Libération de dix humanitaires au Niger après deux semaines de captivité    Le roi Mohammed VI a écrit au président biélorusse    Facebook : Les Arabes se déchaînent sur les homosexuels    US Round Up du vendredi 3 juillet – Bill de Blasio, Shana Moakler, Mike Pence, CBO, Miami    Votre e-magazine Challenge N°750 du vendredi 03 juillet 2020    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    Coronavirus : nouveau paquet européen d'assistance pour soutenir les groupes vulnérables en Afrique du Nord    Bac à Casablanca: la belle initiative du caïd de Sbata (VIDEO)    La finale de la Coupe du Portugal de football n'aura pas lieu à Lisbonne    A la demande du gouvernement, RAM devra céder 20 appareils et donc réduire ses effectifs du tiers    ONCF: 350.000 voyageurs depuis l'annonce du déconfinement    Compétences numériques : Microsoft et LinkedIn soutiennent le retour à l'emploi    Bac au Maroc: l'épreuve d'arabe a fuité sur Facebook    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 246 nouveaux cas, 13.215 au total    Casablanca : Les épreuves du Bac sous haute sécurité sanitaire    Ouvertures des frontières: L'Espagne reste fermée aux Marocains, Algériens et Chinois    Laâyoune : Près de 12 tonnes de drogue incinérées    Fès: drame évité de justesse à l'ancienne médina    Tawtik.ma : Plus de 400.000 opérations gérées annuellement sur la plateforme    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Interview – NoboxLab: Une startup tangéroise qui promeut la formation à distance    Forum Sino-Arabe : une alliance stratégique renforcée    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 3 juillet    Mohamed Ziane écope d'une année de suspension d'exercice de la fonction    Musées: Le ministère de la Culture appuie la FNM    Et si Casablanca retrouvait son statut de «ville monde»?    Le Maroc réitère sa demande à Amnesty international    Plan israélien d'annexion : le groupe arabe auprès de l'Unesco, présidé par le Maroc, vent debout contre le projet    Installation à Lima du groupe d'amitié parlementaire Pérou-Maroc    Le CSPJ plaide pour la préservation de l'indépendance de la justice    Aymane Mourid signe à Leganés jusqu'en 2024    Championnat national virtuel de muai-thaï    L'appel de la Palestine à la communauté internationale pour contrecarrer l'arbitraire israélien    Le WAC se prépare à défendre son titre    Après l'allégement des mesures de confinement, la reprise des tournages fait face à une série de difficultés    Nouvelles "mesures de résistance" en faveur du cinéma    Cinq œuvres de réalisateurs marocains subventionnées par Doha Film Institute    Les allégations des adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume mises à nu    Lions de l'Atlas. Chadli pour succéder à Revel ?    Driss Lachguar préside vendredi et samedi trois réunions régionales    Détournement de l'aide par le polisario et l'Algérie: le Parlement européen se saisit officiellement de l'affaire    Officiel: Achraf Hakimi rejoint l'Inter    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    Liga: un Marocain signe à Leganés    Visite de soutien et de solidarité du Premier secrétaire à l'Ambassadeur de Palestine à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ATTRAIT DE LA METROPOLE
Publié dans MarocHebdo le 15 - 11 - 2018

Des populations colonisées votent contre leur indépendance. Cela peut paraître paradoxal, voire ouvertement provocateur. Nous en avons un de ces faits pourfendeurs de fausses certitudes brandies comme des vérités immuables et définitivement acquises. Tout comme nous revenons de loin par rapport à cette information, le fait, lui aussi, nous vient de loin.
Plus précisément de la Nouvelle Calédonie, un archipel accroché au flanc sud de l'océan Pacifique, d'une superficie de 18.575 km2, situé à 16.740 km de la France métropolitaine dont la souveraineté remonte à la fin du 19ème siècle. Ce n'est donc pas la porte à côté. Comme quoi, l'ancienne aventure coloniale n'avait pas de frontières. Le dimanche 4 novembre, ses électeurs étaient invités à faire un détour par les urnes, pour un référendum sur l'avenir institutionnel du pays. La question posée est toute simple: Voulez-vous que la Nouvelle Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante? Du haut de ses 268.767 habitants, 56,7% des électeurs ont répondu non contre 43,3% de oui.
Les spécialistes de ce genre de consultations vous diront que la formulation de la question est pour beaucoup dans l'issue du scrutin. Dans ce cas de figure, on remarquera que l'alternative d'une souveraineté pleine et entière de ce territoire a été verbalement habillée pour les grandes sorties votatives, au propre et au figuré. Il y a effectivement dans cette opération comme une volonté de pousser les populations des colonies vers la sortie. L'avis le plus franc et le plus célèbre sur ce type de situation a été celui de de Gaule, dès son retour aux affaires publiques, en 1958. Pour lui, la France n'a plus les moyens de gérer son empire colonial. Avec des mouvements nationaux bien ancrés et solidaires, on était dans le sens de la fameuse roue de l'histoire.
Ce factuel lointain de la Nouvelle Calédonie nous renvoie à cette interrogation: Où en sommes-nous par rapport à ce grand fleuve tourmenté charriant des courants de pensée et d'action où il n'y avait de place que pour les adeptes de la vérité unique? Aujourd'hui, ce n'est même pas un néocolonialisme que nous chassons par la porte pour qu'il nous revienne par la fenêtre. Nous en sommes à implorer le grand et le moins grand capital d'accepter un retour en fanfare beaucoup plus confortable et fructueux que par le passé. Du foncier à disposition, des travailleurs à moitié prix, sous les auspices du FMI et de la Banque mondiale que nous courtisons avec la même frénésie. Cela s'appelle la mondialisation. Un patchwork garantissant la libre circulation des biens, pas celle des personnes.
En fait, les Calédoniens ont juste pris un raccourci à la fois rationnel et pragmatique; tout en faisant l'économie d'un affrontement dans l'air du temps de l'époque. Un statu quo rassurant et durable, avec des avantages sociaux bien compris, sous le sceau de la métropole; plutôt qu'une démarche allégorique de glorification de soi comme unique offre à des populations en manque de tout et de bien-être, sous le toit d'une indépendance qui n'est plus au programme des vrais décideurs du sens de la rotation du globe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.