Maroc Telecom, précurseur de l'ISO 9001 Version 2015    Le Wydad et Hyundai rouleront ensemble pour trois saisons    Le Roi Mohammed VI lance la 3e phase de l'INDH    Communication financière. Le compte à rebours a commencé    Chine : L'économie écornée par la guerre commerciale, mais Pékin confiant    Facebook accusé de discrimination dans la diffusion d'offres d'emploi    Séoul et Pyongyang annoncent une candidature commune aux JO de 2032    Centrale Danone : Le chiffre d'affaire en chute libre    FSJES-Souissi annonce l'ouverture des inscriptions pour l'année 2018-2019    Risma évolue sous une bonne étoile    Belhanda en partance pour le club émirati Al Ahli ?    L'acteur égyptien Jamil Ratib n'est plus    Le Festival du Film Français tient son affiche    Vidéo. Un groupe Facebook se mobilise contre le service militaire    Dieselgate : Trois ans après, les voitures «sales» plus nombreuses dans l'UE    Systèmes de direction : L'équipementier japonais JTEKT pose la première pierre de son usine à Tanger    Maroc-USA : Bourita rencontre Bolton et Pompeo    Les titres de Saad Lamjarred ne passeront plus aux ondes de Hit Radio et Radio 2M    Report de la session du Comité Central    Ligue des champions : Le Real Madrid remet sa triple couronne en jeu    Oasis Festival de Marrakech : Retour en images sur les temps forts de la 4ème édition    Hassan Aourid: «l'amazigh ne peut connaitre un plein essor avec le tifinagh»    2e édition de WIA initiative: les Africaines à Haut potentiel à Marrakech    Affaire Khadija. La victime porte une nouvelle plainte    Benslimane : Deux balles pour l'arrestation d'un individu ayant mis en péril la vie des citoyens    Edito : Ce que cache la lingerie…    Angela Merkel limoge le chef du renseignement pour « sauver sa coalition »    Amifa, holding du Groupe BCP, lance sa 4ème filiale au Sénégal    L'éducation, mirage et espoir    Le film marocain « Au pays des merveilles » consacré en Europe    Algérie, « quelque chose de pourri… »    Guterres : « Un pacte mondial historique » sera signé à Marrakech    Insolite : Eviter l'armée    Washington réaffirme que le Plan d'autonomie au Sahara est sérieux, réaliste et crédible    Habib El Malki appelle à booster la coopération entre le Maroc et la Bosnie-Herzégovine    La grande gêne d'Ouyahya en présence de Merkel    Quand les stars se font tirer le portrait au commissariat : Hayley Joel Osment    Mourir en bas âge au Maroc : Des chiffres se veulent rassurants, d'autres inquiétants    Démantèlement d'un nouveau réseau terroriste    Poutine et Erdogan évitent un assaut sur Idleb avec une zone démilitarisée    Les Safiots visent les avant-postes en championnat    Bonnes opérations du FUS et du DHJ    Ligue des champions : Ronaldo renoue avec l'Espagne et l'Europe    L'ONU demande que l'armée soit exclue de la vie politique en Birmanie    Malgré les "fake news", deux tiers des Américains s'informent sur les réseaux sociaux    Inauguration d'un bureau régional du programme : "Moucharaka Mouwatina" à Agadir    Trois réalisateurs marocains retirent leurs films du Festival de Haïfa    Le RCA prend une belle option, la RSB en mauvaise posture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Douane: ce qui pourrait changer en 2018
Publié dans Albayane le 22 - 10 - 2017

Le projet de loi de finances 2018 apporte quelques modifications aux droits d'importations de certaines marchandises. Objectif: booster les recettes douanières, encourager la production locale et réduire le déficit de la balance commerciale.
Pour cela, il est proposé de relever les droits d'importation. Ceux fixés actuellement à 17,5% passeront à 20% et ceux de 24,5% grimperont à 30%. La mesure concerne aussi bien les produits finis que semi-finis. Ce relèvement concerne particulièrement les produits en provenance des pays avec lesquels le Maroc ne dispose pas d'un accord de libre-échange. Toujours dans l'objectif de renflouer les caisses du Trésor, il est prévu de rétablir la perception du droit d'importation applicable au beurre. Cette taxe est suspendue depuis novembre 2007 suite à la flambée des cours internationaux des produits laitiers constatée à l'époque. Toutefois, le consommateur va bénéficier d'un droit d'importation minimum de 2,5% au lieu de 25% appliqué avant la suspension. Le but étant de ne pas pénaliser le consommateur.
Par ailleurs, le projet de budget proroge la dérogation au profit des aliments de poisson. Ces produits vont bénéficier d'un droit d'importation minimum de 2,5% pour une période supplémentaire de 6 ans à partir du 1er janvier 2018. Cela, dans la limite d'un contingent de 15.000 tonnes par an. Cette mesure vise à stimuler la demande intérieure en ce genre d'aliments afin de développer le secteur de l'aquaculture.
D'autres mesures sont prévues pour encourager la filière aquacole. Le gouvernement propose d'exonérer de la TVA, à l'intérieur et à l'importation, certains intrants destinés exclusivement à l'aquaculture. Il s'agit notamment des aliments destinés à l'alimentation des poissons et des autres animaux de l'aquaculture. S'y ajoutent les alevins de poissons et les larves des autres animaux ainsi que les naissains de coquillage.
Dans le même ordre d'idées, le PLF 2018 apporte une incitation aux intrants locaux. Si la mesure est validée par le Parlement, les entreprises pourront récupérer la TVA non apparente sur les achats de lait d'origine locale destinés à la production des dérivés laitiers. La TVA non apparente est appliquée depuis 2016 avec une mesure en faveur du secteur agroalimentaire qui ne disposait pas de la possibilité de déduire la TVA sur les produits agricoles car hors champ d'application.
Mieux encore, le texte prévoit d'exonérer les redevables du paiement des majorations, amendes et pénalités de retard relatives aux droits et taxes de douane impayés avant le 1er janvier 2016, à condition qu'ils régularisent leur situation avant le 1er janvier 2019.
Hajar Benezha
Harmonisation des textes
Le gouvernement veut mettre fin à l'éparpillement des dispositions fiscales. En effet, le PLF prévoit d'insérer dans le Code général des impôts certaines exonérations contenues actuellement dans le Code des douanes. La mesure concerne uniquement les produits dépourvus de tout caractère commercial. Il s'agit notamment des marchandises et produits reçus à titre de dons destinés à être redistribués, gratuitement à des nécessiteux ou à des sinistrés. Sont également concernés les matériels destinés à rendre des services humanitaires gratuits par certaines œuvres de bienfaisance. Idem pour les envois destinés aux ambassadeurs et services diplomatiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.