Selon l'USFP, l'accueil de Brahim Ghali en Espagne est un «scandale» et une «trahison»    L'ONMT publie son premier bulletin bimensuel dédié à la relance du tourisme [document]    Gloire au peuple palestinien    Tétouan: Quatre personnes interpellées pour escroquerie et vol    Covid-19 : Un allègement du couvre feu prévu après le ramadan    M. Bourita s'entretient avec son homologue ivoirienne    Israël : Péril en la demeure    Palestine : Pluie de bombes sur Gaza, déluge de roquettes sur Israël    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour mercredi 12 mai    DGAPR : Une légère baisse des contraventions notifiées au ministère public    Samir Kheldouni Sahraoui: "Le tourisme marocain 2.0 post Covid nécessite une offre labellisée Covid Free"    Législatives 2021: Le PAM accélère la cadence    FC Séville: Lopetegui explique pourquoi il écarte El Haddadi    Pourquoi il faut réhabiliter le tourisme culturel    Le leadership marocain en matière de protection de la biodiversité mis en exergue à Tokyo    Indices PMI : les tensions inflationnistes continuent de se renforcer dans le secteur manufacturier    IRT-HUSA (1-1) : Le Hassania n'a pas volé le nul !    La LADDH dénonce "la grave" détérioration de la situation des droits de l'Homme en Algérie    Echec d'une manœuvre grossière du polisario au Parlement européen    Allemagne : Jusqu'à un tiers des emplois du secteur auto menacé par l'électrique    Edito : Data cash    Lutte contre la production de sacs en plastique interdits : Démantèlement d'un atelier clandestin à Benslimane    Ch'hiwa bel khef: pâte à pizza (VIDEO)    MCO-RCOZ (0-0) : Un nul et beaucoup de regrets !    Covid-19 : le variant indien détecté dans 44 autres pays    DHJ-OSC (0-1) : La rechute jdidie, l'arrêt de l'hémorragie mesfouie !    Météo/Maroc : Temps stable avec ciel dégagé ce mercredi 12 mai    Maroc/Conseil de gouvernement : L'ordre du jour de la réunion de ce mercredi 12 mai    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Akid sanctionné par l'OCK    Le dirham s'apprécie face à l' euro du 29 avril au 5 mai    Report de la séance mensuelle de politique générale de la Chambre des conseillers    Botola pro D1 : Le Raja lorgne de nouveau la pole position    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    Botola Pro D1: le classement provisoire (16e journée)    Chelsea : Des changements contre Arsenal avant la finale de FA Cup    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    Le Maroc réitère son rejet catégorique des violations qu'a connu Al Qods    Fatima Tabaamrant : la voix engagée !    Musique : Un album posthume du rappeur DMX prévu pour le 28 mai    France: "covid" au masculin et en minuscule dans "Le Petit Robert" 2022    Observation mercredi du croissant lunaire annonçant le début du mois de Chaoual (ministère)    Patrimoine: la Villa Harris fait peau neuve    L'ONU "profondément préoccupée" par la violence à Al Qods-Est    Gaza : Israël dit avoir frappé 130 cibles militaires et éliminé 15 militants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A la vôtre !
Publié dans Albayane le 03 - 07 - 2013

Il y a presqu'une année lunaire; El Hossein El Ouardi, ministre de la santé et membre du Bureau Politique du Parti du Progrès et du Socialisme, avait animé des rencontres populaires sur la problématique de la santé au Maroc. Le jour, il vaquait à sa fonction de ministre et le soir, après la rupture du jeûne, il animait un débat avec un langage franc, clair et direct. Entre les deux, il rendait visite aux établissements sanitaires et faisait part, dans son intervention, des dysfonctionnements et des insuffisances observés.
Cela dura un mois pendant lequel s'ajoutaient au diagnostic du secteur de la santé et aux propositions de réformes envisagées par le ministre, les doléances de compatriotes venant exposer des situations médicales alarmantes. Cette activité n'apporta pas au ministre que des félicitations, elle fût aussi l'occasion de moments parfois très difficiles qui furent dépassés sans remous. Depuis lors, il n'y a pas eu un jour où les problèmes de la santé dans notre pays ne soient pas abordés par les médias, les parlementaires, les professionnels, les syndicats, les jeunes en formation, les moins jeunes qui s'approchent de la retraite; enfin par tout le monde avec une tendance manifeste à rendre El Ouardi responsable, aussi bien de la panne d'un appareil en pays amazighe que de la morsure d'un scorpion à Sidi Mokhtar ou de l'accouchement, dans des conditions particulières, d'une parturiente. Menacé par des lâches, il fut traité de menteur et d'hypocrite dans des meetings politiques où pourtant la couleur des banderoles tire son origine de son nom. Et quand El Ouardi propose, les opposants, toutes catégories confondues et sans aucune vergogne, ne cessent de vouloir démontrer les défaillances d'un système de santé que le ministre lui-même expose. Il reste l'important, c'est que l'action réformatrice a été initiée et entamée pour qu'elle soit consolidée par la tenue de la deuxième conférence nationale sur la santé. Dans un livre blanc explicitant la nécessité d'une nouvelle gouvernance du secteur de la santé; il est rappelé, par le Ministère de la Santé, que « les appels à la réforme dérivent de changements profonds dans le profil des besoins en santé et dans celui des attentes vis-à-vis du système de santé, ainsi que des insuffisances manifestes du modèle du système en place.». Le droit à la santé inscrit dans la constitution de 2011 induit le dépassement « des inégalités dans l'accès aux soins et des ressources limitées à y consacrer. Cela se traduit partout (au Maroc et ailleurs) d'une façon ou d'une autre en pénurie de personnels ; en files d'attente pour l'accès aux soins et aux technologies de pointe ; en sous-valorisation des soins de santé primaires. Les débats sont récurrents sur la privatisation, la qualité des soins, le coût et l'accès aux médicaments et aux technologies, les soins donnés aux personnes vulnérables et de façon générale, sur la viabilité économique du secteur santé.». La méthode de l'urgentiste devenu ministre est claire: «Pour cela il faut que l'Etat opère d'une façon différente que dans le passé: ni laissez-faire, ni vouloir tout-faire.». Au cours des travaux de la deuxième conférence nationale sur la santé, cinq thématiques devaient être discutées pour établir la nouvelle gouvernance du secteur. Il s'agit de la généralisation de la couverture médicale (AMO, RAMED), de l'efficience des systèmes de financement et de la gouvernance dans le secteur de la santé, de l'égalité d'accès aux soins médicaux, de la qualification des professionnels de la santé, des nouveaux défis de la santé publique face aux nouvelles causes de morbidité ainsi que de la sécurité médicale. A l'issue de ces assises, un projet de charte nationale sur la santé devrait être présenté. Sa finalisation par les instances gouvernementales le fera aboutir au Parlement où le débat montrera alors la contribution de chaque parti pour améliorer la santé des Marocaines et des Marocains ainsi que la diligence qu'il sera apporté pour dépasser les dysfonctionnements du système actuel. D'ici là, et quelque soient les variations du temps politique, il est certain que le Professeur El Ouardi, patriote, responsable et militant sera toujours au service de ses compatriotes d'une manière ou d'une autre.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.