Large soutien international à l'intervention du Maroc pour protéger ses territoires    Le Parlement péruvien salue l'intervention du Maroc    660 nouveaux véhicules mis à la disposition de différents services    Intégrité territoriale : L'Alliance des Médecins Istiqlaliens fière des positions de SM le Roi    Toni Pérez, nouveau directeur général de Glovo Maroc    Aradei Capital : Dernière ligne droit de l'IPO    Echéances bancaires aux entreprises: Jouahri fait le point    De nouveaux blocs sanitaires pour une meilleure hygiène publique    Activité portuaire : Casablanca et SPEZIA renforcent leur coopération    La loi pour l'exclusion de Huawei des futurs réseaux 5G présentée au parlement    Zoom : Hamilton ou Schumacher, qui est le meilleur pilote de l'Histoire ?    L'épreuve de vaccination!    Vaccin anti-covid-19: Prendre son mal en patience    L'UNICEF va acheminer deux milliards de doses aux pays en développement    Travail des enfants et droits de la femme: Quatorze associations bénéficient de la subvention de l'Etat    Le covid-19 fait une nouvelle victime parmi le corps médical à Casablanca    Raja de Casablanca: Ziyat persiste et signe    Susana Diaz : le Maroc, le "partenaire le plus stable de l'Espagne dans toute la Méditerranée"    Colorado: le chiffre d'affaires en baisse de 10,3% à fin septembre    Chambre des conseillers: L'importance de la mission exploratoire des commissions permanentes mise en avant    Les hommes d'Ammouta disposent facilement du MCO    inwi: Partenaire Officiel du Football National    Karim Belhassan, nouveau Directeur général Adjoint de BMCI    Vaccination au Maroc: Ait Taleb donne (presque) tous les détails    Pourquoi les cas de covid-19 ont baissé au Maroc, selon un expert    Les vagues du roman maghrébin et la richesse de l'imaginaire    Clôture du VFM: une édition digitale «déconfinée», placée sous le signe de la résilience!    «Radia Aliya»: Mourad Asmar rend hommage aux mères    Mémoire du judaïsme marocain    L'actrice marocaine Saadia Louk dénonce les fake news des séparatistes    Al-Nasr : la colère d'Amrabat après la défaite face à Al Hilal (VIDEO)    Coronavirus : voici les métiers les plus à risque [Etude]    Equipe nationale féminine: Double confrontation amicale Maroc-Ghana, les 26 et 30 novembre à Accra    Griezmann brise le silence sur ses rapports avec Messi    Entretien / Prévisions des tendances du digital en 2021    La réaction officielle de la CAF après la suspension de son président : -L'intérim de M.Constant Omari prolongé jusqu'au 12 mars 2021 -M.Fouzi Lekjaâ, premier vice-président    Guergarate : La République tchèque salue l'engagement du Maroc à maintenir l'accord de cessez-le-feu    Guerguarat : Le Burkina Faso réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à «Daech»    Mohamed Ramadan s ' attire les foudres du public    Le Parlement libyen tient une séance de L consultations àTanger    Gad El Maleh ne sera pas père de prince    Etats-Unis : Biden va commencer à dévoiler son gouvernement    Thaïlande: Bras-de-fer entre la jeunesse et l'institution monarchique    Exposition. L'art en Afrique médiévale à l'honneur à Washington    Israël-Arabie saoudite. Netanyahu en secret chez MBS    Maroc : Lancement du 7è Prix national de la lecture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sapho: La richesse d'une culture multiconfessionnelle
Publié dans Albayane le 31 - 03 - 2016

S'il est une chanteuse, poétesse et militante confirmée et accomplie, c'est bien Sapho. Avant même le discours sur la coexistence pacifique, née notamment à la suite des événements du 11 septembre, elle s'employait à rapprocher les cultures en démontrant leurs points communs surtout que Sapho a eu la possibilité de partager son vécu avec trois cultures.
Originaire du Maroc, elle a émigré en France avant de prendre son bâton du pèlerin pour aller découvrir d'autres contrées, leurs cultures, leurs musiques et leurs styles de vie. A ce titre, elle est considérée comme une pionnière qui n'a jamais été motivée par une quelconque idéologie, si ce n'est celle de la paix entre les cultures et les civilisations.
C'est toujours avec une grande fierté qu'elle évoque ses origines et les influences qu'elle a subies. « Je suis née au Maroc où j'ai été bercée par la musique du Moyen-Orient, par des influences espagnoles très présentes, mais aussi par le jazz, et par la radio française qui nous diffusait du Barbara ou du Lou Reed. Mon père était musicien juif berbère qui chantait de la musique arabo-andalouse du XIème siècle et ma mère, une juive marocaine très proche des Espagnols. Entre ma langue natale, l'arabe, et tout ce mélange des origines familiales, il aurait été bizarre que je ne sois pas attirée par les langues et les traductions. Quand on dit « Olé » en espagnol et « Allah » en arabe, il y a des similitudes et je pense même que cela doit avoir la même origine », aime-t-elle à préciser.
Sapho a eu l'occasion que beaucoup auraient aimé avoir, c'est-à-dire aller à la découverte de l'Amérique. Elle avait débarqué à New York pour effectuer un reportage pour le compte d'un magazine français, avec comme seul recul et échappatoire, ses origines à la fois marocaine, africaine, juive et méditerranéenne. Elle n'avait de commun avec ce qui était alors à la mode que son look, un look de pink. Mais elle va se rendre compte tout de suite qu'elle n'en est pas une, car elle n'en partageait ni les idées, encore moins les valeurs, si ce mouvement en avait. C'est un mouvement qui a suivi celui des hippies et baba cool et qui n'avait aucune philosophie si ce n'est de tout rejeter en bloc sans jamais rien apporter ou proposer. Aussi, n'était-elle à aucun moment de sa vie une accro à la drogue, à l'alcool ni à aucune autre substance. C'est là où elle s'est rendu compte qu'elle s'était trompée d'adresse, mais comme le hasard fait bien les choses et qu'elle comptait sur une sorte de karaoké pour se faire remarquer dans une boîte de New York, elle a rencontré une personne qui lui avait proposé d'enregistrer un album à Paris. C'était comme une sorte de retour aux sources, non pas aux sources marocaines mais méditerranéennes, du moins, car au pays de l'Oncle Sam, elle avait découvert combien elle était attachée à ses origines.
«J'aimerais, dit-elle, que la philosophie se propage dans le monde entier, qu'elle amène questionnement et ouverture. J'ai eu la chance d'avoir une vie merveilleuse, de me positionner à des endroits où les choses avaient un sens. C'est un luxe infini de pouvoir être là où l'on a choisi d'être».
Sapho est non seulement une chanteuse et une poétesse, mais elle est aussi une philosophe qui a eu la chance que les autres n'en ont pas eu : appartenir à plusieurs cultures, visiter plusieurs pays et embrasser plusieurs expressions artistiques à la fois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.