L'Unesco et l'Association mondiale des éditeurs de presse s'unissent en faveur de la survie des médias    Holmarcom & A.P. Moller Capital s'allient pour l'Afrique    CIH Bank améliore son PNB de 13,2% à fin septembre    Microsoft : La cybercriminalité coûte à l'Afrique plus de 4 billions USD par an    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    Grande émotion aux obsèques de Maradona (VIDEO)    Affaire «Hamza mon bb»: Dounia Batma réagit à la condamnation de Madimi (PHOTO)    France: le gouvernement détaille sa stratégie d'allègement progressif du confinement    Vaccin anti-covid: nouvelles précisions d'Ait Taleb    Sidaction Maroc 2020 : lancement de la campagne à partir du 1er décembre    « Les parents tortionnaires ont souvent des antécédents de maltraitance »    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    Le CIO disqualifie trois haltérophiles roumains, dont deux médaillés    NBA: Indianapolis renonce au All-Star Game 2021    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    La Plateforme Internationale de Défense et de Soutien au Sahara marocain saisit l'ONU et le HCDH pour condamner les actions du «polisario»    Le Roi, Amir Al Mouminine, se recueille sur la tombe de Feu le Roi Hassan II    Agriculture : Crédit Agricole du Maroc au chevet des fédérations interprofessionnelles    Nomination : Eric Fulcheri prend les commandes d'Arval Maroc    Alerte météo : Pluie, neige et grand froid    Formation : l'Université Mohammed VI Polytechnique lance une School of Computer Sciences    MAROC-MAURITANIE : L'AXE CONSTRUCTIF    Madrid fait craquer l'Inter Milan, le Bayern et City qualifiés, Liverpool à la ramasse    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    Neta Elkayam revisite avec brio les chansons judéo-marocaines    Le HCP liste les répercussions de la violence conjugale sur le développement psychosocial des enfants    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    Ahmed Noureddine : «L'offensive de Guerguerat représente un tournant diplomatique de taille dans ce long combat que mène le Maroc»    Devises vs Dirham: les cours de change de ce jeudi 26 novembre    PJD: Itimad Zahidi accuse la direction du parti de « mensonge »    Décès de Maradona: l'UEFA a fait une annonce    La Colombie commémore l'anniversaire de l'accord de paix avec les FARC sur fond de divisions et de violence    La Suède demande à l'Iran d'annuler l'exécution d' un scientifique irano-suédois    Musée Mohammed VI: L' art de découvrir Rabat autrement    Beyoncé en tête des nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Grande manifestation des marocains à Tarragone pour dénoncer les actes criminels du "polisario"    Message du roi Mohammed VI au président du Suriname    Migration: Le Maroc joue un rôle constructif et fédérateur sur les plans régional et international    El Guerguerat: les Marocains du Danemark à bras le corps pour la patrie    Yto Berrada expose au Mathaf de Doha    FLDF : Les violences faites aux femmes exposent !    Equipe nationale : Le Maroc participera à la Coupe Arabe de la FIFA (Qatar 2021)    Ligue des champions: les 4 clubs déjà en huitièmes    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A la vôtre !
Publié dans Albayane le 03 - 07 - 2013

Il y a presqu'une année lunaire; El Hossein El Ouardi, ministre de la santé et membre du Bureau Politique du Parti du Progrès et du Socialisme, avait animé des rencontres populaires sur la problématique de la santé au Maroc. Le jour, il vaquait à sa fonction de ministre et le soir, après la rupture du jeûne, il animait un débat avec un langage franc, clair et direct. Entre les deux, il rendait visite aux établissements sanitaires et faisait part, dans son intervention, des dysfonctionnements et des insuffisances observés.
Cela dura un mois pendant lequel s'ajoutaient au diagnostic du secteur de la santé et aux propositions de réformes envisagées par le ministre, les doléances de compatriotes venant exposer des situations médicales alarmantes. Cette activité n'apporta pas au ministre que des félicitations, elle fût aussi l'occasion de moments parfois très difficiles qui furent dépassés sans remous. Depuis lors, il n'y a pas eu un jour où les problèmes de la santé dans notre pays ne soient pas abordés par les médias, les parlementaires, les professionnels, les syndicats, les jeunes en formation, les moins jeunes qui s'approchent de la retraite; enfin par tout le monde avec une tendance manifeste à rendre El Ouardi responsable, aussi bien de la panne d'un appareil en pays amazighe que de la morsure d'un scorpion à Sidi Mokhtar ou de l'accouchement, dans des conditions particulières, d'une parturiente. Menacé par des lâches, il fut traité de menteur et d'hypocrite dans des meetings politiques où pourtant la couleur des banderoles tire son origine de son nom. Et quand El Ouardi propose, les opposants, toutes catégories confondues et sans aucune vergogne, ne cessent de vouloir démontrer les défaillances d'un système de santé que le ministre lui-même expose. Il reste l'important, c'est que l'action réformatrice a été initiée et entamée pour qu'elle soit consolidée par la tenue de la deuxième conférence nationale sur la santé. Dans un livre blanc explicitant la nécessité d'une nouvelle gouvernance du secteur de la santé; il est rappelé, par le Ministère de la Santé, que « les appels à la réforme dérivent de changements profonds dans le profil des besoins en santé et dans celui des attentes vis-à-vis du système de santé, ainsi que des insuffisances manifestes du modèle du système en place.». Le droit à la santé inscrit dans la constitution de 2011 induit le dépassement « des inégalités dans l'accès aux soins et des ressources limitées à y consacrer. Cela se traduit partout (au Maroc et ailleurs) d'une façon ou d'une autre en pénurie de personnels ; en files d'attente pour l'accès aux soins et aux technologies de pointe ; en sous-valorisation des soins de santé primaires. Les débats sont récurrents sur la privatisation, la qualité des soins, le coût et l'accès aux médicaments et aux technologies, les soins donnés aux personnes vulnérables et de façon générale, sur la viabilité économique du secteur santé.». La méthode de l'urgentiste devenu ministre est claire: «Pour cela il faut que l'Etat opère d'une façon différente que dans le passé: ni laissez-faire, ni vouloir tout-faire.». Au cours des travaux de la deuxième conférence nationale sur la santé, cinq thématiques devaient être discutées pour établir la nouvelle gouvernance du secteur. Il s'agit de la généralisation de la couverture médicale (AMO, RAMED), de l'efficience des systèmes de financement et de la gouvernance dans le secteur de la santé, de l'égalité d'accès aux soins médicaux, de la qualification des professionnels de la santé, des nouveaux défis de la santé publique face aux nouvelles causes de morbidité ainsi que de la sécurité médicale. A l'issue de ces assises, un projet de charte nationale sur la santé devrait être présenté. Sa finalisation par les instances gouvernementales le fera aboutir au Parlement où le débat montrera alors la contribution de chaque parti pour améliorer la santé des Marocaines et des Marocains ainsi que la diligence qu'il sera apporté pour dépasser les dysfonctionnements du système actuel. D'ici là, et quelque soient les variations du temps politique, il est certain que le Professeur El Ouardi, patriote, responsable et militant sera toujours au service de ses compatriotes d'une manière ou d'une autre.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.