Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc veut produire un million de voitures sur ses terres en 2020
Publié dans Albayane le 28 - 04 - 2017

Le Maroc table d'ici 2020 sur une capacité de production d'un million d'unités, la réalisation d'un taux d'intégration locale de 80% des véhicules sortant du Royaume, et d'un chiffres d'affaires annuel de 10 milliards d'euros, a affirmé mercredi dernier à Tanger Automotive City, le ministre de l'Industrie, de l'investissement, du commerce et de l'économie numérique, Moulay Hafid Elalamy.
Un chiffre d'affaire annuel de 10 milliards d'euros, une capacité de production d'un million de véhicules et un taux d'intégration locale de 80% des voitures sortant du royaume à l'horizon 2020, tel est l'ambition exprimée par Moulay Hafid El Alamy pour le secteur automobile. En visite à Tanger Automotive City où se tient le 4e Salon de la sous-traitance automobile, le ministre de l'Industrie, de l'investissement, du commerce et de l'économie numérique a renouvelé sa confiance dans la solidité de l'essor de cette industrie sur laquelle le Maroc table pour devenir un hub euro-africain en la matière. «Nous sommes fiers de cette belle réussite, mais nous ne nous arrêterons pas là. Nous tablons, d'ici 2020, sur une capacité de production d'un million d'unités, contre 650.000 actuellement, la réalisation d'un taux d'intégration locale des véhicules sortant du Maroc de 80% et d'un chiffres d'affaires annuel de 10 milliards d'euros, avec à la clé la création de 160.000 emplois».
Pour ce faire, le Maroc offre aux investisseurs étrangers des avantages majeurs, dont la stabilité, la sécurité et la compétitivité pour l'emplacement de la production et la logistique pour l'export, à côté de la présence d'une main d'œuvre hautement qualifiée. Le tout a conduit à un enracinement de l'industrie qui se poursuit à une fréquence vigoureuse. «Nous avons atteint la taille critique qui attire les équipementiers de tous les continents, y compris ceux des pays asiatiques», a précisé El Alamy. Dans ce cadre, le projet de création de la « Cité Mohammed VI Tanger Tech » lancé par SM le Roi est un facteur décisif pour les investisseurs asiatiques, qui auront la possibilité de produire au Maroc et d'exporter à l'international. De plus, des événements comme le Salon de la sous-traitance automobile contribuent à assoir la réputation nationale en la matière.Placé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, ce salon de trois jours s'assigne pour objectif majeur d'attirer un maximum de sous-traitants pour s'installer autour des équipementiers, en vue de garantir une proximité, une réactivité et une optimisation des coûts de sous-traitance, chose qui est fondamentale dans la filière automobile.
En réaction à ces facteurs, l'essor du secteur automobile se fait remarquablement sentir. Il s'est engagé vers davantage d'intégration locale, avec le développement de son tissu d'opérateurs nationaux et la diversification de ses métiers. Depuis 2014, année de lancement du PAI, à 2016, le chiffre d'affaires à l'export du secteur a réalisé une évolution de 50%, passant de 40 milliards de dirhams à 60 milliards, avec une perspective d'exporter 100 MMDH avant 2020. Une donne confirmée par le ministre de l'Industrie, qui rajoute qu'« avec la restructuration du secteur en écosystèmes métiers, la mise en place de dispositifs d'appui et de financement adaptés et le lancement de l'écosystème Renault et du projet Peugeot, nous nous acheminons à grands pas vers la réalisation de nos objectifs pour le secteur».
A ce jour donc, et dans le cadre du déploiement du Plan d'accélération industrielle, sept écosystèmes ont été lancés dans le secteur automobile. Ils concernent les filières automobiles «câblage automobile», «intérieur véhicule et sièges», «métal et emboutissage», «batteries automobiles», «moteurs et transmission» et deux constructeurs automobiles, à savoir «Renault» et «PSA Peugeot».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.