Coronavirus : le Maroc s'engage sur le plan africain en mettant à contribution son expérience et expertise    UNAF U21 : les lionnes de l'Atlas s'acharnent sur l'Algérie (2-0)    Barça: le quadruplé retentissant de Messi face à Eibar (VIDEO)    Al-Kass Cup: l'Académie Mohammed VI s'incline face au Real Madrid (VIDEO)    PAM : le 25ème Conseil national du PAM aura lieu le 7 mars    Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Hamza monbb : des aveux mettent à mal les soeurs Batma    Tragique accident entre Marrakech et Imintanoute    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Paradis fiscaux: le Maroc peut mieux faire    Coronavirus : Les 167 Marocains rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    Un conseiller du PJD arrêté à la frontière pour faux et usage de faux    Lourde sanction contre les supporters de Dortmund    PAM : des dirigeants du parti refusent de participer au bureau politique formé par Abdellatif Ouahbi    Crédit du Maroc dresse le bilan de son plan stratégique CAP 2020    Blocage de l'adoption du code pénal, la sèche mise au point de Ben Abdelkader    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Un nouveau "portefeuille pédagogique" pour lutter contre la violence en milieu scolaire    Fès: une ressortissante étrangère agressée sur la voie publique    Une voiture interceptée à l'entrée de Salé    Equipementiers Une 4e usine pour TE Connectivity    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    Top mondial YouTube: Zouhair Bahaoui cartonne avec son nouveau clip (VIDEO)    Azilal : le parc jurassique ouvrira ses portes fin mars    Le Maroc prêt à apporter au Qatar tous les moyens humains et logistiques pour réussir le Mondial-2022 de football    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Dans le bagage des candidats à la Maison Blanche il y a aussi… des casseroles    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    La déconstruction d'un mythe    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Mohamed Benchaâboun: « Tous les indicateurs montrent que la dette marocaine est soutenable »    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sapho: La richesse d'une culture multiconfessionnelle
Publié dans Albayane le 31 - 03 - 2016

S'il est une chanteuse, poétesse et militante confirmée et accomplie, c'est bien Sapho. Avant même le discours sur la coexistence pacifique, née notamment à la suite des événements du 11 septembre, elle s'employait à rapprocher les cultures en démontrant leurs points communs surtout que Sapho a eu la possibilité de partager son vécu avec trois cultures.
Originaire du Maroc, elle a émigré en France avant de prendre son bâton du pèlerin pour aller découvrir d'autres contrées, leurs cultures, leurs musiques et leurs styles de vie. A ce titre, elle est considérée comme une pionnière qui n'a jamais été motivée par une quelconque idéologie, si ce n'est celle de la paix entre les cultures et les civilisations.
C'est toujours avec une grande fierté qu'elle évoque ses origines et les influences qu'elle a subies. « Je suis née au Maroc où j'ai été bercée par la musique du Moyen-Orient, par des influences espagnoles très présentes, mais aussi par le jazz, et par la radio française qui nous diffusait du Barbara ou du Lou Reed. Mon père était musicien juif berbère qui chantait de la musique arabo-andalouse du XIème siècle et ma mère, une juive marocaine très proche des Espagnols. Entre ma langue natale, l'arabe, et tout ce mélange des origines familiales, il aurait été bizarre que je ne sois pas attirée par les langues et les traductions. Quand on dit « Olé » en espagnol et « Allah » en arabe, il y a des similitudes et je pense même que cela doit avoir la même origine », aime-t-elle à préciser.
Sapho a eu l'occasion que beaucoup auraient aimé avoir, c'est-à-dire aller à la découverte de l'Amérique. Elle avait débarqué à New York pour effectuer un reportage pour le compte d'un magazine français, avec comme seul recul et échappatoire, ses origines à la fois marocaine, africaine, juive et méditerranéenne. Elle n'avait de commun avec ce qui était alors à la mode que son look, un look de pink. Mais elle va se rendre compte tout de suite qu'elle n'en est pas une, car elle n'en partageait ni les idées, encore moins les valeurs, si ce mouvement en avait. C'est un mouvement qui a suivi celui des hippies et baba cool et qui n'avait aucune philosophie si ce n'est de tout rejeter en bloc sans jamais rien apporter ou proposer. Aussi, n'était-elle à aucun moment de sa vie une accro à la drogue, à l'alcool ni à aucune autre substance. C'est là où elle s'est rendu compte qu'elle s'était trompée d'adresse, mais comme le hasard fait bien les choses et qu'elle comptait sur une sorte de karaoké pour se faire remarquer dans une boîte de New York, elle a rencontré une personne qui lui avait proposé d'enregistrer un album à Paris. C'était comme une sorte de retour aux sources, non pas aux sources marocaines mais méditerranéennes, du moins, car au pays de l'Oncle Sam, elle avait découvert combien elle était attachée à ses origines.
«J'aimerais, dit-elle, que la philosophie se propage dans le monde entier, qu'elle amène questionnement et ouverture. J'ai eu la chance d'avoir une vie merveilleuse, de me positionner à des endroits où les choses avaient un sens. C'est un luxe infini de pouvoir être là où l'on a choisi d'être».
Sapho est non seulement une chanteuse et une poétesse, mais elle est aussi une philosophe qui a eu la chance que les autres n'en ont pas eu : appartenir à plusieurs cultures, visiter plusieurs pays et embrasser plusieurs expressions artistiques à la fois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.