UE: les 27 déterminés à verdir leurs importations, divisés sur l'énergie    Blinken consulte les alliés européens avant le face-à-face russo-américain    CAN 2021: Première séance d'entraînement des Lions de l'Atlas en vue des 8ès de finale    La Cour suprême inflige un revers à Trump dans l'enquête sur l'assaut du Capitole    L'ONMT déploie une nouvelle task force au FITUR de Madrid    Maroc-Mexique : Une coopération universitaire qui se fortifie    La pandémie de Covid-19 a fragilisé l'ensemble des droits humains dans le monde, selon l'ONU    Météo Maroc: temps assez froid sur l'intérieur du pays ce jeudi 20 janvier    CAN 2021: voici l'adversaire des Lions de l'Atlas aux huitièmes de finale    Tourisme. Des solutions ponctuelles à une crise structurelle    Le Chery Tiggo 7 Pro remporte le prix du SUV le plus vendu de l'année au Qatar    L'ancien président du Wydad, Abdelmalek Sentissi, n'est plus    Auteur de deux agressions, le meurtrier de Tiznit interné à l'hôpital psychiatrique Errazi de Salé    Le PPS appelle à la réouverture des frontières    Accord entre le gouvernement et les syndicats d'enseignement les plus représentatifs    Cervantes, le théâtre centenaire de Buenos Aires    «Il est temps de vous libérer du complexe du colonisé»    Le poète et militant, Houcine Kamari, n'est plus    La circulation temporairement coupée sur ce tronçon routier    USA: Bilan mitigé de Biden après un an à la Maison Blanche    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 19 Janvier 2022 à 16H00    Espagne : L'ONMT déploie une nouvelle task force au FITUR de Madrid    Consommation : Les ménages entre espoir et incertitude pour 2022    Liban : Le gouverneur de la Banque du Liban dans de sales draps    Maroc : La DGI lance un assistant virtuel «chatbot»    «L'autonomie, sous souveraineté marocaine. Autonomie entérinée par l'ONU» : en Espagne, le rapprochement entre Rabat et Berlin scruté    Casablanca : Interpellation de sept individus, dont un agent de sécurité, présumés impliqués dans l'enlèvement et la séquestration    Le PPS critique la faible présence politique du gouvernement et appelle à l'ouverture des frontières    Ouverture de la billetterie pour la Coupe du monde de football 2022    CAN2021-Arbitrage : La Marocaine Bouchra Karboubi assiste l'Ethiopien Tessema à la VAR du ''Soudan-Egypte'' (20h)    L'Oriental Fashion Show retrouve la scène de la mode parisienne    Maroc-Gabon : Le superbe golazo de Hakimi impressionne Mbappé et fait le tour de la toile    CAN: Halilhodzic s'exprime après le match Maroc-Gabon    Covid: nouveau record de contaminations en Allemagne    Ceuta. Les frontières avec le Maroc fermées jusqu'en juin    Covid-19: Abdelilah Benkirane hospitalisé suite à des complications    L'UA condamne "l'attaque terroriste" des houthis contre les Émirats Arabes Unis    Les ports de Casablanca et Jorf Lasfar ont réalisé 70,5% du trafic national en 2021    Bain de foule dans un souk populaire pour Najat Aâtabou (VIDEO)    Attaque des Houthis contre les Emirats : Pr Zakaria Abouddahab fait le point (VIDEO)    Emirates suspend des vols vers les Etats-Unis en raison de la transition 5G    L'Egypte en pleine confiance face au Soudan    Lucile Bernard présente «A l'aube de nos rêves» en février à Marrakech    Fès : Session de formation sur l'éducation inclusive et l'autisme    Khalifa Mennani, membre de Fnair, lance «Mi Lalla»    Affaire Ghali : Le directeur adjoint de la police nationale entendu par le juge Lasala    "أحسن Pâtissier", la deuxième saison bientôt de retour sur 2M !    Enseignement/Dialogue social : l'accord MEN-syndicats, "un accord d'étape" pour la FNE qui "augure du positif"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le soldat enlevé n'est qu'un prétexte. Israël a peur d'une paix durable et d'un éventuel Etat palestinien. Quitte à faire le lit des islamistes radicaux. Un alibi ravageur
Publié dans MarocHebdo le 07 - 07 - 2006

Le soldat enlevé n'est qu'un prétexte. Israël a peur d'une paix durable et d'un éventuel Etat palestinien. Quitte à faire le lit des islamistes radicaux.
Un alibi ravageur
Les dégats de l'acharnement israélien à Gaza.
Dimanche 2 mars 2006, un adolescent palestinien de Gaza est tiré comme un lapin pour s'être trop rapproché d'un soldat israélien. Dans ce cas de figure, on nage dans les limbes de l'absurde kafkaïen. Car voilà un soldat armé jusqu'aux dents, lui-même protégé par des jeeps blindées et des chars chenillés, qui s'est senti menacé par un jeune Palestinien passant son chemin.
Le tort de ce dernier n'est-il pas d'exister, autrement il ne se serait pas trouvé dans la ligne de mire du soldat? Scène ordinaire de la terreur israélienne.
À l'aube de la même journée, le bureau du Premier ministre palestinien, Ismaïl Haniyeh, a été entièrement saccagé par un raid aérien. Le bâtiment du ministère de l'Intérieur a subi le même sort. Seule la maison de Mahmoud Abbas, chef de l'Autorité palestinienne, a été épargnée, pour le moment, bien que située dans le même secteur. L'infrastructure indispensable à la vie, plutôt à la survie, dans la bande de Gaza, a été complètement détruite.
Pourtant, toute cette hargne meurtrière et destructrice ne satisfait pas Ehud Olmert. Lors de la dernière réunion hebdomadaire de son gouvernement, il a appelé l'armée israélienne à amplifier sa puissance de feu pour, dit-il, «que personne ne trouve le sommeil à Gaza».
Il a également annoncé que la vague d'arrestation de ministres et d'élus palestiniens ne se limitera pas à Gaza, entendant par là qu'elle s'étendra, dans les prochains jours, à la Cisjordanie. Huit membres du cabinet Haniyeh, vingt députés et deux maires ont effectivement été appréhendés parmi la soixantaine de responsables du Hamas écroués.
Tout cela pourquoi? Tout ça pour ça! Pour un soldat israélien, Gilad Shalit, enlevé par des groupes armés de la résistance palestinienne, plus ou moins apparentés au mouvement Hamas.
Le soldat Shalit n'avait pas fait que trop se rapprocher des Palestiniens; il faisait partie des contingents chargés de monter la garde à proximité des colonies juives qui infestent Gaza. Il l'aura donc légitimement cherché, de par son statut de militaire d'occupation. Les ravisseurs de Gilad Shalit ont proposé de l'échanger contre 1.500 prisonniers palestiniens, dont des femmes et des enfants, sur les 10.000 que comptent les geôles israéliennes. La réponse de Tel Aviv fut l'accentuation des bombardements et la menace de leur extension à la Cisjordanie.
En fait, le soldat enlevé n'est qu'un prétexte. Et l'exigence de sa libération sans conditions, un moyen de faire durer le calvaire d'un peuple sur lequel Israël dispose du droit de vie ou de mort, après l'avoir enfermé dans des territoires-ghettos.
Même l'arrivée au pouvoir du Hamas, suite à des élections démocratiques et régulières, n'est qu'un faux-fuyant. La vérité vraie, archi-connue de tout un chacun, est qu'Israël a une peur bleue d'une paix durable et de l'existence éventuelle d'un Etat Palestinien. Chaque fois que ces deux perspectives se profilent à l'horizon, Israël met tout en œuvre pour les éloigner. Quitte à faire le lit des plus radicaux des islamistes