Le Parti de l'Istiqlal en tête des élections du Conseil provincial de Khouribga    Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le PPS va continuer d'œuvrer pour servir l'intérêt supérieur de la Nation, à partir de sa position dans l'opposition nationale démocratique    Publication d'un guide pratique sur les mécanismes consultatifs de plaidoyer civil dans les foras internationaux    Transports urbains. Casablanca disposera d'un musée dédié    Macron et Biden tentent un « retour à la normale »    Somalie : Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président de la République Centrafricaine    Guatemala : Le volcan Fuego entre en éruption    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Qualification historique pour les Lions de l'Atlas !    MDJS lance « Nt7arko w Nktachfo »    Coronavirus. La pandémie prendra fin dans un an selon le PDG de Moderna    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    Le label New District présente son premier artiste, Hassa1    Tendance baissière du covid-19 au maroc depuis 5 semaines    Qui est Ali Ben Lmadani?    Partenariat Transdev-SIE pour promouvoir des solutions de performance énergétique    Lamiaa Amghar: "Des exonérations fiscales au profit des établissements d'animation touristique"    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Bientôt un test pour distinguer la grippe de la covid-19, fabriqué et commercialisé au Maroc    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Bilan mondial Covid-19 : 4 715 000 morts dans le monde, la pression hospitalière poursuit sa décrue au Maroc    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Khammar Mrabit : « Il est important d'avoir une application nucléaire sûre et sécurisée en Afrique »    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Equivalence du pass sanitaire marocain : Les clarifications de l'UE    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Le Soudan "reçoit" le Maroc au Caire en novembre prochain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    «Intelcia IT Solutions» lance deux business lines dédiées au opérateurs télécoms    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    Le CSPJ annonce l'arrêt de la liste définitive des candidats à l'élection des représentants des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hassan Rachik : Eloge des identités molles
Publié dans Albayane le 20 - 03 - 2017

C'est certainement le mot le plus galvaudé par les temps qui courent ! Dans les médias, les discours des politiques (tendances populistes, mais pas seulement)..., le mot «identité» offre de par son élasticité sémantique, la possibilité à chacun de le charger, de le récupérer pour le mobiliser au service d'une construction qui lui est spécifique. Les individus également à leur niveau le traduisent dans leur comportement, leurs choix et leur vécu.
De quoi interpeller les sciences sociales qui en font un des thèmes de recherche les plus prisés en termes d'analyse, d'exploration de ses différentes facettes. En somme, l'identité est partout et nulle part ! Sauf qu'aujourd'hui, son omniprésence prend des allures tragiques. On en est arrivé à ce qu'Amin Maalouf avait appelé «Les identités meurtrières» : on meurt et on n'hésite pas à porter la mort autour de la question de l'identité. C'est ce que souligne Hassan Rachik dans son nouveau livre, «Eloge des identités molles» : «dans un monde où le répertoire identitaire ne cesse de s'allonger, où la kalachnikov est au bout de certaines formes identitaires, nous sommes tenus de savoir comment porter les identités de nos communautés religieuse, politique, linguistique, tout en gardant notre autonomie»!
Le professeur des sciences sociales, anthropologue dont les travaux sont de renommée internationale, pointe ainsi du doigt les enjeux des choix identitaires. Hassan Rachik aborde dans cet essai, tonique et didactique, le rapport entre l'individuel et le collectif dans un environnement marqué par une exacerbation et surtout une idéologisation des appartenances identitaires. La question centrale est celle de l'autonomie de l'individu. Il plaide pour des identités contextualisées, relatives et évolutives versus les identités figées et univoques. «Je défends en tant que chercheur, une identité contextuelle, délibérée et relative », écrit-il en ouverture de son livre. Dans cette approche développée par l'auteur, le sujet dispose toujours «d'un menu» où il puise un comportement identitaire contextualisé. Une approche aux antipodes d'une conception totalitaire qui impose à l'individu une identité définitive et figée.
L'ouvrage d'un accès ouvert est ordonné à partir d'un cadre général qui aborde l'idéologisation des identités ; suivi de plusieurs chapitres qui analysent les différentes formes que prend chaque expression identitaire : identifiée puis comparée à celle qui lui est opposée. Pour arriver à cette conclusion, «Je pense que la conception molle de l'identité favorise le vivre ensemble», Hassan Rachik précise encore pour atténuer une possible connotation négative de l'adjectif «mou» : j'aimerais que les lectrices et les lecteurs retiennent, ici, l'idée de souplesse, de flexibilité, et de variation, selon la biographie des individus et de leurs contextes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.