Les Etats-Unis donnent un sursis de 3 mois à Huawei    Radioscopie des besoins prévisionnels d'emplois au Maroc    Paris. Un homme suspendu à la Tour Eiffel pendant plusieurs heures    Marrakech: La ville que les stars adorent!    Sidi Moumen : Le Roi Mohammed VI inaugure un Centre médical de proximité    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Baisse du résultat net du CIH    Banque Atlantique se propose d'accompagner l'Etat et les entreprises nigériens    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    Stratégie e-gov. L'amer diagnostic de la Cour des comptes    Bouskoura. Mort par asphyxie de 3 ouvriers dans un canal des eaux usées    Madison Cox lauréat du prix de la Rosa d'Oro    Coopération bilatérale : Bourita s'entretient avec son homologue libérien    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    49ème édition du cycle de conférences de la Fondation Attijariwafa bank : Valeurs éthiques et vivre-ensemble au centre des échanges    L'Arabie Saoudite intercepte des missiles visant la Mecque et Djeddah    Journée internationale : La diversité biologique célébrée à Rabat    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Service militaire : Le nombre de candidats dépasse toutes les espérances    Egypte : Le Comité d'organisation lance une billetterie en ligne    Huawei ne cédera pas à la pression de Washington, assure son fondateur    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    L'ancien ministre RNIste, Taieb Bencheikh, n'est plus    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    17 mai, journée mondiale des télécoms et de la société de l'information    Abdelhak Zerouali, le maître du monodrame    Les sans-papiers protestent à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle    Vente illégale de boissons alcoolisées et immigration clandestine : Une ressortissante subsaharienne arrêtée à Rabat    La Chambre d'agriculture de Draâ-Tafilalet primée en Tunisie    Salon Viva Technology. Quid de l'offre Maroc ?    US – Iran : Téhéran minimise les risques de conflits malgré les menaces américaines    ''Avengers" se fait doubler par ''John Wick'' sur le box-office américain    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    La sélection marocaine féminine de boxe remporte le tournoi international du Gabon    Divers    Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern    Et si notre amnésie était dégénérescente… ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il est temps d'enseigner la musique traditionnelle dans nos conservatoires»
Publié dans Albayane le 01 - 04 - 2018

Une anthologie pour sauvegarder l'art de l'Aïta. C'est la mission que s'est donnée Brahim Elmazned, président de l'association « Atlas Azawan », en publiant « Chikhates et chioukhs de l'Aïta ». L'ouvrage, qui a été publié récemment, a impliqué plus de 250 artistes et musiciens et une trentaine d'interprètes reconnus sur la scène artistique marocaine, entre autres Khadija El Bidaouiya, Mustapha El Bidaoui et Ould Kaddour, Khadija Makroum, le groupe Ouled El Bouazzaoui et bien d'autres figures de l'Aita. Dans cette anthologie, les mélomanes et férus de l'Aïta pourront découvrir de près les 7 variantes de l'Aïta sur l'ensemble du Maroc, de Tanger jusqu'à Errachidia, en passant par Khouribga, Safi, Oued Zem, Sebt Gzoula, Marrakech, El Jadida, Fqih Ben Saleh, etc…
Al Bayane : Vous venez de publier l'anthologie « Chikhates et Chioukhs de l'Aïta » que vous avez présentée à l'Institut du monde arabe et qui a remporté le Prix Coup de cœur 2017 de l'Académie Charles Cros. D'où vous est venue l'idée de réaliser un tel travail?
Brahim El Mazned: Effectivement, l'anthologie a reçu le prix Coup de Cœur 2017, décerné par l'Académie Charles Cros. C'est une véritable reconnaissance. Il faut dire que la musique et les arts populaires au Maroc sont très riches. A travers un cumul d'expériences professionnelles, j'ai eu la chance de rencontrer des artistes de toutes disciplines confondues. Mes rencontres dans ce cadre avec les Chikhates et Chioukhs de l'Aïta m'ont donné l'envie de travailler sur une œuvre, sous forme d'Anthologie, réunissant la diversité des formes et genres de cet art, à savoir l'aîta Hasbaouia, Mersaouia, Jeblia, Filalia, Haouzia, le Zaâri... etc.
Ce travail permet de sauvegarder ce patrimoine en péril. J'espère que les jeunes artistes s'en inspireront et éventuellement le perpétueront.
Qu'en est-il de la documentation et des archives musicales ? Parlez-nous du processus de collecte des témoignages et des données sur l'Aïta?
Une partie du travail avait déjà été réalisée par d'éminents connaisseurs de cet art, notamment Mohamed Bouhmid, Allal Ragoug, Hassan Najmi, El Hassan Bahraoui... En ce qui nous concerne, nous avons rassemblé 10 albums composés de 70 titres de divers styles de l'Aita sur l'ensemble du Maroc, de Tanger jusqu'à Errachidia, en passant par Khouribga, Safi, Oued Zem, Sebt Gzoula, Marrakech, El Jadida, Fqih Ben Saleh, etc... En outre, nous avons accompagné ce travail par deux livrets en français et arabe et une version en anglais pour l'étranger. Je pense qu'on devrait réaliser ce travail par région et par style. Tout cela nécessite beaucoup de travail et évidemment des moyens.
Certains poèmes et textes sont transmis oralement de cheikh au disciple. Où en sommes-nous du passage de l'oralité à l'écrit, puis à l'enregistrement?
Le mode d'apprentissage à l'ancienne n'appartient plus au temps moderne. A mon avis, nous devons passer à un mode plus actuel. Nous devons réfléchir à mettre en place l'enseignement de la musique traditionnelle dans nos conservatoires au côté d'autres musiques, en prenant en considération les spécificités régionales. Le Maroc est très riche de par sa diversité culturelle et musicale. Si on ne s'occupe pas de la transmission, ce patrimoine va disparaître.
Cette anthologie rassemble les sept types ou couleurs de l'aïta. Qu'avez-vous trouvé de particulier voire d'original dans cet art authentique?
Il existe plusieurs formes de l'Aïta, y compris dans chacune des écoles. Dans la région de Abda, on écoute principalement l'hasbaoui ; dans la région de Zair, l'Aita Zaaria. Du côté de Casablanca, c'est l'Marsaoui ; à Tanger, le Jebli. A Errachidia, c'est le beldi, etc... Il y a évidemment une forte pratique de l'Aïta l'Mersaouia vu sa présence en milieu urbain, notamment dans les mariages, les clubs etc...
Plusieurs figures de proue de l'aïta ont eu un parcours exceptionnel, à l'instar de Kharboucha, Fatna Bent Lhoussin, Hamounia, Hadda Ouaki et bien d'autres. Quel est le parcours qui vous a le plus marqué?
J'ai été étonné en découvrant en ces chikhates une modernité exceptionnelle et une tolérance rare. J'espère que de jeunes femmes interprètes reprennent le flambeau de cet art.
Vous êtes le directeur du MoMEx, bureau d'export de la musique marocaine. Quels sont vos projets pour aider cet art et les autres expressions artistiques à mieux se vendre à l'étranger?
Le MoMEx est un projet structurant pour la filière musicale et pour le rayonnement de la culture marocaine et de nos artistes à travers le monde, selon une approche de diplomatie culturelle. Il a permis à plusieurs artistes de s'exporter vers plusieurs destinations, notamment vers des territoires nouveaux comme le Chili, l'Afrique du Sud, le Danemark, etc... Malheureusement pour le moment, l'activité du bureau est suspendue faute de moyens.
Pensez-vous qu'il est temps d'ouvrir un débat sérieux sur la question des droits de la propriété intellectuelle et artistique au Maroc?
A mon avis, oui. On ne peut développer la situation des artistes et les projets artistiques au Maroc sans respect de la propriété intellectuelle. C'est une affaire qui requiert l'implication d'abord des ayants droits, une meilleure transparence, des outils fiables et une grande sensibilisation.
La filière de la musique est très prometteuse, mais fait face au défi de l'informel. Que proposez-vous pour mieux structurer le secteur musical?
La filière baigne malheureusement encore dans l'informel. Dans ces conditions, elle ne peut contribuer à l'économie du pays et encore moins au développement de la scène musicale. Je pense qu'il faudra mettre en place des outils pour accompagner ce secteur. L'Etat le fait pour d'autres départements (Tourisme, artisanat, agriculture, etc). Ces outils peuvent accompagner la production, la diffusion, l'export, etc. Amine Sbihi avait lancé des appels à projets qui ont d'ailleurs dynamisé ce secteur. Je pense qu'il faudra les renforcer et les développer sur le plan régional. Il est regrettable de voir le manque d'implication de la plupart des collectivités territoriales dans ce secteur.
Propos recueillis par Mohamed Nait Youssef
Bio express
Brahim El Mazned est directeur artistique du Festival Timitar des musiques du monde, principalement dédié à la culture amazighe qu'il a fait connaître dans le monde entier, et qui est devenu l'un des grands rendez-vous des musiques du monde. Tout en assurant la promotion de la culture amazighe (Berbère), ce festival accueille chaque année plus de 600 artistes et attire, environ, un demi-million de spectateurs par an. Récemment sélectionné dans le Guide de la diversité culturelle «Les Aventuriers de la culture» parmi les 100 acteurs exemplaires du développement culturelle durable, il a également été sélectionné par l'hebdomadaire marocain «Tel Quel» comme l'une des cent personnalités qui font bouger le Maroc.Brahim El Mazned est devenu, après plus de vingt ans d'activité dans le monde culturel marocain, une référence incontournable dans la programmation des musiques du Maroc et de la musique du monde ainsi que dans l'organisation de grands rendez-vous artistiques. Il est aussi membre du jury de Babel Med à Marseille (depuis sa création), membre du jury du Prix Océan Indien, membre du jury du Salon International de la Musique Africaine SIMA qui a eu lieu à Yaoundé au Cameroun du 30 octobre au 02 novembre 2013 et membre du jury du festival «Sharq Taronalari» de Samarkand en Ouzbékistan depuis 2005.
Il consacre également une partie de son activité au Festival des Arts Populaires de Marrakech en tant que conseiller artistique et de bien d'autres événements et festivals au Maroc et à l'étranger. En 2009, il a été invité à conduire, au niveau de la zone Maghreb et Proche Orient, la présélection culturelle des 6e Jeux de la Francophonie à Beyrouth ainsi que la dernière édition qui a eu lieu en France (Nice) en septembre 2013 mais aussi la prochaine qui va avoir lieu à Abidjan en juillet 2017. Il a été désigné en 2014 l'un des 5 Samouraïs du prestigieux rendez-vous annuel de la musique du monde : Womex. Brahim EL Mazned a été nommé représentant régional Afrique du Nord du Réseau Afrifestnet et représentant Maghreb du Bureau Export de la Musique Africaine. En mars 2013, il a été élu membre du Conseil d'Administration au titre de Secrétaire Général de l'EFWMF (European Forum of Worldwide Music Festivals) le plus important réseau de festivals des musiques du monde. Il a été désigné comme Secrétaire Général de la Fondation Hiba.
Il est également nommé membre du Comité International et Directeur Régional Afrique du Nord de d'AFRIMA (All Africa Music Awards). D'autre part, il vient d'organiser avec succès quatre éditions du 1er Salon des musiques d'Afrique et du Moyen-Orient : Visa For Music, qui se tient en novembre chaque année à Rabat (Maroc). Il a animé des conférences et collaboré avec plusieurs acteurs culturels sur des projets artistiques dans les pays africains suivants : Afrique du sud, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Cap Vert, République du Congo, Côte d'Ivoire, Egypte, Gabon, Gambie, Ghana, Kenya, Madagascar, Mali, Mauritanie, Maurice, Ouganda, Sénégal, Soudan, Tanzanie, Tunisie...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.