Le besoin de financement brut moyen par mois à 13,4 MMDH au S2    Bliken en Afrique pour contrer la présence russe et chinoise    CAN Beach Soccer : Maroc – CIV, les Eléphants se retirent à cause d'un penalty    Le gouvernement appelle les fonctionnaires à soigner leur tenue vestimentaire    Fabrice Sawegnon. Eye of the Tycoon    ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent au programme Future we want    La politique actuelle des visas «abîme» les relations de la France avec le Maghreb    Marhaba 2022 : Plus de 530.000 passagers entrés au Maroc via Tanger Med    Campagne 2021/22: Baisse de 14% de la valeur ajoutée agricole prévisionnelle    Une page héroïque dans l'histoire du Maroc    Gaza: Le bilan des frappes israéliennes monte à 44 morts dont 15 enfants    Les armes crépitent à nouveau dans le Haut-Karabakh    Affaire Pegasus: les services espagnols incapables d'identifier les documents volés    Football: Le Rapide Oued Zem a un nouveau président    Le Raja Casablanca signe le Libérien Peter Wilson    Supercoupe de la CAF: Wydad-Berkane aura-t-il vraiment lieu à Laâyoune?    Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    L'option Ammouta se précise ?    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    La DGAPR explique par rapport à la situation de Souleimane Raissouni    Célébrations Achoura: 17 personnes interpellées dans plusieurs villes du Royaume    Interview. Moudawana: voici ce qu'il faut changer, selon Amina Bouayach    Espagne: arrestation d'un Marocain qui jetait des pierres sur des baigneurs    Les faucons de Lekouassem d'Oulad Frej sont lâchés    Tanjazz est de retour !    Retour des festivités dans les quatre coins du royaume    Entre les Doukkalis et les chevaux, un lien profondément enraciné dans l'histoire    L'apostille de "Dbibina" : quand les Soros-suceurs se mélangent les pinceaux et en paient le prix fort !    Espérance de vie en Afrique : Une longévité inégalée et en demi-teinte de la population    Traite des êtres humains : Simulation d'enquête et de procès entre le Maroc et le Niger    Marrakech : Les espaces verts, refuges « nocturnes » face à la chaleur torride    Casablanca : Avertissements sur la propagation des «chiens errants»    Nouveau roman d'Abderrahim Kamal: Quand des personnages manipulent leurs propres peaux    Casablanca : Lever de rideau sur la 1ère édition du Festival Al Fida national de théâtre    FC Séville : Youssef En-Nesyri persona non grata auprès des supporters    [Vidéo] Usine Auto Hall à Casablanca. Une nouvelle ligne de montage pour les camions Foton    L'AMMC lance son portail Fintech    Les Britanniques reviennent à l'argent liquide pour mieux gérer leurs dépenses    Palestine : Ce que le Maroc accomplit, ce que l'Algérie s'obstine à détruire et instrumentaliser    Renault ElectriCity. Le nouveau fer de lance du losange pour développer sa gamme électrique    Trophée Joan Gamper : démonstration de force du Barça (VIDEO)    Ily se remémore les souvenirs avec son père, Abdelaziz Stati (VIDEO)    Le 22è Festival national du film rend hommage à cinq professionnels du cinéma    L'affaire palestinienne, défouloir d'un PJD moribond    Budget    USA: Le plan de Biden pour le climat et la santé franchit le Sénat après des négociations marathon    Joe Biden dénonce le meurtre de quatre musulmans dans le Nouveau-Mexique    Feux de forêt dans le nord-ouest de l'Espagne : Plus de 4.000 hectares brûlés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sommets et conférences en Afrique : Au-delà des grand-messes, une véritable prise de conscience ?
Publié dans Maroc Diplomatique le 30 - 05 - 2022

Les Agendas internationaux sont particulièrement chargés en ce mois de mai en Afrique. Au moment où l'urgence climatique ne s'est jamais autant fait sentir, notamment après la publication du rapport du GIEC qui met en exergue un changement climatique sans précédent, une réflexion aigüe s'impose. Elle est au cœur des stratégies de gouvernements et de groupes de décisions. Le rapport sur le climat en Afrique, fait état de désertification, d'augmentation de la pauvreté et de l'insécurité alimentaire, des déplacements de populations et de l'instabilité politique...
Le choc crée par ce rapport suscite une véritable prise de conscience des pouvoirs publics africains comme en témoignent les débats et les conclusions des sommets et conférences qui on eu lieu sur le continent. Le mois de mai, débute donc, par la dite Cop15 d'Abidjan , qui a eu lieu du 9 au 20 mai 2022 en présence des représentants des 196 pays membres de la Convention. La conférence des parties de la convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification et contre la déforestation a réuni neufs chefs d'Etat pour faire en sorte que « la Terre qui est notre source de vie continue de profiter aux générations présentes et futures ».
Une trentaine de décisions ont été négociées parmi lesquelles, celle retenue par les délégués de restaurer un millier d'hectares de terres dégradées d'ici 2030 et celle de renforcer la participation des jeunes et des femmes au processus de la convention. L'Appel d'Abidjan va dans ce sens, à savoir promouvoir la durabilité environnementale, tabler sur l'égalité des genres et renforcer les droits fonciers
Du 17 au 21 mai 22 le sommet mondial Africités 9, le plus grand rassemblement démocratique du monde a eu lieu à Kisumu 3ieme ville du Kenya sous le thème « la contribution des villes intermédiaires d'Afrique à la mise en œuvre de l'agenda 2030 des nation unies et de l'agenda 2063 de l'Union Africaine ». Sous le haut patronage du chef de l'Etat du Kenya, Uhuru kenyatta et du président de l'Union africaine (UA), Macky Sall , la CGLU (Cités et gouvernements locaux unis d'Afrique a pu réunir plus de 8000 congressistes Quelques semaines auparavant ONU Habitat et CGLU Afrique avait lancé à Nairobi la campagne africaine « la ville dont nous avons besoin maintenant ». Cette ville qui préfigure le changement de modèles des établissements humains en Afrique, c'est incontestablement la ville intermédiaire qui joue un rôle d'amortisseur de l'exode rural et de protection des populations.
Elles accueillent aujourd'hui 60% des citadins, sont des lieux de convergence entre les espaces écologiques , économiques et social et représentent 50% du PIB africain .Les villes intermédiaires qui sont le laboratoire d'une urbanité africaine et de l'aménagement du territoire avec l'impérieuse nécessité pour les pouvoirs d'accorder leur attention à ces évolutions urbaines. Comme le soulignait le SG de CGLU Jean-Pierre Mbassy , « nous sommes en Afrique dans une dynamique de transformation structurelle que l'on peut soit subir soit organiser ». La déclaration finale du sommet de Kisumu acte l'émergence des villes intermédiaires et indique comment organiser cette transformation dans un contexte d'accélération du changement climatique et de transformation numérique où les femmes et les jeunes doivent être des leviers de changement.
→ Lire aussi : Fin du Sommet de Malabo: sans indication claire sur les orientations finales
Comment faire des villes intermédiaires des pôles structurants de développement durable plus inclusifs et plus surs ?
Les recommandations à l'endroit des maires, des ministres, des communautés africaines régionales et de l'union africaine, des partenaires indiquent le chemin de résilience, et les dynamiques à enclencher pour ce faire, dans un contexte d'accélération de changement urbanistiques très rapide qui n'est plus à l'échelle de générations mais d'années et de décennies. Reste donc la mise en œuvre...
Une mise en œuvre qui ne peut se décliner sans le nerf de la guerre, à savoir les moyens financiers. Les assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD) réunies le 24 mai, à Accra, au Ghana ont planché justement sur le thème « Favoriser la résilience climatique et une transition énergétique juste pour l'Afrique . Quelques 3000 délégués ont planché sur les grands enjeux de la conférence et la dynamique qui sera insufflée dans un contexte de « Sécheresse, cyclones ainsi que des phénomènes météorologiques extrêmes qui dévastent le continent, un changement climatique qui a un coût humain et financier notamment en ce qui concerne la pénurie alimentaire aggravée par le conflit de l'Ukraine », comme l'indique Akinwumi Adesina, président de la BAD .Dans son intervention , il rappelle le montant de l'addition qui s'élève à 50 milliards de dollars, chaque année, d'ici à 2040 alors que l'Afrique n'est pas responsables du changement climatique, mais souffre de manière disproportionnée de ses conséquences négatives ». D'où l'appel lancé pour une justice climatique et pour le respect des engagements pris par les pays du Nord. Pour sa part le Conseil d'administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé une facilité de 1,5 milliard de dollars qui doit bénéficier à 20 millions d'agriculteurs africains qui recevront notamment des semences.
Car désormais Il faut faire vite. Le moment est à l'urgence car « d'ici 2030 on estime que 118 millions de personnes vulnérables seront exposées à la sécheresse et aux inondations et aux chaleurs extrêmes en Afrique si des mesures adéquates ne sont pas prises »
Une urgence humanitaire qui était au cœur du Sommet de Malabo ( Afrique équatoriale) qui s'est ouvert le 25 mai dernier où 52 pays membres de l'Union africaine (UA) ont entamé deux Sommets extraordinaires sur les crises humanitaires causées par le terrorisme, et les changements anticonstitutionnels de gouvernement en Afrique,
Le 25 Mai a correspondu aussi à la Journée de l'Afrique, qui commémore la fondation, en 1963, de l'Organisation de l'unité africaine, qui a précédé l'UA. Mais au lieu d'un jour de fête c'est un tableau très sombre qui a été dressé par le président de la Commission africaine Moussa Faki Mahamat qui a évoqué le sort des réfugiés sur le continent, les effets du changement climatique, l'insuffisante de la solidarité...L'intensité du terrorisme, les modifications de constitution aux fins de confiscation du pouvoir qui entrainent des coups d'Etat, les ingérences étrangères, tous des paramètres qui ne favorisent nullement la cohésion nationale… « Cessons de regarder ailleurs, conclut Moussa Faki Mahamat, lorsque les pratiques politiques de nos Etats heurtent les règles et les principes de la gouvernance vertueuse que nous avons unanimement adoptés ».
Un précepte à méditer et qui visiblement n'a pas fait consensus puisqu'il n'y a pas eu de discours de clôture ou de déclaration finale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.