Coronavirus : 42 nouveaux cas, 7643 au total, jeudi 28 mai à 18h    La marocanité du Sahara, une «réalité appuyée par des preuves historiques solides»    Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    La Serie A ouvre ses portes à Mazraoui    Nabil Benabdallah: «le rôle de l'Etat est capital dans la gestion de la prochaine étape»    Le transport en relooke dans le Souss!     Des experts africains reconnaissants à SM le Roi    Coronavirus : que les roquets se taisent !    L'ennemi n° 1    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    HCP: Le Maroc se retrouve très proche de la zone de succès    «Nous vous aideront à affiner le protocole si cela est nécessaire»    Qu'en est-il pour le jour d'après?    «Un roman qui prend son temps, mais sans manquer de vitesse»    Coronavirus/masques : une unité industrielle à Chichaoua réoriente son activité    L'ONCF annonce un retour progressif à partir du 1er juin    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    La conjonction de tous les risques    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Reprendre, oui mais comment ?    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    L'engagement documentaire    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Procès à distance : 6.001 détenus bénéficiaires    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A la veille d'une conférence régionale contre la peine de mort
Publié dans Albayane le 21 - 10 - 2012


Les militants d'Amnesty International au Maroc
accusés d'être des agents de l'étranger
Amnesty International organisé - branche Maroc – a organisé une rencontre sous le thème : «Message aux parlementaires: pour une session législative visant à abolir la peine de mort.»
L'objectif de cette activité, qui intervient à la veille de la Conférence régionale pour le Moyen-Orient et Afrique du Nord sur la peine de mort, est d'exhorter les parlementaires marocains à saisir l'occasion de l'ouverture de la session législative pour traduire l'article 20 de la Constitution marocaine en réalité, et ce afin d'abolir la peine de mort, tant à travers l'outil législatif qu'au niveau de la pratique.
Toutefois, les éléments habillés en civil, et prétendant appartenir aux forces de Sécurité, ont essayé de gâcher cette rencontre, en s'en prenant aux participants à travers des insultes et en les accusant d'être des agents de tierces parties. Et sans la retenue manifestée par les organisateurs, la situation aurait pris une mauvaise tournure et porter, par là même, une sérieuse atteinte à la réputation de notre pays.
Amnesty International, tout en exprimant son profond ressentiment vis-à-vis d'un tel comportement rétrograde, qui n'est pas sans rappeler les fantômes du passé lamentable des droits de l'homme au Maroc, appelle le gouvernement une fois de plus à respecter le droit à la liberté d'expression, de réunion et d'association, et à assurer la protection des défenseurs des droits de l'homme et autres manifestants pacifiques contre la violence, l'arrestation ou la détention arbitraires.
La persistance d'un grand fossé entre la loi et la pratique dans le pays est une indication du refus volontaire des autorités à se conformer à leurs obligations découlant du droit international en matière des droits de l'homme. Et ce du moment que les lois qui sont censées accroître la protection, sont prises à la légère ou ignorées, voire ne sont pas mises en œuvre comme garantie pour le maintien des libertés.
Amnesty International-Maroc condamne donc sans réserve le harcèlement dont elle a fait l'objet au cours de la présentation de scènes d'une pièce de théâtre sur la peine de mort devant le Parlement et en pleine avenue Mohamed V dans la soirée du 16 octobre 2012.
Il ne fait aucun doute que le gouvernement a le droit, et surtout le devoir de sécuriser l'espace public et d'assurer la sécurité des citoyens, mais les autorités, dans l'exercice de ces responsabilités ceci, doivent se conformer, en tout temps, aux lois et normes internationales relatives aux droits de l'homme. Les forces de l'ordre doivent toujours accomplir ce devoir dans le plein respect de la dignité humaine, la protection et la préservation des droits de l'homme de toutes les personnes.
Il est temps donc de mettre un terme au harcèlement des militants des droits de l'homme et aux restrictions dont ils sont victimes dans l'exercice pacifique de leur action, et de garantir leur droit à la liberté d'expression et de réunion et d'association et d'association. Par conséquent, il urge de prendre des mesures supplémentaires pour assurer liberté, justice et dignité pour tous les citoyens, avec tout ce que cela implique comme consolidation des garanties constitutionnelles des droits de l'homme, de plan national de lutte contre l'impunité, de réforme de la Justice, de ratification des conventions internationales relatives aux droits de l'homme...
Après plusieurs de progrès réels, les droits humains doivent être aujourd'hui renforcés davantage, à travers des mesures concrètes et profondes, et ce pour éviter tout retour en arrière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.