La Commission régionale des droits de l'Homme de Casablanca-Settat tient sa deuxième réunion ordinaire    Les vols directs entre le Maroc et Israël commencent dans les deux mois à venir    Galerie Living 4 Art: Une exposition collective de 19 artistes peintres    Agence Bayt Mal Alqods : les lauréats du concours "Les couleurs d'Al Aqsa" primés    Stupeur et condamnation en France après des actes ciblant les musulmans    Les Ligues régionales de football en réunion à Laâyoune : Les présidents pour un 3e mandat du président actuel de la FRMF    Covid-19: la troisième vague sera plus féroce que la deuxième, estime un expert en systèmes de santé    Classement Forbes : deux Marocains parmi les milliardaires africains en 2021    Justice: avec la pandémie, le secteur contraint d'accélérer les réformes    La prestation d'Achraf Hakimi contre Cagliari    Future débâcle des Lions de l'Atlas : La procédure habituelle est lancée    Footballeurs marocains de l'étranger : Hamdallah convoqué devant la Commission de Discipline de la Fédération saoudienne    Covid-19: En France, la vaccination ouverte dès lundi aux 55 ans et plus    Salé: un policier contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un repris de justice dangereux    Ligue des champions : Le Zamalek accuse Attarajji et le Mouloudia d'entente illicite    Adoption d'un nouveau statut pour les enseignants chercheurs : Le démenti du ministère de l'Education    En Algérie, la pénurie d'huile à l'origine de scènes de chaos et de files d'attente interminables    Interview avec Me Mohammed Mehdi Salmouni Zerhouni: "Le projet de la loi n°95/17 me semble être contraire à la Constitution"    L'Association marocaine des droits des victimes tient son assemblée générale constitutive    «Des assassinats au goutte-à-goutte» : l'ONU condamne des exécutions extrajudiciaires au Tindouf opérées par l'Algérie    Relance économique: la nouvelle charte de l'investissement, un dispositif suffisant ?    Nigeria : des djihadistes attaquent des installations humanitaires    L'Association marocaine des droits des victimes, contre l'impunité et la complaisance envers les bourreaux    LDC Afrique : Les 8 équipes qualifiées pour les quarts de finale    Hamdaouia, les flammes d'une belle âme    Théâtre: Fedwa Misk et nos mères    OCP Africa et la BID au chevet de la riziculture ivoirienne    Combien y a-t-il de végans au Maroc ?    Le Maroc à l'OMC: La révolution contre les déchets plastiques aura-t-elle lieu ?    Covid-19 : Bientôt, le Maroc recevra 10 millions de doses du vaccin de Sinopharm    Réforme électorale : la Cour constitutionnelle inflige un revers au PJD, qui s'insurge    Développement du sourcing local: Marjane Holding s'engage auprès des industriels locaux    Contribution professionnelle unique: La DGI annule les pénalités de dépassement des délais d'inscription au-delà du 4 avril    Météo Maroc: les températures en hausse ce dimanche 11 avril 2021    Heure légale GMT. Marocains, n'oubliez pas de régler vos montres !    Hamid El Aouni brigue un second mandat à la tête de la FRMSPSH    Covid-19/Maroc : Séance commune des deux chambres du parlement lundi    Liga: Real Madrid bat FC Barcelone 2-1 et s'empare du fauteuil de leader    19è festival du film éducatif de Fès : ''Hakakech'' remporte le prix de l'œuvre complète    La France, un «ennemi traditionnel et éternel», fulmine un ministre algérien    Somalie : un kamikaze se fait exploser, au moins six morts    Exemption de visa : Le journal colombien El Tiempo promeut le Maroc comme destination touristique post-pandémie    La BM disposée à apporter son appui financier et technique aux différents chantiers de réformes lancés par le Maroc    Covid-19: Otmani attendu lundi au Parlement    Lois électorales: la Cour constitutionnelle a tranché    Marrakech : Une vente aux enchères d'oeuvres artistiques en hommage à l'artiste peintre Mohamed Melehi    Lamiaa Chraibi, productrice: "L'inégalité du genre dans l'industrie du film est systémique et non pas un simple phénomène "    Tourisme patrimonial : Volubilis mènera son expérience «phygital»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc rompt ses relations avec l'Iran
Publié dans Albayane le 03 - 05 - 2018

Le Royaume du Maroc a décidé de rompre ses relations avec l'Iran à cause de la «connivence avérée» et du soutien militaire de son allié le mouvement Hezbollah au «Polisario», a annoncé, mardi, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, M. Nasser Bourita.
«Je viens de rentrer de la République islamique d'Iran, où j'ai eu une rencontre avec le ministre iranien des affaires étrangères, M. Javad Zarif, que j'ai informé de la décision du Royaume du Maroc de rompre ses relations diplomatiques avec la République islamique d'Iran», a précisé le ministre lors d'une rencontre avec la presse nationale et étrangère.
L'ambassadeur de SM le Roi à Téhéran a quitté ce jour l'Iran, a indiqué M. Bourita, ajoutant qu'il allait recevoir le même jour le chargé d'affaires de l'ambassade iranienne à Rabat pour lui demander de quitter le Royaume du Maroc "sans délai".
Le ministre a tenu à préciser que cette décision est une «réaction à une implication confirmée de l'Iran à travers le Hezbollah, dont tout le monde connait le lien avec l'Iran, dans une alliance avec le Polisario contre la sécurité nationale et les intérêts supérieurs du Royaume».
Cette décision est prise pour des «considérations purement bilatérales et n'a aucun lien avec les développements régionaux ou internationaux» et que le «Maroc ne prend jamais ce genre de décision sous influence ou sous pression, mais lorsqu'il s'agit de son intégrité territoriale, de sa sécurité nationale, de la sécurité de ses citoyens, il ne peut qu'être ferme et prendre des décisions claires».
Il a à cet égard rappelé que le Maroc a repris ses relations diplomatiques avec l'Iran en 2014, alors que ce pays était en crise avec des pays même amis du Maroc.
Le chargé d'affaires est parti à Téhéran en 2015 et l'ambassadeur en 2016, ce qui montre que le Maroc, malgré le contexte régional et international, a renforcé ses relations diplomatiques avec ce pays à travers l'ouverture de l'ambassade et le retour de l'ambassadeur iranien il y a 3 ans, a encore rappelé M. Bourita, ajoutant que même sur des sujets qui concernent directement l'Iran, comme le programme nucléaire, la position du Maroc a toujours été claire et que la discussion doit avoir lieu dans des enceintes appropriées par rapport à l'efficacité de cet accord.
«Mais jamais le Maroc n'a pris de position hâtive ou des positions inappropriées» par rapport à l'Iran. Il est donc clair que la présente «décision est liée exclusivement au Maroc et à l'Iran», a tenu à préciser le ministre.
«Le Royaume dispose de preuves irréfutables, de noms identifiés et de faits précis qui corroborent cette connivence entre le Polisario et le Hezbollah contre les intérêts supérieurs du Maroc», a insisté M. Bourita.
Et de relever que la collaboration entre le mouvement séparatiste du Polisario et le Hezbollah a gagné en ampleur et en visibilité à partir de mars 2017, notant qu'une relation entre les deux mouvements s'est construite bien avant, déjà en 2016, lorsqu'un «comité de soutien au peuple sahraoui» a été mis en place pour la première fois au Liban, à la faveur d'une bienveillante protection du Hezbollah.
«En 2016, il y a eu la visite de hauts dirigeants de Hezbollah dans les camps de Tindouf pour rencontrer des responsables militaires du Polisario», a-t-il dit, ajoutant que «le point de basculement et l'élément le plus important qui a changé la nature de la relation entre le Polisario et le Hezbollah a été l'arrestation à l'aéroport international Mohammed V de Casablanca, le 12 mars 2017, de Kacem Mohamed Tajeddine, un des grands financiers du Hezbollah qui agit en Afrique».
Il a tenu à préciser que ce dernier a été arrêté sur la base d'un mandat d'arrêt international émis par les Etats-unis d'Amérique pour blanchiment d'argent et appartenance à une organisation terroriste.
«A partir de ce moment là, a souligné le ministre, le Hezbollah a menacé de vengeance et commencé à renforcer sa relation avec le polisario contre le Maroc», ajoutant que des artificiers et des encadrants militaires ont été envoyés à Tindouf pour entraîner des éléments du Polisario sur la guérilla urbaine et pour former des commandos dans le but de mener des actions contre le Maroc.
«Plus récemment, au cours de ce mois, une première livraison d'armes à été fournie au polisario et notamment des Sam 9, Sam 11 et des strellas, ont été livrés par des dirigeants du Hezbollah aux milices armées du polisario», a révélé le ministre.
Des éléments plus précis seront, et certains l'ont déjà été, partagés par les services marocains avec leurs partenaires de pays étrangers, a expliqué M. Bourita, relevant que le Maroc dispose «des preuves, des données et des dates qui montrent l'implication d'au moins un membre de l'ambassade d'Iran à Alger dans l'organisation de toutes ces opérations pendant au moins deux ans».
«L'implication d'un membre de l'ambassade disposant d'un passeport diplomatique iranien qui travaille à l'ambassade d'Iran à Alger, a été l'élément clé pour faciliter les contacts et les rencontres et fournir toutes les facilités logistiques pour que les hauts responsables y compris militaires du Hezbollah puissent partir à Tindouf et rencontrer les responsables du Polisario», a-t-il indiqué.
«Une telle décision stratégique d'aider militairement le Polisario et de former des gens du polisario ne peut être prise sans la coordination, voire même le consentement de la République islamique d'Iran», a-t-il fait noter, précisant qu'il ne s'agit pas juste d'une rencontre ou d'une déclaration, mais de «deux ans de coopération, de deux ans de visites à travers l'ambassade d'Iran à Alger».
«Nous pensons que la République islamique d'Iran ne peut être étrangère à toutes cette préparation», a souligné le ministre. M. Bourita a affirmé que le Maroc ne peut accepter «qu'un pays forme des commandos et des gens à la guérilla urbaine, livre des armes, entraîne militairement et encadre les militaires du polisario», précisant que la décision de rupture «n'est pas contre les chiites, ni contre les peuples libanais et iranien, c'est une décision, une réaction contre des actions inacceptables menées par le Hezbollah avec la bénédiction, sinon plus, de l'Iran».
«Le Maroc n'a pas l'habitude de prendre ce genre de décision facilement et c'est pour cela que nous avons pris beaucoup de temps pour recouper les informations, pour vérifier chaque donnée, chaque date, chaque rencontre, et lorsqu'on a eu suffisamment d'éléments, d'indications et de preuves que des choses se préparent pour menacer la sécurité nationale du Maroc et la sécurité des citoyens marocains, le Maroc a pris cette décision», a-t-il insisté.
«Avant tout, nous avons voulu confronter l'Iran à ça, c'est ce que j'ai fait ce matin. Nous n'avons pas reçu de réponse qui remet en cause les éléments en notre possession et c'est pour cela que le Maroc a pris cette décision» de rupture des relations diplomatiques avec Téhéran.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.