France : l'affaire Lamjarred renvoyée aux assises pour viol    L'Allemagne paie le prix de l'hypocrisie de l'Europe vis-à-vis du Maroc, écrit Bloomberg    Kamal Lahlou réélu à l'unanimité à la tête de la FMM    Béni Mellal : un mort dans l'effondrement d'une maison    Bab Sabta : les travaux de rénovation suscitent l'espoir d'une ouverture imminente    Sa passe pour le Moghreb Tétouan et le Chabab Mohammédia    CAN U20 : La Tunisie accuse l'Ouganda d'avoir triché sur l'âge des joueurs !    Elections de la CAF : Lawson Hogban, une femme qui vise le Comité Exécutif de la CAF!    RCOZ: 50 candidats au poste d'entraîneur    Chelsea enfonce Liverpool, Everton et Tottenham au contact    El Jadida: mise en échec d'une opération de trafic international de drogue et saisie de 3.300 kg de chira    Alerte météo: fortes averses orageuses, chutes de neige et rafales de vent au Maroc    Sidi Slimane    Real Madrid: Benzema se confie au sujet de Cristiano Ronaldo    Le Maroc suspend ses vols avec l'Algérie et l'Egypte (PHOTO)    Covid-19 en Espagne: aucune manifestation pour le 8 mars à Madrid    Ouverture officielle du consulat général de Jordanie à Laâyoune    Rajesh Vaishnaw nommé ambassadeur de l'Inde au Maroc    Campagne de vaccination anti-covid : le Maroc fait mieux que la France, selon des intellectuels français    Faut-il arrêter l'alcool 40 jours avant Ramadan ? La réponse de cheikh Fizazi    En France, Khattari El-Haimer, responsable proche du polisario, mis en examen pour «subornation de témoin»    Naima Bouhmala rassure ses fans sur son état de santé (VIDEO)    Chtouka-Aït Baha Dans un commerce, un père de famille tente de violer une aide-commerçante    L'Institut culturel italien de Rabat promeut la culture de son pays dès ce mois    À Tindouf, deux détenus incarcérés au pénitencier Edhaibia fustigent des exactions contre les droits de l'homme    Taxe sur les terrains non bâtis: la nouvelle formule séduit, mais présente des limites    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    Une 5ème certification ISO pour l'Institut national d'hygiène    La grogne monte chez les bureaux de change    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 5 mars    Accès à l'emploi : dur, dur pour les Marocaines !    Lois électorales : Dernière ligne droite au Parlement    Un autre Marocain dans le viseur de Chelsea    Projet de loi sur l'usage du cannabis : Le débat ajourné    Algérie : un médecin fustige le régime en place et s'indigne contre les défaillances du secteur de la santé    Edito : Sprint final    Quelles pourraient être les causes d' une guerre entre les Etats-Unis et la Chine ?    La Grèce évalue les dégâts après un séisme de magnitude 6,3    Participation de l'USS Dwight D.Eisenhower à un exercice maritime USA-Maroc    ElGrande Toto monte le son !    2ème édition du prix Brahim Akhiat pour la diversité culturelle    Le Maroc réitère au Caire sa ferme solidarité avec le peuple palestinien    Sahel : le Maroc considère les djihadistes comme un aimant pour les cellules locales    Salima Louafa, la romancière qui recèle la magie des mots sous l'étreinte de ses doigts    Adoption en commission d'un projet de loi organique relatif à la chambre des représentants    Coupe du Trône : L'AS FAR élimine l'IRT pour affronter le Raja !    Trois films du Maroc et de Syrie remportent les Prix du Festival du cinéma de Oued-Noun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appel à la correction des dysfonctionnements du programme Tayssir
Publié dans Albayane le 20 - 05 - 2018

Le député Rachid Hammouni, membre du Groupement parlementaire du progrès et du socialisme à la Chambre des représentants a appelé lundi dernier, dans une question orale au ministre de l'éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, à la révision des dysfonctionnements qui empêchent le programme Tayssir de jouer pleinement son rôle en tant que pilier fondamental dans l'oeuvre de généralisation de l'enseignement et la lutte contre l'abandon scolaire.
C'est la performance de ce programme qui se trouve réduite à sa plus simple expression, en raison de ces dysfonctionnements qu'il connait en matière de gestion et au niveau technique et financier, a-t-il dit, rappelant, à l'instar même du ministre d'ailleurs, que de nombreuses familles ciblées par le programme sont privées de leurs subventions, par manque de fonds nécessaires.
C'est pourquoi, il est nécessaire, a expliqué le député, qu'il est indispensable de prévoir les crédits requis dès l'élaboration de tout programme social, soulignant que le premier problème du programme Tayssir concerne le ciblage, que le ministère se doit de réviser. A présent, ce sont les communes où l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH) opère, qui sont ciblées par le programme Tayssir, alors qu'elles abritent des familles aisées. C'est pourquoi, il est nécessaire de revoir la question en se focalisant plutôt sur le ciblage des familles pauvres et non pas de communes tout entières.
Il a évoqué aussi le problème du logiciel du programme qui n'est mis en service que rarement, ajoutant que le taux de 30% de pauvreté et 8% de l'abandon scolaire sont des critères qui n'ont pas donné leurs fruits et qu'il convient désormais de revoir.
Dans sa réponse, le ministre de l'éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Said Amzazi, a rappelé que le programme ciblait lors de son lancement durant l'année scolaire 2008-2009 les communes rurales en se basant sur les critères d'un taux de pauvreté égal à 30% ou plus dans une première phase et d'un taux d'abandon scolaire dans le cycle primaire égal à 8 % ou plus outre l'appartenance à l'espace d'action de l'INDH.
Il a rappelé que le programme a été ensuite étendu aux communes concernées par l'INDH au cours de l'année scolaire 2010-2011, ajoutant que quelque 774.000 élèves issus de 460 familles bénéficient de ce programme et que 434.000 communes en bénéficient actuellement contre 132 dans le passé.
Il a fait savoir aussi que le budget alloué au programme ne couvre pas le cout global des transferts financiers adressés aux familles, en particulier après que le ministère de l'économie et des finances ait fixé le plafond des montants alloués au programme à 500 millions de Dirhams par an, à partir de 2014. Ce qui a privé de nombreux bénéficiaires de leurs subventions équivalentes à 18 mois de retard.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.