Botola : Le Wydad de Casablanca s'impose à domicile face à la RS Berkane    Bab Sebta : mise en échec d'une tentative de trafic d'environ 39 000 euros    Le crédit bancaire progresse de 3,6% au T2-2022 (BAM)    La CEDEAO suit avec une « grande préoccupation » l'évolution de la situation au Burkina Faso    Covid-19: 11 nouveaux cas, plus de 6,81 millions de personnes ont reçu trois doses du vaccinCovid    Jazz au Chellah : Dock in Absolute et Ernesto Montenegro Quintet étalent leurs talents    Premier League: Haaland et Manchester City se régalent contre United    Présidentielles au Brésil: Bolsonaro confiant, Lula appelle à la paix    Casablanca / L'Boulevard : Des débordements entachent la joie des festivaliers    Skhirate-Témara : 700 bénéficiaires d'une caravane médicale    Les liens historiques entre le Maroc et le Pérou ne peuvent être altérés par des positions volatiles    Mondial de football pour amputés : Le Maroc s'incline face au Brésil    L'Boulevard envers et contre tout !    Migrants : quatre morts et vingt-neuf disparus au large des Canaries    le ministère des Affaires étrangères met une cellule de suivi et des numéros de téléphone à la disposition de la communauté marocaine    Prévisions météorologiques pour le lundi 03 octobre 2022    Conférence autour du livre «Tifawin» de Khadija Rchouk    Vidéo : Quand Tarab Ambassadors fête comme il se doit la fête d'Al Mawlid    Insolite : Le prince moulay Hicham pousse la chansonnette dans la rue    Le Maroc en quête des drones chinois "Wing Loong II"    La Libye s'oppose au projet de gazoduc transsaharien porté par l'Algérie    Guelmim : Journée d'étude sur la problématique de la gestion des ressources hydriques dans la région    Le FACDI, un incubateur pour le développement de la coopération Sud-Sud    Migrants clandestins : les familles des disparus haussent le ton    Le Maroc compte présenter sa candidature    Marc Lasry, le Marocain copropriétaire de la franchise NBA des Bucks veut racheter l'Inter Milan    Burkina Faso: sous fond de rivalité entre la Russie et la France    L'armée ukrainienne reprendra d'autres villes du Donbass « dans la semaine à venir », affirme Zelensky    Quelle culture voulons-nous ?    L'Ambassade du Maroc met en place une cellule de suivi    Nigeria : l'ARM participe à la 2ème conférence du Réseau des gouvernements infranationaux d'Afrique    Falsification de visas : Arrestation d'une vingtaine de membres d'un réseau criminel    «Crise cardiaque.... Chaque minute vaut une vie»    Le FNUAP salue les progrès du Maroc    Le Maroc au CPS de l'UA: Une consécration de la confiance dont jouit le Royaume    Un témoignage du Bâtonnier Abdelaziz BENZAKOUR    Mohamed Joudar succède à Sajid à la tête de l'UC    Signature d'un Mémorandum d'Entente entre l'ARM et le Forum des Gouverneurs du Nigéria    Renouvellement du Conseil national de la presse : le torchon brûle entre la Fenajic et le gouvernement    SM le Roi félicite le Prince héritier d'Arabie Saoudite    Israël : une cellule locale de l'Etat islamique démantelée    Art et culture : Une Fondation pour El Jadida    Le ministère ne se chargera plus des équivalences des diplômes obtenus à l'étranger    Prêt-à-porter. Camaieu Maroc dans la tourmente    Semaine dans le rouge pour la Bourse de Casablanca    Clôture en apothéose à Dakhla de "Prince Héritier Moulay El Hassan Kitesurfing World Cup 2022"    L'Ambassade du Maroc met en place une cellule de suivi de la situation au Burkina Faso    CHAN-2022 (tirage): Le Maroc hérite du Soudan, Madagascar et Ghana    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Espagne : Podemos soutient le Hirak et dénonce l'intégration du Sahara dans les eaux marocaines
Publié dans Yabiladi le 12 - 07 - 2017

Podemos ne se prive pas de montrer son opposition à l'Etat marocain. Cette semaine, les camarades de Pablo Iglesias se sont mobilisés d'abord en faveur du Hirak au Parlement européen, pour ensuite dénoncer l'intégration par le royaume du Sahara dans ses eaux territoriales.
Podemos est désormais le parti politique en Espagne qui ne rate aucune occasion de pointer du doigt le pouvoir au Maroc. La formation d'extrême gauche s'active sur plusieurs fronts, aussi bien en Espagne que dans le reste du monde.
Outre leur appui traditionnel aux thèses du Polisario, les camarades de Pablo Iglesias se sont saisis du mouvement de contestation qui secoue depuis des mois le Rif marocain. Une manière de se positionner en avocats des revendications de toute la région et asséner des coups au royaume. Le dernier acte de cette politique s'est produit hier au siège du Parlement européen.
Podemos n'est pas Izquierda Unida
Comme nous l'avions précédemment annoncé, Podemos a organisé à Bruxelles une réunion sur le Hirak, à laquelle une quarantaine de participants ont pris part. Deux Marocains originaires du Rif ont pris la parole pour réclamer une intervention de l'Union européenne en faveur des populations, rapporte l'agence espagnole EFE. La rencontre n'a pas dérogé à la règle : elle s'est soldée par un verdict accusant les autorités de Rabat de réprimer les manifestations pacifiques des habitants qui réclament des revendications d'ordre socioéconomique.
Le représentant de Podemos à la réunion, l'eurodéputé Miguel Urbán Crespo, a tenu des mots très durs à l'encontre de l'Etat marocain, regrettant que le pouvoir à Rabat «bénéficie des connivences de l'Espagne et de l'Union européenne». Il a ajouté que ces trois parties «préfèrent oublier les droits de l'homme au Maroc en échange du commerce avec le régime».
A la veille de la tenue de la conférence sur le Hirak animée par Podemos, la direction du parti a pris position contre la décision du gouvernement d'intégrer le domaine maritime du Sahara dans ses eaux territoriales.
Pour certains, ces sorties sont identiques à celles d'Izquierda Unida (IU - Gauche unifiée). Sauf qu'entre les deux formations, il y a une différence de taille : alors que IU est marginale voire agonisante, la formation politique de Pablo Iglesias est la troisième force politique à la Chambre basse du Parlement espagnol. Le parti pourrait participer à un gouvernement de coalition avec les socialistes de Pedro Sanchez. Autant de facteurs qui interpellent les responsables marocains pour ouvrir des canaux de dialogue avec Podemos.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.