Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    L'AMMC présente son guide de lutte contre le blanchiment d'argent    Incendie à Arribat Center: pas de dégâts, selon la direction    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Spotify fête son premier anniversaire au Moyen- Orient et en Afrique    Australie: Des incendies fusionnent en un « mégafeu » au nord de Sydney    Instagram veut empêcher les moins de 13 ans de s'inscrire    Deuxième plainte de Huawei contre l'administration Trump    OCP MS devient le 1er centre certificateur Mobius au Maroc    Tous à Londres, personne à Madrid!    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    JO 2022 : Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    Mouvement national, Koutla et gauche: des faits pour l'histoire    Le tourisme, un maillon à fortifier!    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    «Jeshop.ma» : Un pop-up store mis en place au FIFM    Lancement du plan national de lutte contre la mendicité des enfants    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    21e anniversaire de la disparition de Feu SM Hassan II    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Bourita rencontre Pompeo    «La mer est un personnage principal dans Lalla Aïcha»    FIFM 2019: Etoile d'or du festival pour Priyanka Chopra    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Les Verts sont à Kinshasa. Coulisses d'un voyage    Soutien social au profit des handicapées : les résultats d'une étude présentés devant le conseil de gouvernement    Kia lance la prise de rendez-vous 100% en ligne    BatenborcH International Maroc et Afrique a soufflé sa sixième bougie en novembre    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    La Reine d'Espagne inaugure une exposition sur les arts amazighs en présence du Dr Leila Mezian Benjelloun    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    Compétitivité    Ouverture à Tanger du 2ème Forum sur le rôle des zones franches et industrielles    L'APEBI appelle à la mise en place d'une gouvernance numérique regroupant l'ensemble des grands ministères    Les camps de Tindouf mis sur la sellette par le Canada    Le secrétaire général de l'UMA rend hommage à S.M le Roi    Le Raja acculé à l'exploit au stade des Martyrs à Kinshasa    Inauguration du Tribunal de Tifelt par Mohamed Benabdelkader    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    "Abidat Rma" font le show à New Delhi    «Quand la question minière se pose, la sécurité se pose inéluctablement»    JO Pékin-2022: Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Le retour de Hakimi au Real est décidé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Piqures de scorpions
Un réel problème de santé
Publié dans Albayane le 10 - 05 - 2013


Un réel problème de santé
Les envenimations scorpioniques constituent une pathologie d'urgence grave, et un problème de santé publique important au niveau des régions du centre-sud et du sud du Maroc, comme Essaouira, Marrakech, Agadir, Safi, Béni Mellal, Kalâat Sraghna, Khouribga, Tata ou encore Tiznit. Chaque année, 30.000 personnes sont victimes de ces piqures de scorpions et 100 enfants de moins de 15 ans décèdent des suites de ces piqûres de scorpions.
À l'instar des pays chauds, les envenimations scorpions-serpents constituent une calamité qui est à l'origine d'un grand nombre de victimes. Ces envenimations sont devenues la première cause d'intoxication avec 50 à 60% des cas déclarés au Centre antipoison du Maroc, Conscient de ce danger et des réelles menaces que font peser sur la santé des individus, par les fortes chaleurs, les scorpions et les serpents venimeux, surtout au niveau de certaines régions du Maroc, le ministre de la Santé, El Housseine Louardi a présidé le lundi 6 mai au dernier siège de son département, une réunion consacrée à l'étude des mesures, dispositifs et moyens à mettre en place dans le cadre de la lutte contre les piqûres et les envenimations scorpioniques qui connaissent une augmentation, surtout en périodes de fortes chaleurs , comme c'est le cas en été et plus particulièrement au niveau de certaines régions en milieu rural.
Le rôle et les moyens du Comité national de lutte contre les piqures de scorpions et les envenimations seront renforcés afin de mener à bien toutes ces missions.
La campagne de lutte contre les piqûres et les envenimations scorpioniques débutera par la région de Marrakech- Tensift El Haouz où sont enregistrés la majorité des cas entre mai et octobre de chaque année. Mais les piqures de scorpions et les envenimations résultants des morsures de serpents sont aussi fréquentes dans les régions du centre-sud et du sud du Maroc : Essaouira, Agadir, Safi, Béni Mellal, Kalâat Sraghna, Khouribga, Tata ou encore Tiznit.
30.000 piqûres de scorpions chaque année
Au Royaume, chaque année, 30.000 piqûres de scorpions sont enregistrées par le CAPM (Centre national antipoison et de pharmacovigilance) et seuls 10% de ces piqures de scorpions nécessitent une hospitalisation avec prise en charge au niveau des services de réanimation des hôpitaux.
Les services d'urgences et de réanimations des zones concernées par la problématique des piqures de scorpions sont dotés des moyens matériels et thérapeutiques pour faire face, dans de très bonnes conditions, à tous les effets, complications et insuffisances cardio-vasculaires, respiratoires et atteintes neurologiques ou musculaires inhérentes au venin et poison des scorpions.
Par ailleurs, grâce à la stratégie nationale de lutte contre l'envenimation scorpionique, on a noté une diminution très significative des décès qui étaient de 6 cas à 1,5 cas pour 1.000 piqures de scorpions entre 2001 et 2012.
En outre, on note chaque année en 150 et 200 cas de morsures de serpents, dont 30 à 50% nécessitent une prise en charge en milieu hospitalier.
Les enfants plus sensibles
Les envenimations scorpioniques constituent à l'évidence une pathologie d'urgence grave, et un problème de santé publique important au niveau des régions citées. Le problème c'est quand il s'agit de jeunes enfants
Selon les estimations, environs 100 enfants de moins de 15 ans décèdent des suites de piqûres de scorpions. Mais les personnes de plus de 70 ans sont plus sensibles aux piqûres fatales
En cas de piqûre, le venin se diffuse rapidement dans le corps et se fixe au niveau des tissus. La personne ressent des douleurs, frissons, sueurs et d'autres symptômes. Sans traitement, la mort survient dans les 6 à 15 premières heures dans environ 20% des cas chez l'adulte et jusqu'à 35% des cas chez l'enfant.
Ce qu'il faut éviter lors d'une piqûre de scorpion
Inspiré des croyances légendaires de la population, le traitement traditionnel reste sans effet, voire même dangereux, et il faut impérativement le bannir. Il s'agit de :
L'incision et la scarification : risque d'élargir la surface de diffusion du venin avec risque d'infection.
La succion : risque d'entraîner l'envenimation de la personne qui la pratique. La pose du garrot : risque d'entraîner une gangrène et par conséquent une amputation du membre blessé ou encore risque de «crush syndrome» lors de la levée brutale du garrot. Le recours aux moyens traditionnels (gaz, brûlures...).
L'utilisation de certains produits (henné, gaz, miel, etc.) est sans effet. Ces procédés ne font que retarder le transfert des victimes vers les formations sanitaires qualifiées.
Les gestes urgents à faire
Lors d'une piqûre de scorpion :
Enlever le scorpion des habits, chaussures, literie et le tuer.
Retirer la victime du lieu de la piqûre.
Noter la taille et la couleur du scorpion.
Calmer le piqué et son entourage.
Noter l'horaire de la piqûre
Evacuer immédiatement le piqué vers la plus proche unité sanitaire.
Il faut rappeler que dans bien des cas la piqure du scorpion peut être sans gravité, mais eu égard à la précipitation, à la pratique de certains gestes et actes qui sont dus à l'ignorance, au manque d'information des populations concernées par cette problématique, la situation peut vite se dégrader. Par ailleurs et concernant la prise en charge des victimes, il est utile d'insister sur la répartition inégalitaire des structures et des effectifs des personnels de santé, la plupart des douars étant souvent situés à des dizaines de kilomètres du dispensaire le plus proche, et les centres de prise en charge des intoxiqués se trouvant uniquement dans les villes.
Une anomalie qu'il convient de corriger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.