Casablanca : Plus de peur que de mal dans des affrontements entre jeunes marocains et des migrants subsahariens    Des tours-opérateurs canariens en visite à Laâyoune    L'esprit critique, fruit de l'éducation aux médias et à l'information, estime Mme Lamrini    Standard & Poor's dégrade la note de l'Afrique du Sud    MATU: 2 MILLIARDS DE DIRHAMS D'ACTIFS FINANCIERS EXTERNALISES    Affrontements entre des jeunes Casablancais et des migrants subsahariens    Londres: Réouverture des stations de métro Oxford Street et Bond Street    Trump ne veut pas faire « la cover » de Time Magazine    Brexit-UE: Possible accord en décembre    MESSAGE DE CONDOLEANCES DU ROI MOHAMMED VI AU PRESIDENT EGYPTIEN    Coupe du Monde des Clubs. Mbark Boussoufa rêve de jouer la finale contre le Real Madrid    Al Akhawayn obtient la prestigieuse accréditation NEASC    Affrontements entre jeunes et migrants près le la gare routière de Ouled Ziane    METEO. VOICI LE TEMPS QU'IL FERA CE SAMEDI AU MAROC    VIDEO. CASABLANCA: AFFRONTEMENTS ENTRE "RIVERAINS" ET SUBSAHARIENS À OULED ZIANE    Programme des principaux matchs de ce samedi 25 novembre    Maroc remporte la CAN 2017 Handi-Basket    Attentat dans le Sinaï: le bilan s'alourdit    Al Akhawayn a obtenu l'accréditation américaine NEASC pour 5 ans    Insolite : L'amour sans frontières    Emmerson Mnangagwa devient le nouveau président du Zimbabwe    Le Maroc réalise des progrès notables en matière de gouvernance économique    Le Forum d'Ifrane plaide pour la création d'outils de financement innovants    L'ancien président brésilien Fernando Collor de Mello : « La mondialisation, un chemin vers la paix ».    Europa League : Les grosses écuries s'en tirent à bon compte    Robinho condamné à neuf ans de prison pour viol en réunion    Oscar Pistorius, de l'Olympe sportive à la prison    Driss El Yazami : La deuxième opération de régularisation vise le traitement d'au moins 82% des dossiers    Dimitris Avramopoulos : Le Maroc, un pays à même de contribuer à une gestion efficace de la migration    La Dominique réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Hausse des levées brutes du Trésor à fin octobre    Londres vise les premières voitures sans chauffeur    Divers    Message du Secrétaire général de l'ONU António Guterres    Pour une meilleure préservation de l'arganier    Les meilleurs films de tous les temps    Casablanca accueille la première édition de la "China Trade Week Morocco"    Ibrahim Maalouf dépoussière les morceaux de Dalida    Agadir accueille le 2ème Forum des avocats MRE    Visa For music : Des hommages à des figures nationales et africaines    « Visa for Music »: Le théâtre national Mohammed V vibre aux rythmes africains du groupe « Jouvay Fest »    Air Arabia : changement sur les vols Fès-Marrakech    Munir El Haddadi: «Je rêve de jouer le Mondial avec le Maroc, dont j'ai toujours chanté l'hymne national»    Bombardier au taquet avec l'ONCF    Mondial 2018 : Le Maroc est-il un tirage "facile" ?    Des mini-concerts pour de grands futurs musiciens    L'Uzine rend hommage à son quartier    Rabat, « capitale africaine par excellence » pour Visa for Music    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'amazighe est-il en danger?
Publié dans Albayane le 18 - 10 - 2017

Les voix amazighes s'élèvent pour appeler à une amélioration de la situation de l'amazigh qui, de l'avis des acteurs, associations et activistes amazighs, ne se porte pas bien. L'enseignement de l'amazigh est en «recul» et des lois organiques encore sur les bureaux de la première chambre. Les associations amazighes réfutent cet état de choses et appellent à un «débat sérieux» pour que leurs revendications soient prises en compte.
16 ans après le discours royal d'Ajdir qui a annoncé la création de l'IRCAM en 2001, des acquis ont été réalisés, mais un long chemin reste à parcourir. « En ce qui concerne la mission de l'IRCAM, on peut parler de deux niveaux depuis sa création en 2001. Le premier c'est le niveau consultatif où l'IRCAM a joué un rôle consultatif, comme force de proposition. Il a proposé son avis au Palais royal par rapport à la gestion de la culture et de la langue amazighe dans les institutions.
Mais malheureusement, ce rôle n'a pas abouti puisque l'IRCAM n'a pas de tutelle sur les autres institutions», nous indique Ahmed Assid, président de l'Observatoire amazigh des droits et des libertés. Le deuxième volet sur lequel l'IRCAM a accompli pleinement sa mission c'est l'aspect académique et scientifique, a-t-il déclaré. Cette institution, affirme-t-il, a joué un rôle historique dans la vie de l'amazigh, dans l'Histoire des Imazighens.
«Il a fait un dictionnaire, des manuels scolaires utilisés dans l'enseignement à l'école primaire. Pour la première fois, il y a eu un budget colossal pour le rayonnement des associations culturelles aux quatre coins du pays», a-t-il déclaré. D'après lui, l'IRCAM a formé 14.000 enseignants. «Malgré tous ces efforts, nous avons connu à partir de 2004 / 2005, des départs volontaires. Nous nous sommes retrouvés dans une situation difficile, avec un manque sérieux de cadres et de ressources humaines», a-t-il martelé. Tous ceux qui ont été formés pour enseigner l'amazigh sont devenus des enseignants de l'arabe et de français, confie-t-il.
«Nous avons tout préparé pour généraliser l'enseignement de l'amazigh, mais ça ne peut avancer puisqu'il n y a plus d'enseignants. Depuis l'officialisation de la langue amazighe en 2011, les responsables de l'enseignement attendent toujours un débat sérieux sur la loi organique afin qu'il y ait des rectifications parce qu'il y'a eu une atteinte aux acquis réalisés depuis 2002/2003», conclut-il.
Pour Ahmed Arrehmouch, coordinateur de la Fédération nationale des associations amazighes (FNAA), l'amazigh est en réanimation. « Loin des surenchères, l'amazighe est en régression dans tous les domaines. La situation de l'amazigh est très catastrophique au niveau de l'éducation, de l'administration, des médias et de la justice qui reste encore pire», nous confie-t-il. «Et si on comparait la situation de l'amazighe avant et après 2011, je préférerais sa situation en 2011 parce que cette année a été un point de départ très intéressant en matière de promotion et de préservation de l'amazigh. Par contre, aujourd'hui, même les acquis des dernières années sont bafoués par les décideurs », ajoute t'il.
L'amazigh aura-il un avenir prometteur après la mise en application des lois organiques?
«Cela dépend de la loi organique. Les lois organiques actuelles ont été réfutées par les associations amazighes, ainsi que le grand nombre des acteurs du mouvement amazigh. Il faut passer à la vitesse supérieure en matière de traitement positif des lois organiques qui sont actuellement en stand-by au parlement, et ouvrir des voies de dialogue avec les acteurs du mouvement afin de prendre en considération leurs remarques et critiques sur ce projet actuel qui est à la première Chambre», indique le coordinateur de la Fédération nationale des associations amazighes (FNAA).
Quid de l'enseignement de l'amazigh?
D'après Ahmed Arrehmouch, l'amazighe vit aujourd'hui un recul considérable en matière du nombre d'étudiants, qui est passé de 547.000 en 2011 à 317.000 en 2017. « Le recul des enseignants est passé à après de 314, celui des inspecteurs, de 80 à 15. » explique t-il.
Abdellah Badou, président d'Azetta amazigh, n'y va pas par quatre chemins. Selon lui, après 2011, l'amazigh au lieu d'évoluer, a connu une forte régression. « A titre d'exemple, il y a eu une régression au niveau des professeurs qui enseignent la langue amazighe. L'Etat n'offre pas les garanties institutionnelles et législatives assurant les droits de ces professeurs qui exercent le métier d'enseignant de la langue amazighe. Certains ont changé de cadre volontairement ou sont utilisés pour combler le vide en matière de ressources humaines».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.