Vaccins. Ait Taleb: « Le Maroc va amorcer un nouveau tournant »    CAN 2021 : Reprise pour Fayçal Fajr et Nayef Aguerd, d'autres joueurs absents    Benslimane: Le Roi préside le lancement des travaux de réalisation d'une usine de fabrication de vaccins anti Covid-19    Italie : Abdelhamid Sabiri aurait trouvé un accord avec un club de Seria A    CAN: Yassine Bounou s'exprime avant Maroc-Egypte (VIDEO)    Paxlovid: la pilule anti-Covid de Pfizer approuvée par l'EU    Casablanca : La galerie d'art ''L'atelier 21'' accueille Saïd Afifi    Covid-19 au Maroc : 5 560 nouvelles infections et 33 décès ce mercredi    Lois sur la concurrence : une mesurette en attendant la grande réforme    Wall Street ouvre en hausse, portée par de bons indicateurs et des résultats d'entreprises    Justin Trudeau, cas contact testé négatif, à l'isolement pour 5 jours    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 Janvier 2022 à 16H00    Le CESE lance sa plateforme participative « Ouchariko »    L'artiste Abdellatif Hilal n'est plus    CAN: Derraji félicite les Marocains (PHOTO)    Covid-19: le Maroc prolonge l'état d'urgence sanitaire (Officiel)    Burkina-Faso: Les militaires arrêtent le président    L'essentiel est de gagner et de passer au prochain tour    Mise en exergue de l'importance du projet de loi relatif aux droits d'auteur et droits voisins    BERD : le financement vert domine les investissements réalisés au Maroc en 2021    Alerte au phishing, une campagne use de documents powerpoint malveillants    Approbation d'une série de projets de développement social et humain pour un million de dollars    Alerte météo : fortes pluies attendues jeudi et vendredi dans plusieurs provinces    L'ONU salue le leadership du Maroc    La Guinée équatoriale et l'Egypte complètent le tableau des quarts de finale    USFP : Abdelkrim Benatiq retire sa candidature au poste de Premier secrétaire    Investigation : "Pegasus, les dessous d'une affaire" (Replay)    Maroc: Rebond « exceptionnel » de l'économie en 2021    Marrakech: le wali règlemente l'usage de l'eau courante et de la nappe phréatique    L'alliance Nissan-Renault-Mitsubishi va dépenser 23 milliards d'euros pour promouvoir les véhicules électriques    Covid-19: Certains médicaments seraient inefficaces contre Omicron    Les Etats-Unis fournissent près de 1,6 million de doses Pfizer au Maroc    Températures prévues pour le vendredi 28 janvier 2022    « Pas positif »: froideur russe après la réaction américaine à ses exigences    CAN 2021 / Ghana : Milovan Rajevac officiellement limogé    Pegasus: Le tribunal de Paris va-t-il ouvrir le dossier ?    France : La Fondation Tayeb Saddiki représentante du Maroc à Versailles pour les 400 ans de Molière    Délais de paiement : ce qui va changer avec la nouvelle loi    Les positions constantes du Maroc envers la cause palestinienne réitérées devant l'UA    Justice : L'Amazighe acte son entrée dans le système judiciaire    Il permet au public de découvrir la richesse historique et culturelle de la ville    Mehdi Fath publie «Tu avais raison ...» en juin prochain    Etchika Choureau, grand amour interdit de Hassan II, décède à l'âge de 92 ans    Conseil de gouvernement : l'état d'urgence sanitaire sera-t-il prolongé ?    Année judiciaire : 4.611.236 affaires enregistrées au titre de l'année 2021    BCIJ : Deux Daechiens interpellés à Al Haouz    Foot: un entraîneur allemand falsifie son certificat de vaccination    OMC : La Chine autorisée à imposer des sanctions tarifaires aux Etats Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Reconnaissance US de la Marocanité du Sahara: que va faire Biden?
Publié dans MarocHebdo le 19 - 02 - 2021

Près d'un mois après son investiture, le 20 janvier 2021, en tant que président des Etats-Unis, Joe Biden continue encore d'éluder la question de la reconnaissance par son pays de la souveraineté du Maroc sur son Sahara. Et il en est de même pour son administration, dont les membres ont, à chaque fois qu'ils ont été interrogés, botté en touche, à commencer par le nouveau secrétaire d'Etat américain, Tony Blinken. Rabat reste ainsi, pour l'heure, seulement pendue à des signaux, sans vraiment obtenir encore de garanties de la part de M. Biden.
Ce dernier vient, certes, au cours de la “bonne conversation” qu'il a eue ce 17 février 2021 avec le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, de réitérer le soutien de l'oncle Sam aux accords d'Abraham, par le biais desquels le Royaume avait, aux côtés des Emirats arabes unis, de Bahreïn et du Soudan, normalisé, le 22 décembre 2020, ses relations avec Israël. M. Biden a, ainsi, “souligné”, selon un communiqué de la Maison-Blanche “le soutien des Etats-Unis” à ces accords.
Lobby pro-séparatiste
M. Blinken avait ceci dit indiqué le 19 janvier 2021 au Sénat, au moment d'être confirmé à son poste par la chambre haute du parlement américain, qu'“il y a certains engagements qui ont été faits dans le but d'inciter [les pays arabes] à normaliser leurs relations avec Israël que nous devrions, à mon avis, examiner attentivement.”
Et le Sahara marocain pourrait être lui aussi concerné, surtout que le sénateur de l'Etat de l'Oklahoma, Jim Inhofe, qui fait partie des principaux porte-voix du lobby pro-séparatiste à Washington, avait révélé au moment de l'audition de M. Blinken avoir échangé avec ce dernier sur le sujet et qu'il y avait entre les deux hommes une “compréhension partagée”.
M. Inhofe vient d'ailleurs de se distinguer, ce 17 février 2021, par une lettre cosignée avec 26 autres sénateurs demandant à M. Biden de revenir sur la décision relative aux provinces sahariennes. Les revendications du Maroc sur son Sahara y sont, ainsi, qualifiées d'“illégitimes”. Ce qui, au final, nous dit au moins deux choses.
La première, c'est que la bataille continue de faire rage outre-Atlantique, et que Rabat ne doit pas croire la partie totalement finie mais plutôt rester alerte pour contrer les voix opposées au parachèvement de son intégrité territoriale et qui sont donc loin de constituer une minorité négligeable -plus d'un quart des membres du Sénat, tout de même!
Et la deuxième, qui rejoint d'ailleurs la première, c'est qu'ils sont nombreux encore à être convaincus que la présidence américaine peut encore revenir en arrière. Et ce n'est pas le silence total que continue d'entretenir M. Biden qui va les démentir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.