Maroc : La mise en œuvre des recommandations la Cour des comptes suivie grâce à une plateforme    Covid-19 : Les Marocains appelés à renforcer leur immunité collective    France : Borne entretient le suspense    Agadir : évaluation de la réactivité de l'Unité de Secours et Sauvetage des FAR    ONU: la Marocaine Najat Rochdi nommée Envoyée spéciale adjointe pour la Syrie    Botola Pro D1: le Wydad sacré champion du Maroc 2022    Grand prix de Tunis de para-athlétisme : Le Maroc totalise 11 médailles, dont 6 en or    Egtpte : Zamalek annonce le départ de Bencharki    « Art à Porter » à la galerie Marsam    «Sahran Lil» en collaboration avec Universal Music MENA    Le Festival de Fès de la Culture Soufie de retour en présentiel    Ateliers / Rabat : Modalités de fixation du prix de vente des médicaments    Bonne gouvernance et gestion locale : la nouvelle méthode Laftit    Mohamed Benchaâboun : « Le Maroc restera engagé pour la réalisation des objectifs conjoints de la TICAD »    Covid-19 au Maroc: le bilan de ce mercredi 29 juin    Anfa Park / Casablanca : Le programme du Jazzablanca Festival dévoilé    Détresse lors d'une veillée pour les migrants retrouvés morts dans un camion au Texas    Nouvelle vague de Covid-19: Les Marocains appelés à renforcer leur immunité collective (Tayeb Himdi)    Immigration illégale. Pedro Sanchez appelle au soutien du Maroc    L'état d'aménagement du littoral: ce qu'en pensent les Marocains (Sondage)    L'ACAPS tient sa masterclass à Casablanca (VIDEO)    Drame de Melilla : L'AMDH réclame des autopsies    Migration illégale: Pedro Sanchez appelle à aider le Maroc à faire face aux mafias    Variole du singe : plus de 3.400 cas confirmés dans le monde (OMS)    Les précisions de Chakib Benmoussa    Le sommet de Madrid organisé par l'Otan confirme une position unique antirusse    Futsal : La sélection nationale marocaine intègre le Top 10 mondial    Prix à la pompe : La barre des 16 dh pour le diesel et 18 dh l'essence bientôt franchie    Finance durable : l'AMMC et l'IFC signent un nouvel accord    Quand Kenza Hamoumi allie le végétal à la féminité dans ses toiles    Renault express fête sa 1ère année de commercialisation avec plus de 10 000 unités vendues au Maroc    OTAN: Biden annonce le renforcement des capacités militaires américaines en Europe    L'ONU alerte sur la recrudescence des violations des droits des enfants dans les zones de conflit    La chanteuse égyptienne Sherine est-elle en froid avec Saad Lamjarred ? (PHOTO)    Mustapha Hadji poursuit Vahid Halilhodzic pour diffamation    UE : Les 27 actent la fin du moteur thermique en 2035    Conseil de gouvernement: Positif au Covid-19, Baitas n'animera pas le point de presse    Europa Press : Assaut de Melilla, « Sánchez confirme des décès dans la police marocaine »    Coopération sécuritaire : Pourquoi le Maroc est de plus en plus sollicité ?    FORSA, bilan d'étape avec Fatim-Zahra Ammor (VIDEO)    Météo: les prévisions du mercredi 29 juin    Tétouan : un officier de police en garde à vue pour extorsion et corruption    JM Oran 2022 : Elliot Benchetrit file en quarts de finale    Ecriture et infini : La mystique en littérature pour l'amour de soi et de l'autre    Correspondances : Jalil Bennani et Roland Gori font le pari du Sud    Ouahbi: Le gouvernement engagé à parachever les importants chantiers issus de la réforme constitutionnelle    Accidents de la circulation: 12 morts et 2.294 blessés en périmètre urbain en une semaine    Football U18 : Le Maroc bat l'Algérie aux Jeux méditerranéens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les villes intermédiaires au cœur du Sommet Mondial de Kisumu
Publié dans Maroc Diplomatique le 18 - 05 - 2022

Kisumu, 3ème ville du Kenya, accueille le 9ème Sommet Africités du 17 au 21 mai 2022, organisé par Cités et Gouvernements Locaux Unis d'Afrique (CGLUA) avec pour thème : « Le rôle des villes intermédiaires d'Afrique dans la mise en œuvre de l'Agenda 2030 des Nations Unies et de l'Agenda 2063 de l'Union Africaine », suivi par quelque 5000 congressistes africains et internationaux.
L'objectif est de « renforcer le rôle des collectivités territoriales dans le développement du continent et de contribuer à construire l'intégration et l'unité de l'Afrique à partir de ses territoires. » Une idée force que l'on retrouvera dans les discours d'ouverture du Président kenyan Uhuru Kenyatta, du président de la Commission de l'Union africaine Moussa Faki Mahamat et d'autres hauts représentants des Nations unies.
A l'instar des autres pays, la délégation de la Direction générale des Collectivités territoriales du Ministère de l'Intérieur marocain composée de présidents de collectivités territoriales, d'élus, d'experts représente le Maroc qui rappelons le abrite le siège des Cités et gouvernements locaux unis d'Afrique à Rabat.
Tout au long de son histoire, Africités lancé en Cote d'Ivoire en 1998 et organisé tous les 3 ans a mis en exergue le rôle des Collectivités locales. C'est ainsi qu'à Abidjan, l'ambition était de construire le mouvement municipal africain, à Windhoek, en Namibie le sujet portait sur le financement des collectivités , en 2003, à Yaoundé, au Cameroun, sur l'accès aux services de base, en 2006, à Nairobi, au Kenya, sur les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), en 2009, à Marrakech sur la réponse des Collectivités locales régionales africaines à la crise globale, à Dakar en 2012 sur la construction de l'Afrique à partir de ses territoires, en 2015, à Johannesburg en Afrique du sud sur la contribution des autorités territoriales à la prospective 2063 de l'Afrique ; en 2018, à Marrakech, sur le rôle des collectivités territoriales d'Afrique dans la transition vers des villes et territoires durables. On voit à travers tous les thèmes retenus, le rôle nodal des Collectivités locales qui sont la puissance publique la plus proche des populations. Cette proximité conjuguée à une bonne gouvernance est un gage d'efficacité en matière de politique des territoires, de planification de la ville ou d'amélioration de la politique environnementale ou de politique de cohésion sociale.
→ Lire aussi : Les villes intermédiaires au cœur du 9ème sommet des Africités
La Neuvième édition qui se tient à Kisumu dans un contexte d'incertitudes et de crises épidémiologique et géopolitique est consacrée au rôle des villes intermédiaires dans la mise en œuvre des agendas 2030 des Nations unies et de 2063 de l'UA. Pourquoi un tel choix ? Dans sa réponse lors de l'entretien accordé à Maroc diplomatique, Jean-Pierre Mbassy fixe l'importance de ce segment urbain et les enjeux
« Les grandes métropoles représentent 30% de la population en Afrique, c'est le même pourcentage des villes intermédiaires, premier niveau de l'armature urbaine du continent que constituent les 1500 villes intermédiaires dont les populations se situent entre 50 000 et 500 000d'habitants ». Selon une étude d'Africapolis il existe 1348 villes intermédiaires qui regroupent 173 millions d'africains et qui contribuent à hauteur de 40% du PIB africain. « Ce sont ces villes intermédiaires, déclare le SG des Cités et gouvernements locaux unis d'Afrique, qui portent la transformation la plus rapide car l'on sait que 2 nouveaux urbains sur 3 s'y installeront; elles sont également le laboratoire d'une urbanité africaine et de l'aménagement des territoires car ces villes accompagnent la structuration de l'espace national et sont, le support de convergence entre l'espace l'écologie, l'économie et le social. Elles constituent le premier niveau de valorisation des productions locales, elles ont l'avantage d'être les plus proches des zones rurales et donc de servir de tampon et d'amortisseur des flux migratoires entre zones rurales et grandes villes. Elles ont des liens étroits avec leurs hinterlands et constituent le premier maillon de transformation des produits du terroir et jouent un rôle important dans toute stratégie de sécurité alimentaire. Dans un contexte d'accélération et de changement de période, le compte à rebours est lancé : « A l'horizon 2050 l'Afrique comptera, dit il 1,2 milliard en 2050 soit 3 fois l'Europe et trois fois les Etat Unis. Cela veut dire que pendant une génération, les villes doubleront leurs populations et leurs superficies tous les 20 ans. « Nous avons, dit-il, affaire à un bouleversement colossal qui charrie avec lui des changements sur tous les plans, économique culturel social ...Nous sommes dans une dynamique de transformation structurelle que l'on peut, soit subir, soit organiser . »
La rencontre de Kisumu est en résonance avec les changements géopolitiques et environnementaux. Elle a lieu au lendemain de la COP 26 de Glascow et de la COP15 d'Abidjan qui se tient du 9 au 20 mai sur la lutte contre la désertification qui affecte 40% de la population mondiale dont la majorité en Afrique et les effets dramatiques des changements climatiques , sécheresse insécurité alimentaire , montée des conflits et des déplacements. Des réalités qui posent la question du comment s'organiser et s'adapter aux changements climatiques et économiques, ce qui nous invite à réfléchir à une autre trajectoire de développement durable. Comment, avec quels moyens financiers, avec quelles compétences, avec quelle vision à moyen et long terme ? Ce sont les questions qui seront posées au cours des différentes sessions du Sommet de Kisumu et au Salon Africités composé d'une centaine d'exposants qui visent à apporter des solutions concrètes pour accompagner la réalisation de projets territoriaux à travers l'Afrique avec un attendu de quelques 8.000 visiteurs et 5.000 congressistes et décideurs territoriaux, selon un format hybride, physique et digital. L'occasion pour les associations marocaines des présidents des Collectivités territoriales, de présenter l'expérience de la régionalisation et de la décentralisation du Royaume et de mettre en avant le projet de Rabat capitale africaine de la Culture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.