Le Conseil National des Droits de l'Homme plaide pour un nouveau contrat social    Incertitudes et indécision    Covid-19 : le Ministère de l'Intérieur évalue l'impact sur les ressources humaines des collectivités locales    Une voie vers l'amélioration de la performance des services publics    Un an après l'abrogation du statut d'autonomie    Société générale creuse ses pertes à cause du Covid-19    Youssef Zalal sur le toit du monde!    Getafe veut se séparer de Fayçal Fajr    Schalke 04: Amine Harit sur le départ?    Hommage aux contributions des Marocains du monde    Manque d'exemplarité, misère intellectuelle, démission collective… nos maux !    Enjeux et défis pour le Maroc (2e partie)    Chaleur : Comment rafraichir vos animaux de compagnie    Projet d'Akon en Afrique    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages    Najib Bensbia se glisse parfaitement dans une peau féminine    UE : Nouveau financement de 30 millions d'euros au Liban    Crédit immobilier : Bank Of Africa lance la 1ère plateforme en ligne de crédit immobilier    Covid-19 à Tanger: les autorités ferment le marché de Hay Benkirane    Change: les devises étrangères contre le dirham marocain    Casablanca: une voiture folle provoque d'importants dégâts sur l'autoroute (VIDEO)    Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Elections sénatoriales-Egypte: un Marocain à la tête d'une mission d'observation    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Violation de l'état d'urgence sanitaire: 742 personnes poursuivies à Taroudant    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    21ème journée de la Botola Pro D1 : Des rencontres à couteaux tirés    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le Groupe OCP fête ses 100 ans d'existence    Dépression : La vitamine D ne sert à rien    Le MMVI retrace la genèse artistique au Maroc    Frère Jean, ex-photographe de mode devenu moine orthodoxe dans les Cévennes    Les œuvres de l'artiste danoise Lene Wiklund illuminent l'espace Dar Souiri    Réouverture des salles de sport    Recul des ventes de la quasi-totalité des secteurs au premier semestre    Ligue des champions Messi au rendez-vous de Lisbonne    D'aucuns prônent un dépistage massif en faveur du personnel soignant    Signature d'une convention d'objectifs pour le développement du football féminin    Au bord du naufrage!    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Piqures de scorpions
Un réel problème de santé
Publié dans Albayane le 10 - 05 - 2013


Un réel problème de santé
Les envenimations scorpioniques constituent une pathologie d'urgence grave, et un problème de santé publique important au niveau des régions du centre-sud et du sud du Maroc, comme Essaouira, Marrakech, Agadir, Safi, Béni Mellal, Kalâat Sraghna, Khouribga, Tata ou encore Tiznit. Chaque année, 30.000 personnes sont victimes de ces piqures de scorpions et 100 enfants de moins de 15 ans décèdent des suites de ces piqûres de scorpions.
À l'instar des pays chauds, les envenimations scorpions-serpents constituent une calamité qui est à l'origine d'un grand nombre de victimes. Ces envenimations sont devenues la première cause d'intoxication avec 50 à 60% des cas déclarés au Centre antipoison du Maroc, Conscient de ce danger et des réelles menaces que font peser sur la santé des individus, par les fortes chaleurs, les scorpions et les serpents venimeux, surtout au niveau de certaines régions du Maroc, le ministre de la Santé, El Housseine Louardi a présidé le lundi 6 mai au dernier siège de son département, une réunion consacrée à l'étude des mesures, dispositifs et moyens à mettre en place dans le cadre de la lutte contre les piqûres et les envenimations scorpioniques qui connaissent une augmentation, surtout en périodes de fortes chaleurs , comme c'est le cas en été et plus particulièrement au niveau de certaines régions en milieu rural.
Le rôle et les moyens du Comité national de lutte contre les piqures de scorpions et les envenimations seront renforcés afin de mener à bien toutes ces missions.
La campagne de lutte contre les piqûres et les envenimations scorpioniques débutera par la région de Marrakech- Tensift El Haouz où sont enregistrés la majorité des cas entre mai et octobre de chaque année. Mais les piqures de scorpions et les envenimations résultants des morsures de serpents sont aussi fréquentes dans les régions du centre-sud et du sud du Maroc : Essaouira, Agadir, Safi, Béni Mellal, Kalâat Sraghna, Khouribga, Tata ou encore Tiznit.
30.000 piqûres de scorpions chaque année
Au Royaume, chaque année, 30.000 piqûres de scorpions sont enregistrées par le CAPM (Centre national antipoison et de pharmacovigilance) et seuls 10% de ces piqures de scorpions nécessitent une hospitalisation avec prise en charge au niveau des services de réanimation des hôpitaux.
Les services d'urgences et de réanimations des zones concernées par la problématique des piqures de scorpions sont dotés des moyens matériels et thérapeutiques pour faire face, dans de très bonnes conditions, à tous les effets, complications et insuffisances cardio-vasculaires, respiratoires et atteintes neurologiques ou musculaires inhérentes au venin et poison des scorpions.
Par ailleurs, grâce à la stratégie nationale de lutte contre l'envenimation scorpionique, on a noté une diminution très significative des décès qui étaient de 6 cas à 1,5 cas pour 1.000 piqures de scorpions entre 2001 et 2012.
En outre, on note chaque année en 150 et 200 cas de morsures de serpents, dont 30 à 50% nécessitent une prise en charge en milieu hospitalier.
Les enfants plus sensibles
Les envenimations scorpioniques constituent à l'évidence une pathologie d'urgence grave, et un problème de santé publique important au niveau des régions citées. Le problème c'est quand il s'agit de jeunes enfants
Selon les estimations, environs 100 enfants de moins de 15 ans décèdent des suites de piqûres de scorpions. Mais les personnes de plus de 70 ans sont plus sensibles aux piqûres fatales
En cas de piqûre, le venin se diffuse rapidement dans le corps et se fixe au niveau des tissus. La personne ressent des douleurs, frissons, sueurs et d'autres symptômes. Sans traitement, la mort survient dans les 6 à 15 premières heures dans environ 20% des cas chez l'adulte et jusqu'à 35% des cas chez l'enfant.
Ce qu'il faut éviter lors d'une piqûre de scorpion
Inspiré des croyances légendaires de la population, le traitement traditionnel reste sans effet, voire même dangereux, et il faut impérativement le bannir. Il s'agit de :
L'incision et la scarification : risque d'élargir la surface de diffusion du venin avec risque d'infection.
La succion : risque d'entraîner l'envenimation de la personne qui la pratique. La pose du garrot : risque d'entraîner une gangrène et par conséquent une amputation du membre blessé ou encore risque de «crush syndrome» lors de la levée brutale du garrot. Le recours aux moyens traditionnels (gaz, brûlures...).
L'utilisation de certains produits (henné, gaz, miel, etc.) est sans effet. Ces procédés ne font que retarder le transfert des victimes vers les formations sanitaires qualifiées.
Les gestes urgents à faire
Lors d'une piqûre de scorpion :
Enlever le scorpion des habits, chaussures, literie et le tuer.
Retirer la victime du lieu de la piqûre.
Noter la taille et la couleur du scorpion.
Calmer le piqué et son entourage.
Noter l'horaire de la piqûre
Evacuer immédiatement le piqué vers la plus proche unité sanitaire.
Il faut rappeler que dans bien des cas la piqure du scorpion peut être sans gravité, mais eu égard à la précipitation, à la pratique de certains gestes et actes qui sont dus à l'ignorance, au manque d'information des populations concernées par cette problématique, la situation peut vite se dégrader. Par ailleurs et concernant la prise en charge des victimes, il est utile d'insister sur la répartition inégalitaire des structures et des effectifs des personnels de santé, la plupart des douars étant souvent situés à des dizaines de kilomètres du dispensaire le plus proche, et les centres de prise en charge des intoxiqués se trouvant uniquement dans les villes.
Une anomalie qu'il convient de corriger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.