Jazouli fait le point sur la politique africaine du Maroc    Le Roi Mohammed VI inaugure un Centre de soins de santé primaires à Casablanca    Startups africaines : Macron annonce une enveloppe de 65 millions d'euros    USA. Les dames en fer    L'ONCF supprime des trains sur l'axe Casablanca-Kénitra    Prix du poisson : Où sont les responsables communaux ?    Salé    6ème session ordinaire du Parlement panafricain    Édification d'un Centre de proximité pour la femme et l'enfant à Mers El Kheir    La fondation Hiba dévoile les lauréats de la World Music 2018    Projection «Nuba d'or et de lumières» à l'IMA de Paris    Le Maroc présent à la coupe d'Afrique de slam poésie en novembre 2018    Webhelp Maroc franchit la barre des 10.000 collaborateurs    En kiosque n° 1248 : Y EN A MARRE !    Régularisation des dossiers de contractuels    Préfecture de l'arrondissement de Hay Hassani : 816 projets INDH d'un investissement de plus de 301 MDH réalisés de 2005 à 2017    Le Burkina Faso rompt ses relations avec Taïwan    Transfert : Vissel Kobe déroule le tapis rouge à Andrès Iniesta, l'icône du Barça    La Mannschaft titille les autres sélections du monde    Sport scolaire : Le Maroc élu président continental de l'ISF    Le Groupe Crédit Agricole du Maroc primé pour ses actions d'inclusion financière    La Corée du Nord a démantelé son site d'essais nucléaires avant un sommet avec Washington    Arrestations de l'ex-président du conseil provincial de Barcelone et de 21 autres personnes    Les Emirats Arabes Unis soutiennent la marocanité du sahara    Casablanca: La police retrouve la fillette de 4 ans portée disparue    Des espèces menacées de disparition sauvées    Italie : Giuseppe Conte, « avocat du peuple », s'attelle à la composition du gouvernement    Les défis du modèle de développement à venir!    De la diplomatie politique à la diplomatie économique    En finir avec la cigarette    Les réseaux sociaux sauvent Ghazal (vidéo)    Libre cours    Zoom : Allo, le 0537718888 ?    Morocco 2026 débarque en Croatie    La Palestine devient membre de deux nouvelles agences de l'ONU    Omari supervise le projet du nouveau siège du parti    L'italien Enel injecte 169 millions de DH dans ses projets marocains    Commerce extérieur : Les exportations algériennes vers le Maroc en hausse de 60%    Le gouvernement épinglé pour ses objectifs utopiques    Humour: Les Inqualifiables font leur show en grand    Le roman de Ramadan: «Ibn khaldoun. Une biographie romancée»    Voilà pourquoi cette hôtesse n'a pas serré la main à Benatia !    Le Comptoir des Mines Galerie expose « Be Your Heart » de Mo Baala    Le Rwanda s'offre les service d'Arsenal pour développer son tourisme    Unai Emery prend la succession d'Arsène Wenger à Arsenal    C1 – Le jeûne de Mo Salah inquiète Liverpool    KASMA visite le Maroc rural    Les «voix de femmes» à la 6e édition des «Nuits du Ramadan»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coin de l'expert: 3 questions à Farid Mezouar, directeur exécutif de flm.ma
Publié dans Albayane le 22 - 01 - 2018

Al Bayane : Quelle a été la réaction du marché boursier après la flexibilité?
Farid Mezouar : Comme nous le pressentions la semaine dernière et lors de nos différentes analyses, le MASI a pris en compte le passage du dirham en mode de change plus flexible. Ainsi, l'indice s'est apprécié de 2,24% lors des 5 séances boursières qui ont suivi la décision de donner plus de flexibilité au dirham. Aussi, des sociétés ayant un profil internationalisé comme Maroc Telecom ont en profité. Ainsi, l'opérateur historique a vu son cours même prendre 6% lors de la semaine dernière.
Comment analysez-vous la communication de Bank Al Maghrib sur ce sujet?
Bank Al Maghrib est dans son rôle pour rassurer sur la pérennité du dirham et donner la confiance aux opérateurs ainsi qu'aux marchés financiers. Il en va aussi de la stabilité générale dont celle du marché des taux. Surtout, plus la crédibilité de la banque centrale est forte, plus elle peut éviter d'intervenir directement sur les marchés. Toutefois, dans l'absolu, seules les données macro-économiques pourront préfigurer de la valeur du dirham, notamment au niveau de la résolution de l'équation du déficit courant structurel.
Est-ce qu'un dirham plus faible peut booster l'export?
Personnellement, je suis sceptique car l'offre exportable marocaine n'est pas très diversifiée et parait peu élastique aux prix, vu que les phosphates, l'automobile et l'agro-alimentaire représentent 63% des exportations. Quant au textile qui représente 15% des exportations, théoriquement, l'écart de prix avec les pays asiatiques dépasse largement le potentiel évoqué de dépréciation du dirham. D'ailleurs, en 2017, la valeur du dirham a baissé de 5,1% par rapport à l'euro sans stimulus particulier de la compétitivité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.