Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara : De l'informel à l'officiel…
Publié dans Albayane le 21 - 10 - 2018

La responsabilité d'Alger
L'Algérie et la Mauritanie ont accepté, lundi dernier, l'invitation, adressée par Horst Kohler, pour participer à une table ronde à Genève en décembre prochain, consacrée au conflit du Sahara marocain.
Trois sons de cloche résonnent sur la nature de la rencontre et ses objectifs.
Le porte le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric parle de «table des négociations» à laquelle les quatre invités devaient venir «de bonne foi et sans pré-conditions».
L'ancien président allemand évoque, lui, des propositions qui proviendraient des parties en présence autour d'une «table ronde», alors que le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, parle de «discussions préliminaires» qui seraient «renouvelées».
Mais quelle qu'en soit la dénomination, la rencontre de Genève semble reprendre l'esprit des négociations de Manhasset, dont plusieurs rounds ont échoué par l'entêtement de l'Algérie à rester évasive et à s'accrocher à des slogans creux du genre «référendum», «peuple sahraoui» «décolonisation»… et autres concepts anachroniques et dépassés par le temps, le droit et les résolutions onusiennes, et ce depuis 2007.
Plus d'une décennie après, Alger veut encore retarder l'horloge de l'Histoire et à laisser irrésolu un conflit vieux d'un demi-siècle et à alourdir la communauté internationale par des considérations infantiles et des ressentiments qui n'ont plus le droit à l'oubli.
Aujourd'hui et quelque soit la démarche méthodologique de l'ONU, qui souhaiterait faire évoluer les positions retardataires à l'égard des dernières résolutions du Conseil de sécurité adoptées en 2017 et 2018, la question centrale repose sur l'attitude de l'Algérie.
Donc, pédagogiquement, l'enfant terrible de l'équation devra être amené à se mettre dans les rangs et à ne plus faire de l'agitation et du bruit inutile.
L'ONU a suffisamment accumulé d'expériences réussies en matière de discussions informelles dont le but est de faire progresser les parties récalcitrantes sur la voie d'une solution politique acceptable par les parties et la communauté internationale.
En d'autres termes, la communauté des nations sait parfaitement les causes de ce conflit interminable et qui en sont les ténors et les responsables, d'hier comme ceux d'aujourd'hui.
Les Sahraouis, ceux qui ne sont pas détenus dans les camps de Tindouf en Algérie, travaillent d'arrache pieds pour développer leur région, dans leur patrie, le Maroc. Ce n'est pas le cas, malheureusement, à Tindouf où le droit d'expression est bafoué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.