Compteur coronavirus : 1.240 nouveaux cas confirmés et 1.361 guérisons en 24H    Cosumar accompagnera 10 auto-entrepreneurs    Un nouveau partenaire de Bank Of Africa en Chine    À Tamernoute (province d'Azilal) : Un enfant sauve tout un douar    CMC : financement externe "maitrisé et soutenable"    « Un maire de ville doit être un très bon gestionnaire »    Sahara : Le Gabon réaffirme son appui à l'Initiative marocaine d'autonomie    Maire : Un «boulot» bien payé    Technologie digitale intelligente: FRDISI et ONEE créent un centre à Casablanca    Proximité culturelle et sportive    Tourisme: Abdellatif Kabbaj élu personnalité de l'année    Une entreprise américaine investit dans le projet du développement du premier robot humanoïde marocain    Nador : Enquête judiciaire pour identifier les impliqués dans une tentative de trafic de 2.380 kg de Chira    Grandes villes : À quoi servent les maires ?    Vaccins anti-Covid-19 : Guterres crie sa grande déception    Mondial Handball : Ce soir à 18h00, le Maroc face au Portugal sans se faire des illusions !    ONU : la hausse des migrations internationales a ralenti de 27% en raison de la COVID-19    Le Président américain accorde la Légion du mérite des Etats-Unis au Roi Mohammed VI    Le Bahreïn réitère son soutien au Maroc dans la défense de sa souveraineté et son intégrité territoriale    CHAN 2021 : Ce soir, Cameroun/Zimbabwe en ouverture à 18 heures    CHAN : Cameroun 2020 ou Cameroun 2021 ?    Omar Hilale : la coexistence entre musulmans et juifs est ancrée dans l'ADN des marocains    "Atlantide KM 130 " Rencontre entre l' artiste photographe Imane Djamil et la ville de Tarfaya    SM Le Roi Mohammed VI décoré de la "Legion of Merit, Degree Chief Commander"    Trump décoré du Wissam El Mohammadi    Mohamed Benabdelkader. Forte présence féminine aux postes de responsabilité dans l' administration judiciaire    Vaccination anti-covid : Biden dévoile le successeur de Moncef Slaoui    Le Cameroun est prêt    L'équipe du Maroc rate son entrée face à l'Algérie    Laporta, Font et Freixa déclarés candidats officiels à la présidence du Barça    Biden dévoile un plan de relance de 1.900 milliards de dollars    L'immunité collective contre la Covid-19 pourrait être atteinte début mai    Saad Dine El Otmani : Le Maroc a réalisé des acquis stratégiques dans ses provinces du Sud    Lady Gaga et Jennifer Lopez chanteront à la cérémonie d'investiture de Biden    Un dessin de Tintin adjugé au prix record de 3,2 millions d' euros    Evolution du coronavirus au Maroc : 1291 nouveaux cas, 457.625 au total, vendredi 15 janvier 2021 à 18 heures    Initiative marocaine d'Autonomie: Un fort soutien formulé lors de la conférence ministérielle    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Les équipes à suivre de très près    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    2020 : Une présence de taille de la question amazighe malgré la pandémie    Bientôt un musée à Laayoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zaki s'en va... Renard à l'affût
Publié dans Albayane le 11 - 02 - 2016

Hier, Zaki était encore là. Aujourd'hui, il s'en va. Hier, Badou Zaki qui, s'accrochait encore à son poste de coach, après plus de 20 mois passés à la tête du staff technique de l'équipe nationale A, même s'il reste un entraîneur limité, et le président de la FRMF, Fouzi Lekjaa, ont tout simplement démenti le départ du sélectionneur national des Lions de l'Atlas et son remplacement par un autre étranger.
C'est juste au terme de l'Assemblée générale de la Fédération royale marocaine de football, tenue mardi soir au Centre international des conférences Mohammed VI de Skhirat, pour le compte des saisons 2013-2014 et 2014-2015, que Fouzi Lekjaa a défendu son coach préféré. « Zaki est toujours là, qui vous a dit qu'il est partant », a réagi confirmé Lekjaa, lui qui avait mis son coach préféré dans son programme quand il menait sa campagne électorale de présidence de la FRMF, voici plus de deux ans.
A l'occasion de cette AG, le patron de la FRMF croyait toujours donc au coach du Onze national puisqu'il n'a rien fait savoir sur son éventuel départ. Si sa boîte fédérale était claire et honnête quant au remerciement de M'hamed Fakhir après le nouvel échec de l'équipe nationale au CHAN, Lekjaa a seulement profité de l'occasion de l'AG pour revenir sur les mauvaises performances des différentes sélections nationales. Mais il s'est contenté d'exprimer son « étonnement » en faisant la comparaison suivante : « Les équipes de certains pays en état de guerre et ne disposant que de peu de moyens arrivent à réaliser de belles performances alors que les nôtres ne le font pas. En dépit de tous les moyens que nous offrons à nos équipes nationales, nous avons une crise de résultats... », s'est dit M Lekjaa, qui n'a à aucun moment fait signe d'un éventuel limogeage ni même d'une séparation à l'amiable avec le coach Zaki, comme cela allait se traduire par la suite.
Selon un communiqué de la FRMF, paru au lendemain de son AG, la première instance dirigeante du football national et Zaki se sont mis d'accord pour une séparation des deux côtés à l'amiable. Ce qui justifie la mise en cause de la crédibilité de la Fédé et son président.
C'est donc un cafouillage total qui frappe la fédération du président Lekjaa. On ne va pas aborder les péripéties inutiles de cette fameuse assemblée générale et les délégués présents venant des clubs la ligue dite professionnelle (en Divisions 1 et 2), les autres ligues des amateurs, régionales et du football féminin. Car ils sont tous venus seulement pour ne dire que du bien sur la fédé et son président, tout en approuvant à l'unanimité les rapports moral et financier, sans avoir même à les discuter d'une manière réfléchie et réaliste, sous les regards des représentants du CNOM et du ministère de tutelle, comme d'habitude.
On va seulement aborder cette traditionnelle problématique de changement d'entraîneur de l'équipe nationale comme on change de chemise.
Est-il nécessaire de se séparer avec un entraîneur à la veille d'un match décisif, en aller et au retour, de son équipe contre le Cap Vert pour le compte des éliminatoires de la CAN 2017, sachant bien que les deux sélections sont en tête de leur groupe (avec 6 points chacune) après avoir réalisé 2 victoires en autant de matches... ?
Est-ce vraiment le moment de remercier un coach qui a qualifié son équipe à la phase des groupes des éliminatoires du Mondial 2018, même difficilement, et sans convaincre face à une petite sélection africaine de la Guinée Equatoriale... ?
Et puis, pourquoi l'équipe fédérale de Lekjaa n'a pas réagi au moment opportun quand Zaki a fait peur à tous les Marocains en frôlant la catastrophe contre cette même équipe équato-guinéenne, difficilement battue à Agadir 2-0 avant qu'elle ne s'impose dans son fief 1-0). Ce qui pourrait nous coûter tellement cher si la transversale du gardien marocain n'avait renvoyé un but tout fait lors du match aller. Le groupe de Zaki était donc à la merci de cette équipe qui a frôlé un but marqué à l'extérieur.
Que va-t-on faire maintenant en attendant la venue du prochain entraîneur... ?
Les coulisses parlaient déjà du coach français, Herve Renard, qu'on nous avance officiellement comme prochain sélectionneur des Lions de l'Atlas. Ce dernier, qui pourrait retourner entraîner en Afrique, le souhaite aussi. Les responsables du football marocain l'ont choisi au vu de ses deux récents sacres, en CAN 2012, avec la Zambie et 2015 avec la Côte d'Ivoire.
Mais les fameux décideurs du football national continuent toujours d'oublier une chose des plus importantes. L'équipe du Maroc n'est ni la Côte d'Ivoire dont les joueurs locaux venaient de nous barrer la route au récent CHAN, ni la Zambie qui sont plus aguerris que les Lions de l'Atlas, ni même plusieurs sélections africaines qui sont en nette progression.
Car le football marocain a perdu beaucoup du terrain s'il n'est pas faible. Au Mondial, on a raté 4 éditions depuis 2002 et on risque de louper encore une fois le prochain rendez-vous en 2018, pour signer une absence d'une bonne vingtaine d'années. En CAN, le premier et dernier titre remonte à la CAN de 1976. Ça fait maintenant 40 ans ou 4 décennies de déceptions...
Et à chaque fois, on change d'entraîneur...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.