De nouveaux avantages pour les fonctionnaires de police    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Liquidité bancaire: Léger creusement du déficit    Pourquoi le PAM est au bord de l'implosion    Episode 9 Jésus, une grande figure biblique du Coran: Marie de Nazareth    Enquête L'Economiste-Sunergia: «La musique est au cœur de l'acte social»    San Francisco relance le débat sur l'interdiction de la reconnaissance faciale    La CGEM explore les opportunités de coopération avec les partenaires institutionnels du Royaume    Le GAM dévoile sa Vision 2022    Le Groupe socialiste rappelle ses valeurs d'engagement, de responsabilité et de transparence concernant l'action gouvernementale    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La Chine exige de la sincérité des USA avant toute reprise des négociations sur le commerce    Insolite : Saints de glace    Les Ultras, plus que des supporters : Une mouvance identitaire    Face à l'EST, le WAC vise une troisième consécration continentale    Les vraies fausses raisons d'une démission    Les mots croisés et sudokus pour muscler le cerveau    Un galop d'essai pour se tester avant les examens du Bac    Divers    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    Ces tournages qui ont tourné au drame : The Dark Knight    Lancement du Programme de bourses d'excellence "AusAiducation by AUSIM"    Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"    Eléphants roses    Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Pompeo    WAC-Espérance de Tunis. Les resquilleurs font flamber les prix des tickets    Hakim Ziyech bientôt avec le Real Madrid ?    CAN 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Services publics : La Cour des comptes compare le Maroc à l'Europe    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    Raja de Casablanca : Fabrice Ngoma s'engage pour une durée de 3 ans    Sport et Ramadan : Ce que recommandent les experts    2002: Les Lions de l'Atlas toujours éliminés au premier tour    Les produits alimentaires plus chers en avril    Argentine: L'ancienne présidente devant les juges…    La CGEM veut assurer les arrières du secteur privé    Constats chocs du PDG de la RAM    Guerre ouverte entre Trump et les démocrates, qui parlent de destitution    OCDE : Le Maroc prône une approche africaine inclusive et intégrée de la problématique du développement    Première année du baccalauréat : Les dates chamboulées    Tanger : Arrestation de trois individus en possession de plus de 8.000 comprimés psychotropes    Biodiversité. Quand les voyants sont au rouge    Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes    Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'art de la Aïta sacré à Marseille !
Publié dans Les ECO le 18 - 03 - 2017

Un des genres musicaux les plus populaires au Maroc et qui reflète le patrimoine marocain dans toute sa diversité , est célébré à Marseille lors du célèbre Babel Med Music.
En effet, Brahim El Mazned manager culturel, directeur artistique du festival Timitar d'Agadir et directeur de Visa For Music et surtout directeur fondateur du MoMex (Bureau Export de la musique marocaine) vient de confirmer son statut d'exportateur de la musique marocaine en dévoilant un projet ambitieux : l'Antalogie de la Aita, qui vient de se voir décerner le Prix Académie Charles Cros.
« Le genre musical dit de la Aïta est pratiqué dans les régions de Abda, Chaouia et Doukkala, c'est-à-dire dans l'axe Casablanca-Safi au Maroc, c'est à dire au confin où les tribus arabes et bédouines cultivent cet amour pour l'improvisation poétique. Aujourd'hui encore, beaucoup de groupes s'inspirent de leurs compositions qui restent d'actualité.
L'art de Aïta s'inspire de la vie sociale de l'homme marocain et repose souvent sur le thème de l'Amour, le plaisir le beauté et la nature ».
Un art que Brahim El Mazned a voulu honnorer et célébrer en rassemblant plusieurs musiciens de générations différentes qui ont repris les plus grands standards du patrimoine. Un projet dévoilé lors du 13 eme Forum de la World Music et du Jazz qui se passe à Marseille ce weekend.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.