Quand Ben Bella reconnaissait la souveraineté du Maroc sur le Sahara oriental    Météo au Maroc: les prévisions du vendredi 19 août    Houcine Ammouta de retour sur le banc du WAC de Casablanca    CAN U23 – Maroc 2023 : Résultats du tirage au sort    Benkirane : «Les déclarations de Raisouni ne reflètent pas les positions du PJD»    Incendie de forêt près de M'diq: l'OCI soutient le Maroc    Rabat: terrible accident près du complexe Moulay Abdellah    Météo: températures en hausse ce vendredi au Maroc    Rentrée scolaire 2022/23: Les prix des manuels scolaires inchangés    فيروس كورونا : 79 إصابة جديدة ولا وفيات في 24 ساعة الأخيرة    Le nouveau nez de l'actrice marocaine Hasnae Moumni divise la Toile (PHOTO)    De la Révolution du Roi et du peuple à la Fête de la jeunesse    L'animation, une industrie naissante au Maroc    L'amazighe est-il véritablement une priorité dans le PLF ?    Affaire Pegasus. Un ancien ministre marocain met en exergue le silence de Forbidden Stories, Amnesty, Le Monde et El Pais    Sahara : Le Pérou décide de retirer sa reconnaissance au Polisario    Covid-19: 79 nouveaux cas et 97 guérisons en 24H    Pénurie des cartables au Maroc ? Le ministère rassure    Le Maroc fournit 50% des besoins de l'Espagne en tomates    Medium : « Le Maroc peut-il jouer un rôle plus important au Moyen-Orient via les accords d'Abraham ? »    Stade Brestois : ambiance bon enfant entre Achraf Dari et Youcef Belaïli    Orages en France: trois morts en Corse    Heureux événement dans la famille Batma (PHOTO)    Sahara: un éditorialiste colombien critique le revirement de Gustavo Petro    Italie : Un festival rend hommage à Rahhal Amarri, décédé en sauvant deux enfants de la noyade    Un ministre israélien salue le rôle du Maroc dans le rapprochement entre Israël et les Palestiniens    Emirates modernise sa flotte pour plusieurs milliards de dollars    Maroc : Un jeune enfant meurt à la frontière avec Melilla    Le Barça et le Man. City en mission humanitaire : Xavi contre Gaudriola mercredi prochain au Camp Nou    Constructeurs automobiles. Quels sont ceux qui seront présents au Mondial de l'Auto de Paris ?    Frais de scolarité : l'angoisse de fin de vacances    France-Afrique, le non-retour    Trois diplomates marocains en Colombie victimes d'un vol après avoir été drogués    Droits humains, l'autre axe de coopération entre Rabat et Washington    Le kickboxing et le judo marocains décrochent cinq médailles de bronze    Ukraine / Zaporijia : L'OTAN réclame une "inspection" urgente de l'AIEA    Tournoi international d'Autriche maintenu : L'équipe nationale A' s'est envolée pour Vienne    Moyens de paiement : Le Maroc, pays le plus dépendant du cash au monde    Eté 2022 : Essaouira bat tous ses records d'affluence    Walid Regragui prépare sa liste élargie. Ziyech, Adli et autres Lions pressentis    «Tagzzayt» ou «La mémoire du corps», un nouveau documentaire sur les tatouages    Les Mosaïques du Nord sont de retour pour leur deuxième édition    La 11ème édition du 19 au 23 octobre prochain    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Algérie : le bilan des incendies dans plusieurs villes monte à 26 morts, l'incurie des autorités dénoncée    Visas Schengen refusés : la fédération des droits des consommateurs réclame le remboursement    L'USAID fournit 68 millions $ au PAM pour l'achat, le transport et le stockage de blé ukrainien    La forteresse « Casa del Mar »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Espagne : Podemos, le grand allié du Polisario, se prépare à entrer au gouvernement
Publié dans Yabiladi le 12 - 11 - 2019

En plus de faire face à la montée de Vox à la Chambre des représentants avec 52 sièges, le Maroc est appelé à s'adapter avec l'entrée de Podemos -allié du Polisario- au prochain gouvernement espagnol.
Un record. Quarante-huit heures après la proclamation des résultats des élections législatives anticipées, le PSOE et Unidas Podemos ont signé, en ce début d'après-midi, un «pacte pour la formation d'un gouvernement de coalition» pour les quatre années à venir.
La cérémonie de signature, qui a eu lieu au siège de la Chambre des représentants, a été scellée par une accolade entre les chefs des deux formations. Cet accord ne garantit pas à Pedro Sanchez la majorité absolue, fixée à 176 sièges à la Chambre basse, sachant que la nouvelle coalition ne compte que 155 députés.
Il lui faudra en effet chercher des appuis actifs dans les rangs des partis nationalistes, notamment le Parti nationaliste basque et ses 7 sièges, ainsi que les trois de Mas Pais (une scission de Podemos), et de possibles abstentions des indépendantistes de la Gauche républicaine catalane (13 députés) et des Basques de Bildu (5 députés). Ciudadanos, le grand perdant des législatives du 10 novembre, pourrait également rejoindre les abstentionnistes. L'ancien Premier ministre français Manuel Valls, qui s'est présenté à la mairie de Barcelone sous la bannière de ce parti de centre droit, en est partisan.
Conséquences de ministres de Podemos au gouvernement pour le Maroc ?
De par leur proximité avec toutes les couleurs de l'indépendantisme en Espagne, les camarades de Pablo Iglesias n'auront pas de mal à les convaincre de voter l'investiture de Pedro Sanchez qui pourrait avoir lieu le 9 décembre. Par ce pacte, Unidas Podemos est, sauf coup de théâtre, assuré d'avoir des ministères dans le prochain gouvernement espagnol. Pablo Iglesias pourrait même prétendre à occuper l'une des deux vice-présidences.
Ce qui résonne déjà comme une victoire pour la formation d'extrême gauche, sachant que le PSOE de Pedro Sanchez avait rejeté catégoriquement, entre avril à septembre, toute participation de membres de Podemos au conseil des ministres. La montée fulgurante de Vox a largement contribué à ce que les socialistes révisent leur position.
Cette coalition annoncée ce mardi 12 novembre entre le PSOE et Podemos devrait susciter des grincements de dents à Rabat. Et pour cause, Pablo Iglesias et ses camarades n'ont jamais caché leur proximité avec les thèses du Polisario. Pis, la direction de Podemos prépare avec la représentante du Front à Madrid le programme d'actions du mouvement en Espagne.
Ils continuent par ailleurs à appeler le gouvernement à soutenir l'élargissement du mandat de la MINURSO à la surveillance des droits de l'Homme au Sahara occidental, et de dénoncer l'intégration des eaux et des produits de la province dans les accords de pêche et agricole conclus entre le royaume et l'Union européenne. Outre la question du Sahara, Podemos apporte son appui au Hirak du Rif, grâce notamment à ses eurodéputés.
Désormais, les officiels marocains auront à faire face et à la forte présence de Vox à la Chambre des représentants avec 52 députés, et à l'entrée de l'extrême gauche au gouvernement. Deux forces résolument anti-Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.