Evolution Covid-19 au Maroc : 1.241 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 37.935 cas cumulés, jeudi 13 août à 18 heures    Special Olympics: les champions marocains challengent leurs rivaux mexicains    Maroc/Covid-19: 1241 nouveaux cas, 28 autres décès    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    Touria Jebrane va bien, même très bien !    RAM: Les vols spéciaux vers et depuis la France reprennent    La CNOPS simplifie les procédures pour l'AMO    Feddal trop gourmand pour le Sporting?    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Sauver le parc «Murdoch» du délabrement et de l'oubli    Le Maroc a rude épreuve!    Casablanca: vigilance maximale à la mosquée Hassan II    FIFA: La Juventus condamné à cause de Benatia !    Une première dans l'histoire du Maroc!    Covid-19: Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile    Le Crocoparc Agadir accueille le plus grand serpent du Maroc    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    Conseil de la concurrence : une institution stratégique incontournable    Wafa Assurance enregistre une baisse de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    Ligue des champions : A Lisbonne, un "Final 8" sous bulle sanitaire    Messi s'est entraîné normalement avant le Bayern    Khalid Ait Taleb : Des centres de santé seront mis à disposition dans les quartiers pour accueillir les cas suspects de Covid-19    Le retour des castors    Les Sévillans Bounou et En-Neysiri en demi-finale de Ligue Europa    Lewandowski, Haaland, Benzema, Ronaldo...le classement des buteurs (C1)    E.E.P gloutons : Benchaâboun soucieux de mettre de l'ordre dans ces établissements et entreprises publics budgétivores pour pas grand-chose    Contraventions durant l'Etat d'urgence sanitaire: un projet de décret fixe les procédures    Hassan Diab, le "professeur", jette l'éponge après des crises à répétition    "365 jours" Un film entre succès et polémique    La gastronomie marocaine à l'honneur à Bogotá    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    Semaine culturelle marocaine dans les centres commerciaux «El Corte Ingles» du sud d'Espagne    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    Algérie: Multiplication des emprisonnements de journalistes    Macron appelle à éviter « toute escalade » ou « interférence extérieure » au Liban    UC: une décision de Sajid crée la zizanie au sein du parti    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    Google lance un dispositif d'alerte aux tremblements de terre    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elections : pour barrer la route à la dépravation : Une seule parade : s'inscrire et voter massivement
Publié dans Albayane le 10 - 10 - 2011

Pour voter, il faut tout d'abord s'inscrire dans les listes électorales. Et pour barrer la route aux dépravants et aux marchands de voix, qui exploitent l'ignorance des uns et la pauvreté des autres, il faut impérativement voter… et massivement, quitte à mettre un bulletin nul dans l'urne. Ce sont donc deux conditions sine qua none pour contribuer au changement et concrétiser le contenu de la nouvelle Constitution, validée par l'écrasante majorité du peuple marocain le 1er juillet 2011. L'enjeu est donc de taille. Lors des deux dernières échéances électorales, pour ne citer que les rendez-vous électoraux du nouveau règne, seul le tiers des électeurs faisait le déplacement aux urnes. Les deux autres tiers s'abstenaient.
Chose qu'exploitaient les fraudeurs des élections en manipulant les fichiers comme bon leur semblait. Par exemple, dans une circonscription de 120.000 inscrits, seuls 40.000 électeurs décidaient du sort des sièges impartis à cette circonscription.
Au fil des années, des scrutins, ce fichier a fini par suivre le fil des manœuvres, des manipulations et des agissements frauduleux des «faux-monnayeurs» et des marchands de voix.
A tel point que des circonscriptions sont taillées sur mesure de certains candidats qui excellent dans cet art de la dépravation. Des circonscriptions figées où passaient haut la main ces candidats sans scrupules. A qui incombe la faute ? Une part de responsabilité est à mettre, certes, à l'actif de toutes les parties ayant été, d'une manière ou d'une autre, à l'origine de la prolifération de ce fléau qui a fini par dénaturer le processus électoral et ternir l'image des institutions du pays. Mais, l'autre partie de responsabilité, la plus grande peut être, est assumée par ces deux tiers d'électeurs qui ne partent pas aux urnes pour voter.
Car, selon plusieurs observateurs, leur vote fera pencher la balance en faveur de la démocratie, de la transparence et des principes de l'Etat de droit, quelles que soient les pratiques des dépravants. Les clés du changement et de la bonne santé de l'édifice démocratique du pays sont entre les mains de cette majorité silencieuse. Il faut alors qu'elle se réveille avant qu'il ne soit trop tard.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.