La BCIJ arrête l'un des extrémistes allié à Daesh    L'Organisation de la coopération islamique réagit aux attaques israéliennes    Algérie: Peine de prison pour 22 manifestants ayant arboré un drapeau berbère    Espagne: Accord entre socialistes et Podemos pour former un gouvernement    Soldes monstres en Chine: Alibaba bat son record mais la croissance ralentit    Casablanca: arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    Insurance: ACAPS asserting control    L'Université Al Akhawayn classée première université marocaine pour la 5ème année consécutive    Le grand cinéaste Costa Gavras à Marrakech pour les Semaines du film européen    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    ONG Freedom House : le Maroc « partiellement libre » sur internet    Mohamed Boudra, représente l'Afrique pour la présidence du CGLU-Monde    LaLiga en opération de charme à Casablanca    TGR : Le déficit budgétaire continue de se creuser    Nador: 8e Festival international de cinéma et mémoire commune    Après 38 ans de recherches, l'acteur Rabie Kati retrouve la tombe de son père    Fatimazahra Akhiar au sprint final de l'Arab Reading Challenge    Le PLF 2020 au cœur des réunions parlementaires    Négociateurs d'instruments financiers : 30 professionnels certifiés par l'AMMC    Voici les adversaires de la RSB et du HUSA en Coupe de la CAF    Blessé, Marco Ansensio est à Marrakech !    Kamal Hachkar explore l'héritage musical judéo-marocain    Cameroun : Wafa Assurance acquiert 65% du capital de Pro Assur SA    Hong Kong: Les manifestations touchent les universités et le quartier des affaires    Concours télévisé à Moscou    Gastronomie: Une semaine pour consacrer le Made in Italy    Africagua 2019. Le Maroc invité d'honneur    Enfants en institution. Le Parquet s'allie à l'UNICEF    Il y a 30 ans aujourd'hui que le «Mur de Berlin» est tombé…    Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja de Casablanca    La Tribune de Nas : Liverpool…Oh la main…    Le discours de la vérité!    ZLECA, une aubaine pour les échanges intra-maghrébins    «Une partie de la mémoire musicale a disparu avec les orchestres nationaux»    Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Coupe du Trône : Le TAS sort le DHJ et retrouve le HUSA dans une finale inédite    Politique budgétaire. Le Maroc, bon élève du FMI    Tous responsables    Programme emploi FBR du MCC : 6,2 millions de dollars pour les 9 premiers boursiers    Table ronde: Le paysage politique après le remaniement gouvernemental, quels enjeux?    Convention de partenariat : TIBU Maroc devient le représentant officiel de STEM Sports au Maroc    Le Maroc et la Mauritanie font revivre leur histoire d'amour à Chinguetti    Météo: Le temps qu'il fera ce mardi    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elections : pour barrer la route à la dépravation : Une seule parade : s'inscrire et voter massivement
Publié dans Albayane le 10 - 10 - 2011

Pour voter, il faut tout d'abord s'inscrire dans les listes électorales. Et pour barrer la route aux dépravants et aux marchands de voix, qui exploitent l'ignorance des uns et la pauvreté des autres, il faut impérativement voter… et massivement, quitte à mettre un bulletin nul dans l'urne. Ce sont donc deux conditions sine qua none pour contribuer au changement et concrétiser le contenu de la nouvelle Constitution, validée par l'écrasante majorité du peuple marocain le 1er juillet 2011. L'enjeu est donc de taille. Lors des deux dernières échéances électorales, pour ne citer que les rendez-vous électoraux du nouveau règne, seul le tiers des électeurs faisait le déplacement aux urnes. Les deux autres tiers s'abstenaient.
Chose qu'exploitaient les fraudeurs des élections en manipulant les fichiers comme bon leur semblait. Par exemple, dans une circonscription de 120.000 inscrits, seuls 40.000 électeurs décidaient du sort des sièges impartis à cette circonscription.
Au fil des années, des scrutins, ce fichier a fini par suivre le fil des manœuvres, des manipulations et des agissements frauduleux des «faux-monnayeurs» et des marchands de voix.
A tel point que des circonscriptions sont taillées sur mesure de certains candidats qui excellent dans cet art de la dépravation. Des circonscriptions figées où passaient haut la main ces candidats sans scrupules. A qui incombe la faute ? Une part de responsabilité est à mettre, certes, à l'actif de toutes les parties ayant été, d'une manière ou d'une autre, à l'origine de la prolifération de ce fléau qui a fini par dénaturer le processus électoral et ternir l'image des institutions du pays. Mais, l'autre partie de responsabilité, la plus grande peut être, est assumée par ces deux tiers d'électeurs qui ne partent pas aux urnes pour voter.
Car, selon plusieurs observateurs, leur vote fera pencher la balance en faveur de la démocratie, de la transparence et des principes de l'Etat de droit, quelles que soient les pratiques des dépravants. Les clés du changement et de la bonne santé de l'édifice démocratique du pays sont entre les mains de cette majorité silencieuse. Il faut alors qu'elle se réveille avant qu'il ne soit trop tard.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.