Personnes en situation de handicap. 1,8% seulement finissent leurs études    "Matthias et Maxime" de Xavier Dolan, d'amour ou d'amitié...    Le SOC inwi Business, pour une veille en continu contre les cyberattaques…    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    Le WAC cherche à plier la finale à Rabat    Open Data. Le Maroc classé 42e sur 178 pays    Agence nationale des ports. Emission d'un emprunt obligataire d'1 MMDH    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    CAN Egypte 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Finale aller de la Ligue des Champions d'Afrique : Huit ans après, le WAC retrouve l'est sur son chemin    Autriche: Eclatement de la coalition droite-extrême droite…    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Lancement de la plateforme dates-concours.ma    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Les déficiences du football national!    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Attijariwafa bank fixe son budget pour 2019 : 27 milliards DH de financement en faveur des TPME    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Sept réformes phares de l'UE    2004: Les Lions en finale, meilleure performance après le sacre de 1976    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Edito : Villes en otage    Conseil national de l'entreprise de la CGEM, focus sur la concurrence    Theresa May pose les armes    Traitement impérial pour Trump lors de sa visite au Japon    Santé mentale. Le parent pauvre du système    Le ministère de l'Education nationale réagit au boycott des syndicats    Le Roi Mohammed VI inaugure la section casablancaise du Centre National Mohammed VI des Handicapés    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    Enquête L'Economiste-Sunergia: «La musique est au cœur de l'acte social»    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La Chine exige de la sincérité des USA avant toute reprise des négociations sur le commerce    Les vraies fausses raisons d'une démission    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    San Francisco relance le débat sur l'interdiction de la reconnaissance faciale    Les mots croisés et sudokus pour muscler le cerveau    Un galop d'essai pour se tester avant les examens du Bac    Divers    Le Groupe socialiste rappelle ses valeurs d'engagement, de responsabilité et de transparence concernant l'action gouvernementale    L'Everest pour la 23ème fois    Insolite : Saints de glace    Les Ultras, plus que des supporters : Une mouvance identitaire    Ces tournages qui ont tourné au drame : The Dark Knight    Lancement du Programme de bourses d'excellence "AusAiducation by AUSIM"    Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    Raja de Casablanca : Fabrice Ngoma s'engage pour une durée de 3 ans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Interview avec Abdelmalek Hamzaoui
Auteur de Mohammed Rouicha : l'Homme et la Mémoire
Publié dans Albayane le 09 - 04 - 2013


Auteur de Mohammed Rouicha : l'Homme et la Mémoire
Al Bayane : D'où vous est venue l'idée de réaliser un livre en la mémoire de Rouicha?
Abdelmalek Hamzaoui : J'ai vécu pendant quelques années dans la localité de Khénifra d'où est originaire le défunt artiste. Ayant été au contact des productions artistiques de cette icone amazighe durant toutes ces années, il m'a paru nécessaire après son décès en 2012 de lui rendre un vibrant hommage et d'immortaliser sa mémoire, une façon de promouvoir, de valoriser et de contribuer à la matérialisation et à l'écriture de la culture amazighe.
En quoi consiste L'ouvrage Rouicha, l'homme et la Mémoire ?
Cet ouvrage se situe au confluent de la vie personnelle, artistique et relationnelle de cette grande figure emblématique de la musique amazighe. Dans cet ouvrage, j'immortalise les chansons de Rouicha. La première partie de ce livre consacrée à l'amazighité se subdivise en trois sections. La première qui s'étend sur les années 1962-1978 met en exergue les chansons reprises par Rouicha, notamment celles de Moulay Bouchra, Hamou Olyazid, père de la chanson amazighe, El Whisky Ahmed. La deuxième section couvre les années 1978-1980 qui marquent l'engagement effectif du musicien dans la chanson amazighe par la composition de chansons qui resteront gravées dans la mémoire de tous. Cette période marque également sa première apparition sur la scène du théâtre Mohammed V. La troisième section est celle des années 80 à 2012. La deuxième partie du livre est dédiée à la chanson arabe. J'y ai également intégré une fiche technique relative aux instruments utilisés par le musicien, notamment le « Loutar », un instrument musical à trois cordes purement marocain.
Comment êtes-vous parvenus à réaliser cet ouvrage en l'espace d'un an ?
Après avoir établi le plan d'écriture de cet ouvrage, je me suis livré à la collecte de données, de témoignages en faisant au comptant 72 allers et retour entre El Hajeb et Khénifra. Mon désir était de faire sortir ce livre à l'occasion de l'anniversaire de la disparition de Rouicha le 17 Janvier, mais toutes les conditions n'avaient pas été réunies pour ce faire. J'ai donc décidé de saisir l'occasion de cette 19ème édition du SIEL, un évènement international qui draine une pléiade de lecteurs, de visiteurs pour mettre au grand jour ce projet et rendre un illustre honneur à la mémoire de Rouicha.
Avez-vous bénéficié d'un soutien dans la réalisation de cet ouvrage ?
Je tiens à saluer et à remercier mon éditeur M. Khadiri Hassani Mohamed et son frère Haj Brahim pour leur soutien inconditionnel dans la réalisation de cet ouvrage à forte portée culturelle pour le patrimoine marocain et amazighe en particulier. Je remercie également M. Ben Dra Abdelkbir pour les efforts déployés en vue de rendre cet hommage à Rouicha.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.