Projet de budget 2019. L'opposition aiguise ses armes    BMW rappelle 1 million de ses voitures qui présentent « un danger d'incendie »    Plus de 726.000 enfants ne sont pas préscolarisés au Maroc    Mohamed Laaraj au Musée national de la Serbie    M'hamid El Ghizlane : Tinariwen à l'ouverture du Festival Taragalte    5ème journée de la Botola Maroc Telecom : Le Wydad débloque son compteur    Le Maroc et l'Italie déterminés à renforcer leur coopération dans le domaine de la justice administrative
 
    8ème Conférence internationale sur l'ingénierie des modèles et des données se tiendra à Marrakech    Drame de Bouknadel.. le verdict du procureur général    Un magnifique sans faute de Philippe Rozier montant Cristallo ALM    Yémen: L'ONU tire la sonnette d'alarme    Dialogue social : Le gouvernement cherche un compromis    Mohammed Ben Salmane, un prince héritier (bientôt) déshérité?    Des migrants subsahariens refoulés vers leurs pays d'origine par les autorités marocaines    «Parcours amoureux de Salé», un guide pour revisiter Salé avec Rita Aouad    Fake news. Un observatoire voit le jour    Réhabilitation des anciennes médinas, plusieurs projets lancés    (Vidéo) Meurtre de Khashoggi.. Erdogan sort l'artillerie    Kamal Lahlou: participation «très honorable»    Botola: Enfin une journée complète!    Le ministère lance une plateforme dédiée aux MRE    Télémédecine. Lancement officiel au Maroc    PLF 2019 : Divergence d'opinions entre la majorité et l'opposition    Edito : Mobilisation générale    Grandes écoles. 300 bourses pour les études en France    La place de la Femme dans le soufisme débattue à Fès    PLF 2019. Le gouvernement ne touche pas à la TPI    Festival de Fès de la culture soufie: Coup d'envoi ce samedi    200 migrants irréguliers entrent en force à Mellilia    Le Paraguay réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    News    18 morts dans un accident de train au Taïwan    Daniel Kretinsky, un golden boy tchèque amateur des médias traditionnels    Les trois voies de l'industrialisation en Afrique    Des chercheurs ont compté le nombre de joints dans les clips de rap    Insolite : Alliance retrouvée    Divers    80 entreprises exportatrices marocaines au SIAL Paris    Driss Lachguar au Colloque international sur «La reconsidération du modèle de développement à la lumière des évolutions que connaît le Maroc»    Les opérateurs chinois satisfaits du climat des affaires au Maroc    Lopetegui tremble avant une semaine infernale    Malgré procès et scandales, l'argent reste tabou dans le sport universitaire américain    Le Maroc invité d'honneur du Salon international du livre à Belgrade    Les influences africaines sur les travaux des artistes peintres occidentaux    "Halloween" en tête du box-office nord-américain    Retrait américain d'un traité nucléaire : John Bolton à Moscou pour explications    Khashoggi : La presse turque implique « MBS » avant des révélations attendues d'Erdogan    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Meknès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coin de l'expert: 3 questions à Farid Mezouar, directeur exécutif de flm.ma
Publié dans Albayane le 22 - 01 - 2018

Al Bayane : Quelle a été la réaction du marché boursier après la flexibilité?
Farid Mezouar : Comme nous le pressentions la semaine dernière et lors de nos différentes analyses, le MASI a pris en compte le passage du dirham en mode de change plus flexible. Ainsi, l'indice s'est apprécié de 2,24% lors des 5 séances boursières qui ont suivi la décision de donner plus de flexibilité au dirham. Aussi, des sociétés ayant un profil internationalisé comme Maroc Telecom ont en profité. Ainsi, l'opérateur historique a vu son cours même prendre 6% lors de la semaine dernière.
Comment analysez-vous la communication de Bank Al Maghrib sur ce sujet?
Bank Al Maghrib est dans son rôle pour rassurer sur la pérennité du dirham et donner la confiance aux opérateurs ainsi qu'aux marchés financiers. Il en va aussi de la stabilité générale dont celle du marché des taux. Surtout, plus la crédibilité de la banque centrale est forte, plus elle peut éviter d'intervenir directement sur les marchés. Toutefois, dans l'absolu, seules les données macro-économiques pourront préfigurer de la valeur du dirham, notamment au niveau de la résolution de l'équation du déficit courant structurel.
Est-ce qu'un dirham plus faible peut booster l'export?
Personnellement, je suis sceptique car l'offre exportable marocaine n'est pas très diversifiée et parait peu élastique aux prix, vu que les phosphates, l'automobile et l'agro-alimentaire représentent 63% des exportations. Quant au textile qui représente 15% des exportations, théoriquement, l'écart de prix avec les pays asiatiques dépasse largement le potentiel évoqué de dépréciation du dirham. D'ailleurs, en 2017, la valeur du dirham a baissé de 5,1% par rapport à l'euro sans stimulus particulier de la compétitivité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.