BMCE Bank of Africa crée une filiale spécialisée dans le traitement des services bancaires    Crash d'un Mirage F1 des FAR, le pilote sain et sauf    Vidéo : Bagarre générale entre les joueurs du Raja et de l'African Stars…    Paris accueille l'Oriental Fashion Show avec la participation du Maroc    Un colloque national sur l'éducation artistique le 22 janvier à Rabat    2è sommet marocain du pétrole et du gaz à Marrakech    RDC: Le Washington Post décortique les contradictions de la présidentielle    Rwanda : M. Aujjar rend hommage aux victimes du génocide de 1994    Akhannouch met en avant le potentiel de la numérisation de l'agriculture marocaine    Shutdown: Trump attaque les démocrates qui refusent son offre de sortie de crise    Le pape invite les jeunes à prier en ligne avec l'application "Click to Pray"    Facturation électronique, aucune obligation en absence de l'ICE    Coupe de la CAF : 3 clubs marocains dans un seul groupe !    Point de vue : Naissance du label «Morocco L'ghedd»    Le renouvellement des élites doit toucher tous les domaines    Après Abidjan, le Festival "Afrique du Rire" fait escale à Marrakech    Youcef Drissi Anticonformiste, rebelle et décalé !    Rallier Auxerre à Bzou, le défi d'Abderrazak El Badaoui    Amzazi rencontre l'ambassadeur anglais    Sous le signe de l'excellence et de la diversité    Attaque israélienne à Damas : 4 soldats syriens morts    Pêche côtière et artisanale: Stagnation des débarquements en 2018    «France football»: Zyech 2e meilleur joueur maghrébin de l'année    Un symposium sur le management sportif à Agadir    Hamid Douieb : un retour aux racines…    Brexit: Theresa May de retour dans l'arène du Parlement pour présenter son « plan B »    Encadrement de proximité : L'ONCA lance «la contractualisation du Conseil agricole privé agréé»    Interview with Mr Adil Douiri, founder of Mutandis, following the company's very successful IPO    Vidéo – Les images de la « super Lune » de sang    Classement «Times Higher Education» : L'Université Mohammed V en tête des universités marocaines    Casablanca : Un policier contraint d'utiliser son arme pour neutraliser un dangereux récidiviste    Un registre national des services médiatiques voit le jour    Edito : Partenaire fiable et utile    Daniel Salaverry : Les relations entre Rabat et Lima évoluent de manière constante    Sit-in à Rabbouni réclamant la traduction en justice des assassins de Omar Ould Anay    Liga : Le Real double Séville    Tabac et alcool assurément dangereux    Il faut mettre fin à la stigmatisation des troubles mentaux    Racisme : L'appel de Koulibaly rejeté    Le DHJ se renforce à 0 dirham    Lancement de la formation pour le programme Jeunes marocains ambassadeurs aux Nations unies    Divers    Habib El Malki a représenté S.M le Roi à la cérémonie d'investiture du nouveau président de Madagascar    Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"    La "success story" du groupe OCP sous les feux de la rampe à Dakar    La musique classique arabe s'invite en Chine    «Il est important de laisser des écrits lorsque l'on dépose des projets»    SM le Roi Mohammed VI reçoit Mme Federica Mogherini    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara : De l'informel à l'officiel…
Publié dans Albayane le 21 - 10 - 2018

La responsabilité d'Alger
L'Algérie et la Mauritanie ont accepté, lundi dernier, l'invitation, adressée par Horst Kohler, pour participer à une table ronde à Genève en décembre prochain, consacrée au conflit du Sahara marocain.
Trois sons de cloche résonnent sur la nature de la rencontre et ses objectifs.
Le porte le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric parle de «table des négociations» à laquelle les quatre invités devaient venir «de bonne foi et sans pré-conditions».
L'ancien président allemand évoque, lui, des propositions qui proviendraient des parties en présence autour d'une «table ronde», alors que le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, parle de «discussions préliminaires» qui seraient «renouvelées».
Mais quelle qu'en soit la dénomination, la rencontre de Genève semble reprendre l'esprit des négociations de Manhasset, dont plusieurs rounds ont échoué par l'entêtement de l'Algérie à rester évasive et à s'accrocher à des slogans creux du genre «référendum», «peuple sahraoui» «décolonisation»… et autres concepts anachroniques et dépassés par le temps, le droit et les résolutions onusiennes, et ce depuis 2007.
Plus d'une décennie après, Alger veut encore retarder l'horloge de l'Histoire et à laisser irrésolu un conflit vieux d'un demi-siècle et à alourdir la communauté internationale par des considérations infantiles et des ressentiments qui n'ont plus le droit à l'oubli.
Aujourd'hui et quelque soit la démarche méthodologique de l'ONU, qui souhaiterait faire évoluer les positions retardataires à l'égard des dernières résolutions du Conseil de sécurité adoptées en 2017 et 2018, la question centrale repose sur l'attitude de l'Algérie.
Donc, pédagogiquement, l'enfant terrible de l'équation devra être amené à se mettre dans les rangs et à ne plus faire de l'agitation et du bruit inutile.
L'ONU a suffisamment accumulé d'expériences réussies en matière de discussions informelles dont le but est de faire progresser les parties récalcitrantes sur la voie d'une solution politique acceptable par les parties et la communauté internationale.
En d'autres termes, la communauté des nations sait parfaitement les causes de ce conflit interminable et qui en sont les ténors et les responsables, d'hier comme ceux d'aujourd'hui.
Les Sahraouis, ceux qui ne sont pas détenus dans les camps de Tindouf en Algérie, travaillent d'arrache pieds pour développer leur région, dans leur patrie, le Maroc. Ce n'est pas le cas, malheureusement, à Tindouf où le droit d'expression est bafoué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.