Maroc-Algérie. Guerre de lobbying à Washington    La Chambre des représentants approuve la première partie du PLF 2019    Une médaille d'or pour OCP à Pékin    Immigration irrégulière. L'Espagne interdit les go-fast    Lancement de l'opération Riaya en faveur des zones touchées par la vague de froid    L'Afrique et le Maghreb ont leur TGV !    Signature d'une convention et suivi de plusieurs projets : Aziz Akhannouch au chevet de l'Oriental    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Maroc-Cameroun : Objectif, ne pas jouer la survie face au Malawi    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    Le Maroc nommé président de l'Observatoire Africain de Sécurité Routière    Santé. Le secteur attend un traitement de choc    USA/UE: La coopération réglementaire au menu des discussions    Esbroufe    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    News    Le développement humain au Maroc est loin d'être satisfaisant : Le classement PNUD en dit long    Les bénéficiaires d'un projet immobilier à Ben Slimane expriment leur ras-le-bol    Ligue des Nations : Löw promet de poursuivre le rajeunissement de la Mannschaft    N'Golo Kanté, salarié "normal", a renoncé à un montage offshore    Prisme tactique : Trois pistes pour conjurer le sort    L'armateur CMA CGM lance une caravane au profit des producteurs agricoles marocains    Mohamed Benabdelkader : L'administration, pilier de tout développement économique    Organisation d'une journée "Jeunes leaders marocains" à la Faculté d'Aïn Sbaâ    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    Démissions en série du gouvernement Theresa May    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech    Présentation à Rabat de la pièce de théâtre chorégraphique "Les hommes meurent mais ne tombent pas"    Création de trois prix régionaux de littérature dédiés à l'enfant    L'ATTRAIT DE LA METROPOLE    Deux fonctionnaires de police impliqués dans une affaire de corruption à Rabat    Theresa May lutte pour sa survie sur le Brexit    Co-produit par la chaîne 2M et réalisé par Hind Bensari : Le documentaire «We Could Be Heroes» en avant-première à Casablanca    Khashoggi : Le procureur saoudien dédouane le prince héritier    Pour favoriser leur accès au sport : TIBU et la MDJS partagent la passion du basket avec les jeunes ruraux    Evénement biennal organisé par l'association Racines : Les états généraux de la culture font escale à Tiznit        Des réunions entre députés marocains et européens pour renforcer les relations    1er Forum africain de la sécurité routière. Vivo Energy partenaire    Plus de 2 millions de Marocains sont diabétiques    El Khalfi : Vers une refonte du financement public des associations    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    Un pendentif de Marie-Antoinette adjugé 36 millions de dollars    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara : De l'informel à l'officiel…
Publié dans Albayane le 21 - 10 - 2018

La responsabilité d'Alger
L'Algérie et la Mauritanie ont accepté, lundi dernier, l'invitation, adressée par Horst Kohler, pour participer à une table ronde à Genève en décembre prochain, consacrée au conflit du Sahara marocain.
Trois sons de cloche résonnent sur la nature de la rencontre et ses objectifs.
Le porte le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric parle de «table des négociations» à laquelle les quatre invités devaient venir «de bonne foi et sans pré-conditions».
L'ancien président allemand évoque, lui, des propositions qui proviendraient des parties en présence autour d'une «table ronde», alors que le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, parle de «discussions préliminaires» qui seraient «renouvelées».
Mais quelle qu'en soit la dénomination, la rencontre de Genève semble reprendre l'esprit des négociations de Manhasset, dont plusieurs rounds ont échoué par l'entêtement de l'Algérie à rester évasive et à s'accrocher à des slogans creux du genre «référendum», «peuple sahraoui» «décolonisation»… et autres concepts anachroniques et dépassés par le temps, le droit et les résolutions onusiennes, et ce depuis 2007.
Plus d'une décennie après, Alger veut encore retarder l'horloge de l'Histoire et à laisser irrésolu un conflit vieux d'un demi-siècle et à alourdir la communauté internationale par des considérations infantiles et des ressentiments qui n'ont plus le droit à l'oubli.
Aujourd'hui et quelque soit la démarche méthodologique de l'ONU, qui souhaiterait faire évoluer les positions retardataires à l'égard des dernières résolutions du Conseil de sécurité adoptées en 2017 et 2018, la question centrale repose sur l'attitude de l'Algérie.
Donc, pédagogiquement, l'enfant terrible de l'équation devra être amené à se mettre dans les rangs et à ne plus faire de l'agitation et du bruit inutile.
L'ONU a suffisamment accumulé d'expériences réussies en matière de discussions informelles dont le but est de faire progresser les parties récalcitrantes sur la voie d'une solution politique acceptable par les parties et la communauté internationale.
En d'autres termes, la communauté des nations sait parfaitement les causes de ce conflit interminable et qui en sont les ténors et les responsables, d'hier comme ceux d'aujourd'hui.
Les Sahraouis, ceux qui ne sont pas détenus dans les camps de Tindouf en Algérie, travaillent d'arrache pieds pour développer leur région, dans leur patrie, le Maroc. Ce n'est pas le cas, malheureusement, à Tindouf où le droit d'expression est bafoué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.