Davos : Donald Trump fustige les «prophètes de malheur» devant Greta Thunberg    UK-Morocco Business Dialogue: Turbo sur la coopération !    Grogne des imams: Le ministère réagit    Boxe: le Maroc, troisième du tournoi «Ahmet Cömert» à Istanbul    Faut-il craindre le nouveau virus chinois?    Botola Pro D1 : Le fauteuil du leader n'est plus immunisé    Le président du Forum Crans Montana voit en Dakhla un laboratoire de développement pour l'Afrique    HCR au Maroc : 6.656 réfugiés et 3.100 demandeurs d'asile au 31 décembre 2019    Maroc-GB, l'après Brexit a déjà commencé !    Le Maroc prend part au Comité des Représentants permanents de l'Union africaine    Lilia Zakraoui, signe sa première publication    Tirage au sort Coupe du Monde 2022: Zone Afrique, à quelle heure et sur quelle chaîne ?    Les Coupes Nationales: Plusieurs joueurs Marocains sont attendus    L'ex-patron chinois d'Interpol condamné à treize ans de prison    Botola Pro: Le WAC passe en tête du classement    Tanger Med : Plus de 65 millions de tonnes de marchandises traitées en 2019    Suite à la fin de la convention de la concession «Assiaqa Card» : M2M anticipe une baisse de ses résultats 2020    Compétitivité : le Maroc au bas de l'échelle    La saison agricole sera-t-elle compromise ?    Congrès régional de Drâa Tafilalet du PPS    Najate Limet: «Nous voulons sensibiliser des donateurs marocains»    Pearl Jam de retour avec un nouvel album    Le nombre de chômeurs dans le monde devrait repartir à la hausse    Venezuela: Reconnaître Guaido comme président, mais payer ses impôts à Maduro    Lahcen Es-saady : «L'initiative avance d'une manière constante et enregistre une forte interactivité des Marocains»    Casablanca : Rick's Café devant la justice    Le procès historique de Donald Trump entre dans le vif du sujet    Boeing ukrainien: l'Iran confirme le tir de deux missiles    Tunisie : Elyes Fakhfakh, ex-ministre des Finances, désigné Premier ministre, appelé à former rapidement un gouvernement    Escroquerie financière et piratage de cartes de paiement électroniques : Quatre individus devant le parquet à Rabat    Le patrimoine amazigh à l'honneur à Imintanoute    La Bolivie retire sa reconnaissance de la « rasd »    Taroudant : couple soupçonné d'agression sur leur fille    Nouveau système d'évaluation du handicap, les précisions d'El Moussali    Handball : le Maroc perd face à la Tunisie    Voici le temps qu'il fera ce mardi    Les femmes mises au ban du développement    Insolite : Klinsmann épinglé    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Trois raisons qui expliquent une rapide prise de poids chez les hommes    Les sales besognes de Larbi Naji    Les EEP bénéficient de plus de 28 MMDH de déblocages à fin novembre    Société Générale et Yamed capital annoncent la création d'une joint-venture    Accord international pour relancer les efforts de paix en Libye    Des ex-guérilleros salvadoriens protègent la forêt qui leur avait donné refuge    Agadir à l'heure des "Journées de Tiznit"    "Bad boys for life" en tête du box office nord-américain    Abdelouahab Doukkali enchante le public saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les sucriers SUNABEL et SURAC fêtent les 80 ans de la COSUMAR à Bel Ksiri
Publié dans MAP le 24 - 12 - 2009

Les sucriers SUNABEL et SURAC ont fêté, mercredi à Mechraâ Bel Ksiri, les 80 ans d'existence de la COSUMAR sous le signe "des décennies d'engagement et de confiance mutuelle" en présence de plusieurs invités.
En 1929 naissait la COSUMA, raffinerie de Casablanca, créée par la société française St Louis de Marseille. L'entreprise produisait alors 100 T de sucre par jour, exclusivement sous la forme de pains de sucre. En 1967, l'Etat marocain acquiert 50% de son capital et COSUMA devient la société marocaine COSUMAR.
Dix ans plus tard, en 1985, le Groupe ONA prend le contrôle du capital de COSUMAR. Depuis, COSUMAR va connaître un développement important en acquérant, en 1993 les sucreries de Zemamra et de Sidi Bennour et, en 2005, les quatre sociétés sucrières nationales, Sunabel, Surac, Suta, et Sucrafor, devenant ainsi l'unique opérateur industriel sucrier national.
Le groupe qui affichait en 2007 un chiffre d'affaires de 5,463 milliards de dh dispose, aujourd'hui, de 11 sites industriels, compte 2500 collaborateurs, 80.000 agriculteurs producteurs de betterave et de canne à sucre et 10 millions de journées saisonniers par an et produit plus d'un million de tonnes de sucre par an.
Cosumar a développé, au cours de son histoire, son savoir-faire en matière de raffinage, d'extraction et de conditionnement du sucre afin d'offrir aux consommateurs des produits de qualité, indique le groupe dans un éditorial publié à l'occasion de ses 80 ans. Cosumar s'est également engagée à consolider et à poursuivre le développement de l'ensemble de la filière sucrière grâce au projet "INDIMAGE 2012 " (Intégration, Développement Industriel, et Mise A niveau Globale), ajoute le groupe.
Lancé en 2006, ce projet ambitione de moderniser l'outil industriel et accompagner l'amont agricole dans l'amélioration de ses performances.
La cérémonie de célébration des 80 ans de la COSUMAR à Bel Ksiri, a été marquée par l'organisation d'une table ronde pour jeter la lumière sur les efforts des sociétés SONABEL et SURAC pour développer et moderniser leurs unités de production et sur la politique d'incitation et d'accompagnement des agriculteurs, que le PDG de la SUNABEL, M.Mohamed Fikrat a qualifiés de partenaires stratégiques.
L'usine de Bel Ksiri a investi 50 millions de dh pour passer de la production du sucre brut au sucre blanc et les responsables de la SONABEL et de la SURAC prévoient une augmentation de 45 à 55 pc des cultures sucrières dans la région du Ghrab et du Loukkos.
Des documentaires ont été aussi projetés mettant à contribution des universitaires et des historiens marocains pour parler de l'histoire de la transformation et de la fabrication du sucre au Maroc.
Selon le pr. Abdelhadi Tazi, membre de l'académie du Royaume, la reine Elizabeth 1ère d'Angleterre demandait à ses cuisiniers de n'utiliser que le sucre marocain. Les plantations de canne à sucre étaient surtout concentrées dans le sud du Royaume. Des fabriques artisanales exploitaient alors la canne à sucre dans les régions du Souss et de Chichaoua. Mais c'est en 1929, que sa production s'industrialise avec l'ouverture de la première raffinerie Casablanca, COSUMA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.