Al Boraq sur la bonne voie    Elalamy : Le Maroc ne ménagera aucun effort pour continuer le développement de son industrie automobile    BTI Bank signe une convention avec la Confédération Marocaine de TPE-PME    Trafic de drogues : Gros coup de filet de la DGSN à Tan-Tan    ‘‘Lire Casablanca'', une référence sur l'histoire architecturale et urbanistique de Dar El Beida    Marrakech fête le 30ème anniversaire de la Convention internationale des droits d'enfants    Bourita reçoit Jean-Yves Le Drian à Rabat    Le film « Adam » fait un beau parcours à l'international    Inzegane : Arrêté pour avoir fait chanter une jeune fille    Secousse tellurique de magnitude 3,1 dans la province de Midelt    Le FIFM célèbre le parcours de quatre grandes figures du cinéma international    La Tunisie instaure des cours d'éducation sexuelle, une première dans le monde islamique    Futsal: la sélection marocaine des personnes de petite taille affronte l'Egypte    Communiqué du Bureau politique du PPS    La CMR finalise sa stratégie de transformation digitale 2020-2024    Le 19 novembre décrété «Journée du Maroc à Los Angeles»    Amnesty: Le modèle économique de Facebook et Google est une « menace » pour les « droits humains »    Mali. Peine de mort prononcée pour l'homme qui a tué un imam    Le départ de Mustapha Iznasni : des témoignages    Nouvelle distinction pour Auto Hall    Le Maroc s'achète 36 hélicoptères Apache AH-64E américains    Affaire ukrainienne: Un ambassadeur dit avoir « suivi les ordres » de Trump    Le roi saoudien appelle l'Iran à renoncer à son « idéologie expansionniste »    Hay Mohammadi: accueil triomphal pour l'équipe du TAS    «La formation un maillon parmi tant d'autres pour structurer la filière musicale»    Badr Hari organise le mariage secret de Ronaldo à Marrakech    48es Assises de l'Union internationale de la presse francophone : Latifa Akharbach anime une table ronde    Immobilier. Toujours pas de corrélation entre transactions et prix    Ce vendredi, alerte météo dans plusieurs provinces du royaume    Accidents de la circulation : 9 morts et 1.711 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    PLF 2020, M. Benchaaboun nu parmi les loups…    Edito : Modèle    Le Maroc que nous voulons...    Billetterie en ligne : Le Raja et guichet.ma, champions de la transformation numérique du sport    Difficulté d'accès au financement : le constat choquant du HCP    Driss Lachguar : Il est nécessaire de doter les femmes des compétences scientifiques et d'encadrement    La bonne opération du Onze national à Bujumbura    L'EN des locaux déroule face à la Guinée    La SGM et l'Université Mohammed V scellent un partenariat    Les joueurs de basketball au Maroc s'organisent    Habib El Malki et Fatiha Saddas élus au Conseil de l'Alliance progressiste    Le Maroc a choisi la voie du libéralisme et de l'ouverture    Les prix des actifs immobiliers repartent à la hausse    Los Angeles se met à l'heure marocaine    Les nouveautés en matière de géologie du quaternaire en débat à Kénitra    La richesse du patrimoine culturel africain célébrée à Mohammédia    Nouvelle édition du Festival international des écoles de cinéma de Tétouan    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lourdes sentences dans le procès des activistes d'Al Hoceïma
Publié dans Albayane le 28 - 06 - 2018

Le verdict est tombé dans «le procès des évènements de Al Hoceïma», après une bataille judiciaire de plus de 9 mois. 20 ans de prison ferme contre Nasser Zefzafi et 3 de ses codétenus.
Au total, ce sont 40 activistes du «Hirak du Rif» qui ont été condamnés à des peines allant de 20 ans de prison ferme à un an de prison avec sursis.
La lourde sentence s'est vite répandue comme une traînée de poudre, dans l'enceinte du Tribunal pour envahir la place publique et faire chauffer les réseaux sociaux.
Dès l'annonce du verdict, le Secrétaire général du PPS a fait la déclaration suivante qui a été reprise sur son compte Facebook :
«A l'instar de nombreux milieux marocains, nous sommes fortement interpellés par les jugements rendus à l'encontre des activistes du Rif. Aussi, avec tout le respect que nous devons à l'indépendance de la justice, nous considérons, au Parti du progrès et du socialisme, que ces verdicts ne contribueront pas à conforter le climat de détente auquel notre pays aspire.
Nous espérons, avec force, que les voies de recours judiciaires et légales soient investies dans ce dossier pour imprégner un nouveau souffle démocratique dans la vie politique nationale».
A vrai dire, face aux chefs d'inculpation «fallacieux et à un simulacre de procès», comme l'affirmait la défense des principaux meneurs de la protestation à Al Hoceima contre la vie chère et la marginalisation spatiale, l'on s'attendait à des jugements très lourds et sévères puisqu'ils étaient passibles de la peine de mort.
Et si les avocats de la partie civile (Etat et agents des forces de l'ordre) estiment que «les peines sont très légères par rapport à ce que prévoit la loi et à la façon dont ils se sont comportés devant le juge», pour la défense des accusés, «Ce sont des peines très lourdes. L'Etat a échoué dans ce test de respect des droits de l'Homme et des libertés essentielles, tout comme l'indépendance de la justice».
Pour leur part, Nasser Zefzafi et ses codétenus avaient dénoncé la «partialité» de la justice et refusé de prendre la parole à la fin du procès.
La toile condamne unanimement une injustice
Aussi, pour de nombreux observateurs, il est «aberrant», dans le Maroc de ce millénaire, de condamner un activiste à 20 ans de prison ferme pour avoir interrompu un imam qui faisait un prêche hostile au mouvement dans une mosquée d'Al-Hoceïma.
Pour certains, la réconciliation nationale du Maroc avec son passé et le colossal travail de l'Instance Equité et Réconciliation (IER) est remise en cause, effacée pour laisser la place à «l'image ancienne» de la perpétuelle révolte du Rif.
Sur les réseaux sociaux la consternation et l'indignation sont fortes. Les internautes ne mâchent pas leurs mots.
Pour de nombreux citoyens, la fête du Mondial de Russie, avec les belles prestations des Lions de l'Atlas contre le Portugal et l'Espagne, a été gâchée par «la main lourde», très lourde, d'une justice accusée de tous les maux et surtout de sa «dépendante du pouvoir politique».
Ainsi l'on dénonce «une injustice flagrante», un verdict «sévère», «punitif» pour donner «l'exemple» aux éventuels contestataires...
Les 40 peines prononcées
* 20 ans de prison ferme contre Nasser Zefzafi, Nabil Ahemjik, Ouassim El Boustati et Samir Aghid,
* 15 ans de prison ferme contre Zakaria Adehchour, Mohamed Ihaki, Mahmoud Bouhnouch,
* 10 ans de prison ferme contre Mohamed Jelloul, Karim Amghar, Salah Ikhchem, Omar Boulhrass, Achraf Elyakhloufi et Bilal Ahebbat,
* 5 ans de prison ferme contre 7 mis en cause
* 3 ans de prison à l'encontre de 7 mis en cause
* 2 ans de prison ferme 12 mis en cause
* 1 an de prison avec un sursis à l'encontre d'un mis en cause


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.