Bras de fer autour de Mellilia    La HACA sévit contre les dérapages : Carton rouge pour Radio Mars    Projet de loi organique sur la grève. L'impasse !    Procédure pénale. Aujjar livre sa copie    Sacré Maroc (12)    Habib El Malki invité à participer à la réunion de l'Assemblée parlementaire du Commonwealth    Le premier vice-président de la Chambre des conseillers décoré    Le Maroc primé à Libreville pour ses efforts en faveur de l'autonomisation de la femme    Maroc : 74% des ménages équipés en accès internet    Compact II : La CGEM et le MCA-Morocco main dans la main    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: Les chiffres montrent une nouvelle piste pour l'inclusion    Trésor: 4,6 milliards de DH de dividendes à fin juin    Al Omrane et le CNRST s'allient pour promouvoir la recherche en matière d'habitat    Commission des investissements : 9 projets à l'étude pour 5 MMDH    Hausse historique de 26,54% :Transport aérien : Plus de deux millions de passagers en juin    Les aviculteurs font leur bilan dans le cadre du Plan Maroc Vert    Trump se défend de tout racisme, silence des leaders républicains    Ursula von der Leyen verdit son discours pour convaincre le Parlement européen    La géopolitique du Maroc dans un nouvel ordre mondial en crise    L'Egypte expulse des supporters algériens après la demi-finale de la CAN    Au moins 180 morts de la mousson en Asie du Sud    Une délégation d'éminents hommes d'affaires africains en visite au Maroc    PSA augmente de 4,7% sa part de marché au Maroc    France. 282 personnes interpellées après la victoire de l'Algérie    L'organisation des Jeux Africains est un défi pour le Maroc, dixit Talbi Alami    Achraf Bencherki rejoint le Zamalek    La décision du TAS avant la fin du mois en cours    La FRMF dément la démission de Hervé Renard    Karaté. Le Maroc champion d'Afrique    L'Algérie mobilise 28 avions pour la finale    Un ancien footballeur sud-africain tué par balles    Football marocain : Les vraies questions à poser sur ce sport-passion    La loi-cadre de l'enseignement adoptée en commission parlementaire    Des braqueurs de camions sous les verrous    La plage Ba Kassem à Tanger hisse le Pavillon bleu pour la septième année consécutive    Lutte contre le sida en 2018: Ombres et lumière    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: A 33 contre 28, les jeux arrivent devant les espaces verts    Résultats du Bac: Nouveau record!    Le Groupe scolaire Jacques Chirac homologué    Rendez-vous, ce soir, avec l'éclipse lunaire    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    Il était une fois Hassan Megri    L'actrice Lashana Lynch va devenir l'agent 007 mais James Bond reste un homme    De l'urgence d'un plan «Maroc Culture»    The «Morocco Corner» s'invite chez les Vikings    Vers la création d'une Caisse sociale pour les auteurs    Farid Chamekh : "Il faut s'inspirer de tout, sans plagier bien sûr"    Le Maroc, invité d'honneur de la Foire internationale du livre de Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara : De l'informel à l'officiel…
Publié dans Albayane le 21 - 10 - 2018

La responsabilité d'Alger
L'Algérie et la Mauritanie ont accepté, lundi dernier, l'invitation, adressée par Horst Kohler, pour participer à une table ronde à Genève en décembre prochain, consacrée au conflit du Sahara marocain.
Trois sons de cloche résonnent sur la nature de la rencontre et ses objectifs.
Le porte le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric parle de «table des négociations» à laquelle les quatre invités devaient venir «de bonne foi et sans pré-conditions».
L'ancien président allemand évoque, lui, des propositions qui proviendraient des parties en présence autour d'une «table ronde», alors que le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, parle de «discussions préliminaires» qui seraient «renouvelées».
Mais quelle qu'en soit la dénomination, la rencontre de Genève semble reprendre l'esprit des négociations de Manhasset, dont plusieurs rounds ont échoué par l'entêtement de l'Algérie à rester évasive et à s'accrocher à des slogans creux du genre «référendum», «peuple sahraoui» «décolonisation»… et autres concepts anachroniques et dépassés par le temps, le droit et les résolutions onusiennes, et ce depuis 2007.
Plus d'une décennie après, Alger veut encore retarder l'horloge de l'Histoire et à laisser irrésolu un conflit vieux d'un demi-siècle et à alourdir la communauté internationale par des considérations infantiles et des ressentiments qui n'ont plus le droit à l'oubli.
Aujourd'hui et quelque soit la démarche méthodologique de l'ONU, qui souhaiterait faire évoluer les positions retardataires à l'égard des dernières résolutions du Conseil de sécurité adoptées en 2017 et 2018, la question centrale repose sur l'attitude de l'Algérie.
Donc, pédagogiquement, l'enfant terrible de l'équation devra être amené à se mettre dans les rangs et à ne plus faire de l'agitation et du bruit inutile.
L'ONU a suffisamment accumulé d'expériences réussies en matière de discussions informelles dont le but est de faire progresser les parties récalcitrantes sur la voie d'une solution politique acceptable par les parties et la communauté internationale.
En d'autres termes, la communauté des nations sait parfaitement les causes de ce conflit interminable et qui en sont les ténors et les responsables, d'hier comme ceux d'aujourd'hui.
Les Sahraouis, ceux qui ne sont pas détenus dans les camps de Tindouf en Algérie, travaillent d'arrache pieds pour développer leur région, dans leur patrie, le Maroc. Ce n'est pas le cas, malheureusement, à Tindouf où le droit d'expression est bafoué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.