Tanger: Arrestation d'un ressortissant français d'origine algérienne pour son implication présumée dans le trafic international de drogue    France : Jean Yves Le Drian userait-il de son réseau pour défendre les intérêts de son fils ?    Compteur coronavirus : 424 nouveaux cas et 6 décès en 24H    Election des représentants de magistrats: Taux de participation de 50,42% à midi pour les Cours d'appel    Un chercheur serbe souligne le bien-fondé de l'appel à l'expulsion de la pseudo «rasd » de l'UA    Obligation de pass vaccinal : La CNDP se prononcera prochainement    Cannabis : Signature de quatre conventions pour le renforcement de la recherche scientifique    L'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici 2060    Covid-19 : Le CHU Ibn Sina dément le décès d'une étudiante à cause du vaccin    L'exercice conjoint bilatéral Pakistan-Maroc 2021 touche à sa fin (Vidéo)    Coronavirus : Le vaccin Pfizer efficace à 90% chez les 5-11 ans    Aérien. Le Maroc actualise la liste des pays de la liste B    Sahara marocain: La Jordanie réaffirme son soutien à l'autonomie dans le cadre de l'intégrité territoriale du Maroc    Afghanistan: L'état islamique revendique une attaque à l'origine de la panne de courant à Kaboul    En quoi la décision royale dérange le clan Aziz Akhennouch ?    Football féminin : Rencontre entre le président de la Fédération espagnole et Mme Khadija Ila, présidente de la Ligue nationale    Football : Assemblée générale ordinaire à distance de l'IRT    Meurtre du député britannique David Amess : le suspect sera jugé en mars 2022    Royal Air Maroc. Vols Casablanca-Montréal: ce qu'il faut savoir    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Faut-il continuer à s'endetter ?    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Chambre des représentants : Séance plénière lundi prochain consacrée aux questions orales    A quoi joue la Russie?    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La mosquée douteuse!
Publié dans Albayane le 06 - 12 - 2017

L'affaire de la mosquée du quartier Haut Anza, relevant de la commune urbaine d'Agadir, continue encore de défrayer la chronique dans les milieux électoral et populaire. Une pétition appelant à la rupture des travaux de construction du lieu de culte en question, circule parmi les habitants et les riverains de « Taddart ».
De surcroît, les voix de refus ne cessent de gronder de plus de plus, jugeant que cette fondation religieuse dont le coût s'élève à plus de 35 millions de dirhams, croit-on savoir, serait un « gâchis », car l'endroit grouille de Mosquées. Rétorquant à ce tapage médiatique d'envergure, d'autres se permettent d'accuser leurs vis-à-vis de laïcité et l'athéisme. Ceci dit, le ton monte d'un cran et les palabres vont bon train à ce sujet qui, il faut bien l'avouer, ne semble plus être perçu comme étant un tabou, voire même de l'hérésie. En fait, s'opposer à la création d'un « lieu de prière » n'a jamais été possible, au sein d'une société «conservatrice».
Cependant, au-delà des répliques de ces fanatiques qui, sans arguments fiables, se donnent libre cours à des surenchères, le débat autour de ce phénomène est désormais libre à la tribune publique. Cet état de fait qui a lieu au Haut Anza est en passe de délier les langues et libérer la parole. En effet, l'indignation est d'autant plus évidente qu'elle donne lieu à d'autres indications afférentes, jusqu'ici occultées et pas suffisamment dénoncées. Ce mutisme ou encore ce laxisme envers nombre de contraventions commises au nom du bénévolat drapés d'habit religieux, encourage ces actes entachés parfois d'irrégularités et imprimés d'hypocrisie à se propager, sans que les Autorités compétentes ne réagissent, de crainte de s'attirer le «colère des Dieux» ou au désir de tirer profit des butins du mécénat.
D'emblée, il va sans dire que la gestion de la chose religieuse ne saurait être à la merci du bon vouloir des énergumènes dont les conduites sont souvent malintentionnées. Le foisonnement d'une partie d'associations «spécialisées» dans la collecte des fonds pour bâtir des mosquées à des montants faramineux, n'est pas toujours authentique, puisque ces opérations pécuniaires effectuées auprès des mécènes préférant garder l'anonymat ou des organismes étrangers non identifiés, ne sont ni contrôlées ni canalisées par des instances étatiques.
Ces individus «crasseux» qui rôdent dans les terrasses des cafés, arborant des écriteaux et des seaux et mendiant des sous au nom de la mosquée s'inspirent pas, non plus, la moindre confiance, alors que, ripostent les indignés, d'autres réalisations sociales sont encore plus prioritaires et personne n'y prêtent le même intérêt. Il y a donc anguille sous roche, face à cette campagne acharnée de de vouloir construire des mosquées, n'importe où et comment, dans l'anarchie la plus totale, puisque ce qui importe c'est bien l'argent ! Halte à cette hémorragie exaspérante, l'Etat devrait réagir pour y mettre un terme, au nom de la rationalité et la rentabilité…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.