Najib Bensbia se glisse parfaitement dans une peau féminine    UE : Nouveau financement de 30 millions d'euros au Liban    Covid-19 à Tanger: les autorités ferment le marché de Hay Benkirane    Crédit immobilier : Bank Of Africa lance la 1ère plateforme en ligne de crédit immobilier    Change: les devises étrangères contre le dirham marocain    Casablanca: une voiture folle provoque d'importants dégâts sur l'autoroute (VIDEO)    Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Elections sénatoriales-Egypte: un Marocain à la tête d'une mission d'observation    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Violation de l'état d'urgence sanitaire: 742 personnes poursuivies à Taroudant    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    21ème journée de la Botola Pro D1 : Des rencontres à couteaux tirés    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Dépression : La vitamine D ne sert à rien    Le Groupe OCP fête ses 100 ans d'existence    Frère Jean, ex-photographe de mode devenu moine orthodoxe dans les Cévennes    Le MMVI retrace la genèse artistique au Maroc    Les œuvres de l'artiste danoise Lene Wiklund illuminent l'espace Dar Souiri    Ligue des champions Messi au rendez-vous de Lisbonne    D'aucuns prônent un dépistage massif en faveur du personnel soignant    Signature d'une convention d'objectifs pour le développement du football féminin    Recul des ventes de la quasi-totalité des secteurs au premier semestre    Classée 2ème destination dans le monde : La ville ocre dans le top 25 du TripAdvisor    Réouverture des salles de sport    Covid-19 / Maroc: Les guérisons augmentent nettement    Rentrée scolaire: le ministère réagit à des informations « erronées »    Coronavirus : 1.230 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 33.237 cas cumulés dimanche 9 août à 18 heures    Manchester City bourreau du Real de Zidane    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    Au bord du naufrage!    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Le Bayern et le Barça en quart !    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    Coronavirus: 23 joueurs et membres du staff de l'Ittihad de Tanger testés positifs    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    «De l'encre sur la marge» de M'barek Housni    Casablanca à l'heure de son premier festival de Hip-Hop «On-line»    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    Un dimanche chaud dans la majeure partie du Maroc    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans l'univers tatoué de Safaa Mazirh…
Publié dans Albayane le 18 - 02 - 2018

«Amazigh» est l'intitulé de la dernière série d'œuvres photographiques de la jeune artiste, Safaa Mazirh. Ses travaux donnent à voir un univers photographique singulier portant la marque de ses racines, de sa mémoire riche et peuplée de symboles. Le corps, dans cet esprit, est un tissu de signes, un florilège d'écritures énigmatiques.
A vrai dire, l'artiste habite un signe ! Or, Safaa ne fait pas de la photographie uniquement pour le plaisir des yeux, mais elle y propose un voyage dans les dédales des corps et murs tatoués. Ainsi, le tatouage dans le travail de l'artiste libre la peau en prenant la parole, en s'extériorisant, en s'éclatant à travers le cadrage, les lumières, les volumes, les contrastes et les mouvements du corps…
Dans chaque photographie, le mur franchi les limites de l'inconscient de celui qui contemple, qui regarde son œuvre. Bref, ce n'est pas un simple mur. C'est un mur existentiel, un mur de résistance contre l'amnésie, l'oubli, l'effacement, l'épuisement… de la mémoire. Chaque travail représente dans cette optique une espèce de mémoire gravée, écrite par les lumières et les formes géométriques du tatouage.
Il faut dire que c'est une tentative de réécriture d'un ici et maintenant inscrivant dans un avenir inachevé. Il s'agit là d'un corps-dissident qui se réhabilite, qui se cherche dans les dédales des signes, des symboles, des formes et de la géométrie. La série «Amazigh» témoigne non seulement du talent de l'artiste, mais d'une mutation profonde dans la manière de penser et repenser le signe, le tatouage et la trace.
Par ailleurs, en méditant les photographies de l'artiste, on songe à une «archi-écriture» ou encore «une archi-trace», dont parlait Jacques Derrida, ouvrent dans le mur, dans le corps et les photographies des intervalles et des espacements.
Cette «archi-trace» remonte dans l'œuvre comme un spectre, un symptôme. Certes, le monde est voué vers des signes et hâté par la trace. Et si certains définissaient la photographie comme écriture avec la lumière, Safaa écrivait avec des signes, des tatouages et des corps en mouvement.
Par ailleurs, le corps est omniprésent dans son travail. Il est parfois au centre, au cœur de la photographie portant ce souci permanent de l'effacement de soi, de perte de toute présence dans le monde.
Le tatouage dans cette optique n'est qu'une trace dans le monde immortalisant un passage, une existence. Il va sans dire que c'est une écriture sur la chair, mais laisse le corps s'évader. Se faire tatouer, c'est «s'être laissé aller hors de soi-même», comme disait Augustin. «Amazigh» est un travail sur toute une identité authentique, inchoative et inscrite dans le temps.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.