l'Elysée pour la commémoration du centenaire de l'Armistice    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Interdiction de publier des photos de la mère de Mohamed VI
Publié dans Maghreb Observateur le 18 - 02 - 2009

Nouredine Miftah, le directeur de l'hebdomadaire "Al Ayam", le plus important du Maroc de par sa diffusion, avait écrit au début du mois au palais royal pour demander l'autorisation de publier certaines photos de la mère du roi Mohamed VI, Lalla Latifa, et de la grand-mère, Lalla Abla. Toutes les deux sont des personnages pratiquement inconnus des marocains car leurs époux, les rois Hassan II et Mohamed V, ont toujours refusé qu'elles soient prises en photos pour être publiées.

Miftah ne reçut aucune réponse écrite à sa demande mais, en revanche, mardi dernier dans la nuit, le directeur de la Brigade Nationale de la Police Judiciaire et une vingtaine d'agents firent irruption au siège de l'hebdomadaire avec un mandat judiciaire pour perquisitionner. Ils voulaient aussi mettre la main sur le responsable de la publication et sa rédactrice en chef, Maria Moukrim.
Aucun des deux n'était là. Huit agents prirent donc le chemin de l'appartement de la journaliste. Les autres firent appel à une technique de triangulation pour déterminer d'où provenaient les signaux émis par le téléphone portable de Miftah, d'après la presse marocaine. Ils le trouvèrent chez un ami.
Le directeur et sa rédactrice en chef furent interrogés cette nuit et convoqués à nouveau au commissariat le lendemain. Ils durent en plus assister à une deuxième perquisition du siège d' « Al Ayam » au cours de laquelle la police saisit, enfin, les fameuses photos. Celles-ci avaient été remises, à Paris, en 2005, par le docteur François Cléret à Maria Moukrim. Ce nonagenaire très lucide avait été le médecin traitant de Mohamed V et, au début de son règne, de Hassan II.
« La police a remis le résultat de son enquête au procureur du roi et celui-ci doit maintenant décider s'il entame des poursuites », explique Moukrim, prix national de la presse marocaine. Elle et son directeur ont déjà été condamnés, en novembre 2005, à quatre mois de prison avec sursis et à 100.000 dirhams d'amande (9.500 euros) pour « publication de photos de membres de la famille royale sans autorisation ».
Un décret de 1956, l'année de l'indépendance du Maroc, soumet à autorisation préalable la diffusion de photos du Roi et de sa famille, mais dans la pratique il ne s'applique pas quand les épreuves sont distribuées par la MAP, l'agence de presse officielle. Pour ne pas vouloir enfreindre la loi, et s'asseoir à nouveau dans le prétoire, le directeur d' « Al Ayam » avait cette fois demandé, par écrit, l'accord du palais, sa réaction a été aussi disproportionnée qu'en 2005.
« Al Ayam » a publié un communiqué critiquant les « procédés excessifs » de la police judicaire. Pour protester Miftah à également démissionné de son poste de secrétaire général de la Fédération Marocaine des Editeurs de Journaux. La presse indépendante marocaine à, par ailleurs, exprimé sa solidarité avec l'hebdo. Reporters Sans Frontières a dénoncé vendredi les « pressions politiques et judicaires toujours plus fortes » que subissent les médias marocains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.