Selon l'USFP, l'accueil de Brahim Ghali en Espagne est un «scandale» et une «trahison»    L'ONMT publie son premier bulletin bimensuel dédié à la relance du tourisme [document]    Gloire au peuple palestinien    Tétouan: Quatre personnes interpellées pour escroquerie et vol    Covid-19 : Un allègement du couvre feu prévu après le ramadan    M. Bourita s'entretient avec son homologue ivoirienne    Israël : Péril en la demeure    Palestine : Pluie de bombes sur Gaza, déluge de roquettes sur Israël    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour mercredi 12 mai    DGAPR : Une légère baisse des contraventions notifiées au ministère public    Samir Kheldouni Sahraoui: "Le tourisme marocain 2.0 post Covid nécessite une offre labellisée Covid Free"    Législatives 2021: Le PAM accélère la cadence    FC Séville: Lopetegui explique pourquoi il écarte El Haddadi    Pourquoi il faut réhabiliter le tourisme culturel    Le leadership marocain en matière de protection de la biodiversité mis en exergue à Tokyo    Indices PMI : les tensions inflationnistes continuent de se renforcer dans le secteur manufacturier    IRT-HUSA (1-1) : Le Hassania n'a pas volé le nul !    La LADDH dénonce "la grave" détérioration de la situation des droits de l'Homme en Algérie    Echec d'une manœuvre grossière du polisario au Parlement européen    Allemagne : Jusqu'à un tiers des emplois du secteur auto menacé par l'électrique    Edito : Data cash    Lutte contre la production de sacs en plastique interdits : Démantèlement d'un atelier clandestin à Benslimane    Ch'hiwa bel khef: pâte à pizza (VIDEO)    MCO-RCOZ (0-0) : Un nul et beaucoup de regrets !    Covid-19 : le variant indien détecté dans 44 autres pays    DHJ-OSC (0-1) : La rechute jdidie, l'arrêt de l'hémorragie mesfouie !    Météo/Maroc : Temps stable avec ciel dégagé ce mercredi 12 mai    Maroc/Conseil de gouvernement : L'ordre du jour de la réunion de ce mercredi 12 mai    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Akid sanctionné par l'OCK    Le dirham s'apprécie face à l' euro du 29 avril au 5 mai    Report de la séance mensuelle de politique générale de la Chambre des conseillers    Botola pro D1 : Le Raja lorgne de nouveau la pole position    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    Botola Pro D1: le classement provisoire (16e journée)    Chelsea : Des changements contre Arsenal avant la finale de FA Cup    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    Le Maroc réitère son rejet catégorique des violations qu'a connu Al Qods    Fatima Tabaamrant : la voix engagée !    Musique : Un album posthume du rappeur DMX prévu pour le 28 mai    France: "covid" au masculin et en minuscule dans "Le Petit Robert" 2022    Observation mercredi du croissant lunaire annonçant le début du mois de Chaoual (ministère)    Patrimoine: la Villa Harris fait peau neuve    L'ONU "profondément préoccupée" par la violence à Al Qods-Est    Gaza : Israël dit avoir frappé 130 cibles militaires et éliminé 15 militants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appel à la correction des dysfonctionnements du programme Tayssir
Publié dans Albayane le 20 - 05 - 2018

Le député Rachid Hammouni, membre du Groupement parlementaire du progrès et du socialisme à la Chambre des représentants a appelé lundi dernier, dans une question orale au ministre de l'éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, à la révision des dysfonctionnements qui empêchent le programme Tayssir de jouer pleinement son rôle en tant que pilier fondamental dans l'oeuvre de généralisation de l'enseignement et la lutte contre l'abandon scolaire.
C'est la performance de ce programme qui se trouve réduite à sa plus simple expression, en raison de ces dysfonctionnements qu'il connait en matière de gestion et au niveau technique et financier, a-t-il dit, rappelant, à l'instar même du ministre d'ailleurs, que de nombreuses familles ciblées par le programme sont privées de leurs subventions, par manque de fonds nécessaires.
C'est pourquoi, il est nécessaire, a expliqué le député, qu'il est indispensable de prévoir les crédits requis dès l'élaboration de tout programme social, soulignant que le premier problème du programme Tayssir concerne le ciblage, que le ministère se doit de réviser. A présent, ce sont les communes où l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH) opère, qui sont ciblées par le programme Tayssir, alors qu'elles abritent des familles aisées. C'est pourquoi, il est nécessaire de revoir la question en se focalisant plutôt sur le ciblage des familles pauvres et non pas de communes tout entières.
Il a évoqué aussi le problème du logiciel du programme qui n'est mis en service que rarement, ajoutant que le taux de 30% de pauvreté et 8% de l'abandon scolaire sont des critères qui n'ont pas donné leurs fruits et qu'il convient désormais de revoir.
Dans sa réponse, le ministre de l'éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Said Amzazi, a rappelé que le programme ciblait lors de son lancement durant l'année scolaire 2008-2009 les communes rurales en se basant sur les critères d'un taux de pauvreté égal à 30% ou plus dans une première phase et d'un taux d'abandon scolaire dans le cycle primaire égal à 8 % ou plus outre l'appartenance à l'espace d'action de l'INDH.
Il a rappelé que le programme a été ensuite étendu aux communes concernées par l'INDH au cours de l'année scolaire 2010-2011, ajoutant que quelque 774.000 élèves issus de 460 familles bénéficient de ce programme et que 434.000 communes en bénéficient actuellement contre 132 dans le passé.
Il a fait savoir aussi que le budget alloué au programme ne couvre pas le cout global des transferts financiers adressés aux familles, en particulier après que le ministère de l'économie et des finances ait fixé le plafond des montants alloués au programme à 500 millions de Dirhams par an, à partir de 2014. Ce qui a privé de nombreux bénéficiaires de leurs subventions équivalentes à 18 mois de retard.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.