Made in Morocco. Comment booster les marques marocaines ? (VIDEO)    Billetterie de Wydad-Ahly : 10.000 billets pour le Wydad, 10.000 pour Al Ahly, 5 000 pour les sponsors et 20.000 pour le grand public!    Qui est Salvador Ramos, le tireur d'Uvalde ?    Partygate: Un rapport accuse Boris Johnson qui refuse de démissionner    AZIZ, l'intellectuel révolutionnaire, qui a su lier la pensée à l'action    Des milliers de traversées de la frontière entre le Maroc, Ceuta et Melilla une semaine après son ouverture    Le Maroc accueille une réunion de militaires et civils libyens    Guerre en Ukraine : Trois mois déjà et pas de paix en perspective    Meurtre de Shireen Abu Akleh : Washington pour une enquête «complète et transparente» mais pas à la CPI    Sahel : Une crise alimentaire aiguë pointe à l'horizon    Salon Milipol Qatar : Abdellatif Hammouchi rencontre Khalid bin Khalifa Al Thani    Sahara, UE, ONU, Espagne, Palestine : Retour sur les attaques des responsables algériens visant le Maroc [Desintox]    Vidéo. Sélection nationale: Vahid défend ses choix    AC Milan: Ibrahimovic s'absentera de sept à huit mois    Covid-19/Maroc : 17 cas sévères admis en REA au niveau national et 9 sous respiration artificielle    Solar Orbiter révèle les images les plus précises jamais obtenues du pôle Sud du Soleil    Le Museo Arqueológico Nacional célèbre les liens entre le Maroc et l'Espagne dans sa nouvelle exposition    Couverture médicale pour les agriculteurs : 4 conventions majeures signées à Rabat    Nadia Fettah prend part aux assemblées annuelles de la BAD    Equipe nationale : La liste des convoqués pour les matches contre les Etats-Unis, l'Afrique du Sud et le Liberia, dévoilée    Vahid officialise le retour de Mazraoui, Harit et Taarabt    Brahim Ghali, génocidaire en chef du Polisario : Madrid a «des factures en attente qu'un jour elle devra payer»    Menace des attentats du Polisario. La stratégie de l'Algérie pour déclencher un conflit généralisé avec le Maroc ?    Canada : Consulat mobile au profit des Marocains de l'Alberta    Sahara: le Suriname exprime son plein soutien au plan marocain d'autonomie    La Journée mondiale de l'Afrique célébrée ce mercredi 25 mai    Sélection nationale: voici la liste des joueurs convoqués par Vahid Halilhodžić    «Casa-Paris», le beau duo d'Issam Kamal et AliceCatDesigner    Une Mercedes de 1955 vendue 135 millions d'euros, record mondial pour une voiture aux enchères    Le temps qu'il fera ce mercredi 25 mai 2022    Errachidia: l'effondrement d'un mur fait trois morts    Les températures attendues ce mercredi 25 mai 2022    Emballage en papier: Smurfit Kappa choisit le Maroc pour son premier investissement en Afrique    Maroc-Israël : Focus sur les solutions de gestion intelligente de l'eau    Variole du singe au Maroc : les 3 cas suspects testés négatifs    L'espace maroco-italien invite Mohamed El Jem et sa troupe chez Da Vinci    Chelsea passe des Russes aux Américains    Visite au Maroc du chef d'Etat-major général des Forces armées mauritaniennes    Variole du singe : la flambée des cas reste « maîtrisable », selon l'OMS    Gestion de l'eau : Les recommandations clés de Nizar Baraka en matière de gouvernance    Agroalimentaire : Oland Group inaugure 4 nouvelles lignes de production de fromage fondu    Fusillade au Texas. Biden tire sur le lobby des armes    Zone industrielle Ain Sebaa- Hay Mohammadi : 100 ans et pas une ride ! (VIDEO)    Les couleurs du Maroc brillent à Cannes pour la troisième année consécutive    SIEL : la 27e édition célèbre la littérature africaine    Salon du livre : Les voies du SIEL mènent à Jaouad Bounouar    Chelsea : Hakim Ziyech voudrait changer d'air cet été    27è SIEL : Bensaid s'attend à une édition réussie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Consommation : Les ménages entre espoir et incertitude pour 2022
Publié dans Maroc Diplomatique le 19 - 01 - 2022


Par Mouhamet NDIONGUE
Les problèmes environnementaux s'aggravent. La hausse des prix alimentaires pose un risque important pour 2022. Les impacts de la pandémie et du changement climatique affectent la sécurité alimentaire, en particulier dans les pays en voie de développement. Faut-il s'inquiéter de la baisse des consommations voire de l'inflation ?
Alors que la malnutrition a considérablement diminué ces dernières décennies, l'insécurité alimentaire a de nouveau augmenté ces dernières années, une tendance accélérée par la crise du Covid. Pour Il y a deux implications principales pour l'économie marocaine : un autre choc inflationniste ou une baisse de la consommation des ménages qui devient de plus en plus récurrent, selon les dernières notes du Haut-Commissariat au Plan (HCP).
Sur le plan mondial, la situation s'est améliorée au cours des deux dernières décennies et la malnutrition a considérablement diminué. Mais paradoxalement, la vulnérabilité a considérablement augmenté ces dernières années. La crise énergétique et les problèmes d'approvisionnement minent la production alimentaire mondiale. Le risque d'une hausse des prix ou même d'une pénurie augmente. Cela aura de graves conséquences pour la population, mais aussi des effets économiques qui, dans des cas extrêmes, peuvent entraîner des mouvements sociaux qu'il ne faut pas sous-estimer.
Cependant, la FAO estime que le nombre de personnes sous-alimentées a fortement diminué, de plus de 150 millions, alors que la population a augmenté significativement (+1,3 milliard) sur la même période.
Lire aussi: HCP: Léger retrait à 2,5% de la croissance économique au 2ème trimestre
En conséquence, la proportion de personnes sous-alimentées a chuté de façon spectaculaire, passant de 13,2 % de la population mondiale en 2000 à 8,9 % en 2018. À ce rythme, nous pourrions approcher de zéro d'ici 2030. Un vœu pieux…
Toutefois, une analyse plus détaillée de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) révèle une situation précaire. D'une part, la tendance à la baisse s'est inversée à la fin de la dernière décennie, la FAO observant dans son dernier rapport que « même avant l'apparition de Covid-19, le monde n'était pas sur la bonne voie pour éliminer la faim et la malnutrition d'ici 2030 ».
Maroc, la tendance reste mitigée
Selon le HCP dans son rapport sur la situation économique en 2021 et ses perspectives en 2022, la consommation finale nationale, principale composante de la demande intérieure, aurait progressé de 6,1% en 2021, une croissance équivalente à une contribution de 4,8 points de pourcentage à la croissance du PIB. Cette croissance est tirée principalement par la consommation des ménages, soutenue en 2021 par le raffermissement de leurs revenus, de l'accroissement des prêts à l'habitat et à la consommation ainsi que la bonne tenue des revenus nets en provenance du reste du monde qui auraient cru de 24%.
Plus des deux tiers (67,4 %) des ménages au Maroc ont connu une détérioration de leur niveau de vie au cours des 12 derniers mois.
C'est ce qui ressort d'un rapport du bureau de la planification et des statistiques du HCP. Environ 20 % n'ont constaté aucun changement dans leur niveau de vie et 12,3 % ont constaté une amélioration.
Plus d'un tiers (29,4%) s'attendent à ce que la situation se détériore davantage au cours des 12 prochains mois, 42,5% ne s'attendent à aucun changement et 28,1% voient des améliorations dans les perspectives.
La confiance des consommateurs a chuté. Au quatrième trimestre 2021, 72% des ménages pensaient qu'il était inapproprié d'acheter des biens durables. En outre, 84% s'attendent à ce que les taux de chômage se détériorent davantage au cours des 12 prochains mois, tandis que seulement 6,4% s'attendent à une amélioration.
Selon 51,8% des ménages, leurs revenus sont suffisants pour couvrir leurs dépenses, 44,3% disent avoir épuisé leurs économies ou emprunté de l'argent pour joindre les deux bouts.
Seuls 3,9 % des ménages ont pu mettre de l'argent de côté au cours des 12 derniers mois.
Des prix en augmentation et une perte de pouvoir d'achat des ménages
Comme annoncé par plusieurs organismes économiques, 2022 reste assombri par le variant Omicron. Selon HCP, la décélération de la croissance pourrait également se répercuter sur la croissance des revenus, la consommation et l'épargne nationale. En termes de projections, le revenu national brut devrait ralentir en 2022 pour atteindre un taux de croissance de 2,5%, largement inférieur à la moyenne de 4% réalisée entre 2014 et 2019.
Lire aussi: HCP : En 2020, la confiance des ménages a pris un sacré coup !
Toutefois, la consommation finale des ménages devrait augmenter de 2,8% en volume. En revanche, les analystes du HCP notent que sa variation en valeur aurait atteint 4,6%, reflétant une perte du pouvoir d'achat suite à la hausse des prix, qui devraient continuer à augmenter en 2022 au rythme de 1,8%. En effet, le pouvoir d'achat des ménages devrait s'accroître de seulement 0,7% en 2022, accusant ainsi une baisse de son rythme de progression qui est passé d'une moyenne annuelle de 2,4% entre 2000 et 2009 à 1,1% entre 2010 et 2019, soutient le rapport. Une situation qui s'est accompagnée aussi bien par une aggravation de l'endettement des ménages qui s'estime aujourd'hui à plus de 34% du PIB (près de 400 Milliards de DH) et par une décélération de la croissance de leurs crédits à consommation qui est passé d'une moyenne annuelle de 20,5% à 6,6% sur ces deux périodes et de chuter de 4,1% en 2020 avec la crise du Covid. En total, les crédits bancaires devraient s'accroître de 3,7% en 2022, sous l'effet de la poursuite de redressement de la reprise prévue des activités économiques et de l'impact attendu des programmes de soutien des ménages et des entreprises


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.