World Policy Conference : L'urgence d'une nouvelle gouvernance mondiale    Outsourcia fait l'acquisition de la société française Simplify    Dialogue social : El Otmani rencontre syndicats et employeurs    TGR : Le déficit budgétaire s'est creusé à 32,3 MMDH en septembre    Il fait l'actu : Kaiss Saïed, nouveau président de la Tunisie    Arab Reading Challenge: La Marocaine Fatima Zahra Akhiar passe en finale    Le 3e Salon maghrébin du livre fait la part belle aux enfants    Samira Said à Muscat    FRMF: Tout savoir sur les billets du match Maroc-Algérie locaux    TIBU Maroc présente la 1ère promotion de «Intilaqa»    Yemoh & The Minority Globe lance «Welcome to Africa» le 25 octobre    Ligue des champions de la CAF : Le WAC gagnera par forfait contre l'USMA    Les violations des droits humains à Tindouf mises à nu    Brexit: Un accord « possible » dans la dernière ligne droite, selon Dublin    Programme Bades: Le démenti de la CGI/CDG    Suite à une réunion avec la tutelle : Les transporteurs routiers de marchandises annulent leur grève    Moga Festival. L'électro métissé d'Essaouira !    À Hong Kong, la violence des radicaux n'entame pas l'unité du mouvement    Joie dans les rues de Quito pour célébrer la fin de la crise    Le Maroc tenu en échec par la Libye en attendant le Gabon ce mardi    Ouverture de la première session de la 4e année législative    Edito : Banques    Paul Kagame : « Le développement de l'Afrique relève de la responsabilité des Africains »    Le Maroc remporte à Abu Dhabi le Championnat arabe du muay-thaï    Fès : Trois individus arrêtés en flagrant délit de possession de plus de 2 t de chira    Vidéo. Marrakech : L'accident enregistré par une caméra de surveillance    WPC de Marrakech : La ‘‘Route de la Soie'', entre alarmistes et réalistes    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Bleus : Plan D comme Deschamps, monsieur bricolage    La quête d'un équilibre défensif    Le nouvel échéancier de paiement de l'IATA inquiète les voyagistes marocains    Ferme soutien au Plan d'autonomie au Sahara    La sensibilisation à la santé mentale au menu d'une rencontre à Rabat    Grave menace sur le passage frontalier d'El Guerguarat    Une délégation parlementaire marocaine participe à la 141ème Assemblée de l'UIP    Le village solaire d'Id Mjahdi se dote d'un Centre éducatif    La Banque africaine de développement soutient l'entrepreneuriat des jeunes et l'innovation au Maroc    Euro-2020 : L'Italie qualifiée, l'Espagne devra attendre    BMCE Bank of Africa organise une master class sur le "personal branding"    "Achoura" de Talal Selhami remporte un nouveau prix en Espagne    Le musée Farid Belkahia ouvre ses portes aux œuvres de Hassan Hajjaj    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moha Oumouzoune, le chanteur aux semelles de vent
Publié dans Albayane le 04 - 10 - 2017

Incontestablement, Moha Oumouzoune est l'une des voix authentiques à avoir marqué la sphère musicale amazighe. Né en 1932 dans la banlieue de Tounfite, le chanteur a rendu l'âme en 2007 dans la ville de Boumia. Des régions où la nature demeure une source d'inspiration pour les paroliers, les poètes et les musiciens. Moha est une école de musique. Il fait partie de ces pionniers qui maîtrisaient le violon et la flute.
Dès son jeune âge, il s'est adonné à la musique, son premier amour et sa dernière passion. Au fil des ans, il a appris par cœur les chants et poèmes amazighs. Très tôt, il a commencé à faire le tour des villes pour partager son talent et sa passion en animant des soirées de noces et des manifestations artistiques avec un parterre de chanteurs et d'artistes locaux, entre autres Hmadi Ouhmad, issu de sa ville natale et Zaid Oussimou, Mouloud Ouhmouch dans les années 60.
Avec le temps, la réputation artistique de Moha Oumouzon dépassa les frontières géographiques de son petit patelin. Ce chanteur aux semelles de vent déposa dans un premier lieu ses valises à Boumia, puis à Casablanca où il s'installa pendant quelques années.
Quelques années plus tard, Il retourna à El Kebab où il a dirigé plusieurs troupes artistiques. Il compte à son actif plusieurs titres qui ont été enregistrés à la Société Nationale de Radiodiffusion sous forme de chansons classiques dont «Chad Ourastyikh Iwsmoun», «Taazizt ghouri», «Mani l3ahd mani lkhir», «Adji Adroukh», «Magh amidn magh» et autres.
«L'artiste Yamna Nâaziz Tafarssit» avait enregistré une seule «Tamawayet» comme présentation de l'une des chansons de l'artiste», souligne Abdelmalek Hamzaoui dans son livre «les trésors de l'atlas». Il avait enregistré des poèmes comme accompagnateur du poète Iqli Assou. Des poèmes enregistrés, d'après l'auteur, à la maison de la radio nationale, le 4 novembre 2004 entre autres «chegue a rbi ami ntater». Moha Oumouzoune est une référence dans le monde de la musique et du chant amazighs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.