USA : L'enquête russe disculpe Trump    Mali : Plus de 130 civils tués dans un village peul au centre du pays    Casablanca : Incendie au Marché Weld Mina à Hay Hassani    FRMF: Messi absent lors de la rencontre amicale à cause d'une blessure    La Tribune de Nas : Des « mlawis » en entrée…    Un incendie ravage un souk à Hay Hassani    Ronaldo accusé de viol: la Juve n'ira pas aux USA pour ses matchs de préparation    Milieu rural : Promotion de l'emploi des jeunes    Tournée Istiqlalienne dans la province de Larache    Enseignants contractuels    Prolongation des horaires d'ouverture du MMVI    Algérie : Les manifestants n'oublient pas la propreté des rues    Arrestation de 5 israéliens pour falsification de passeports marocains    Ministère : Les journaux électroniques autorisés à tourner pour leur propre compte    Nabil Benabdallah reçoit Nabil Chaath au siège du PPS    Résultats annuels: Un exercice 2018 positif pour la BCP    L'esprit ailleurs !    Sahara marocain: Le processus onusien se poursuit à Genève    Concept store «Infinix Park»: Jalon d'une nouvelle ère    Autriche: Les musulmans déposent une plainte contre le vice-chancelier    M. Hilale : Atténuer les effets des crises humanitaires, une priorité    Sahara marocain : Conférence ministérielle africaine sur l'appui de l'UA au processus onusien    Younes Chaabi: «Les MOOCs jouent un rôle important dans l'apprentissage de l'amazigh»    Politique budgétaire en Afrique : la CEA recommande l'alignement sur le cycle économique    Apatride de Narjiss Nejjar : Frontières intérieures…    Témoignage: Lettre à l'écran libre    inwi : Fin prêt pour la 5G    City Club : Le record de 1 million de fans sur Facebook battu    CNSS : Un nouveau service digital pour l'édition d'attestations    Ali Rguigue : «Le pari qu'a réussi Artcoustic est d'imposer le contenu digital d'utilité publique»    Amical : Pas de Messi à Tanger    Le Maroc envoie une aide humanitaire d'urgence aux victimes du cyclone Idai    Tunis: 2è édition du Festival International d'Improvisation Théâtrale    Ouverture de la 18ème édition du FICAM    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il est temps d'enseigner la musique traditionnelle dans nos conservatoires»
Publié dans Albayane le 01 - 04 - 2018

Une anthologie pour sauvegarder l'art de l'Aïta. C'est la mission que s'est donnée Brahim Elmazned, président de l'association « Atlas Azawan », en publiant « Chikhates et chioukhs de l'Aïta ». L'ouvrage, qui a été publié récemment, a impliqué plus de 250 artistes et musiciens et une trentaine d'interprètes reconnus sur la scène artistique marocaine, entre autres Khadija El Bidaouiya, Mustapha El Bidaoui et Ould Kaddour, Khadija Makroum, le groupe Ouled El Bouazzaoui et bien d'autres figures de l'Aita. Dans cette anthologie, les mélomanes et férus de l'Aïta pourront découvrir de près les 7 variantes de l'Aïta sur l'ensemble du Maroc, de Tanger jusqu'à Errachidia, en passant par Khouribga, Safi, Oued Zem, Sebt Gzoula, Marrakech, El Jadida, Fqih Ben Saleh, etc…
Al Bayane : Vous venez de publier l'anthologie « Chikhates et Chioukhs de l'Aïta » que vous avez présentée à l'Institut du monde arabe et qui a remporté le Prix Coup de cœur 2017 de l'Académie Charles Cros. D'où vous est venue l'idée de réaliser un tel travail?
Brahim El Mazned: Effectivement, l'anthologie a reçu le prix Coup de Cœur 2017, décerné par l'Académie Charles Cros. C'est une véritable reconnaissance. Il faut dire que la musique et les arts populaires au Maroc sont très riches. A travers un cumul d'expériences professionnelles, j'ai eu la chance de rencontrer des artistes de toutes disciplines confondues. Mes rencontres dans ce cadre avec les Chikhates et Chioukhs de l'Aïta m'ont donné l'envie de travailler sur une œuvre, sous forme d'Anthologie, réunissant la diversité des formes et genres de cet art, à savoir l'aîta Hasbaouia, Mersaouia, Jeblia, Filalia, Haouzia, le Zaâri... etc.
Ce travail permet de sauvegarder ce patrimoine en péril. J'espère que les jeunes artistes s'en inspireront et éventuellement le perpétueront.
Qu'en est-il de la documentation et des archives musicales ? Parlez-nous du processus de collecte des témoignages et des données sur l'Aïta?
Une partie du travail avait déjà été réalisée par d'éminents connaisseurs de cet art, notamment Mohamed Bouhmid, Allal Ragoug, Hassan Najmi, El Hassan Bahraoui... En ce qui nous concerne, nous avons rassemblé 10 albums composés de 70 titres de divers styles de l'Aita sur l'ensemble du Maroc, de Tanger jusqu'à Errachidia, en passant par Khouribga, Safi, Oued Zem, Sebt Gzoula, Marrakech, El Jadida, Fqih Ben Saleh, etc... En outre, nous avons accompagné ce travail par deux livrets en français et arabe et une version en anglais pour l'étranger. Je pense qu'on devrait réaliser ce travail par région et par style. Tout cela nécessite beaucoup de travail et évidemment des moyens.
Certains poèmes et textes sont transmis oralement de cheikh au disciple. Où en sommes-nous du passage de l'oralité à l'écrit, puis à l'enregistrement?
Le mode d'apprentissage à l'ancienne n'appartient plus au temps moderne. A mon avis, nous devons passer à un mode plus actuel. Nous devons réfléchir à mettre en place l'enseignement de la musique traditionnelle dans nos conservatoires au côté d'autres musiques, en prenant en considération les spécificités régionales. Le Maroc est très riche de par sa diversité culturelle et musicale. Si on ne s'occupe pas de la transmission, ce patrimoine va disparaître.
Cette anthologie rassemble les sept types ou couleurs de l'aïta. Qu'avez-vous trouvé de particulier voire d'original dans cet art authentique?
Il existe plusieurs formes de l'Aïta, y compris dans chacune des écoles. Dans la région de Abda, on écoute principalement l'hasbaoui ; dans la région de Zair, l'Aita Zaaria. Du côté de Casablanca, c'est l'Marsaoui ; à Tanger, le Jebli. A Errachidia, c'est le beldi, etc... Il y a évidemment une forte pratique de l'Aïta l'Mersaouia vu sa présence en milieu urbain, notamment dans les mariages, les clubs etc...
Plusieurs figures de proue de l'aïta ont eu un parcours exceptionnel, à l'instar de Kharboucha, Fatna Bent Lhoussin, Hamounia, Hadda Ouaki et bien d'autres. Quel est le parcours qui vous a le plus marqué?
J'ai été étonné en découvrant en ces chikhates une modernité exceptionnelle et une tolérance rare. J'espère que de jeunes femmes interprètes reprennent le flambeau de cet art.
Vous êtes le directeur du MoMEx, bureau d'export de la musique marocaine. Quels sont vos projets pour aider cet art et les autres expressions artistiques à mieux se vendre à l'étranger?
Le MoMEx est un projet structurant pour la filière musicale et pour le rayonnement de la culture marocaine et de nos artistes à travers le monde, selon une approche de diplomatie culturelle. Il a permis à plusieurs artistes de s'exporter vers plusieurs destinations, notamment vers des territoires nouveaux comme le Chili, l'Afrique du Sud, le Danemark, etc... Malheureusement pour le moment, l'activité du bureau est suspendue faute de moyens.
Pensez-vous qu'il est temps d'ouvrir un débat sérieux sur la question des droits de la propriété intellectuelle et artistique au Maroc?
A mon avis, oui. On ne peut développer la situation des artistes et les projets artistiques au Maroc sans respect de la propriété intellectuelle. C'est une affaire qui requiert l'implication d'abord des ayants droits, une meilleure transparence, des outils fiables et une grande sensibilisation.
La filière de la musique est très prometteuse, mais fait face au défi de l'informel. Que proposez-vous pour mieux structurer le secteur musical?
La filière baigne malheureusement encore dans l'informel. Dans ces conditions, elle ne peut contribuer à l'économie du pays et encore moins au développement de la scène musicale. Je pense qu'il faudra mettre en place des outils pour accompagner ce secteur. L'Etat le fait pour d'autres départements (Tourisme, artisanat, agriculture, etc). Ces outils peuvent accompagner la production, la diffusion, l'export, etc. Amine Sbihi avait lancé des appels à projets qui ont d'ailleurs dynamisé ce secteur. Je pense qu'il faudra les renforcer et les développer sur le plan régional. Il est regrettable de voir le manque d'implication de la plupart des collectivités territoriales dans ce secteur.
Propos recueillis par Mohamed Nait Youssef
Bio express
Brahim El Mazned est directeur artistique du Festival Timitar des musiques du monde, principalement dédié à la culture amazighe qu'il a fait connaître dans le monde entier, et qui est devenu l'un des grands rendez-vous des musiques du monde. Tout en assurant la promotion de la culture amazighe (Berbère), ce festival accueille chaque année plus de 600 artistes et attire, environ, un demi-million de spectateurs par an. Récemment sélectionné dans le Guide de la diversité culturelle «Les Aventuriers de la culture» parmi les 100 acteurs exemplaires du développement culturelle durable, il a également été sélectionné par l'hebdomadaire marocain «Tel Quel» comme l'une des cent personnalités qui font bouger le Maroc.Brahim El Mazned est devenu, après plus de vingt ans d'activité dans le monde culturel marocain, une référence incontournable dans la programmation des musiques du Maroc et de la musique du monde ainsi que dans l'organisation de grands rendez-vous artistiques. Il est aussi membre du jury de Babel Med à Marseille (depuis sa création), membre du jury du Prix Océan Indien, membre du jury du Salon International de la Musique Africaine SIMA qui a eu lieu à Yaoundé au Cameroun du 30 octobre au 02 novembre 2013 et membre du jury du festival «Sharq Taronalari» de Samarkand en Ouzbékistan depuis 2005.
Il consacre également une partie de son activité au Festival des Arts Populaires de Marrakech en tant que conseiller artistique et de bien d'autres événements et festivals au Maroc et à l'étranger. En 2009, il a été invité à conduire, au niveau de la zone Maghreb et Proche Orient, la présélection culturelle des 6e Jeux de la Francophonie à Beyrouth ainsi que la dernière édition qui a eu lieu en France (Nice) en septembre 2013 mais aussi la prochaine qui va avoir lieu à Abidjan en juillet 2017. Il a été désigné en 2014 l'un des 5 Samouraïs du prestigieux rendez-vous annuel de la musique du monde : Womex. Brahim EL Mazned a été nommé représentant régional Afrique du Nord du Réseau Afrifestnet et représentant Maghreb du Bureau Export de la Musique Africaine. En mars 2013, il a été élu membre du Conseil d'Administration au titre de Secrétaire Général de l'EFWMF (European Forum of Worldwide Music Festivals) le plus important réseau de festivals des musiques du monde. Il a été désigné comme Secrétaire Général de la Fondation Hiba.
Il est également nommé membre du Comité International et Directeur Régional Afrique du Nord de d'AFRIMA (All Africa Music Awards). D'autre part, il vient d'organiser avec succès quatre éditions du 1er Salon des musiques d'Afrique et du Moyen-Orient : Visa For Music, qui se tient en novembre chaque année à Rabat (Maroc). Il a animé des conférences et collaboré avec plusieurs acteurs culturels sur des projets artistiques dans les pays africains suivants : Afrique du sud, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Cap Vert, République du Congo, Côte d'Ivoire, Egypte, Gabon, Gambie, Ghana, Kenya, Madagascar, Mali, Mauritanie, Maurice, Ouganda, Sénégal, Soudan, Tanzanie, Tunisie...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.