Article 1067789    SCR: Deux nouveaux administrateurs désignés    L'EMSI primée à Istanbul    Lutte contre le cancer: Les engagements d'El Othmani    Marocains bloqués à Mellilia: reprise de l'opération de rapatriement    Province de Jerada/Covid-19 : Les mesures restrictives prolongées d'une semaine    Khalid Ait Taleb : «Nous sommes encore dans la première vague»    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    Pédocriminalité : Après le drame de Adnane à Tanger, le supplice de Naïma à Zagoura    OCP : La solidité financière au rendez-vous    TPME, ces chiffres qui font peur !    Mali: Le président de transition Bah N'daw remercie le Roi Mohammed VI en recevant Nasser Bourita    Bilan bimensuel de la Covid-19 : Une hausse de 10% des cas d'infection depuis début septembre    De l'enseignement supérieur dans le monde arabe    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Laâyoune : enquête judiciaire suite aux divagations de certains séparatistes    Automobile: la DGI lance un nouveau téléservice    La FIFA et la CAF entament leurs auditions    USA : séparation des pouvoirs, dites-vous ?    Boujemâa Achefri médite en couleurs    Les condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Chama Zaz    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Brexit: les tractations reprennent    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : Parachèvement en matériel informatique de 34 établissements scolaires    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    France. Les généraux se révoltent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une commission bientôt en place pour plus de convergence
Publié dans Albayane le 03 - 08 - 2017

Le manque de convergence des politiques publiques revient souvent dans les critiques des opérateurs économiques et des institutions comme le CESE et le CMC.
En effet, leur mise en œuvre a révélé une insuffisance de cohérence et de complémentarité, notamment en matière d'éducation-formation, de fiscalité et d'aménagement du territoire; ce qui engendre un manque de visibilité chez les opérateurs.
Cette problématique a été soulevée lors de la séance mensuelle consacrée aux questions de politique générale à la Chambre des conseillers. Le chef du gouvernement reconnait que la transversalité des politiques publiques pâtit encore d'une série de défaillances comme la multiplicité des stratégies sectorielles et des commissions inter-ministérielles. Ce qui se traduit par «la faible rentabilité des investissements publics et des pertes d'opportunités de développement».
Pour y faire face, une commission nationale chargée de la coordination et de l'évaluation des politiques publiques sera bientôt créée. Selon El Othmani, le décret portant création de cette commission est déjà prêt. Objectif : «coordonner les politiques publiques pour assurer leur cohérence et leur complémentarité», a indiqué le chef du gouvernement qui présidera cette nouvelle commission.
Celle-ci devra également développer les outils nécessaires pour évaluer l'efficacité et l'impact de ces feuilles de route sur le citoyen et ce, en droite ligne avec les recommandations des premières Assises nationales sur la gouvernance tenues en 2013. L'idée derrière cette commission interministérielle est aussi de «développer la culture de l'auto-évaluation et de l'inscrire dans le processus de la planification stratégique».
Parallèlement, le ministère des Affaires générales et de la gouvernance se penche sur la mise en place d'un système informatique intégré dédié au suivi et à l'évaluation des politiques publiques. Selon El Othmani, le but est de mettre à la disposition du gouvernement un mécanisme avancé permettant de suivre l'état d'avancement de l'action publique par rapport aux objectifs tracés pour chaque secteur et de mesurer le niveau de cohérence et de complémentarité des stratégies et programmes. Cela permettra aussi d'évaluer la contribution de chaque secteur.
Le chef du gouvernement mise aussi sur la déconcentration administrative pour améliorer la transversalité et l'efficacité des politiques publiques. La charte de déconcentration sur laquelle se penche actuellement le gouvernement attribuera aux régions de nouvelles prérogatives leur permettant d'assurer le suivi des politiques et de veiller à leur complémentarité.
D'un autre côté, «le regroupement de l'administration territoriale en pôles devrait également favoriser la convergence des stratégies sectorielles», a souligné El Othmani.
Le déploiement de ces mesures est tant attendu, surtout que la faible compétitivité de l'offre exportable du Maroc est en grande partie attribuée au manque de convergence des stratégies sectorielles et à leur déconnexion par rapport aux accords de libre-échange.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.